Des mises à jour pour Final Cut Pro, iMovie, Compressor et Motion

Pierre Dandumont |

En parallèle des mises à jour de ses systèmes d'exploitation, Apple a mis à jour ses programmes professionnels. Il y a donc des mises à jour de Logic Pro, Motion, Final Cut Pro ou même iMovie.

Final Cut Pro s'améliore

Sur Mac, Final Cut Pro passe en version 10.7. D'un point de vue technique, elle amène un nouveau modèle d'apprentissage automatique pour le suivi des objets et l'analyse des mouvements, visiblement optimisés pour les puces Apple. Cette version peut aussi employer plusieurs encodeurs en parallèle pour les puces Apple qui en intègrent plus qu'un (M1 Max, M2 Max, M3 Max, M1 Ultra et M2 Ultra).

Final Cut Pro (image Apple)

Apple indique aussi les ajouts suivants.

Faites automatiquement défiler la timeline pour que vos plans restent visibles sous la tête de lecture durant la lecture. Rendez le montage plus efficace en combinant un groupe sélectionné de plans connectés dans un scénario connecté. Affichez les couleurs de rôles vidéo et audio pour voir facilement l’organisation de la timeline en un clin d’œil.

Motion passe en version 5.7, et gagne le modèle d'apprentissage automatique de suivi des objets avec les Mac Apple Silicon (comme Final Cut Pro). Compressor, en version 4.7, gagne la possibilité d'encoder plus rapidement, prend en charge les contenus en relief pour la mise en ligne sur l'iTunes Store et corrige quelques bugs. Enfin, dans le domaine professionnel, Logic Pro 10.8.1 corrige des bugs.

Terminons par iMovie, qui passe en version 10.4. Elle gagne le même encodeur plus rapide sur les puces Apple haut de gamme.

Lire les commentaires →

Linux ne gère pas assez de cœurs pour les dernières puces ARM

Pierre Dandumont |

Ces dernières années, l'augmentation du nombre de cœurs dans les processeurs croît de plus en plus rapidement. En effet, le premier processeur doté de deux cœurs a seulement une grosse vingtaine d'années (le POWER4 d'IBM en 2001, dont le PowerPC G5 est dérivé)… et la nouvelle puce d'Ampere Computing (spécialisée dans les puces ARM pour les serveurs) vient de dépasser la limite courante pour le nombre de cœurs sous Linux avec les puces ARM64, qui est de 256 cœurs.

192 cœurs chez Ampere.

La nouvelle puce d'Ampere n'atteint pas encore cette limite directement, car elle contient 192 cœurs, mais elle peut être employée avec un second CPU, ce qui porte le total à 384. Si vous avez utilisé des Mac il y a plus de quinze ans, vous connaissez peut-être cette possibilité : avant l'arrivée des CPU dotés de plusieurs cœurs, la norme était d'installer plusieurs CPU (deux ou quatre, généralement). Apple a longtemps profité de cette solution, avec quelques (très) vieux Power Macintosh, puis avec les Power Mac G4, G5 et ainsi que quelques Mac Pro.

Pour revenir à Ampere Computing, la société a dû proposer un patch pour le noyau Linux pour qu'il puisse prendre en charge 512 cœurs (8 192 avec une option spécifique), une mise à jour qui devrait être intégrée dans le noyau 6.8 début 2024. Cette valeur — déjà en place pour les processeurs x86-64 — avait été suggérée en 2021, mais l'absence de puces capables d'atteindre plus de 256 cœurs avait empêché le changement. Enfin, cette limite ne devrait pas encore poser de soucis chez Apple : la puce M2 Ultra actuelle possède 24 cœurs, et une future puce M3 Ultra pourrait en contenir 32.

Lire les commentaires →

macOS Sonoma 14.1.2 est de sortie 🆕

Pierre Dandumont |

Apple vient de mettre à jour macOS Sonoma, qui passe en version 14.1.2. Cette nouvelle version n'amène pas de nouveautés particulières, mais elle corrige des soucis de sécurité. La page dédiée aux corrections n'est pas encore à jour au moment d'écrire ces lignes, nous ajouterons des détails plus tard.

Rappelons que la version 14.2 est attendue en décembre.

Quatrième bêta pour macOS Sonoma 14.2

Quatrième bêta pour macOS Sonoma 14.2

Mise à jour : Apple a mis en ligne une page dédiée pour la version iOS de cette faille. Elle présente deux failles liées à WebKit (le moteur de rendu de Safari, largement employé dans iOS et iPadOS), découvertes par Clément Lecigne de chez Google. La première permet visiblement de récupérer des informations sensibles, la seconde permet d'exécuter du code arbitraire. Les deux failles ont été employées pour attaquer d'anciennes versions d'iOS (la version 16.7.1 est citée). Nous pouvons supposer que les failles corrigées dans macOS Sonoma 14.1.2 sont les mêmes.

Lire les commentaires →

Si vous avez un vieux compte Google, connectez-vous avant la purge de décembre

Pierre Dandumont |

Il y a quelques mois, Google annonçait que les comptes Google inactifs depuis plus de deux ans allaient être supprimés, ainsi que les contenus liés à ces comptes. Et cette purge devrait commencer à partir du mois de décembre 2023 pour les comptes les plus anciens.

Google : 2 ans de sursis avant de supprimer un compte inutilisé

Google : 2 ans de sursis avant de supprimer un compte inutilisé

La société précise qu'il s'agit des comptes personnels — ceux liés à des entreprises ou des établissements scolaires ne sont pas touchés —. Elle indique aussi que la purge en question commencera donc en décembre 2023 (c'est-à-dire demain) avec les comptes qui ont été créés mais jamais utilisés.

Si vous possédez un compte Google inactif, vous devriez donc penser à vous connecter et effectuer une des actions suivantes : lire ou envoyer un courriel, utiliser Google Drive, regarder une vidéo sur YouTube, télécharger une application sur le Play Store, effectuer une recherche ou vous connecter à un service tiers à travers Google.

Un exemple de message reçu.

Google a par ailleurs prévenu les utilisateurs des comptes en question en envoyant un courriel sur l'adresse liée mais aussi sur l'éventuelle adresse de secours.

Lire les commentaires →

Steam va tuer les anciens jeux encore 32 bits le 15 février 2024 (bye bye Half-Life)

Pierre Dandumont |

Valve vient d'annoncer une mauvaise nouvelle pour ceux qui sont encore sous macOS High Sierra (2017) ou macOS Mojave (2018) : Steam ne sera plus mis à jour pour ces deux systèmes d'exploitation après le 15 février 2024. Ils rejoignent El Capitan et Sierra, abandonné il y a quelques mois. Et c'est un problème pour ceux qui ont encore des jeux uniquement compatibles avec le 32 bits sous macOS.

Portal, incompatible avec le 64 bits.

Valve explique que le problème vient de Google Chrome, intégré dans le client Steam, et que si le client va continuer à fonctionner après cette date, il ne sera plus mis à jour et qu'il n'est évidemment pas garanti que cet état de fait soit permanent.

La fin des jeux 32 bits

Quand Apple a décidé de supprimer la compatibilité avec les applications 32 bits avec macOS Catalina en 2019, les développeurs de jeux n'ont pas tous suivi, loin de là. En 2023, de nombreux jeux sont donc encore uniquement 32 bits et ne fonctionnent donc pas sur un Mac récent. Les raisons sont multiples : l'éditeur peut avoir disparu ou il peut avoir décidé de ne pas passer en 64 bits (ce qui demande dans certains cas une réécriture complète, OpenGL étant en sursis).

D'autres cas sont plus simples : certaines rééditions reposent sur des solutions comme DOSBox et les outils n'ont pas nécessairement été mis à jour pour macOS. Dans les exemples emblématiques, il faut évidemment citer une partie des titres de Valve : Half-Life, mis à jour récemment, repose encore sur du code 32 bits. C'est aussi le cas de Left 4 Dead 2 ou de Portal, par exemple.

Left 4 Dead 2 nécessite macOS Mojave.

Notons enfin qu'il ne s'agit pas d'une fatalité : les développeurs peuvent mettre à jour d'anciens jeux, comme récemment avec les deux premiers opus de la saga The Witcher. Mais ces mises à jour peuvent avoir un effet collatéral un peu bloquant : les jeux modernes ont tendance à abandonner les Mac Intel ou a minima de nécessiter un système d'exploitation récent (macOS Big Sur pour The Witcher). Et donc ceux qui possèdent encore un ancien Mac compatible avec le 32 bits peuvent dans ce cas perdre l'accès au jeu…

Les jeux The Witcher mis à jour pour les Mac Apple Silicon

Les jeux The Witcher mis à jour pour les Mac Apple Silicon

Lire les commentaires →

Adobe pourrait revendre XD et laisser Figma hors du Creative Cloud

Anthony Nelzin-Santos |

Pour passer sous les fourches caudines de la Commission européenne et de la CMA britannique, Adobe pourrait revendre XD. Une petite concession, puisque l’application de prototypage n’est plus commercialisée depuis le 22 juin dernier, qui ne serait qu’un amuse-bouche pour satisfaire l’appétit des régulateurs. Selon Bloomberg, Adobe devrait accepter d’exclure Figma de l’offre Creative Cloud.

Figma. Image MacGeneration.

Après quelques mois d’« enquête approfondie », la Commission européenne considère que « le projet d’acquisition de Figma est susceptible de restreindre la concurrence sur les marchés mondiaux de la fourniture de logiciels interactifs de conception de produits et d’autres logiciels de conception artistique ». Une conclusion appuyée par la Competition and Markets Authority (CMA) britannique, qui craint qu’Adobe veuille « éliminer la concurrence entre deux principaux concurrents dans le domaine des logiciels de conception de produits numériques ».

Alors que le département américain de la Justice tarde à fourbir ses propres arguments, les régulateurs européens mènent la danse. Or la Commission européenne montre aussi les crocs dans les dossiers concernant le projet de fusion entre Orange et MasMovil, l’offre d’Amazon sur le fabricant de robots-aspirateurs iRobot et l’acquisition d’Asiana par Korean Air. La CMA, quant à elle, a menacé de faire capoter l’acquisition à 50 milliards de dollars d’Activision Blizzard par Microsoft.

Sans « solutions structurelles », Adobe ne pourra pas acheter Figma. Les deux institutions citent nommément Photoshop, bien que Figma ne propose pas (encore) de logiciel de dessin assisté par ordinateur, et Illustrator, puisque Figma peut aussi être vu comme un éditeur vectoriel. La Commission européenne pointe du doigt la disparition programmée de XD comme le meilleur indice que ce projet peut être vu comme une « acquisition prédatrice inversée », l’acquisition d’un concurrent avant qu’il ne soit trop tard.

Les dirigeants et les avocats d’Adobe se rendront à Bruxelles le 8 décembre prochain pour mettre des propositions moins drastiques sur la table. Outre la vente de XD pour que son développement soit repris par un concurrent, la firme de San José devrait proposer la poursuite de la commercialisation indépendante de Figma, qui ne serait donc pas intégrée à l’offre Creative Cloud. Ces suggestions suffiront-elles ? Rien n’est moins sûr : la Commission européenne, et plus encore la CMA, semble vouloir faire un exemple d’Adobe.

Adobe achète Figma pour 20 milliards de dollars

Adobe achète Figma pour 20 milliards de dollars

Adobe : la Commission européenne ouvre « une enquête approfondie » sur l’acquisition de Figma

Adobe : la Commission européenne ouvre « une enquête approfondie » sur l’acquisition de Figma

Après la Commission européenne, le régulateur britannique veut bloquer l’acquisition de Figma par Adobe

Après la Commission européenne, le régulateur britannique veut bloquer l’acquisition de Figma par Adobe

Lire les commentaires →

LanguageTool corrige l’orthographe et la grammaire dans Pages

Anthony Nelzin-Santos |

LanguageTool n’est pas un mauvais correcteur orthographique, mais sa vieille application en Java était nettement moins précise que son éditeur en ligne, en plus d’être lente et plantogène. L’éditeur allemand travaille depuis plus d’un an sur une nouvelle application : après Mail, Notes et Messages, elle s’est intégrée à Slack au début de l’année, puis Microsoft Word et Teams depuis l’été. LanguageTool peut maintenant corriger les fautes d’orthographe et de grammaire dans Pages.

LanguageTool dans Pages. Comme le correcteur se superpose au document, nous avons dû composer cette capture, si bien que les soulignements des fautes (supposées) de grammaire n’apparaissent pas. Dans cet exemple, il laisse passer trois coquilles repérées par mon correcteur habituel en plus de signaler une faute qui n’en est pas une. Image MacGeneration.

Depuis le sandboxing des applications et plus encore le verrouillage du système, les correcteurs orthographiques ne peuvent plus « injecter » leurs modules pour s’intégrer profondément. Antidote utilise des plug-ins quand il le peut, par exemple dans Mail et Safari, mais doit sinon utiliser les fonctionnalités d’accessibilité pour copier-coller le texte entre le correcteur et le document corrigé. LanguageTool fait la même chose sans fenêtre intermédiaire, puisqu’il préfère imiter le correcteur intégré en soulignant les fautes de frappe en rouge et les fautes de grammaire en jaune-orangé.

Sauf que les soulignements sont plus épais, que les suggestions sont moins discrètes… et que tout cela relève d’une énorme bidouille. LanguageTool prend en fait place dans un calque transparent placé au-dessus de la fenêtre : les traits se décalent avec la frappe en attendant qu’ils soient redessinés, restent quelques microsecondes à l’écran quand on change d’application, et disparaissent momentanément lorsque l’on déplace la fenêtre. Un bon hack est un hack invisible, mais celui de LanguageTool se voit comme le nez de Cyrano au milieu du visage d’un nourrisson.

Alors que l’ancienne application en Java pouvait corriger (certes piètrement) sans connexion à internet, la nouvelle est inopérante sans réseau. LanguageTool peut corriger les textes provenant des applications qui ne sont pas explicitement prises en charge, par le biais d’un copier-coller automatisé vers son éditeur en ligne qui requiert un compte. Autant dire que l’éditeur allemand s’est intégré au chaussepied dans le système pour cocher une case dans les tableaux de comparaison plus qu’autre chose.

En contrepartie, LanguageTool prend en charge une myriade de langues, alors que ProLexis s’en tient au français et qu’Antidote est seulement bilingue. Reste que si les rédacteurs professionnels préfèrent ces « aides à la rédaction », c’est aussi parce qu’elles proposent des dictionnaires et des guides fort utiles au quotidien, et corrigent les erreurs typographiques. Le correcteur orthographique de LanguageTool est nettement moins précis dans notre corpus habituel, butant sur les homophones et les accords complexes.

Le service allemand convient toutefois pour des usages plus ponctuels, où il sera plus flexible et plus précis que le correcteur intégré, qui se moque des erreurs grammaticales. Son mode « méticuleux » ajoute quelques conseils stylistiques, et il intègre un outil de reformulation utilisant un LLM. Est-ce suffisant pour justifier le prix de 47,92 € par an, presque autant qu’Antidote ? Si vous écrivez dans d’autres langues que le français et l’anglais, pourquoi pas. La version gratuite vous permettra de tester une partie des fonctionnalités pour vous faire un avis.

Lire les commentaires →

Pages