Le nouveau Mac mini avec Apple M1 laisse la place pour un Mac mini « Pro »

Nicolas Furno |

Le Mac mini avec Apple M1 présenté hier affiche des performances décoiffantes si l’on en croit Apple : CPU trois fois plus performant et GPU six fois meilleur que dans l’ancien modèle. Des chiffres impressionnants, qu’il convient de relativiser : le constructeur a comparé son nouveau modèle Apple Silicon à l’ancien Mac mini Intel de base, celui équipé d’un Core i3 doté de quatre cœurs. Ce n’est pas pour rien qu’un Mac mini Intel reste au catalogue

Trois fois plus ! Six fois plus ! Mais au fait, plus que quoi ? 🤔
Le site d’Apple donne quelques chiffres de comparaison et il fait à peine mieux. Il faut savoir que le « référence » entre parenthèse signifie Mac mini de base de 2018.

Les Mac mini Intel haut de gamme, équipés de processeurs Intel à six cœurs qui peuvent monter à 3,2 GHz, devraient encore garder l’avantage, au moins sur les tâches qui utilisent tous les cœurs. C’est pour cette raison qu’Apple a gardé ces modèles au catalogue, et aussi pour cela que le constructeur a bien soigneusement choisi un Mac mini Intel d’entrée de gamme pour ses comparaisons. Au-delà de l’astuce marketing, c’est un choix intéressant pour une autre raison.

Le nouveau Mac mini avec Apple Silicon ressemble à un modèle entrée de gamme parfait pour laisser de la place à une variante haut de gamme à venir. La rumeur annonçait déjà l’arrivée au printemps d’une autre variante de l’Apple A14, encore plus puissante que l’Apple M1. On en parlait alors pour l’iMac, mais cette puce plus puissante pourrait aussi trouver place dans le MacBook Pro 16 pouces. Et pourquoi pas dans un Mac mini « Pro », sur le modèle de l’iMac Pro ?

D‘autres indices peuvent laisser penser qu’Apple prépare une telle machine. Pour commencer, le Mac mini Apple Silicon signe un retour à la couleur argent, alors que la machine était passée en 2018 au gris sidéral. Le constructeur pourrait avoir prévu deux gammes à l’avenir, avec un modèle de base en argent et un modèle plus puissant en gris sidéral. Une gamme qui existe déjà en quelques sorte si l’on considère le modèle Intel gardé au catalogue, mais qui bénéficierait dans le futur des puces maison conçues à Cupertino.

Le Mac mini avec M1 (en haut) compte moins de connecteurs que le Mac mini Intel (en bas).

Outre la question de la puissance, il manque aussi quelques fonctions sur le Mac mini M1, par rapport au modèle Intel. Il ne dispose que de deux prises USB-C/Thunderbolt au dos, contre quatre sur les modèles Intel. Certes, ce sont des connecteurs plus rapides, mais on peut aussi penser qu’un futur Mac mini Pro pourrait revenir à quatre ports, une distinction en place depuis plusieurs années sur les MacBook Pro. Autre différence à noter, le port Ethernet du Mac mini avec Apple M1 est limité au gigabit, quand celui du modèle Intel peut monter à 10 Gbit/s en option.

Pour en revenir à l’intérieur du Mac mini, les nouveaux modèles sont aussi limités à 16 Go de RAM au maximum, contre 64 pour les modèles Intel. Certes, Apple a bien insisté sur l’intégration de la RAM dans l’Apple M1 et sur les gains de performance qui doivent en découler, mais pour les usages les plus exigeants, une quantité plus importante de mémoire vive sera un plus. Un SoC amélioré pourrait offrir cela, et trouver sa place dans cet hypothétique Mac mini Pro.

Et d’ailleurs, on peut supposer que les restrictions en place sur le nouveau Mac mini découlent de l’Apple M1. Cette puce n’a peut-être pas été pensée pour gérer plus de deux ports Thunderbolt sur un seul Mac, puisque les trois machines présentées hier n’en ont que deux. Qu’il soit nécessaire d’ajouter des lignes PCIe ou d’intégrer un nouveau contrôleur, il y a sans doute un changement à apporter de ce côté. Même chose pour le port Ethernet 10G d’ailleurs, il nécessite sûrement un contrôleur supplémentaire.

À l’intérieur du Mac mini 2020, il y a… surtout du vide.

Et s’il fallait une preuve de plus qu’Apple a une bonne marge de manœuvre, regardez cette photo de l’intérieur du Mac mini avec Apple M1 présentée hier par le constructeur. La carte-mère qui contient tous les composants est réduite à une petite partie de l’espace, un tiers à la louche. Le reste est occupé en partie par l’alimentation sur la droite et surtout le ventilateur en haut.

Mais il reste de la marge, bien assez pour caser un SoC plus gros et quelques composants supplémentaires dans un éventuel Mac mini Pro. Ou alors pour un nouveau design plus petit, ce qui ne ferait pas de mal quand on pense que le modèle actuel remonte à 2010 sans presque aucun changement.

avatar corben | 

Étrange de garder un ventilo pour le Mac Mini vu la taille du boîtier par rapport au MBA

avatar pacolapo | 

Peut être pour éviter le throttling lors de charge de travail intense et longue ? A voir dans les tests

avatar E3ast | 

Pour ma part je trouve que ce Mac est déjà un gain en plus dans le pro par rapport à la version Intel 🤔, j’ai sauté le pas en changeant mon mini et je pense que la M1 sera un vrai plus.

Le seul regret est la couleur :(

avatar Lonesome Boy | 

HS: et sinon la rédac, pas de brèves sur le clin d’œil à la fin de la keynote avec le retour de « Mr PC »? Ça m’a fait bien rire, perso

avatar DrJonesTHX | 

@Lonesome Boy

👍+1

avatar Michaeel | 

Vivement la future TV, aussi.

avatar frankm | 

@Michaeel

Bah oui en plus je commence à penser à m’en offrir une...

avatar fousfous | 

Ça aurait dû être un Mac Nano, voir même de la taille d'un Apple TV étant donné qu'on est sur un processeur étrangement similaire à ce qu'on pourrait attendre d'un A14X.
Par contre je sais pas si c'est rassurant qu'Apple n'ai présenté qu'un processeur d'iPad pour les Mac et pas de processeurs réellement dédiés aux Mac. Il va falloir attendre encore un peu pour voir arriver les machines les plus intéressantes on dirait.

avatar abalem | 

@fousfous

On dirait qu’il aurait fallu que cette première génération de Silicon soit capable de se connecter au réseau 4G de la lune pour que certains soient contents. Et encore, même pas sûr parce qu’on parle d’aller sur Mars maintenant.

avatar fousfous | 

@abalem

Il aurait fallu exploiter mieux les possibilités introduites par ces nouveaux processeurs.
Là on a juste l'impression qu'ils ont changé le processeur et ils gardent le reste totalement identique, c'est donc décevant.
Et au niveau prix aussi, quand on connaît le prix d'un processeur Intel et le prix d'un iPad on pouvait s'attendre à ce que les prix baisse ou que le stockage augmente. La j'ai juste l'impression qu'Apple a augmenté sa marge (ou alors le processeur connaît un taux de déchet très important et c'est inquiétant).

avatar jcp25 | 

@fousfous

Ça aurait dû être un Mac Nano, voir même de la taille d'un Apple TV étant donné qu'...
--
Tu as raison, cela aurait eu de la gueule !

avatar kitetrip | 

La place libre est celle des disques externes, à la belle époque où on pouvait en mettre deux et en changer à sa guise...
Mais bon Apple préfère faire payer des options... quand à la récupération de données, oblige de passer chez Apple...
Bref un retour en arrière...

avatar matou4 | 

La véritable question, qui conditionnera la réussite de ce challenge, est pour moi : quelles applications seront disponibles (rapidement) ?
La presque indispensable suite Microsoft a dit oui, mais quand. Et auront nous droit à toute la suite Office, y compris Teams, Onedrive, ...
Et le reste : Antidote, Dropbox, les gestionnaires de mots de passe, les outils PDF, ...

avatar Nico_Belgium | 

@matou4

Tout doit (dans la théorie) continuer à fonctionner grâce a Rosetta 2 sans intervention des développeurs.

Si tout se passe bien donc la transition devrait se faire de façon assez douce si l’utilitaire fonctionne correctement laissant aux dev la possibilité de prendre le temps pour faire une version 100% native

avatar marenostrum | 

tout ce qui marche sur Big Sur va marcher, mis à jour ou pas. rien changera.

avatar matou4 | 

@marenostrum

Hélas non...
Les applis développées pour Big Sur Intel tourneront via Rosetta sous Silicon avec ce que cela implique.

avatar YetOneOtherGit | 

@matou4

"Rosetta sous Silicon avec ce que cela implique."

Rosetta 2 est très impressionnant en terme de performance, c’est ce qui m’a impressionné avec le DTK.

Pour le reste les applications natives ARM ne seront pas rare bien longtemps et il y en aura des majeurs au lancement (A commencé par les produits Apple évidemment)

Nous ne sommes absolument pas dans le contexte de la transition PowerPC/x86

avatar oomu | 

@YetOneOtherGit

"Nous ne sommes absolument pas dans le contexte de la transition PowerPC/x86"

vraiment ?

ce que vous avez décrit semble pourtant identique.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"vraiment ?"

Oomu tu connais parfaitement les différences de contexte entre les deux transitions.

Nous ne sommes plus en 2005.

Au niveau de Rosetta les progrés réalisé sur ce type de démarche en 15 ans sont remarquables. (Une grande part de l’équipe est celle qui était derrière le superbe LLVM et Clang)

Au niveau des pratiques de programmation et d’architecture logiciel la part de dépendance au matériel dans le code n’a plus rien à voir avec ce qui se faisait à l’époque

Au niveau des compilateurs les evolutions sont aussi plus que conséquent (CLang et LLVM c’est quand même autre chose que ce que l’on avait au début des années 2000)

Bref jugée de la transition actuelle en applicant mécaniquement les expériences de la précédente est une ineptie.

avatar fte | 

@YetOneOtherGit

"Bref jugée de la transition actuelle en applicant mécaniquement les expériences de la précédente est une ineptie."

Et juger l’actuelle meilleure ou plus facile que l’ancienne sur la base que 2020 n’est pas 2010, sans une analyse détaillée des problématiques de transpilation d’instructions x86 aujourd’hui beaucoup plus complexes que les instructions de l’époque vers une autre ISA pas toute simple non plus mais surtout ne couvrant pas les mêmes types d’instructions... et une ineptie au moins aussi importante.

Le bilan sera fait dans quelques années. Pour l’heure ce n’est que spéculation.

avatar YetOneOtherGit | 

@fte

"Le bilan sera fait dans quelques années. Pour l’heure ce n’est que spéculation."

Désolé mais il y bien des éléments factuels pour étayer mon propos 😎

Rien que l’expérience de Rosetta 2 est on ne peut plus concluante.

avatar ech1965 | 

Manque plus qu'une "docking" avec la même surface au sol que le macmini connectable avec un port usb-c ( un beau cable à bonne taille avec un enrobage façon "écailles de tatou") avec
1 port 10GBits, 1 ou 2M.2 et des places pour des 2.5 sata)

avatar ClownWorld 🤡 | 

Toujours les mêmes à critiquer tout ce que fait Apple dans les commentaires, c’est pire que Facebook

avatar oomu | 

@ClownWorld 🤡

ça existe encore Facebook ? Diantre, faudrait que j'aille sur FacebookGeneration pour le critiquer.

avatar YetOneOtherGit | 

On voit clairement aussi le potentiel futur pour un Mac mini vraiment mini.

Nous sommes vraiment dans une première phase de transition : on change ce qui est dans les machines mais pas le design de la machine.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR