Bill Gates cherche une position d'équilibre entre Apple et le FBI

Mickaël Bazoge |

Soutien ou pas soutien ? Bill Gates donne l'impression de ne pas trop savoir dans quel camp se ranger dans la bataille qui oppose Apple au FBI sur les données confidentielles. Le fondateur de Microsoft cherche une position d'équilibre que lui-même, semble ne pas trop savoir comment atteindre (lire : Bill Gates « déçu » de l'interprétation de sa position sur Apple et le FBI).

Lors d'une séance de questions/réponses sur Reddit, Bill Gates a une fois de plus tenté de clarifier sa pensée, tout en ménageant la chèvre et le chou. Un équilibre doit donc être trouvé entre la sécurité des données et la possibilité laissée aux forces de l'ordre d'accéder aux informations les plus sensibles. Il a bien volontiers admis qu'il ignorait où le curseur devait se positionner, refilant la patate chaude à Apple.

Parce qu'il faut bien s'amuser de temps en temps, Bill Gates a recréé une photo de 1973 où il posait à la coule sur un bureau bordélique — Cliquer pour agrandir

« Peut-être qu'Apple devrait proposer un plan d'ensemble entre le gouvernement qui doit être en mesure de savoir des choses dans certains cas, en mettant en place des garanties pour s'assurer que ces pouvoirs restent confinés à des cas précis ». Gates ne donne pas de mode d'emploi ni de feuille de route sur le sujet, mais il estime qu'Apple devrait « élever le débat ». La Pomme semble pourtant bel et bien aller au-delà du simple cas de l'iPhone du terroriste de San Bernardino, dont le déverrouillage forcé créerait un précédent dangereux pour tous les possesseurs d'iPhone.

Bill Gates reste donc volontiers dans le flou sur la marche à suivre, et il estime que « peu de gens ont cette position extrême que le gouvernement devrait être désarmé face aux données financières et aux communications. Peu de gens aussi veulent donner carte blanche au gouvernement, sans les garde-fous qui ont du sens ». Cette position est partagée par d'autres personnalités comme Hillary Clinton : la candidate aux primaires démocrates a déclaré qu'il devait y avoir une voie pour « éviter de casser le chiffrement des données, ce qui ouvrirait la porte à beaucoup de mauvais acteurs. Mais il doit y avoir une manière de suivre une activité criminelle pour prévenir les crimes et le terrorisme ».

Microsoft partage plus clairement la position d'Apple. L'entreprise a déposé une déclaration soutenant sans ambiguïté le constructeur de Cupertino (lire : Apple affiche ses premiers soutiens contre le FBI).


avatar thefolken | 

Je l'aime bien Billou mais là il déconne. Est-ce à cause de sa fondation ? Sa position est celle d'un politique.

Venir dire qu'il faudrait trouver un compromis entre les deux c'est vraiment prendre les gens pour des cons. Évidemment que c'est ce qu'il faudrait. Et évidemment ce n'est pas possible... Quand tu tiens cette position c'est comme si tu ne disais rien. Et quand on a rien à dire... ;)

avatar C1rc3@0rc | 

@thefolken
«Je l'aime bien Billou mais là il déconne. Est-ce à cause de sa fondation ? Sa position est celle d'un politique.»

Oui sa position est politique et celle d'un équilibriste.

Dur pour lui, qui a collaboré activement toute sa vie d'entrepreneur avec le FBI et la CIA, de prendre position contre des agences dont il est si proche et a qui il doit tant.

Dur pour lui de se positionner contre ces agence et l'establishment politique, maintenant qu'il est, comme son modele Rockefeller, a la tête d'une fondation internationale qui sert d'abord son intérêt de "polissage et réfection" d'image mais qui est aussi un outils puissant pour le renseignement américain et fond de soutien pour les multinationales oeuvrant de concert avec les intérêts gouvernementaux

Gates est un aristocrate américain, issue d'une longue lignée de notables puissants et riches. Il a bâti sa fortune sur le dos de la classe moyenne américaine, jouant une stratégie politique intriquée avec les plus conservateurs de l'Etat.

Clairement, il a exposé sa position initialement, comme on l'attendait, de plein accord avec le FBI dont il est si proche.
Mais cette position empoisonne Nadella qui tente de reformer MS et d'en changer l'image auprès du public alors que Windows 10, plus insidieux et collecteur de données que beaucoup de malware, constitue déjà un obstacle redoutable.

Ce qui est fantastique, c'est que Gates n'a pas a s'exprimer sur le sujet en tant que responsable de MS: il ne l'est plus. Il pourrait s'exprimer en tant que CEO de la multinationale financière "Fondation B&M Gates", mais il n'a nulle légitimité d'évoquer un sujet technique et politique. D'ou son embarras et de celui qu'il provoque.

avatar occam | 

Analyse fort pertinente.

Pour la compléter, voici l'Amicus Brief d'Aaron Levie, patron de box.com :
https://www.box.com/blog/debate-heart-digital-age/

Conclusion : «…when balancing the various parties’ interests, it should become evidently clear that more security, not less, is the key to maintaining the trust that sits at the center of our digital age. Without it, there's simply no way to ensure that the internet and technology -- and their growing economic impact -- will continue to flourish. »

Dès lors, il n'est pas étonnant que Bill Gates, qui a failli faire rater à Microsoft le tournant Internet, et qui n'a pas su saisir le vecteur et la masse de l'informatique mobile individualisée, rechigne à intégrer les enjeux et leur conséquence.

En outre, le fait qu'une entreprise comme Apple — qui en aurait les moyens — se refuse à garder la haute main sur toutes les données générées par ses clients doit lui paraître aussi répugnant qu'incompréhensible.

avatar zoubi2 | 

Bien vu C1r... et occam. Merci.

avatar fte | 

A faire le grand écart à son age, il va se faire un claquage. Mais il n'est pas idiot.

Hillary Clinton m'étonne beaucoup plus. Je ne pense pas que ce soit très simple et populaire d'avouer ne pas savoir et pourtant elle dit ne pas avoir de réponse. Bravo Madame. Je suis d'un autre avis, mais bravo néanmoins.

avatar r e m y | 

J'aime bien le nouveau WindowsPhone sur la photo....

avatar Moonwalker | 

Depuis 43 ans, il aurait pu ranger un peu.

avatar Ginger bread | 

Qu il laisse la parole à Microsoft.

avatar Un Type Vrai | 

Bill a du mal avec la logique dans cette histoire :
"Peut-être qu'Apple devrait proposer un plan d'ensemble entre le gouvernement qui doit être en mesure de savoir des choses dans certains cas, en mettant en place des garanties pour s'assurer que ces pouvoirs restent confinés à des cas précis"

Le problème est justement que si techniquement Apple livre une solution, elle ne peut plus rien garantir.

avatar misterbrown | 

" à la coule" ?
:)

CONNEXION UTILISATEUR