Apple Silicon : un démarrage plus sécurisé, mais pas moins flexible

Anthony Nelzin-Santos |

Avec la puce T2, Apple avait sensiblement revu l’architecture matérielle des Mac. Le « supercontrôleur » assurait l’intégrité du système et gouvernait la séquence de démarrage, reléguant de facto la puce Intel au rang de coprocesseur de calcul. Avec l’abandon des processeurs x86, l’architecture des Mac est encore modifiée. Tout en se rapprochant de celle de l’iPhone, elle conserve des spécificités qui font l’intérêt du Mac.

La séquence de démarrage. Image Apple/MacGeneration.

Comme les machines actuelles dotées d’une puce T2, les futures machines dotées d’un système sur puce (SoC) Apple intègreront un dispositif de démarrage sécurisé. Le SoC renferme la Boot ROM, une mémoire incorruptible comportant un petit programme, chargé de suivre la même routine au démarrage :

La suite est réservée aux membre du Club iGen.

Déjà abonné ? Se connecter
Abonnez-vous au Club iGen !

Source
Image de Une : Aleksandar Cvetanovic