IBM va acheter Red Hat, un géant de l’open-source

Nicolas Furno |

IBM a annoncé hier son intention d’acheter Red Hat pour 34 milliards de dollars (environ 30 milliards d’euros). C’est la plus grosse acquisition technologique de 2018 et c’est surtout la plus grosse somme jamais déboursée par IBM pour une acquisition, ce qui donne une idée de son importance. Il faut dire que Red Hat est un acteur majeur dans le monde de l’open-source en général, et des serveurs en particulier, domaine de prédilection d’IBM aujourd'hui.

La boîte de Red Hat Linux 7.2 (photo jackdunford (CC BY-NC-ND 2.0))

Fondée dans les années 1990, Red Hat s’est d’abord faite connaître pour sa distribution Linux orientée vers les entreprises (et plus tard pour Fedora, variante grand-public). L’entreprise américaine a construit son succès en proposant des solutions open-source financées par un support payant, voire des produits payants basés sur des technologies open-source. Depuis quelques années, Red Hat a totalement changé de métier toutefois, en concentrant tous ses efforts sur les serveurs et le cloud.

C’est précisément ce qu’achète IBM, qui va ainsi pouvoir gonfler son offre de cloud, en retrait face à celles d’Amazon (AWS) ou de Microsoft (Azure). Red Hat devrait rejoindre la division Hybrid Cloud d’IBM, mais conserver en partie son indépendance en restant au sein d’une unité spécifique créée pour l’occasion. Les dirigeants actuels resteront en place, et les 12 000 employés n’auront pas à déménager.

Cette acquisition est loin d’être terminée, elle doit tout d’abord être approuvée par les actionnaires, puis par les autorités compétentes. Pour le moment, seuls les deux conseils d’administration se sont mis d’accord et c’est une surprise pour tout le monde, y compris les employés. IBM prévoit que l’opération devrait se conclure dans la seconde moitié de 2019.

avatar misterbrown | 

34 milliards pour un éditeur d’open-source?
🤔

J’ai lu ça hier soir sur le Monde, et j’avoue ne pas tout comprendre. Mais si IBM le fait ça ne doit pas être stupide non plus.

avatar ideclik | 

@misterbrown

Parce que open source n’est pas synonyme de gratuit... amalgame trop courant.

avatar Nicolas Furno | 

@misterbrown

Chiffre d'affaires de 2,9 milliards de dollars en 2017. Red Hat est une grosse entreprise commerciale basée sur l'open-source, mais avec beaucoup de clients qui paient.

C'était déjà vrai à l'ère des distributions, ça l'est encore plus à celle du cloud.

avatar chris69photos | 

Comme marqué dans l'article : "Depuis quelques années, Red Hat a totalement changé de métier toutefois, en concentrant tous ses efforts sur les serveurs et le cloud.". Il n'est plus ou très peu aujourd'hui l'éditeur opensource du début.

avatar xbill | 

@misterbrown

During the period of this most recent 2016 report, the top contributing companies to the Linux kernel were Intel (12.9 percent), Red Hat (8 percent), Linaro (4 percent), Samsung (3.9 percent), SUSE (3.2 percent), and IBM (2.7 percent).

Source: https://thenewstack.io/contributes-linux-kernel/

avatar oomu | 

Redhat est un acteur industriel majeur.

Nombreuses sont les entreprises partenaires avec elle ou vendant des produits via elle.

De plus, Redhat est éditeur de solutions Java de premier plan.

avatar occam | 

@misterbrown

"si IBM le fait ça ne doit pas être stupide non plus"

IBM est déjà un des acteurs les plus importants de Linux industriel. Et pour industriel, lisez heavy metal.

IBM fait tourner ses mainframes z Systems sous Linux, soit directement, soit virtualisé via z/VM. (Chez IBM, la virtualisation remonte à 1972, ils savent faire.)

Linux aussi sur les IBM Power Systems, les puissants descendants du PowerPC, dont les processeurs RISC n’ont plus rien à craindre des x86.
Ah oui, peut-être avez vous souvenir du problème little endian vs big endian* ? Eh bien, depuis la génération POWER8, ces systèmes sont Bi-endian, ce qui résout le dilemme.

IBM a fait sa révolution culturelle. Pour quelqu’un comme moi, qui a débuté sur des mainframes il y a 40 ans, la transformation est époustouflante.

avatar fte | 

@occam

"Eh bien, depuis la génération POWER8, ces systèmes sont Bi-endian, ce qui résout le dilemme."

Ils ont copié arm, ces rats baveurs ! ;)

avatar Minas_Tirith | 

Je ne sais pas trop quoi penser de cette news, encore un acteur majeur de l’open source qui se fait racheter par une société à la philosophie différente (voire opposée). RH est un des plus gros contributeurs pour les distributions Linux, en espérant que ça n’aille pas dans une direction qui sente le produit avarié...

avatar occam | 

@Minas_Tirith

"un acteur majeur de l’open source qui se fait racheter par une société à la philosophie différente (voire opposée)"

Rares sont les mastodontes qui ont non seulement embarqué l’open source, mais qui en ont fait un gage, comme le fait IBM depuis des années. IBM faisait déjà tourner ses mainframes sous Linux quand Steve Ballmer, chez Microsoft, traitait Linux de « un-American » (citant verbatim Joe McCarthy !), et l’open source de cancer :

« Open source is not available to
commercial companies. The way the license is written, if you use any open-source software, you have to make the rest of your software open source. ... Linux is not in the public domain. Linux is a cancer that attaches itself in an intellectual property sense to everything it touches. »
Le communisme, quoi.

Alors que chez IBM, très sobrement :
https://www.ibm.com/it-infrastructure/z/os/linux-open-source

avatar Scooby-Doo | 

Enfin Steve Ballmer, c'est de l'histoire ancienne de nos jours…

Faut peut-être évoluer et adapter son discours de temps à autres.

Sinon on peut excaver d'autres citations encore plus anciennes qui feront s'effondrer toutes l'industrie contemporaine de l'informatique.

Souvenir d'une pub DEC par exemple !

Ouaf, Ouaf, Ouaf

avatar occam | 

@Scooby-Doo

"Faut peut-être évoluer et adapter son discours de temps à autres."

Évoluer, oui. C’est ce qu’a fait Microsoft après l’évincement de Ballmer.
Évolution qui, chez IBM, avait été entamée plus d’une décennie auparavant.

Mais ce n’est pas une question de discours. Manie très française de tout réduire au discours, et de croire que le changement de discours modifie les données opérationnelles du problème.

La citation sert à replacer le virage insoupçonné opéré par IBM dans le contexte idéologique de l’époque. Ce qui semble vous avoir échappé. Pour l’analyse contextuelle, veuillez donc refaire le tour.

avatar Scooby-Doo | 

Ben si Apple n'avait pas sauvé Microsoft en son temps en étant au bord de la faillite, Microsoft ne serait plus depuis fort longtemps.

Oui je sais, certains me rétorqueront que se serait plutôt le contraire, Microsoft ayant contribué financièrement au sauvetage d'Apple à l'époque des vaches maigres.

Mais en fait, c'est un peu comme le Titanic, Microsoft et Apple sont dans une chaloupe, et plouf, Apple tombe à l'eau !

Zut, Microsoft tend le bras pour rattraper son compagnon d'infortune…

Vu comme cela, on pourrait se dire que c'est Microsoft qui sauve ce pauvre Apple.

A moins que Microsoft était fort malade et qu'Apple était le seul médecin à bord.

Autrement dit, Apple a sauvé Microsoft d'un démantèlement certains à une période où il était dans le viseur des autorités de la concurrence aux USA…

C'est tant mieux pour la start-up californienne qui avait commencé dans un garage, comme d'autres boîtes de la Silicon Valley.

My 2 cents.

avatar bonnepoire | 

@Scooby-Doo
Ton discours est biaisé. Microsoft n'a pas sauvé Apple. Microsoft a payé une dette et Jobs a sauvé Apple avec. Faut pas tout mélanger.
Gates était une ordure et un pilleur. Il n'a jamais eu aucune vision. Il a juste profité de sa position dominante et détruisant la concurrence, souvent de façon illégale. Il faisait son marché en toute impunité à l'époque. Il n'existerait pas s'il avait agi de la sorte aujourd'hui.
Aujourd'hui son dada c'est Monsanto et le racket de l'agriculture en Afrique.

avatar Scooby-Doo | 

@bonnepoire

"Microsoft a payé une dette et Jobs a sauvé Apple avec."

Ai-je dit autre chose ? Et en fait, je connais pas mal de débiteur qui ne paye pas leur dette, ou attende juste que le récipiendaire n'existe plus.

Microsoft avait largement la trésorerie et le temps d'attendre qu'Apple disparaisse.

Mais merci, c'était bien essayé comme troll !

avatar bonnepoire | 

Je dis juste que l’argent ne suffit pas pour réussir. Microsoft n’a pas sauvé Apple. Sans doute même que Billy jubilait à l’idée de payer cette dette et prolonger l’agonie de Apple. Ce qui est d’autant plus pervers.

avatar webHAL1 | 

@Scooby-Doo
« Microsoft avait largement la trésorerie et le temps d'attendre qu'Apple disparaisse. »

Tout a fait. C’est d’ailleurs particulièrement amusant de penser qu’Apple est toujours là aujourd’hui parce que Microsoft l’a sauvée. C’est le genre d’anecdotes qui font le sel de l’histoire de l’informatique. ^_^

avatar vince29 | 

Ce serait quoi cette dette ?
Et Apple a elle aussi un long historique de dettes impayées...

avatar occam | 

@Scooby-Doo

Je vous invite, sans autre remarque, à prendre note de l’article de Thierry Noisette dans l’Obs :
https://www.nouvelobs.com/economie/20181029.OBS4642/rachat-record-de-red...

Notice chronologique : l’article de T. Noisette est postérieur à mes commentaires.

avatar ipaforalcus | 

@occam

Merci pour la citation, je la trouve très pertinente moi...

Ces ordures veulent détruire le libre alors que c’est une des plus grande invention du XXe siècle.

avatar Scooby-Doo | 

Ah mais je ne dis nullement que la citation d'Occam est fausse.

Je dis juste qu'il faut évoluer. Dieu merci Steve Ballmer est loin derrière nous...

avatar ipaforalcus | 

@Scooby-Doo

C’est pas parce qu’il est plus là que tout a changé, Microsoft reste Microsoft.

avatar Scooby-Doo | 

Et Apple de même, IBM idem…

Sinon, Apple serait encore dans un garage...

avatar bonnepoire | 

@Scooby-Doo
Tu trouveras Apple dans le garage de pagaupa 😂

avatar bonnepoire | 

Personne ne détruit le libre. Je dirais même que le libre n’a jamais été aussi puissant puisque présent partout aujourd’hui. Le libre est l’essence même de l’informatique de notre époque.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR