Outspring Mail

Vincent Absous |
Si dans les premiers temps de Mac OS X, les utilisateurs ne savaient trop à quel saint se vouer en matière de courrier électronique (le logiciel Mail fourni dès le début était loin de satisfaire les besoins essentiels), depuis quelque temps, le même Mail a su s'imposer et devenir le courrielleur par défaut de la très grande majorité des utilisateurs de Mac OS X. Pourtant, cela n'empêche pas les développeurs et éditeurs de proposer des solutions alternatives. C'est l'une d'entre elles, une nouvelle, que nous vous proposons de découvrir ici.



Allons-y franchement pour débuter : le logiciel est inutilisable dans sa version 1.0.5, en français. Tri-Edre, qui commercialise le programme en France, le signale sur son site et indique travailler avec les développeurs à la résolution des problèmes. Et, en effet, Outspring Mail s'est avéré à ce point instable dans notre langue, plantant à peine lancé, qu'on a dû se rabattre sur la version originale. On peut même dire qu'on n'avait jamais vu programme aussi peu stable. On n’a jamais pu dépasser l'étape de la configuration des comptes. Une première. On se demande alors pourquoi on commercialise une V.F. qui est inutilisable.

Il a fallu faire abstraction de cela. De toute façon, pour autant qu'on ait pu en juger, la localisation est plutôt médiocre, certaines expressions étant mangées, certains mots ayant perdu quelques caractères. Du travail manifestement bâclé.

Découverte de l'interface

Cela oublié (pour autant qu'on n'ait pas jeté à la corbeille le bébé avec l'eau du bain), nous voilà lançant la version originale. Pour ce qui est de l'interface, à première vue, rien de vraiment nouveau. Outspring Mail ressemble beaucoup à Mail. Certes, les icônes sont différentes (on aime ou on n'aime pas leur côté un peu cartoon), mais la disposition des différents éléments composant la fenêtre principale rappelle celle des logiciels concurrents.



À gauche, la liste des boîtes et celles des comptes. On accède au courrier en passant par des boîtes aux lettres (réception, messages envoyés, etc.) regroupant tous les comptes ou en passant par la sous-fenêtre "Accounts" et en choisissant tel ou tel compte.



On peut choisir d'afficher tel ou tel élément dans cette liste. En haut, une barre d'outils dont les icônes sont assez explicites pour que l'anglais des textes ne pose vraiment aucun souci. On trouve encore la liste des messages de la boîte ou du compte sélectionné ainsi que, en dessous, le contenu du message sélectionné.

À la différence de Mail, donc, Outspring Mail permet d'accéder de plusieurs façons à son courrier. Cela peut certes rendre un peu confuse l'interface, mais cela a aussi son avantage. Comme on peut le faire dans Mail, on peut retrouver tout le courrier entrant de ses différents comptes dans la même Boîte de réception (un clic sur la petite flèche déploie alors la liste des sous-boîtes de réception par compte), mais on peut aussi préférer accéder non plus au courrier en passant par un classement par boîte, mais en passant plutôt par les comptes. Dans la liste de gauche, cela peut sembler un peu confus, mais on peut choisir le mode préféré et ne pas afficher l'autre.

Différence essentielle avec ce qu'on peut trouver, par exemple, dans Mail : une fenêtre intitulée Brain qui offre des outils sur lesquels on reviendra plus bas. Cette palette s'affiche lorsqu'on clique sur l'icône de la petite ampoule tout en bas à droite de la fenêtre du logiciel. Tout est là. Rien de bien différent, donc, avec ce qu'on peut trouver par ailleurs. Ah, si, un petit plus assez sympathique : chaque compte est identifié avec un favicon récupéré automatiquement par le programme. On retrouve ledit favicon accompagnant chaque message lorsque ces derniers ne sont pas classés par compte, mais réunis dans une boîte aux lettres donnée.

Par ailleurs, toute cette belle architecture peut être revue par l'utilisateur. Si, par défaut, l'interface rappelle celle de Mail, elle peut également rappeler plutôt celle d'Entourage. On peut en effet adopter une disposition en colonnes qui affiche le contenu du message sélectionné non pas dessous, mais à côté de la liste. Évidemment, une telle disposition est réservée aux écrans larges et aux hautes résolutions.



L'utilisateur peut aussi demander que le sujet du message, dans la liste, soit accompagné des premières lignes du contenu. Le nombre de ces lignes peut-être déterminé et plutôt que les premières lignes, on peut demander au service Résumé de Mac OS X de se mettre au travail (le résultat n'est guère concluant, étant donné que le service en question ne sait pas parler notre belle langue).



L'affichage de ces quelques lignes est en tout cas pratique pour avoir une idée du message sans nécessairement afficher ce dernier. Voilà qui aide à faire le tri. On trouve une telle fonctionnalité sur de nombreux webmails et dans de nombreux logiciels dédiés, mais pas dans Mail.

Comme Mail, Outspring Mail sait afficher dans la liste des messages la taille de chaque courrier, mais plutôt que de polluer visuellement avec une liste de chiffres, il propose de symboliser la taille par un petit graphe. En revanche, dès que le message est sélectionné, sa taille est précisément indiquée. Pas essentiel, mais sympathique.


Paramétrer les comptes

La création des comptes est très simple. Enfin, dans la version originale. Dans la version française, encore une fois, on n'est jamais allé à son terme. Un assistant prend l'utilisateur par la main lors du premier lancement pour l'aider à configurer son ou ses comptes. Dans le domaine, c'est moins la configuration elle-même (quand bien même tout est en anglais) qui pose souci que la difficulté qu'on peut avoir à remettre la main sur les informations indispensables pour retrouver ses mails. Mais une fois son mot de passe rentré, le logiciel s'occupe de tout avec la plupart des services. On n'a pas à rentrer les adresses des serveurs.




De toute façon, on peut encore opter pour plus simple et importer des comptes existants, gérés par Mail ou par un autre courrielleur maison, QuickMail. Alors, on n’a rien à faire sinon indiquer quels comptes on veut retrouver dans Outspring Mail.

Un petit tour des fonctions attendues

Par de nombreux aspects, l'utilisateur de Mail ou d'Entourage ne devrait pas être décontenancé par Outspring Mail. En effet, le programme reprend beaucoup de fonctions qu'on a l'habitude d'utiliser.

Comme Mail, Outspring Mail sait gérer les modèles de courrier préconçus. Toutefois, il n'en offre aucun. Tout juste sait-il enregistrer ceux qu'on aura créés et permettre qu'on les réutilise ensuite. Adeptes des invitations toutes prêtes, des cartes de vœux pensées pour vous, passez votre chemin.

En revanche, le programme offre par défaut une autre apparence aux messages qu'on reçoit. Un message auquel on répond ou qu'on réexpédie apparaît assez différemment dans Outspring Mail et dans le courrielleur d'Apple. Plutôt joliment présenté, le message d'origine est placé dans un cadre doucement coloré de bleu, de rouge, de vert, etc. (selon le niveau de citation) et mis entre deux guillemets de taille tout à fait respectable. Un tel effet n'est visible que dans Outspring Mail, évidemment. Chaque programme de courrier électronique interprète la mise en forme selon ses propres canons lorsque le message n'est pas envoyé en HTML.



Comme Mail, et bien d'autres logiciels, Outspring Mail sait gérer les signatures et associer une signature à un compte particulier. Indispensable à de nombreux utilisateurs.

Comme Mail encore et d'autres courrielleurs, Outspring Mail sait utiliser Spotlight. Les recherches menées depuis le Finder prendront donc en compte les messages pris par le programme. Si ce dernier est défini comme logiciel de courrier électronique par défaut, c'est lui qui se lancera alors lorsqu'on cliquera sur l'une des réponses de Spotlight.

Comme Mail, toujours, Outspring Mail pratique l'autocomplétion ou, moins barbare, le remplissage automatique des adresses. Il va ainsi puiser dans le carnet d'adresses de Mac OS X (il ne propose pas, heureusement, le sien) pour remplir les champs concernés des mails qu'on compose.



Comme Mail, Outspring Mail est fourni avec un filtre antispam. La fenêtre dédiée des préférences du logiciel permet d'affiner le comportement de ce dernier. Trois modes sont possibles : entraînement, actif, passif. Le premier est destiné à apprendre au filtre à séparer le bon grain de l'ivraie, le deuxième le laisse mettre à bord et faire un tri automatique, le troisième lui demande de se contenter de marquer comme Spam tel ou tel message, mais de ne pas le déplacer. Le filtre nous a semblé assez efficace. Il a su détecter l'essentiel des messages polluants, et ce, dès sa mise en fonction.

Comme dans Mail, Outspring Mail offre la possibilité de créer des boîtes aux lettres intelligentes. Mais à la différence de Mail, le logiciel offre déjà un certain nombre d'entre elles. Voilà qui devrait donner un exemple immédiat de l'intérêt de ces dossiers moins intelligents en fait que dynamiques. Par défaut, on trouve ainsi une bannette (pour employer un terme courant dans les bureaux et administrations) réservée au courrier non encore lu, une autre où s'empile les messages récents, une autre où on retrouve les messages qu'on a récemment lus, une autre où sont regroupés ceux qui ont été modifiés récemment. À chaque fois, évidemment, ce qu'on appelle "récent" peut être défini par l'utilisateur. Une dernière BAL intelligente recense les messages différés.

Des petits plus intéressants…

Voilà encore un des petits plus du programme. Il permet en effet de renvoyer un message à plus tard. L'air de rien, c'est très intéressant. Si l'on reçoit un message important, qu'on n'efface pas évidemment, il risque pourtant d'être oublié, perdu dans la pile avec d'autres messages. Certes, on peut le signaler particulièrement par un petit drapeau, par exemple. Mais Outspring Mail permet mieux. Le logiciel permet de lui appliquer le statut "différé". Pour ce faire, on clique sur l'icône associée dans la barre d'outils, on choisit le délai (d'une heure à quatre semaines) et le message disparaît de la boîte de réception pour intégrer la boîte intelligente "Deferred". Le moment venu, il réapparaîtra dans la boîte de réception, signalé par un petit réveil et une couleur particulière. Si l'on ne veut pas attendre, finalement, qu'il revienne, il suffit de sélectionner le message dans la liste des messages différés, et de choisir l'option "Annuler le différé" ("Cancel Deferment") pour qu'il revienne immédiatement à son point de départ. Pour qui a beaucoup de courrier à traiter, une telle option est assurément très intéressante, lui permettant en quelque sorte de souffler, lui donnant le sentiment de n'être pas noyé sous la masse des courriers, mais assurant aussi qu'il n'oubliera pas ces courriers.

Passons à l'autre élément qui permet à Outspring Mail de marquer sa différence avec Mail : le Cerveau. Brain, c'est son nom dans cette version du logiciel, est un module qui analyse le contenu des messages dans le but d'aider l'utilisateur à gérer son courrier. Brain propose ainsi pour chaque message une suggestion d'archivage. S'appuyant sur l'intégralité du courrier reçu et traité, comme le fait d'ailleurs le filtre antispam, il suggère, par exemple, d'envoyer tel message à la corbeille et tel autre dans une bannette précise. Si vous avez l'habitude de glisser là les messages d'un contact donné, Brain s'en souvient et propose le moment venu de traiter de même le nouveau message du même contact. S'il hésite, plusieurs possibilités peuvent être offertes. Bien entraîné, Brain peut aussi trouver les messages approchant d'une façon ou d'une autre le message affiché. Il sait aussi proposer une réponse automatique. Vous répondez souvent à certains courriels en utilisant des formules types ? Outspring Mail vous propose son aide. Brain, bien entraîné, peut devenir un auxiliaire utile.

Là où il sait encore faire mieux que Mail, c'est grâce à Growl, le système de notification indépendant qui affiche des messages sur le Bureau pour prévenir l'utilisateur de quelque chose en rapport avec le logiciel auquel il est associé.



En l'occurrence, grâce à Growl, l'utilisateur peut être prévenu de l'arrivée d'un nouveau courrier et en avoir un bref aperçu. Si Growl n'est pas déjà installé sur le système, Outspring Mail propose de le faire. On a tout intérêt à accepter l'offre, Growl peut servir à d'autres programmes.



Entourage propose une fonctionnalité identique (mais qui ne fait pas appel à Growl), Mail non, mais il est vrai que grâce au petit logiciel gratuit Mail Appetizer, les utilisateurs du courrielleur d'Apple peuvent plus et notamment jeter à la corbeille un message sans même avoir besoin de mettre au premier plan le programme. Reste qu'il faut le savoir…

Les déceptions…

Reste qu'on aura aimé trouver certaines fonctionnalités, surtout dans un logiciel dont le prix demeure coquet (59 €, prix de lancement) : la possibilité, par exemple, de taguer les messages, de leur associer des mots-clefs. Voilà une fonction qui, étant donné la masse de courriers qu'on est désormais à traiter, s'avère vite essentielle ; la possibilité de remplir automatiquement un événement ou une tâche iCal, ou une fiche du Carnet d'adresses, à partir des données d'un mail, ce que sait faire le logiciel d'Apple, mais que ne permet pas la version anglaise d'Outspring Mail dans un environnement francophone. Dès qu'on utilise la langue de Woody Allen, la fonctionnalité est opérante. Elle ne l'est donc, opérante dans un environnement francophone, qu'avec la version française. Et comme ladite VF ne se lance pas…

De plus, si la notification par Growl est intéressante, elle est loin d'être suffisante. On le disait plus haut, on ne peut que prendre connaissance de l'existence d'un nouveau message ; on ne peut ni le consulter directement, ni le supprimer immédiatement. On ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin.

Par ailleurs, le logiciel souffre de quelques lenteurs. L'ouverture d'un message n'est pas aussi immédiate que dans Mail. La fermeture du programme demande une certaine patience.

Mais, décidément, ce qui pose avant tout problème, c'est le prix du programme. Pendant sa période de lancement, Outspring Mail est vendu 59 €. Certes, la vue en colonne, certes la notification Growl, certes Brain, certes le différé des mails reçus sont autant de fonctionnalités bien vues et bien venues, mais dans la plupart des cas des modules externes et gratuits permettent d'obtenir la même chose avec les autres logiciels du marché et notamment avec celui qu'Apple fournit avec Mac OS X. Assurément, Outspring Mail va avoir du mal à convaincre, et plus encore les utilisateurs francophones.

Car, il faut bien revenir sur ce point crucial, la version française ne fonctionne sur aucune des deux machines de test utilisées (avec, à chaque fois, des comptes utilisateur neufs). On ne peut s'empêcher de trouver tout simplement scandaleux de ne pouvoir même dépasser l'étape de la configuration des comptes. Et, certes, l'anglais n'est pas un obstacle en soi, mais le fait de passer si fréquemment d'un environnement francophone à un environnement dans une autre langue est un peu désagréable.

Le mot de la fin

Ainsi, Outspring Mail peut avoir des qualités. Il peut offrir des fonctions intéressantes. Mais, de toute façon, on ne peut que rager que la version française plante si facilement. Outspring Mail n'intéressera donc que ceux que l'anglais ne rebute pas, que le fait de dépenser 59 € pour quelques fonctions bien vues, mais inabouties encore, ne décourage pas. Aux autres, nous disons qu'il vaut mieux passer son chemin et y revenir peut-être plus tard.


avatar thg | 
mmmhhh... je voudrais bien savoir qui, aujourd'hui, mettrait 60 euros dans un client email...
avatar Yamtaijika | 
moi... mais seulement si il fait le café et la vaisselle.
avatar brunitou | 
"courrielleur" ?? "jeté à la corbeille le bébé avec l'eau du bain" ? c'est quoi ces "journalistes" ? ;-)

CONNEXION UTILISATEUR