Sur les routes, l’Europe préfère le Wi-Fi à la 5G

Mickaël Bazoge |

C’est finalement le Wi-Fi qui l’emporte : le Parlement européen a voté en faveur de cette technologie au détriment de la 5G pour équiper les voitures connectées à internet qui circuleront sur les routes du vieux continent. Ce faisant, le régulateur s’est rangé derrière Renault, Volvo ou encore Volkswagen, tous promoteurs du Wi-Fi. Le groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS), Daimler (Mercedes-Benz) ou encore Ford1 militaient pour la 5G.

L’enjeu ici, c’est de faire communiquer les véhicules entre eux, par exemple dans le cas d’un accident pour prévenir les autres automobilistes sur la route. Pour ce qui concerne la connexion à internet (dans le cadre d’un système de divertissement), cela relève toujours du réseau de l’utilisateur, via son smartphone ou un autre système.

Les députés européens ont-ils voulu rejouer le match des anciens contre les modernes ? La décision ne fait pas que des heureux, car les positions étaient assez tranchées avec des arguments rodés. Dans le camp du Wi-Fi, et dans celui de la commissaire européenne chargée du Transport Violeta Vulc, on vante une technologie bon marché et facile à mettre en œuvre. De plus, le Wi-Fi — du moins la variante utilisée par les constructeurs, dite ITS-G5 ou 802.11p — n’implique pas de brevets pour son exploitation.

La C-V2X (la 5G des promoteurs de cette technologie) a pour elle sa modernité et une couverture potentiellement plus importante que le Wi-Fi, qui nécessite l’installation d’équipements tout le long des routes. La connexion d’une voiture à un réseau 5G nécessite toutefois un abonnement, alors qu’il n’y a rien à payer avec le Wi-Fi.

Les voitures se connectent à internet depuis un moment déjà, mais l’Union européenne souhaite accélérer le développement et encourager la coopération entre les constructeurs, l’objectif étant de rendre les véhicules plus sûrs et plus efficaces. Par ce vote, l’Europe se retrouve en porte-à-faux vis à vis d’une bonne partie du reste du monde, dont les États-Unis et la Chine, qui a préféré la 5G au Wi-Fi.

Ce vote doit encore être ratifié par le Conseil européen.


  1. Ainsi que Deutsche Telekom, Huawei, Intel, Qualcomm et Samsung. ↩︎


avatar pagaupa | 

Ça me rappelle des choix qui avaient été fait pour les formats de diffusion tv.
Et on s’en ait mordu les doigts après...
Après l’exception française, on a droit à l’exception européenne.

avatar YAZombie | 

@ pagaupa, "Et on s’en ait mordu les doigts après..."
?️
C'est-à-dire? Je me souviens de débats, mais pas qu'on s'en soit "mordu les doigts". Pratiquement la moitié de la planète (en population, pas en surface géographique) a utilisé le SECAM à un moment de son histoire, tout de même.
À moins que tu parles du D2MAC mais si je me souviens bien ça n'a jamais été vraiment mis en place.
Bref, tu parles de quoi?

Ceci dit et quoi qu'il en soit, la comparaison est fallacieuse.

avatar quetzal | 

Pourquoi ne pas tout simplement sanctionner plus les comportements dangereux, et mettre à jour les capacités de conduire en sécurité ? Un grave accident s'est produit juste devant moi hier sur une nationale, c'est impressionnant. La personne roulait 50 km/h au-dessus de la vitesse limite. Les conducteurs derrière ont su s'organiser avec bon sens pour arrêter le trafic. Rien ne veut ce savoir faire humain, en définitif. La technologie est parfois une béquille au manque de savoir-faire et de savoir-vivre, comme ici.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR