Quels changements pour Steve Jobs ?

Arnaud de la Grandière |
Alors que beaucoup s'émeuvent de la démission de Steve Jobs de son poste de CEO, les choses ne devraient pourtant pas changer particulièrement dans la pratique : selon Walt Mossberg du Wall Street Journal, qui cite des sources particulièrement bien informées, Steve Jobs a "bien l'intention de rester impliqué dans le développement des futurs produits et stratégies majeurs, et compte bien être un président du directoire actif".

De son côté, Bloomberg indique que Steve Jobs restera également au conseil d'administration de Walt Disney Co., un poste qu'il occupe depuis 2006 après le rachat de Pixar pour 7 milliards de dollars, qui a fait de lui le plus gros actionnaire individuel de la maison de Mickey avec 138 millions d'actions, soit 7,4 % de ses parts. Disney avait indiqué dans ses rapports trimestriels que les soucis de santé de Steve Jobs l'avaient parfois empêché d'assister aux réunions du conseil en 2009 et 2010. Etant le seul membre du conseil à avoir manqué plus de 25 % des réunions, il a souhaité ne pas percevoir de compensation financière.

Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202011-08-25%20%C3%A0%2011.34.54
avatar eden-eden | 

Il va donc y avoir de grosses nouveautés niveau produits alors.

Parce qu'après une telle annonce, il va falloir rassurer les marchés et démontrer qu'Apple innove et enchante, même sans Steve Jobs.

Et à mon avis, les annonces sont pour très bientôt : septembre ! Faut pas laisser les marchés hésiter trop longtemps.

avatar Trillot | 

@ ireactor

A ma connaissance, Steve Jobs n'est pas actionnaire majoritaire car il ne possède "que" 0,6% des actions qui valent cependant environ 2 milliards de $.

avatar Zouba | 

@ elamapi

Je pense que vous avez tout faux. Il a fallu du temps pour arriver à la maturité actuelle de Mac OS X, dans n'importe quelle autre boite, le projet serait passé aux oubliettes vu la version 10.0 qu'ils nous ont pondu. C'est exactement la même chose pour l'iPod qui a démarré très lentement et qui aurait été tué comme la TouchPad si un homme comme Jobs n'était pas aux commandes, la même chose pour l'iPhone et les très nombreux mois de développement sans qu'une version n'arrive sur le marché alors qu'Apple n'est pas du tout dans la téléphonie et encore sans 3G ni MMS, de même c'est une nouvelle fois le cas avec l'iPad auquel aucun analyste ne croyait, même plusieurs semaines après la sortie (le netbook était roi), bref si des financiers avaient les rênes d'Apple, aucun de ces produit n'aurait vu ne le jour, et si ca avait été le cas, il aurait été poubellisé dans les 2 mois de la sortie.

avatar ppj505 | 

sopcaja

Bien dit ! Remarques très pertinentes !

J'ajouterai que si la mondialisation nous a fait avancer, elle nous impose de plus en plus de mettre en avant notre personnalité unique, originale pour équilibrer ses effets pervers (uniformisation entre autre). C'est bien ce qu'a fait Apple depuis que cette société existe.

Et puis pour reprendre cette idée de système fermé : est-ce qu'on peut considérer comme fermé un système utilisé par des millions d'individus à travers le monde.
Je sais que je joue avec les mots, mais c'est pour mieux nous dégager de ce fameux point de vue qui nous détourne ce ce qu'il y a de plus important : l'innovation qui va dans le bon sens. Pour moi, je me répète, le véritable danger c'est l'uniformisation.

La véritable erreur des concurrents est d'avoir voulu seulement “suivre“ la tendance en imitant, copiant. Apple d'ousider, se retrouve aujourd'hui en leader et c'est ce qui peut causer son déclin, si, au lieu de continuer à prendre des risques, elle se contente d'innover pour seulement rester devant. Ce qu'elle n'a jamais fait jusqu'à présent mais qu'elle pourrait être tentée avec le départ de son “génie/géniteur“, homme intransigeant par excellence.

Depuis que je travaille sur ordi, j'ai toujours préféré l'interface Mac pour son coté intuitif, simple et naturel d'accès comparé à Windows que j'ai toujours trouvé ennuyeuse et trop technique. Depuis Léopard ce pendant, je trouve que Mac s'est aussi pas mal complexifié et nécessite de connaître un peu plus en profondeur le système qu'auparavant. Alors que Vista c'est un peu éclairci.
iOs a donc donné la voie en épurant l'interface qui se concentre sur des icones sur un fond, mais Windows Phone, à mon humble avis, est allé plus loin en fusionnant icones et fond avec son système de tuiles poussant l'épuration à son maximum pour ce type de système.

avatar ppj505 | 

suite et fin : Même si le succès de windows phone n'est pas totalement au rendez vous, du moins comme espéré par Microsoft, cela illsutre bien qu'on peut (et on doit) toujours se différencier un minimum.

A plus

Pages

CONNEXION UTILISATEUR