Test du Mac mini 2018

Anthony Nelzin-Santos |

Après quatre ans d’attente, les esprits avaient commencé à s’échauffer. Et si le nouveau Mac mini était un Mac vraiment mini, une sorte de MacBook rentré au chausse-pied dans la boîte noire de l’Apple TV, un NUC sous macOS ? Et si le nouveau Mac mini était un Mac mini maxi, ce fameux xMac dont certains continuent à rêver, un XPC sous macOS ? Après quatre ans d’attente, Apple s’est contenté du minimum. Le nouveau Mac mini est… un Mac mini.

C’est dans les vieux pots…

L’ancien Mac mini était un prisme carré de 19,7 cm de côté et 3,6 cm d’épaisseur, le nouveau Mac mini est un prisme carré de 19,7 cm de côté et 3,6 cm d’épaisseur. Rien ne change, alors ? Mais si : le nouveau Mac mini pèse 120 grammes de plus que l’ancien ! Un changement tout aussi superficiel que le ripolinage dans une énième teinte de gris sidéral, plus sombre que celle des MacBook mais plus claire que celle des iPhone.

Les quatre ports Thunderbolt 3, et surtout la grille de ventilation béante comme la bouche d’une raie manta, trahissent les secrets de cette nouvelle machine. Les changements se cachent derrière le pied, que vous ne pouvez plus dévisser d’un quart de tour, mais que vous pouvez toujours faire sauter d’un coup de spudger. Vous tomberez nez à nez avec un gros ventilateur, signe que le Mac mini 2018 en a sous le capot.

À l’intérieur du Mac mini, un gros ventilateur directement relié au radiateur, dont on voit les ailettes à travers la bouche d’extraction. L’air froid est aspiré tout autour du pied, l’air chaud passe au travers des ailettes à la grande surface d’échange. En bas à gauche, on distingue les tubes du caloduc menant jusqu’au processeur, masqué par la cage en haut à gauche. Cette cage renferme la RAM, qui reprend la forme de barrettes amovibles (même s’il faut démonter toute la machine pour y accéder). Enfin à droite, l’alimentation intégrée, qui s’étend sur toute la profondeur de la machine.

Pour la première fois en effet, le Mac mini intègre un processeur à six cœurs. Mais il y a un mais : Apple va un peu vite en besogne lorsqu’elle assure qu’il ne s’agit « pas de puces mobiles ». Le processeur Intel Core i3-8100B appartient au segment « desktop » du catalogue d’Intel, mais est conçu pour une utilisation embarquée. Les processeurs Intel Core i5-8500B et Core i7-8700B, eux, font clairement partie du « segment » mobile.

Ne boudons pas notre plaisir, ces puces comptent jusqu’à douze cœurs logiques et atteignent 4,6 GHz, des spécifications autrefois réservées au Mac Pro. Ces trois processeurs font partie de la huitième génération de puces Intel Core, aussi connue sous le nom de code « Coffee Lake ». Gravées à 14 nm, elles affichent un TDP de 65 W.

Les quatre configurations auxquelles nous faisons référence dans ce test. Les deux machines dotées d’un processeur Core i7 possèdent un port Ethernet 10 Gb/s optionnel.

Un Mac mini, deux Mac mini, trois Mac mini

Nous avons testé les trois configurations : le Core i3 à 3,6 GHz et le Core i5 à 3 GHz proposés en série, et le Core i7 à 3,2 GHz disponible en option. Les résultats des tests synthétiques peuvent surprendre : le Core i5 surclasse le Core i3 alors que sa fréquence est inférieure, le Core i7 écrase le Core i5 alors qu’il n’est pas beaucoup plus rapide. C’est qu’il faut regarder la fiche technique de plus près.

Un test Geekbench CPU, qui donne une bonne idée des performances générales, à la fois dans des tâches nécessitant un seul cœur et dans des tâches exploitant tous les cœurs.

Le Core i3 ne prend en charge ni l’Hyper-Threading, qui fait d’un cœur physique deux cœurs logiques, ni le Turbo Boost, qui permet d’augmenter ponctuellement la fréquence d’un cœur, du jamais vu depuis 2012. Le Core i5, lui, prend en charge Turbo Boost et peut atteindre 4,1 GHz en pointe. CQFD numéro 1. Comme le Core i7, le Core i5 possède six cœurs physiques, mais seul le Core i7 prend en charge l’Hyper-Threading et peut traiter douze opérations à la fois. CQFD numéro 2.

Ces distinctions suffisent à changer radicalement le profil du Mac mini. Un Mac mini doté d’un processeur Core i3 évoluera dans le silence le plus complet, avec un certain flegme, sans éclat mais sans esclandre. Un Mac mini doté d’un processeur Core i7 répondra instantanément à toutes les demandes, mais soufflera et pouffera, sans jamais ployer sous la charge cependant. Tous les Mac mini se ressemblent, et ressemblent aux précédents modèles, mais sont des machines très différentes.

Un relevé de la température et de la fréquence du processeur Core i7 de 10 000 points pendant 30 minutes où le processeur et la puce graphique sont saturés. Après quelques minutes au-delà des 4 GHz, la fréquence se stabilise autour de 3,8 GHz. La température atteint 100 degrés, un niveau élevé dans l’absolu, mais encore dans les normes de fonctionnement définies par Intel. Le ventilateur est correctement dimensionné : le système doit rarement baisser la fréquence pour maintenir la température à niveau acceptable, et tombe seulement deux fois à la fréquence de base du processeur, allant même jusqu’à autoriser des pointes à 4 GHz. Le ventilateur est audible, certes, mais le processeur est exploité pleinement. L’effort est coupé une première fois pour mesurer la capacité du ventilateur à faire retomber la température, puis repris pour vérifier la capacité de la machine à reprendre le travail immédiatement. Dans les deux cas, le Mac mini n’a aucun problème à suivre. La machine la plus puissante de la gamme est aussi la plus bruyante, mais c’est un son grave et sourd, pas un sifflement aigu. Attention à bien placer le Mac mini sur une surface lisse, pour éviter d’obstruer l’entrée d’air frais autour du pied, et à ne pas le coller au mur, pour éviter de gêner la dissipation de l’air chaud.

Dire que le Mac mini est « jusqu’à cinq fois plus rapide », comme le fait Apple, ne veut pas dire grand-chose. Cinq fois plus rapide que le Mac mini de 2014, dont le processeur du modèle d’entrée de gamme était cadencé à 1,4 GHz ? Encore heureux ! S’il faut comparer le Mac mini 2018, c’est plutôt aux modèles plus ou moins actuels d’iMac (l’autre machine de bureau grand public) et de MacBook Pro (la machine portable aux processeurs similaires).

On peut tirer quatre enseignements de cette comparaison :

  • le modèle Core i3 est le plus lent des Mac mini, mais n’est pas particulièrement lent, sauf à considérer que le MacBook Pro 13" et l’iMac 21,5" le sont.
  • la gamme d’iMac souffre de n’avoir pas été revue cette année. Les processeurs à quatre cœurs ne peuvent pas suivre la cadence imposée par les puces à six cœurs des MacBook Pro et Mac mini 2018.
  • le modèle Core i5 apparaît comme un juste milieu, conjuguant vitesse de pointe sur un cœur et endurance sur plusieurs cœurs.
  • le modèle Core i7 est une petite bombe qui devrait satisfaire les besoins des utilisateurs les plus exigeants.

Mais comparaison n’est pas raison : nous parlons ici du processeur et uniquement du processeur. Or contrairement au Mac mini, le MacBook Pro 15" et l’iMac intègrent une carte graphique dédiée.

Une machine biprocesseur (ou presque)

Le Mac mini 2018 intègre un second processeur, le fameux T2, cousin des puces équipant l’iPhone et l’iPad. Nous avons déjà longuement détaillé le fonctionnement de ce « super-contrôleur » lors de notre test de l’iMac Pro (lire : Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur la puce T2 et Secure Boot). Puisqu’Apple vante les performances de son circuit dédié à l’encodage HEVC, ajoutons toutefois qu’à l’heure de la rédaction de ce test, il est cruellement sous-exploité. Compressor l’utilise pour la compression 8 bits mais pas 10 bits, et il faut utiliser l’option -c:v hevc_videotoolbox pour l’utiliser avec ffmpeg. Dans ces deux cas toutefois, l’encodage matériel prend environ trois fois moins de temps que l’encodage logiciel.

La puce T2 est au centre du Secure Boot, ce démarrage sécurisé aux conditions strictes. Ce mécanisme n’empêche pas d’installation de Windows, ni même d’une distribution GNU/Linux, comme l’ont prétendu certains pisse-copie en mal de clics. Comme nous l’avons expliqué depuis bien longtemps, le démarrage sécurisé peut être désactivé, et les machines dotées d’une puce T2 peuvent être démarrées sur un disque externe ou une clef USB.

Cette polémique est d’autant plus stérile que Secure Boot n’est pas spécifique aux Mac — il faut suivre peu ou prou la même procédure de « déblocage » sur un PC récent ! Cela étant dit, l’installation complète et stable d’une distribution GNU/Linux sur les machines dotées d’une puce T2 est compliquée par un problème de pilotes. Celui qui concerne le contrôleur NVMe du SSD peut être résolu avec quelques incantations aux dieux de l’informatique, mais celui qui concerne le contrôleur du clavier sur les MacBook Pro 2018 semble encore poser problème.

Sans RAM, ça rame

Avant d’aborder ce point ô combien important, faisons un détour par la case RAM. Vous ne voyez pas le rapport ? Il est pourtant direct : le circuit graphique Intel UHD Graphics 630 prélève jusqu’à 1 536 Mo sur la mémoire centrale. Pour la première fois certes, le Mac mini peut embarquer plus de 16 Go de RAM1, mais la configuration de base se contente de 8 Go de RAM. Pour vérifier l’importance de ce paramètre, nous avons testé une quatrième machine, dotée de 32 Go de RAM.

« Mais on sait que la dotation en mémoire est importante ! », me direz-vous. Bien sûr : elle conditionne directement les performances d’applications manipulant de grands volumes de données. Mais elle est comparativement plus importante sur cette machine, dont la puce graphique intégrée pèse sur la mémoire centrale, que sur l’iMac, dont la carte graphique dédiée possède sa propre mémoire. La différence n’est pas incommensurable, mais elle est mesurable.

Un test GFXBench Metal avec la scène Aztec High en 1440p et les scènes Aztec Normal et Car chase en 1080p, qui donnent une bonne idée des performances graphiques, en particulier dans les jeux. Le Mac mini Core i3 et le Mac mini Core i5 possèdent 8 Go de RAM chacun. La petite différence entre les deux machines, nulle sur la scène la plus exigeante, peut être mise sur le compte du processeur. La différence entre les deux Mac mini Core i7 est plus significative, notamment sur la scène la plus exigeante. Le modèle « A » possède 16 Go de RAM, le modèle « B » possède 32 Go de RAM.

La dotation en RAM n’est pas le seul facteur déterminant — la fréquence du processeur, la définition de l’espace de travail, ou même la température ambiante contribuent aux écarts. Reste qu’il ne faut pas s’acharner pour ressentir la différence. Branchez un écran 4K à l’arrière du Mac mini, lancez Lightroom ou Final Cut, travaillez une petite demi-heure, et vous pourrez dire quelle machine possède 8 Go de RAM et quelle machine possède 32 Go de RAM.

Sur ce plan, le Mac mini est plus proche du MacBook Pro 13" que de l’iMac. Mais comme l’iMac, le Mac mini possède des barrettes de mémoire DDR4 au format SO-DIMM, et non des puces de mémoire LPDDR3 soudées. Si vous comptez utiliser le Mac mini de manière intensive, prévoyez un budget RAM, mais ne vous sentez pas obligé de le dépenser chez Apple. Avec un peu d’attention et d’huile de coude, vous pourrez augmenter la mémoire de votre Mac mini ultérieurement.

Les barrettes de mémoire RAM DDR4 à 2 667 MHz au format SO-DIMM. Vous apercevez le SSD soudé en haut à gauche.

Soyons clairs : octupler la quantité de mémoire n’octuplera pas les performances graphiques du Mac mini. Une fois qu’elle s’est taillée 1 536 Mo de mémoire, la puce Intel UHD Graphics 630 tourne à son rythme de croisière, loin d’égaler celui d’une carte dédiée. Même avec son année de retard technologique, et même si les circuits graphiques intégrés n’ont jamais été aussi puissants, l’iMac garde tout son intérêt face au Mac mini.

Un test Geekbench Metal, qui donne une bonne idée des performances graphiques, notamment dans les usages GPGPU plus généralistes.

À bon port

Bien sûr, puisque le Mac mini 2018 possède quatre ports Thunderbolt 3, vous pouvez toujours brancher une carte graphique externe. Le boîtier eGPU de Blackmagic, par exemple, vous offrira des performances graphiques similaires à celles de l’iMac 27"2. Cette solution ne vous fera pas faire des économies à court terme (vous débourserez plus de 2 200 € en partant d’un Mac mini Core i5 bien configuré), mais pourra vous en faire faire à long terme (vous pourrez remplacer les composants indépendamment les uns des autres). C’est une véritable alternative à l’iMac.

Les ports Thunderbolt 3 prennent la place du port DisplayPort (devenu obsolète), du lecteur de cartes SD (remplacé avantageusement par un lecteur USB 3.0), et du jack d’entrée audio (ce n’est pas une surprise, mais c’est dommage). Dans sa grande mansuétude, Apple a conservé deux ports USB-A et surtout le port HDMI. Mieux : une option à 120 € transforme le port Ethernet Gigabit en port Ethernet 10 Gpbs3 (lire : Test du Netgear Nighthawk Pro Gaming SX10, un switch 10 Gb/s pour les joueurs… mais pas que).

Il faut à peine plus d’une minute pour transférer 50 Go entre deux Mac mini connectés sur un réseau Ethernet 10 Gb/s (820 Mo/s). Considérez cette option si vous comptez former un cluster de Mac mini, une configuration sur laquelle nous reviendrons tout prochainement.

Pour être tout à fait complet sur cette machine, il faut enfin parler du stockage. Fini le disque dur, fini le Fusion Drive, place au SSD NVMe. C’est silencieux, c’est rapide, mais c’est cher, 1 920 € pour passer à 2 To depuis le modèle 128 Go. Et pour le coup, vous devrez choisir la capacité à l’achat, Apple préférant les puces soudées aux barrettes amovibles, et puis tant pis si cette machine est censée répondre aux besoins changeants des prosumers et des professionnels. Il fallait bien finir ce test sur une note amère.

Précision d’importance : la vitesse d’écriture est directement indexée sur la capacité, une bizarrerie liée au fonctionnement des SSD. Si vous travaillez sur de gros fichiers en interne, vous avez donc tout intérêt à privilégier les grosses capacités… ou passer sur un système RAID Thunderbolt en externe. La vitesse de lecture dépasse 2 Go/s dans tous les cas.

Après quatre ans d’attente, ce Mac mini n’est rien d’autre qu’un Mac mini, et ce n’est peut-être pas plus mal. Avec ses composants dernier cri et son système de refroidissement efficace, il remplit pleinement son rôle d’iMac sans écran. Avec ses ports Thunderbolt 3, il le remplit sans doute mieux que jamais, puisqu’il peut recevoir une carte graphique externe aussi (voire plus) puissante que celle de l’iMac.

Ainsi équipé, on pourrait le qualifier de « machine professionnelle et modulaire », voilà qui donnera du grain à moudre aux clients présumés du futur Mac Pro. Mais ce n’est pas lui rendre justice : le Mac mini 2018 n’est pas une machine au profil bien défini, mais une gamme de machines aux usages variés. De 899 à 4 969 €, il y a un monde.

Le modèle Core i3 à 899 € conviendra au plus grand nombre, même si l’on se sentira rapidement à l’étroit sur son petit SSD de 128 Go. À l’autre bout de la gamme, un modèle Core i7 gonflé qui dépassera la barre des 3 000 € est une petite bombe que l’on retrouvera dans les studios de production musicale comme dans les cabinets d’architecte. Le modèle Core i5, un peu moins cher que l’iMac 21,5", est une machine bonne à tout faire.

Reste à espérer qu’il ne faudra pas attendre quatre ans avant de voir le prochain modèle.

  1. Jusqu’à 64 Go, en deux barrettes SO-DIMM de 32 Go, pour la modique somme de 1 680 €. ↩︎
  2. Le passage par le bus Thunderbolt impose un overhead qui diminue légèrement les performances. ↩︎
  3. Qui prend en charge le système Multi-Gigabit, qui permet de recycler une installation existante (un vieux câblage de catégorie 5e ne permet pas d’atteindre 10 Gb/s, mais devrait laisser passer 2,5 Gb/s au moins, 5 Gb/s au mieux). ↩︎

Vous avez aimé cet article ? Produire du contenu original demande du temps, des compétences, et des connaissances.
Soutenez notre équipe de journalistes, rejoignez le Club iGen sur le Kickstarter.

Note

Les plus :

  • Un iMac sans écran
  • Gamme couvrant de nombreux usages
  • Connectique complète
  • RAM remplaçable

Les moins :

  • SSD non remplaçable
  • Prix des options de stockage
Tags
avatar corben | 

Le meilleur compromis performance prix c’est le Mac mini avec i5 et 16 go voire 32 go pour être tranquille
Mon collègue graphiste a cette config qui répond à tous ses besoins (photo et
vidéo)

avatar occam | 

@corben

"Mon collègue graphiste a cette config qui répond à tous ses besoins (photo et vidéo)"

Pour un avis différent, consulter le test de Christopher Schodt, sur Engadget :
https://www.engadget.com/2018/11/16/apple-mac-mini-2018-review/

« Apple's own marketing materials refer to the new mini as "part racehorse, all workhorse," and though they didn't go as far as branding this the "Mac Mini Pro" Apple is clearly positioning it as a high-performance computer. This makes the lack of a reasonable GPU all the more confounding. Graphics performance is important for designers and media producers (in fact, both Autodesk Maya and Final Cut Pro can benefit greatly from an OpenCL capable GPU), but graphics cards also power OpenCL or CUDA based compute performance. These types of GPU-driven number crunching are increasingly useful for scientific computing and data analysis tasks like encryption, image recognition, optimization and machine learning.

For music producers and people writing apps in Xcode, maybe the new Mini makes sense, but I don't imagine most other "pro" users will be happy with this level of performance. I can't help but shake my head at Apple's charts and graphics showing off how much faster the new Mini is than the 2014 model. Not only do a lot of the benchmarks they've published only highlight CPU intensive tasks (rendering in Keyshot, exporting from Final Cut) instead of actual workflows, but they're also comparing a $4,300 2018 Mini with a six-core processor and 64GB of RAM to a 2014 machine that couldn't even beat its own 2012 predecessor. Four years later, I'd certainly hope the new model would be faster.

Maybe this highlights the best professional use case for the new mini. A rendering machine that can handle CPU intensive tasks like compiling code and rendering graphics, but that you wouldn't actually want to do your daily work on. »

avatar pocketalex | 

@occam

ils n'ont pas tort du tout

Pour bénéficier de la puissance du i5 ou du i7, il convient d'équilibrer avec un eGPU, et donc de charger encore plus la mule financière. Pas sur que ce soit très intéressant au final

Un mini i7 avec 1To de SSD et le 10GbE c'est 2329€, auquel il faut ajouter, pour rivaliser avec une station de travail équilibrée, un eGPU correct (+600 à 900€), 32 à 64Go de RAM (+300 à 600€) et un écran 4k correct (+600 à 900€), et clavier/souris (+200€)

On se retrouve vers les 4500/5500€ suivant options, avec un GPU bridé (car eGPU), externe, volumineux et surement bruyant, un écran 4K et non 5K (si on compare avec iMac / iMac Pro) et un i7 surement puissant... mais qui n'est pas non plus un Xeon 8C

Ce mini intéressera peut-être les graphistes et photographes qui recherchent une machine moyen de gamme (i5, 512Go de SSD et le reste en externe, etc) qui, couplée à un eGPU moyen de gamme, assurera le taf confortablement, mais si l'on pousse les curseurs, l'iMac Pro devient plus intéressant.

avatar calotype | 

"Ce mini intéressera peut-être les graphistes et photographes qui recherchent une machine moyen de gamme"

Je suis photographe et si j'achète un mac je ne cherche pas un moyen de gamme, je cherche le meilleur dans la gamme qui répond a mes priorités. D'ailleurs cela ne veut rien "dire moyen de gamme"

Si je devais acheter un mac pour sont rapport performance/prix je prendrais un imac.
Si je devais acheter ce mac mini c'est pour son absence d'écran et donc la possibilité de le choisir. L’écran miroir de l'imac pro ou non, a toujours été rédhibitoire.
Si je bosse sur macbook pro c'est juste pour la mobilité qui dans de rare cas me parait indispensable. Mais c'est celui qui revient le plus cher. Et sur les performances c'est pas le meilleur tout mac confondu. Mais je lui colle l’écran que je veux et il reste fermé dessous comme un mac mini.

avatar Kinky | 

Exact, avec 16Go de RAM ce Mac mini i5 sera la configuration idéale pour le graphisme (suite Adobe : Illustrator, Photoshop, Animate, InDesign, Dreamweaver… ). Surpuissant et surtout moins bruyant que le i7. Le Mac mini est de loin le meilleur mac pour les graphistes du fait de la possibilité d'y adjoindre un écran mat ajustable verticalement. La carte graphique Intel intégrée est parfaite pour le design 2D, elle est même trop puissante. Et pour les gros filtres photoshop, une carte dédiée vous fera gagner 3 secondes par jour… Inutile vu le surcoût en eGPU.
Parole de designer.

avatar flux_capacitor | 

@Kinky

Je ne suis pas certain pour le bruit entre un Mac mini i5 vs i7. Certes le i5 a une fréquence moindre. Mais la différence serait vraie si le i5 avait un TDP de 65 W et le i7 de 100 W. Or ils ont le même TDP de 65 W. Ça veut dire que pour un gros export photo, un encodage vidéo, ils atteindront les même niveaux de température, parce que le i5 devra tourner à fond plus longtemps pour le même traitement à terminer.

avatar Marcos Ickx | 

@corben

Amha le mieux, c’est le core i7. Car tu pourras toujours plus tard mettre à jour la mémoire ou rajouter un disque ssd. Mais changer le processeur, tu ne pourras pas.
Juste mon avis.

avatar Kabrice | 

Un petit serveur parfait pour faire tourner des VM en parallèle.

avatar bonnepoire | 

ça fait cher les VM...

avatar Kabrice | 

Au final beaucoup moins que de les démarrer sur Azure ou AWS ;-)

avatar bonnepoire | 

Je ne comprends pas trop le grand écart. Tu peux monter une machine qui tourne sous vmware pour bien moins cher que ce mini et avec plus de coeurs. Et encore, je n'aborde même pas la question du stockage.
Une mini c'est très bien mais pour une usage en virtualisation, je reste sceptique...

avatar Kabrice | 

Disons que je teste des applications serveurs beta voir alpha. Je dois souvent créer des VM et jusqu'a présent je me limitais dans mes tests. Ce mini m'ouvre des perspectives. Mais il y a bien sur des moyens plus économiques que le mini hors écosystème Apple.

avatar fte | 

@Kabrice

Des VM macOS, certes. Des VM pas macOS, il y a beaucoup plus efficace en termes économiques.

avatar Kabrice | 

@fte
Aucun doute la dessus. Je parle juste de mon cas dans un écosystème Apple.

avatar Boboss29 | 

L'option i7 me botte bien. Pour le stockage un ssd externe en tb3. Et la ram a l'air assez simple à changer. Pour 1300 euros, un super mac !

avatar Marcos Ickx | 

@Boboss29

Même avis que toi.

avatar pocketalex | 

"comme l’ont prétendu certains pisse-copie en mal de clics"

Hey MacG, on ne critique pas ses commentateurs 😜
il faut laisser les autres commentateurs le faire 😂

avatar 1Er0ck | 

"La vitesse d’écriture est directement indexée sur la capacité, une bizarrerie liée au fonctionnement des SSD"
Du coup la vitesse d'écriture chute avec le remplissage du SSD ou reste stable ? J'ai toujours voulu le savoir car j'ai l'impression que les SSD ralentissent et on entend souvent qu'il ne faut jamais baisser sous 30% de capacité restante.

avatar mszy | 

Pour la conversion, 10Gbps représentent 1250Mo/s non ?

Sachant que 8bit = 1 octet !

avatar Fabricius | 

@mszy

Nan, 1 octet = 8 bits 😁

Tu as tout à fait raison, 10Gbits soit 1250mo/s

Ça tourne pas mal hein !

avatar pocketalex | 

@fabricius

Carrément !

Et c'est tout l'intérêt du 10GbE : proposer des vitesses dignes d'un SSD interne, ou d'un DAS RAID 5 externe, mais en réseau, donc accessible à une équipe, et pas juste un et un seul pékin

Et je salue Apple pour la démocratisation de cette norme, ça fait juste 5 ans que toutes les machines (PC ou Mac) devraient le proposer.

Enfin, au moins les machines de prod, les bécanes familiales/mainstream on s'en tape, mais dès qu'on voulait investir dans une machine un minimum sérieuse, on avait le choix entre la vitesse, mais en solo (LaCie BIG Disk TB3, Promise TB3, etc), ou le partage, mais à 2 à l'heure (Tous les NAS en 1GbE, soit 90Mo/s ... au maximum, souvent moins l'usage), ou le partage en haut débit, mais à des prix délirants (800€ la carte réseau 10GbE en PCI, 2000€ le switch si ce n'est plus, 3000€ minimum le NAS avec 10GbE .. et plutot 4 à 6000€, et je parle pas des câbles...)

Maintenant une petite équipe, une PME, un pool de free-lances, etc, peut taffer sur un NAS 10GbE (il y en a aux alentours des 500€ chez Qnap) sans se ruiner. ça reste couteux, et c'est normal, c'est du haut débit, mais c'est devenu accessible

avatar corben | 

@mszy

Débit en effet Max théorique qui est atteint que dans certains cas

avatar hirtrey | 

7000€ de matériel pour ce test ! Vous avez intérêt à rentabiliser cet article.

avatar Mac_Gay | 

@hirtrey

La rédaction confirmer ou pas, mais en général, le matériel testé est prêté par Apple, ou acheté puis rendu.

avatar hirtrey | 

@Mac_Gay

Non je crois qu’il est acheté puis gardé même pas revendue. Sauf si cela a changé.

avatar Thib-76 | 

@hirtrey

Non normalement il est acheté, testé puis ils le renvoient 😉

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@hirtrey : une partie prêtée, une partie achetée, et tout finira par repartir.
avatar endavent | 

Pour un besoin « ordinaire » (bureautique, Internet, quelques photos ...) pensez-vous qu’il soit plus intéressant de prendre le modèle de base et lui adjoindre un SSD de 500 Go en USB 3 plutôt que l’option onéreuse du disque interne SSD ?

avatar oomu | 

je tablerais au moins sur un i5/16Go et tous les documents de travail sur un stockage externe en usb3 ou pour plus de sécurité, un raid1/raid5 de disque durs en TB3..

avatar flux_capacitor | 

@oomu

Time Machine peut-il sauvegarder un 2e volume USB en plus du disque de démarrage ?

avatar pocketalex | 

@endavent

il faut 256Go mini en interne , et, idéalement, l'option 10GbE

L'option 10GbE, tu peux la reporter à + tard en achetant un boitier externe, plus cher (200€ environ) mais offrant la possibilité de reporter cet achat

Les 256Go par contre, c'est un peu obligatoire, ou alors il faudra à un moment ou un autre jongler avec tes datas

Après, le reste peut être sur le support que tu veux : DD externe, SSD externe, DAS, NAS, ... Et là c'est infini

avatar Kinky | 

Le modèle à 899€ sans aucune option sera parfait. Éventuellement avec 256Go de SSD pour la revente dans quelques années. Pour l'extension de SSD, gère avec un SSD externe et pour la RAM tu pourras la doper plus tard si tes besoins changent.

Les conseils de oomu sont à côté de la plaque, doper la RAM juste pour de la bureautique n'a rien de nécessaire.

avatar Jojojo22 | 

Mieux faut acheter le nouveau ou pour moins cher un ancien ?🧐

avatar pocketalex | 

@jojojo22

c'est quoi moins cher ?

faut voir l'intérêt : c'est un modèle avec HDD (donc investir dans un SSD et se taper l'opération) ? un fusion drive (pas super intéressant) ? avec 4Go de RAM (soudée... donc on oublie direct) ? ou 8 ?

Si c'est pour payer 400€ un mini de 2014 avec HDD et 4Go de RAM, c'est juste absolument pas intéressant, quelque soit l'usage
Si c'est pour payer 250€ un modèle avec 8Go de RAM, alors on pourra remplacer son disque par un SSD et on aura une bonne machine bureautique pour 300 et quelques Euros, et là ça peut être intéressant ... pour de la bureautique ou du familial ou du serveur

avatar Jojojo22 | 

@pocketalex

Donc le modele core I5?

avatar pocketalex | 

@Jojojo22

Si tu parles des mini 2018, non, le core i3 est parfait pour de la bureautique

Le truc c'est que ici, dans ce forum, "core i3" ça fait flipper les gens. Et je parle même pas de ceux qui t'expliquent que sans un core i7 et une GTX 1080, ton ordinateur n'est bon qu'a taper du texte...

Le core i3 de ce mini est largement plus véloce que le core i5 des anciennes gammes, donc pour un usage bureautique et même pour des choses plus marrantes, il sera parfait

Le modèle i3 / 8Go (tu achèteras ta ram plus tard, moins cher) / 256Go est à 1139€ et tout le reste peut être upgradé dans un second temps : la RAM (à 16 ou 32Go par exemple), le réseau (en 10GbE avec un adaptateur TB3) le stockage (via TB3, Ethernet ou USB3, c'est potentiellement infini)

Il ne faut envisager le core i5 qu'en cas de besoin de puissance importants ... et fréquents.

avatar Jojojo22 | 

@pocketalex

Merci beaucoup j’hésitais je vais prendre la plus petite config de toute facon j’ai un disque dur porshe design lacie de 2T donc j’ai de la place ...

avatar pocketalex | 

@ Jojojo22

Si tu savais ce que je fais avec mon Macbook 12" dont la puissance de feu est infiniment inférieure au modèle i3 de ce mac mini....

L'équation est simple : si on a des besoins "ponctuels" de puissance, par exemple pour monter un film, retoucher des grosses grosses grosses photos, etc, et que majoritairement on a un usage bureautique/familial, nul besoin de prendre un i5 ou un i7
Certes ça peut ramer à des moments, certes les temps de rendus sont un peu plus long, et alors ?
A contrario, si c'est ton quotidien de traiter des photos, de monter des films, d'animer des choses, etc, alors il faut choisir une machine performante tout le temps

La connerie, c'est d'acheter une Rolls parceque X et Y t'expliquent qu'il faut avoir la plus grosse, que sans un i9 9900K tu peux rien faire de sérieux, que sans une GTX 1080 t'es perdu...

Si le core i3 de ce mini était anémique et incapable de rien, je te dirais i5 direct, mais là il rivalise avec un iMac 5K entrée de gamme, soit une grosse machine de prod.

avatar Jojojo22 | 

@pocketalex

Wahou tu sais bcp de trucs

J’ai un ecran externe et j’hesite vraiment quand mon macbook air sera mort d’acheter un mac mini et un ipad mini pour les Etudes ou d’acheter un new macbook
Bref dilemme

avatar Jojojo22 | 

@pocketalex

Mais avec ton macbook 12 pouces tu peux le brancher a un ecran usb-c qui permet de brancher ton ecran en le rechargeant au lieu d’acheter un mac mini ?🧐

avatar pocketalex | 

@Jojojo22

Avant, je ne l'utilisais qu'en mode nomade, jamais sur un bureau

Et, depuis peu, je me prend à le réutiliser en sédentaire. J'ai un écran 24" FullHD Asus ProArt à la maison, un clavier filaire, une souris Logitech (MX Anwhere 2S, la meilleure du monde), et avec un hub à 29€ le Macbook 12" prend tout ça en charge

Majoritairement, si je dois bosser avec, je préfère piloter ma machine du taf via Jump Desktop, mais des fois je taffe direct sur le Macbook. ça dépend.

avatar occam | 

@pocketalex

"le core i3 est parfait pour de la bureautique"

Vous avez bien raison de le souligner.
Il faudra sans doute le répéter.

Sur un NUC de configuration équivalente, l’actuel i3 peut, selon les tâches, avoir des performances comparables à un i7 de la génération précédente, surtout là où hyperthreading n’est pas disponible ou indispensable.

avatar pocketalex | 

@occam

bureautique, mainstream, familial ...

Les usages sont larges. J'ai toujours l'impression que bureautique signifie "word-excel-powerpoint-un peu de web et matter des films"

Cette machine égale un iMac 5K core-i5.
Elle est plus que capable, le modèle i3 hein, de prendre en charge des flots de RAW sous Lightroom, de monter en 4K sous FCP X, de composer avec Logic, de coder, etc, etc, bref ça va bien plus loins que juste modifier des devis sous Excel

C'est pour ça que je préfère le terme "mainstream" à "bureautique"

avatar Jojojo22 | 

Si on a une utilisation de base quel config prendre ?

avatar Kinky | 

899€ ;-)

avatar amonavis | 

On ne parle jamais du GROS inconvénient quand on a ,par exemple, un mac mini 2014 et qu'on veut passer au 2018, de devoir acheter des adaptateurs, dans mon cas des adaptateurs thunderbolt 2 vers 3 qui coutent 60 Euros pièces si je ne me trompe pas !!?? Dans mon cas je devrais en acheter 3 (!) Pour brancher mes périphériques !!? Donc 180Euros!!!???
Ya t-il une autre solution?
Ça me refait penser aux sketch de feu les "guignols" :
Apple, nous c'est la pomme, vous c'est les poires.

avatar Kabrice | 

Pourquoi devoir acheter 3 adaptateur TB2 vers TB3 sachant que le mini 2014 n'avait que 2 ports? Le chainage de port TB2 doit toujours fonctionner. Et puis si le 2014 fonctionne bien pourquoi changer pour un 2018?

avatar amonavis | 

Et bien en fait je fais de la musique (Logic pro X) et je me suis rendu compte (trop tard) que j'avais besoin de plus de puissance que ce soit RAM (bloqué a 8 sur mon mac mini 2014) ou CPU .
En fait j'ai 3 periph que je branche en usb (souris,carte son,clavier musique) et un (ou 2 ) ssd externe par Tb2.
Donc vous avez raison il me faut 2 adaptateurs tb2/tb3 mais aussi... un adaptateur usb/tb3... : (
C'est pas gagné faut que je me renseigne..

D'ailleurs c'est quoi le "chainage de port" tb2?

avatar Kabrice | 

Les périphériques Thunderbolt peuvent être mis les uns derrière les autres pour peu que le périphérique est 2 prises Thunderbolt. Tu branches par exemple un disque dur sur un port TB2 de ton mac et un autre disque, un écran ... sur le premier disque.

avatar amonavis | 

Aaaaah ok.merci.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR