Test du Mac Pro fin 2013 (huit cœurs à 3 GHz, FirePro D700)

Anthony Nelzin-Santos |

Dix ans que le Power Mac / Mac Pro n’avait pas changé d’apparence. Avec le nouveau Mac Pro, Apple ne propose pas seulement un nouveau boîtier : elle impose un peu plus sa façon de penser l’informatique de bureau. Avec succès ? Réponse avec notre test du nouveau Mac Pro huit cœurs à 3 GHz (FirePro D700, 32 Go de RAM et 512 Go de SSD, 6 799 €).

Le Mac Pro Xeon Tube

Le Power Mac G5 (devenu Mac Pro) était certes beau et pratique, mais il n’en demeurait pas moins un ordinateur de bureau assez conventionnel : une grosse boîte pleine de ventilateurs, de disques et de cartes d’extensions. Alors que le grand public bénéficiait des multiples avatars de l’iMac tout-en-un, Apple était conservatrice avec un marché conservateur. Mais ça, c’était avant.

Le Mac Pro est le premier Mac entièrement assemblée aux États-Unis depuis près de quinze ans.
Le Mac Pro est le premier Mac entièrement assemblée aux États-Unis depuis près de quinze ans.

S’il garde le nom de son prédécesseur, le nouveau Mac Pro n’est pas qu’une énième déclinaison sur le même thème. L’idée qui a présidé à sa conception justifie toutefois les expérimentations d’Apple depuis plus de trente ans. Ce cylindre noir remplace les tours grises et les boîtes beiges dans le rôle du module de calcul agnostique, dont l’utilisateur peut augmenter et spécialiser les fonctions selon ses besoins créatifs.

Les photos très travaillées du site d'Apple laissent croire que le Mac Pro est noir. L'aluminium de son capot est plutôt gris foncé, un aluminium finition miroir : avec ce papier rose, le Mac Pro prend une légère teinte violacée.
Les photos très travaillées du site d'Apple laissent croire que le Mac Pro est noir. L'aluminium de son capot est plutôt gris foncé, un aluminium finition miroir : avec ce papier rose, le Mac Pro prend une légère teinte violacée.

On peut d’ailleurs remonter la filiation du nouveau Mac Pro jusqu’au Power Mac G4 Cube, dont les différents organes étaient arrangés autour d’une colonne de refroidissement et protégés par une carcasse au design léché. Les similarités sont frappantes, mais Apple a cette fois poussé l’idée à son paroxysme et le nouveau Mac Pro n’est rien d’autre qu’un module de calcul, sans aucune forme d’extension interne.

À gauche le Power Mac G4 Cube, à droite le nouveau Mac Pro. Les deux machines possèdent des similarités frappantes.
À gauche le Power Mac G4 Cube, à droite le nouveau Mac Pro. Les deux machines possèdent des similarités frappantes.

C’est que les technologies ont sacrément évolué en dix ans : les entrées/sorties « de nouvelle génération » sont aussi rapides que les anciens bus internes, les imposants disques durs ont été remplacés par de minuscules disques de mémoire flash, la course aux GHz a laissé place à la course aux cœurs, et les cartes graphiques sont tout autant utilisées par les hardcore gamers à la recherche des FPS que par des scientifiques à la recherche d’une particule divine. Le Mac Pro devait donc évoluer.

Les deux cartes graphiques. Celle de droite porte aussi le SSD : remarquez qu'il y aurait de la place sur l'autre pour une deuxième barrette.
Les deux cartes graphiques. Celle de droite porte aussi le SSD : remarquez qu'il y aurait de la place sur l'autre pour une deuxième barrette.

Comme son illustre ancêtre, le Mac Pro est conçu de l’intérieur vers l’extérieur. Le « cœur thermique » est la colonne vertébrale de la machine, un radiateur en forme de prisme triangulaire chargé d’évacuer la chaleur des composants qui y sont fixés. L’air frais est aspiré depuis le bas du Mac Pro, remonte le long du cœur thermique, et sort réchauffé par le haut : un seul et imposant ventilateur, au sommet de la machine, est nécessaire au fonctionnement de ce système de refroidissement.

Les barrettes mémoires sont distribuées de part et d'autre de la carte portant le processeur « cachée » derrière les ports.
Les barrettes mémoires sont distribuées de part et d'autre de la carte portant le processeur « cachée » derrière les ports.

Chaque face du cœur thermique accueille une carte-fille : une pour le processeur, les deux autres pour les puces graphiques, des composants qui forment le véritable cœur de cette machine en lui apportant ses capacités de calcul généralistes et spécialisées, à très haute fréquence ou massivement parallélisées. Le nouveau Mac Pro ne dispose plus que d’un seul processeur Intel Xeon E5 Ivy Bridge-EP, mais l’hyper-threading « transforme » chaque cœur physique en deux cœurs logiques. C’est au contraire le premier Mac équipé de série de deux cartes graphiques, quoique ses cartes AMD FirePro aient été conçues pour le calcul plutôt que pour le jeu.

À l'allumage de la machine, les groupes de ports s'illuminent progressivement. En fonctionnement normal, seul le bouton d'alimentation reste illuminé, sauf si l'on tourne la machine pour brancher un câble : le Mac Pro contient un accéléromètre qui ne sert à rien d'autre qu'à détecter ce mouvement et déclencher l'allumage des diodes.
À l'allumage de la machine, les groupes de ports s'illuminent progressivement. En fonctionnement normal, seul le bouton d'alimentation reste illuminé, sauf si l'on tourne la machine pour brancher un câble : le Mac Pro contient un accéléromètre qui ne sert à rien d'autre qu'à détecter ce mouvement et déclencher l'allumage des diodes.

Les autres composants se greffent sur ces cartes, comme des accessoires ajoutés là où il restait de la place. Le SSD prend place sur une des cartes graphiques, la seconde en étant étrangement dépourvue. Les banques mémoire, au nombre de quatre seulement, flanquent la carte processeur. Le bloc d’entrées / sorties, indispensable et impérative interface entre la puissance interne et la polyvalence externe, surmonte le tout et transperce donc la sombre armure irisée du preux Mac Pro.

Un tube de puissance condensée

Qu’est-ce que cela donne en pratique ? Il est difficile de donner une seule réponse à cette question, sauf à répondre « ça dépend ». La machine que nous a prêtée Apple est une configuration personnalisée d’une valeur de 6 799 €, dotée d’un processeur octocœur à 3 GHz, de deux cartes AMD FirePro D700, de 32 Go de RAM et d’un SSD de 512 Go. Un choix qui n’est évidemment pas anodin.

Scores Geekbench et Cinebench des Mac Pro huit cœurs mi-2008 (bi-quad 2,8 GHz), mi-2012 (bi-quad 2,4 GHz) et fin 2013 (octo 3 GHz). Clic pour agrandir

Les tests théoriques montrent bien que ce modèle est globalement plus puissant que son prédécesseur bi-quad, ne serait-ce que grâce à sa fréquence processeur relevée de 600 MHz. Reste que si les gains sont appréciables, ils n’ont rien de renversant : le nouveau Mac Pro s’inscrit dans une progression continue et modérée, limitée à la fois par la feuille de route d’un Intel sans concurrence et les choix techniques effectués par Apple. Si l’on se cantonne aux applications de la suite iLife, une bonne mesure du « confort » général, un iMac haut de gamme de l’an dernier réussit ainsi à lui coller au train.

Comparaison des performances avec les applications de la suite iLife (durée d’exportation d’un projet GarageBand, de 500 clichés RAW dans iPhoto et d’un clip 4K dans iMovie). Clic pour agrandir

Les écarts se creusent logiquement dès que l’on passe aux applications professionnelles : alors que l’on peut atteindre les limites d’un iMac gonflé avec Logic Pro, ce sont les limites de Logic Pro que l’on atteindra avec le Mac Pro, puisque l’application de MAO d’Apple est incapable d’exploiter plus de seize cœurs logiques. Mais les différences sont plus difficiles à mesurer dans Photoshop ou dans Lightroom, quoique l’on sente bien qu’il y en a sous le capot et qu’il soit impossible d’observer le moindre ralentissement. La dotation en mémoire de notre machine aide, l’incroyable vitesse de son SSD relié en PCIe aussi.

Comparaison des performances avec Logic Pro X (nombre de pistes activables avec le Logic Multicore Benchmark Test). Clic pour agrandir

C’est vraiment dans les domaines de la vidéo et de la 3D que ce nouveau Mac Pro se détache. Une timeline 5K avec quelques effets dans Final Cut Pro ? Un traitement DaVinci Resolve sur de nombreux nœuds ? Une scène très complexe dans Luxmark ? Un iMac récent s’étouffe, un ancien Mac Pro hoquette, mais le nouveau Mac Pro ne bronche pas. Ces applications sont les seules, à quelques rares exceptions près, à tirer parti des deux cartes graphiques qui font la spécificité de cette machine (lire : Mac Pro : des cartes graphiques qui font la paire). Des cartes graphiques avec lesquelles vous pourrez jouer une fois le travail terminé, même si un PC à 800 € ou une console de jeux feront mieux.

Comparaison des performances dans Final Cut Pro (durée d’exportation du projet BruceX). Clic pour agrandir

De votre activité dépend donc l’intérêt de ce nouveau Mac Pro, nul pour les tâches basiques, limité pour la photo ou l’audio, net et massif pour la vidéo et la 3D. Mais quoi que vous fassiez avec cette machine, elle restera incroyablement silencieuse : il faut coller l’oreille pour entendre son ventilateur ronronner, même pendant les opérations de rendu les plus complexes, et un système de stockage fera plus de bruit. Le cœur thermique est véritablement efficace, l’air extrait était au mieux tiède, tout comme le capot en aluminium. Rien n’empêche donc de laisser cette machine sur le bureau, à côté de l’écran, mais il faudra alors trouver un moyen de gérer les multiples câbles qui s’y brancheront.

Score Luxmark. Clic pour agrandir

Il serait bien présomptueux de discuter du choix d’Apple d’externaliser toute capacité d’extension : de l’adoption précoce de l’USB et du Wi-Fi à l’abandon précipité des disquettes et supports optiques, de l’ultraportable au tout-en-un en passant par les écrans très haute résolution, la très grande majorité de ses choix techniques a été validée. Fidèle à ses habitudes, la firme de Cupertino suit les usages de ses utilisateurs tout en les précédant : nombreux sont ceux qui utilisent déjà des interfaces et du stockage externe, mais Apple avance plus vite sans peur de froisser ses clients les plus conservateurs.

Reste qu’en l’espèce, l’exécution de ce concept n’est pas parfaitement satisfaisante. On ne peut pas brancher un écran 4K et du stockage sur n’importe quel port Thunderbolt, sauf à ne pas se soucier des performances. Les ports USB 3.0 sont là pour brancher des accessoires, pas forcément pour y brancher des systèmes RAID (lire : Mac Pro : les ports, c’est important, et pourtant…). Et tous ces ports sont arrangés sur une section courbe favorisant, à la longue, la déconnexion des câbles. Le Mac Pro est loin d’être difficile à vivre de ce point de vue, mais son principal défaut porte sur un des points les plus importants de sa fiche technique.

Pour conclure

De ce point de vue, Apple n’est pas uniquement en avance sur les usages : elle l’est aussi sur les technologies. Son processeur n’est pas aussi puissant qu’il pourrait l’être si Intel avait de la concurrence, ses cartes graphiques ne sont pleinement exploitées que par une poignée d’applications spécialisées, ses ports sont indispensables à toute évolutivité, mais en même temps la limitent.

Aussi détestable que soit cette expression, elle résume parfaitement cette machine : ce Mac Pro est « la rev A » d’une nouvelle façon de penser la station de travail professionnelle. Vous en avez besoin ? Foncez, c’est une superbe machine comme seule Apple sait en faire. Mais si vous n’en avez pas absolument besoin, réfléchissez un peu, surtout si vous utilisez des écrans 4K…

…et puis foncez quand même, tant cette machine est impressionnante, puissante, et attachante même dans ses petits travers.

Aller plus loin

La plupart des applications que nous utilisons dans nos tests ont été radicalement mises à jour ces derniers mois. Quitte à ne plus pouvoir directement comparer des machines, nous avons décidé de revoir notre procédure.

Au-delà de la valeur témoin qu’est le score Geekbench, nos tests « théoriques » doivent donner un bon aperçu des ressources de la machine. Ainsi parce que les cartes graphiques sont polyvalentes, elles sont désormais testées à la fois avec un « profil jeu » et avec un « profil 3D ». Et parce que la puissance brute n’est pas le seul élément à prendre en compte, nous mesurerons plus systématiquement la vitesse du disque et des connexions au réseau, ainsi que le bruit et la consommation énergétique des machines.

Nos tests « pratiques » se concentrent désormais sur un nombre réduit de domaines (audio, photo et vidéo). Nous avons reconduit nos anciens tests pour les applications grand public, mais avons adopté des tests standards pour les applications professionnelles. Nous utilisons ainsi BruceX et le Logic Multicore Benchmark Test pour mettre à l’épreuve les machines avec Final Cut Pro X et Logic Pro X, ou encore LuxMark pour avoir une idée de leur puissance de calcul avec OpenCL. Des tests que vous pouvez effectuer sur votre machine pour la comparer avec celles que nous testons.

Processeur

Le Mac que nous avons testé est doté d’un Intel Xeon E5-1680 v2 octocœur à 3 GHz. Il peut monter à 3,9 GHz sur un seul cœur, et chaque coeur physique devient deux cœurs logiques grâce à l’hyper-threading. Gravé en 22 nm, il affiche un TDP de 130 W et peut gérer jusqu’à quatre banques mémoire pour une capacité totale de 256 Go de RAM DDR-3 1 866 MHz.

Scores Geekbench et Cinebench.Clic pour agrandir
Les applications de la suite iLife sont très dépendantes de la fréquence maximale : dans de nombreuses applications, le Mac Pro ne sera pas beaucoup plus performant qu’un iMac. Clic pour agrandir
Au contraire, Logic Pro peut exploiter jusqu’à seize cœurs logiques : le nouveau Mac Pro est ainsi capable de gérer beaucoup plus de pistes qu’un iMac ou un de ses prédécesseurs.Clic pour agrandir

Carte graphique

Notre machine de test embarque deux cartes AMD FirePro D700 basées sur l’architecture Tahiti XT spécialement optimisée pour le GPGPU. Avec ses 2 048 processeurs de flux et ses 6 Go de mémoire GDDR5, il s’agit de la carte pour Mac Pro la plus puissante : elle calcule jusqu’à 3 481 GFLOPS.

Par défaut, applications et jeux n’utilisent qu’une seule carte graphique : contrairement à Windows, OS X ne prend pas en charge la technologie Crossfire d’AMD. Chaque carte est en fait dédiée à une tâche précise : l’une est entièrement dévolue à l’affichage vidéo, l’autre s’occupe exclusivement des opérations de calcul.

Alors que deux jeux tournent, une carte « dort » (celle dédiée au calcul), pendant que l'autre « bosse » (celle dédiée à l'affichage vidéo).
Alors que deux jeux tournent, une carte « dort » (celle dédiée au calcul), pendant que l'autre « bosse » (celle dédiée à l'affichage vidéo).

Une application peut bien entendu profiter de la puissance combinée des deux cartes, à condition d’avoir été spécifiquement adaptée pour cela. Final Cut Pro X est le parfait exemple d’une telle adaptation, exemple suivi par BlackMagic avec DaVinci Resolve, The Foundry avec Mari, et bientôt Adobe avec Photoshop et Premiere.

Notre Mac Pro de test est entré dans le top 10 des meilleurs scores Luxmark : ses performances OpenCL sont excellentes, et il ne devrait avoir aucun mal à faire tourner les applications de 3D ou de modélisation mathématique les plus exigeantes.Clic pour agrandir
Cette machine est le premier Mac capable de rendre en temps réel le test Candle dans DaVinci Resolve.Clic pour agrandir

Mais même dans ces applications, les cartes graphiques ne font pas tout. Dans Final Cut Pro X par exemple, le processeur reste important pour la lecture et l’exportation. Les cartes graphiques ne comptent que si vous ajoutez beaucoup d’effets : plus le projet est complexe, plus elles s’activent et plus la différence entre une D300 et une D700 se fera sentir.

Final Cut Pro a été tout particulièrement optimisé pour le nouveau Mac Pro. Dans le test BruceX, la timeline n’est pas prérendue : les deux cartes graphiques sont exploitées pour rendre les effets, ce qui explique que le nouveau Mac Pro soit tellement plus rapide que son prédécesseur ou un iMac. En conditions normales, la différence est moins marquée, mais tout de même très sensible : cette machine est faite pour les vidéastes.Clic pour agrandir

La FirePro D700 n’est pas particulièrement spécialisée dans le jeu vidéo, mais elle est suffisamment puissante pour faire confortablement tourner les jeux les plus récents. Reste que si l’on veut jouer, mieux vaut installer Windows sur une partition Boot Camp pour profiter du Crossfire et de meilleures performances (lire : Mac Pro : des cartes graphiques qui font la paire).

Différence de performances entre OS X et Windows en mode fenêtré (donc sans Crossfire) dans Starcraft II (1080p, Extrême) et Bioshock Infinite (1600 x 900, toutes options). BioShock est parfaitement fluide sous OS X, heureusement d'ailleurs. En pleine mêlée, on remarque parfois de très légers ralentissements dans Starcraft II sur OS X, jamais sur Windows.
Différence de performances entre OS X et Windows en mode fenêtré (donc sans Crossfire) dans Starcraft II (1080p, Extrême) et Bioshock Infinite (1600 x 900, toutes options). BioShock est parfaitement fluide sous OS X, heureusement d'ailleurs. En pleine mêlée, on remarque parfois de très légers ralentissements dans Starcraft II sur OS X, jamais sur Windows.

SSD

En un mot comme en cent, les performances du SSD du Mac Pro sont excellentes. Il atteint jusqu'à 1,3 Go/s, pour un débit moyen de 1 Go/s en lecture (y compris pour de la vidéo) et 850 Mo/s en écriture. De quoi regretter qu'Apple n'ait pas jugé bon de coller une barrette SSD au dos de la deuxième carte graphique.

Entrées / sorties

Faites attention aux ports sur lesquels vous branchez vos appareils. Dans la documentation d’Apple, les ports Thunderbolt 2 du Mac Pro sont numérotés, de gauche à droite et de haut en bas, de 1 à 6. Les ports 1 et 3 sont associés au bus 1, les ports 2 et 4 sont associés au bus 2, et les ports 5 et 6 au bus 0.

Pour obtenir des performances maximales, branchez d’abord un appareil par bus, puis chaînez les systèmes de stockage jusqu’à saturer le port, puis enfin occupez tous les ports s’il le faut vraiment. Pour plus d’explications sur toutes les subtilités de l’architecture interne du Mac Pro en la matière, lire « Mac Pro : les ports, c’est important, et pourtant… ».

Même en Thunderbolt 2, mieux vaut éviter de chaîner un écran 4K et un système de stockage : l'écran 4K monopolisera beaucoup de bande-passante et les performances du système de stockage seront alors moins bonnes que s'il avait été branché en Thunderbolt.
Même en Thunderbolt 2, mieux vaut éviter de chaîner un écran 4K et un système de stockage : l'écran 4K monopolisera beaucoup de bande-passante et les performances du système de stockage seront alors moins bonnes que s'il avait été branché en Thunderbolt.

Les performances réseau sont excellentes : sur 30 tests réalisés à proximité immédiate ou à plusieurs mètres d’un routeur Wi-Fi 802.11ac, nous avons obtenu un débit moyen de 574 Mbit/s. On frôle sans surprise le gigabit en Ethernet, les deux ports ouvrant l’accès à l’agrégation de liens si votre équipement réseau le permet.

Bruit et consommation

Que vous surfiez ou que vous exportiez une timeline 4K, le Mac Pro reste très silencieux. On peut entendre son ventilateur, mais seulement en tendant l’oreille : sauf à travailler en chambre anéchoïque, les bruits de votre bureau seront plus forts. Le capot participe à la dissipation thermique et peut donc devenir tiède, mais jamais chaud.

Avec Safari lancé, nous avons mesuré la consommation du Mac Pro à 43 W. C’est bien moins que son prédécesseur, mais il dispose de bien moins de composants en interne et peut donc se contenter d’une alimentation 400 W.

6 799 €

Le choix de la rédaction

Les plus :

  • Machine très élégante
  • Performances de haut niveau
  • Refroidissement extrêmement efficace

Les moins :

  • Cartes graphiques sous-exploitées pour le moment
  • Il faut jongler avec les ports Thunderbolt dès que l'on utilise un écran 4K
  • Ports USB 3.0 qui ne font rien d'autre que de la figuration
Tags
avatar calotype | 

Je suis carrément d'accord avec toi mais un petit mais tout de même, pourquoi alors parmis les toutes premières IMAGES officielles qui COMMUNIQUENT donc sur le "public" visé, apple a choisi de montrer le mac pro pour un photographe par exemple, alors que plus les tests avancent et plus le photographe se trouve "borderline" du pro visé ?

http://media2.giga.de/2013/10/apple_4k_mac_pro_event.jpg

avatar John Maynard Keynes | 

@calotype

Là nous sommes d’accord, en plus il bosse sur Aperture :-)

Cela dit à moyen terme si les frontières bouge sur l’adoption du GP-GPU OpenCL par les softs orientés photo, il y a un gros potentiel.

Pour moi ce sont les softs qui ne sont pas au niveau sur ce segment, pas la machine ;-)

avatar radsoc | 

Compte tenu de leurs capacités de production limitée, le choix d'Apple de négliger l'USB3 est parfaitement rationnel.
Vaut-il mieux privilégier :
1- les clients de prestige capables de leur commander des configurations à plus de 7.000 euros et qui veulent les performances maximales dans tous les domaines (donc le TB2 plutôt que l'USB3) ; et qui accessoirement pourront servir de figurants pour les pubs Apple ;
2- ou les quidams semi-pro qui vont devoir racler les fonds de tiroir pour s'offrir la configuration de base à 3.000 euros et cramer un chassis qui aurait pu servir pour les clients de la première catégorie ?
Le choix est vite fait.
Vous voulez de l'USB3 ? Apple ne vous veut pas.
Du moins, pas pour l'instant, pas pour cette version.
Quand ses capacités de production augmenteront, vous aurez peut-être la chance de voir sortir un Mac Pro C, avec coque en couleur, i7, carte NVIDIA et USB3 full speed, pour 100 euros moins cher.

avatar rikki finefleur | 

Les professionnels utilisent aussi de l'usb3
Il est difficile de se balader avec une baie de disque sous les bras, non ?
Comment transfères tu tes données de machine à machine ? ou de disque à machine ?

Que l'usb3 soit top ou pas topsur cette machine, cela n'a rien avoir avec le fait que les professionnels utilisent ou non de l'usb3.
Qui n' a pas un disque ou une clef usb pour ses déplacements ?
Comme je suis professionnel au grand dam, jamais.

avatar John Maynard Keynes | 

@radsoc

Tu caricatures un peu quand même :-)

Il y a de l’USB3, certe en deçà de son maxima mais permettant de couvrir une grande part des usages avec des performances incomparablement meilleurs qu’en USB 2.

Quant à la notion de client de prestige, elle me semble plus qu’étrange : nous n’achetons pas des Mac Pro pour notre prestige, mais par ce que ce sont de bons outils pour produire ce qui nous fait vivre.

avatar harlemharl | 

Hello !

Pour celles et ceux que ça intéresse, je viens de créer une page Facebook pour les utilisateurs francophones du Nouveau Mac Pro.

Lieu d’échanges et de partage créé dans un but ludique, professionnel ou amateur.

Seule condition requise: le respect.

Bienvenue à tou(te)s !

http://www.facebook.com/pages/Apple-Nouveau-Mac-Pro/603170239762525

avatar patrick86 | 

@harlemharl :
Ça aurai cool d'utiliser les forums MacG (ou n'importe quel autre) ou de créer un réseau IRC, plutôt que d'utiliser le Minitel facial bleu.

Ne croyez pas que FaceBook est un système d'échange ouvert utilisé par tout le monde. Ce n'est pas le cas.

avatar ddrmysti | 

mbpmbpmbp le gros troll de base xD

C'est quand même assez comique de ire la première pas (j'ai pas poussé le vice à lire tout le reste).
mbpmbpmbp : peut apple c'est de la merde une machine à 3000€ qui mise tout sur le TB et qui peut même pas proposer plein de port USB3 à leur capacité maximal !
les autres : nan mais le problème vient pas d'apple, techniquement il n'y a pas assez de bande passante pour tout
mbpmbpmbp : m'en fout de la bande passante je veux de l'usb3
les autres : nan mais c'est pas possible, la technologie le permet pas
mbpmbpmbp : m'en fout de la technologie, je veux mes USB3 !
les autres : nan mais il n'y a pas assez de pic, du coup c'est physiquement impossible
mbpmbpmbp : m'en fout que ce soit pas possible, vous êtes que des gros méchants qui veulent pas me donner mes usb3 !

C'est beau les trolls des fois quand même, ça donne des discutions assez épiques empreintes de stupidité ^^.

avatar John Maynard Keynes | 

@ddrmysti

ça aide à étayer son argumentaire et son discours:-)

ça m’a obligé à rentrer plus en détail dans l’architectures proposées par Intel et ouvert les yeux sur certains points quant à leurs évolutions. ;-)

L’approche d’Apple sur cette machine fait que :
- Les Xeon couchent à leur limite quant au nombre de voies PCIe 3.0 offertes.
- Le lien DMI 2.0 devient un goulot d’étranglement.
- L’absence de PCI 3.0 sur le PCH C600 est handicapante pour le support de l’USB 3.0 et une éventuelle seconde SSD interne.

Le dernier point est sur la roadmap d’intel, mais pour les deux premiers ...

avatar ddrmysti | 

D'ailleurs merci à toi et aux autres intervenant, c'était très instructif et intéressant.

avatar John Maynard Keynes | 

@ddrmysti

Merci.

Au passage nous pouvons anticiper ce à quoi ressemblera l’architecture du prochain Mac Pro en regardant la RoadMap d’Intel.

Au Q3 20014 arrivent :
- La famille Xeon E5-1600 v3 :
° Microarchitecture Haswell-EP
° Support de la DDR4, un pas conséquent sur la BP mémoire.
° Toujours le même nombre de voies PCIe 3.0 donc le même arbitrage de BP sur les 6 TB2
- Le PCH C610 “Wellsburg” :
° 6 USB 3.0 supportés, donc là plus de pb.
° Toujours 8 lignes PCIe 2.0, donc peu de chance de voir une deuxième SSD en PCIe en interne.
° Du SATA 3 à profusion ne servant à rien sur le Mac Pro

reste aussi le goulot du lien DMI 2.0 4x entre le CPU et le PCH.

Bien évidement le Socket ne sera plus le même.

En résumé :
- Une micro architecture plus performante.
- Potentiellement plus de cache dans le CPU
- Une RAM plus efficace et potentiellement plus conséquente.
- De l’USB 3.0 sans limite de BP

- Toujours un arbitrage de BP sur le six TB2
- Toujours une seule SSD PCIe en interne
- Toujours un goulot entre le CPU et le Chipset

avatar patrick86 | 

@ddrmysti :
C'est vrai que résumé comme ça, c'est plutôt croustillant. :)

avatar ddrmysti | 

Oui je suis arrivé après la bataille du coup j'ai tout lus d'une traite, et ça donne un coté assez folklo qu'on a pas forcément quand on participe à la "discussion" (ou pourrait appeler ça un double monologue) en temps réel ^^.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR