Un échec pour l'iPhone 3G en Inde ?

Florian Innocente |
Après deux mois, le site LiveMint/Wall Street Journal tire un bilan décevant du lancement fin août de l'iPhone 3G dans l'un des plus grands pays au monde, l'Inde. 120 millions de téléphones y sont vendus tous les ans avec une proportion de 4 à 5% de smartphone selon Gartner. Et Nokia tiendrait 60 à 70% de la totalité de ce marché.

Les deux distributeurs de l'iPhone dans le pays auraient importé 50 000 appareils, mais ils n'auraient réussi à en écouler que 11 000. Ni Apple, ni Airtel ou Vodafone n'ont livré de chiffres à ce jour. La rumeur parlait de 5000 ventes début septembre.



L'article donne la parole à des observateurs de ce marché qui s'étonnent qu'Apple ne se soit pas davantage donnés les moyens de réussir dans ce pays et de poser des bases plus solides pour les évolutions de son smartphone.

Apple aurait en premier lieu raté le coche dans la façon dont elle a promu l'iPhone. Le prix n'étant pas un obstacle sérieux puisque les concurrents d'Apple vendent des appareils plus chers encore.

Apple a initialement communiqué sur un prix de vente général de 199$ (9,490 roupies) pour ce nouveau modèle. Mais contrairement aux autres pays à travers le monde, en Inde il s'est retrouvé affiché presque quatre fois plus cher. Là-bas les clients changent très fréquemment d'appareils sinon d'opérateurs. Et ces derniers ont moins de marge de manoeuvre pour compenser un prix de vente bas par des services associés. Et Apple n'aurait pas assez expliqué les raisons de cette différence de prix.

Autre erreur avancée celle du choix de ces opérateurs qui manqueraient d'expérience dans la vente au détail de téléphone et qui ont privilégié leur propre réseau de boutiques, écartant de grandes enseignes à cette occasion.

Apple aurait également pêché, c'est un comble, par une absence de communication autour de son appareil. Lequel a profité, ailleurs, d'une couverture publicitaire et médiatique ainsi que d'un buzz stupéfiant longtemps avant son lancement. Et sans message fort difficile de donner envie aux clients et de capitaliser sur leur attente.

Des critiques rejetées par les deux opérateurs. Ils affirment que l'iPhone n'est pas un produit de masse et qu'il s'agissait avant tout pour Apple de poser un premier pied sur ce continent et que les objectifs de vente qu'elle s'était fixée n'étaient de toutes façons pas démesurés.

Sur le même sujet :
L'iPhone 3G est arrivé en Inde et dans le calme


Tags
avatar iarwain | 
D'où le proverbe "Indien vaut mieux que deux tu l'auras" >C'est par où la sortie ?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
En même temps, avec un réseau aussi pourri, instable. Sans parler des frais de roaming à répétition lorsque l'on change d'Etat, la plupart des numéros sont locaux et ne sont pas nationaux. L'iPhone ne serait utilisé qu'à un faible pourcentage de ses capacités. Sinon, il vaut mieux vivre à Mumbay, Delhi, Chennai, Mangalor, etc. Là, en y restant , oui cela sera intéressant mais pourtant même en ces lieux, le réseau reste pourri. L'humidité et les conditions climatiques y sont pour beaucoup.
avatar Fid | 
[quote]D'où le proverbe "Indien vaut mieux que deux tu l'auras"[/quote] Mon dieu :D
avatar DarkPeDrO | 
[quote]Sinon, il vaut mieux vivre à Mumbay, Delhi, Chennai, Mangalor, etc[/quote] Mumbay? Connais pas :D Par contre Bombay....
avatar boulifb | 
Ah c'est sûr qu'un niphone au fin fond de la pampa en pleine cambrousse, c'est vachement utile... Et puis, le tarif du niphone s'étale sur combien de générations de salaires? Tant qu'ils y sont, pourquoi pas vendre le niphone en Birmanie... Tout le monde va se ruer dessus...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@ DarkPeDrO [14/11/2008 17:43] Il faut faire une MàJ mon pote !! Tu vas dans le menu Pomme en haut à gauche de ton écran et ... ;^D Cela fait presque 10 ans que le gouvernement Fédéral Indien (de confession majoritairement hindhu et assez nationaliste) a renommé les grandes Métropoles Indiennes. Bombay, n'est plus, c'est Mumbay désormais. Idem pour les autres que j'ai cité. Et puis c'est aussi pour sortir du carcan de l'empire colonial Britannique, car ce sont les anglais qui avaient nommé les Villes Indiennes. 400 ans de colonisation, ça marque un pays à jamais. Le gouvernement Fédéral l'a bien compris et essaie d'en sortir... Parenthèse historique refermée. Ne t'offusque pas de ma remarque, elle est chaleureuse et amicale. :^)
avatar Born | 
Boulifb : tu déconnes??? Mumbay : 13 millions d'habitants Delhi : 15 millions Calcutta : 6 millions ... ... Bonjour les clichés colonialistes, va faire un tour en Inde, tu verras la pampa...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ah oui, la pampa, je n'ai même pas relevé ;^D, ça n'en valait à mes yeux pas la peine. Merci Born. Par contre, Calcutta n'est plus non plus, c'est Colcatta désormais.
avatar DarkPeDrO | 
Ouais, mais sur ces 6 millions, combien ont les moyens de s'offrir un iPhone?
avatar Born | 
pedro, tu as raison. D'ailleurs aux USA, dans leurs ranchs avec leurs vaches et leurs indiens, qui a besoin d'un Iphone?
avatar Masch | 
Salauds de pauvres...
avatar heliokz | 
Une explication possible: peut-être que les Indiens sont plus portés par les fonctionalités que le look, à prix égal. De plus la 3G n'existe pas encore en Inde. Et pour le hors-sujet, sans être exhaustif: Chennai=Madras, Mumbai=Bombay, Kolkata=Calcutta, Bengaluru=Bangalore, Puducherry=Pondichéry, etc... Elles ont simplement retrouvés leur ancien nom, avant que les Anglais et les Français ne les déforment, et non une volonté de trouver un nom indianisé.
avatar Kerri | 
euh, les indiens sont libres de dénommer leurs villes comme ils le souhaitent, mais cela ne change pas leur nom en Français. Londres porte le nom de London, Pekin de Beijing, Aix-la-Chapelle de Achen,... Il ne suffit pas de donner un nom "officiel" pour que ça le change dans toutes les langues.

CONNEXION UTILISATEUR