Fermer le menu

Google Reader

Toute l'actualité sur Google Reader

Google Reader : c’est fini !

| 02/07/2013 | 09:24 |  

C’est fini ! Google Reader a fermé ses portes comme prévu il y a quelques heures. L’équipe en charge de ce service remercie ses utilisateurs pour leur fidélité. La vie toutefois continue, et Google propose aux internautes de consulter cette page qui liste tout un tas de services alternatifs.

D’autre part, Google précise que les utilisateurs de Google Reader peuvent récupérer leurs données par l’intermédiaire de Google Takeout. Toutefois, vous avez jusqu’au 15 juillet pour le faire. Ensuite, il sera trop tard !

Sur le même sujet :
- Guide pratique : remplacer Google Reader

Guide pratique : remplacer Google Reader

| 29/06/2013 | 12:06 |  

Si vous l’ignoriez encore, Google Reader fermera ses portes le premier juillet 2013, soit lundi prochain. Après près de huit ans de fonctionnement, ce service dédié à la lecture et surtout à la synchronisation de flux RSS va s’arrêter. L’entreprise n’offre aucune solution alternative, sachant que Google+ qui est présenté comme son successeur est loin de proposer les mêmes fonctions.

La fin de Google Reader n’a jamais été aussi proche, mais avez-vous choisi votre alternative pour lui succéder ? Pour ne pas être pris au dépourvu lundi, voici deux solutions très différentes, mais qui permettent dans tous les cas de continuer à lire vos articles grâce aux flux RSS.

Avant toute chose, rappelons que vous devez absolument exporter vos données depuis Google Reader avant l’arrêt du service, donc avant lundi. Pour les détails sur la méthode à suivre, nous vous renvoyons vers notre ancien article sur le sujet : Les alternatives à Google Reader.

Feedly : l’alternative la plus proche

Depuis l’annonce de la fermeture de Google Reader, en mars dernier, les candidats à sa succession se sont multipliés. Des nouveaux venus aux acteurs en place, on a désormais le choix entre une petite dizaine de services concurrents. Ils proposent tous à peu près les mêmes fonctions, ils ne sont pas toujours gratuits et ils ont créé en quelques semaines une situation très complexe où l’utilisateur a l’embarras du choix, au sens premier du terme.

Dans le lot, il y a un service qui a immédiatement tiré son épingle du jeu. Le jour de l’annonce, Feedly a offert à tous les utilisateurs de Google Reader une alternative rudimentaire au départ, mais qui s’est vite améliorée. En se positionnant le premier sur ce segment, en améliorant constamment son service pour le rapprocher de Google Reader et en lançant très vite son API qui permet d’intégrer le service à n’importe quel logiciel, Feedly a connu un succès fulgurant. En 48 heures, 500 000 comptes ont été créés, le service en compte désormais plusieurs millions…

Passer de Google Reader à Feedly est on ne peut plus simple : il suffit de saisir ses identifiants Google sur le site du nouveau service pour importer automatiquement tous les flux RSS et leur organisation dans des dossiers. On peut alors utiliser le service sur le site internet, ou dans l’une des applications qui l’intègrent. Même s’il conserve une approche légèrement différente, le service s’est approché au maximum de Google Reader pour simplifier la transition. L’interface est ainsi très proche, avec une barre latérale à gauche pour la liste des flux et le reste de l’interface pour les articles. Une page d’accueil affiche les articles les plus populaires sur le service, mais uniquement parmi vos flux : pratique pour voir d’un coup d’œil l’essentiel de l’actualité.

La page d’accueil de Feedly

Avec ses raccourcis clavier et son interface réactive, le site web est assez agréable à utiliser, mais il ne remplace pas pour autant une application dédiée. Sur iPhone ou iPad, on peut utiliser l’application officielle Feedly [16.0.1 – US – Gratuit – iPhone/iPad – DevHD] qui s’inspire de l’interface web et qui propose une présentation dans l’esprit d’un magazine ou de Flipboard, ou bien une vue condensée. On peut aussi choisir l’un des clients tiers, dont le fameux Reeder sur l’iPhone.

Sur Mac, des clients natifs sont en préparation pour Feedly, mais aucun n’est prêt à ce jour. En attendant la sortie de la nouvelle version de Reeder par exemple, vous n’avez pas d’autre choix que de passer par l’interface web. Une solution toutefois pour éviter d’encombrer le navigateur : transformer le site en une application qui se contente d’afficher le site internet du service. Même si on est loin du confort d’une application native, on peut le faire en copiant/collant quelques commandes dans le terminal.

Le plus simple est en effet d’utiliser Feedly Mac App, une application créée par un développeur qui est en fait une version allégée de Chrome, le navigateur de Google. Pour l’installer, vous devrez avoir installé Xcode, ou à défaut, installer ce logiciel (17 Mo). Vous devrez ensuite ouvrir le terminal (utilisez Spotlight) et copier/coller ces trois commandes successivement, en tapant sur la touche "Entrée" à chaque fois. Si tout va bien, vous aurez un nouveau logiciel nommé "Feedly" dans le dossier /Applications/ : vous pouvez le lancer pour accéder aux flux.

Voici les trois lignes de commandes à copier et à coller dans le terminal dans le bon ordre. La première commande télécharge tous les éléments nécessaires, la troisième compile logiciel : ces deux étapes peuvent nécessiter quelques minutes selon votre Mac.

git clone https://github.com/heldr/feedly-mac-app.git
cd feedly-mac-app
make install

Autres alternatives

Feedly est complet, il remplace quasiment toutes les fonctions de Google Reader et il est gratuit. Autant d’arguments en sa faveur, mais ce n’est pas la seule alternative envisageable. Voici quelques-uns des nombreux autres services ouverts ces trois derniers mois…

  • Digg Reader (gratuit, options payantes) : encore en bêta fermée, il ne fonctionne que dans l’interface web très simple ou une application iOS officielle. On ne sait pas s’il sera ouvert à d’autres logiciels.
  • Feedbin (3 $ par mois) : interface web sobre, mais agréable, API et plusieurs clients qui le gèrent, sur OS X et iOS.
  • Feed Wrangler (20 $ par an) : interface web austère, mais service très rapide et puissant avec ses flux intelligents qui remplacent les dossiers. Intégré à plusieurs applications Mac, iPhone et iPad (lire : RSS : aperçu de Feed Wrangler).
  • Fever (30 $) : à installer sur son propre serveur, nécessite des connaissances techniques, mais en contrepartie on reste totalement maître des données. Interface web et intégration à plusieurs logiciels.

NetNewsWire : l’alternative sans le cloud

Sur Mac, les clients RSS ne manquent pas, mais Reeder fait souvent figure de favoris. Très utilisé, il a impressionné à son lancement par son interface en partie héritée d’iOS et très bien finie. Aujourd’hui encore, on n’a pas vraiment fait mieux en matière d’interface, ce qui explique qu’il reste utilisé. Malheureusement, son développeur n’a pas réagi suffisamment vite et alors que la fin de Google Reader est connue depuis le mois de mars, il n’est pas prêt à offrir au logiciel son indépendance. Reeder ne peut fonctionner sans Google Reader, il sera ainsi inutile à partir de lundi.

En attendant la mise à jour majeure promise pour ce client, il faut trouver une alternative. Nous avons choisi un logiciel totalement indépendant d’un service tiers, comme Feedly présenté précédemment. Ce choix a un gros avantage : le logiciel fonctionnera même si le service est interrompu. Il a aussi un gros inconvénient : les articles ne sont pas récupérés si vous n’ouvrez pas le logiciel. Cela peut paraître anodin, mais c’est une concession que vous n’êtes pas prêts à faire si vous suivez des flux qui sont très souvent mis à jour et/ou si vous lisez rarement les flux RSS.

Sans un service sur un serveur qui travaille en permanence, vous ne récupérerez que les derniers articles fournis par le flux : pour un blog mis à jour trois à quatre fois par semaine, c’est sans conséquence ; pour un site comme le nôtre, vous perdrez vite des articles, puisque le flux ne propose que 25 articles à la fois. En clair, sans le cloud, vous ne récupérez pas plus d’une journée de MacGeneration à la fois et si vous ne synchronisez pas le flux tous les jours, vous perdrez des articles.

Ces contraintes posées, NetNewsWire est une excellente alternative et un logiciel que l’on peut très bien utiliser au quotidien pour lire ses flux RSS. Le logiciel est un vétéran dans le domaine, puisqu’il est sorti dans sa première version en 2002, trois ans avant la sortie de Google Reader. Très en vogue à une époque, il a perdu de sa puissance avec les années, mais l’arrêt du service de Google lui donne une nouvelle chance et ses concepteurs semblent justement s’être réveillés.

Ils ont sorti cette semaine la quatrième version de leur logiciel, une mise à jour majeure encore en développement, mais qui pourrait devenir le nouveau client RSS de référence sur Mac. Cette version sait importer tous les flux depuis Google Reader, une bonne manière d’effectuer la transition sans heurt, du moins avant lundi. NetNewsWire 4 bénéficie d’une interface modernisée, même si elle garde la majorité des traits caractéristiques du logiciel. L’originalité n’est de toute manière pas son fort, mais le logiciel vise l’efficacité avec cette présentation en colonnes (liste de flux, liste d’articles, articles et onglets) qui convient bien aux écrans allongés qui sont aujourd’hui la norme.

NetNewsWire 4 en action

Particularité de NetNewsWire qui n’a pas été retirée de la quatrième version : un navigateur interne avec onglets. La présentation de ces derniers diffère de ce que l’on voit souvent, avec une barre d’onglets sur le dessus : ici, les onglets sont présentés sur le côté droit, sous la forme de miniatures. On peut même utiliser le logiciel comme un navigateur : en ouvrant un nouvel onglet, on a un champ pour l’URL et on peut y afficher n’importe quel site.

Pour le reste, c’est du très classique et même si l’interface n’est pas aussi moderne que celle de Reeder et moins bonne sur certains points (les icônes des flux en gris ne sont pas pratiques pour repérer rapidement un site), elle reste agréable au quotidien. Les amateurs de clavier seront ravis de pouvoir tout contrôler — ou presque — sans toucher la souris ; ceux qui préfèrent les trackpads seront en revanche déçus de ne pas pouvoir plus l’utiliser. Il ne s’agit toutefois que d’une bêta, on peut espérer que cela change d’ici la sortie de la version finale.

Dans cette première version bêta, NetNewsWire 4 ne repose pas sur un service de synchronisation tiers. En fait, la bêta ne propose tout simplement pas la synchronisation : pour le moment, le logiciel ne peut s’utiliser que seul, sur un Mac. Cette situation n’est que temporaire et le logiciel ne sera pas finalisé sans la synchronisation, mais l’éditeur n’a pas donné de détails sur la solution utilisée. iCloud est, a priori, hors jeu, mais on ne sait pas encore si le logiciel aura son propre serveur ou s’il exploitera finalement l’un des services dans le nuage qui existent déjà.

En attendant une solution officielle, on peut déjà relativement facilement synchroniser ses flux et le statut de lecture des articles entre plusieurs Mac. Dans cet exemple, on utilise Dropbox, mais vous pouvez également exploiter un autre service de synchronisation, à condition qu’il s’intègre au Finder. L’idée est de déplacer le fichier qui contient toutes les données de NetNewsWire pour le placer dans le dossier synchronisé. Comme ce n’est pas prévu dans la bêta, il faut quelques manipulations et précautions.

Commencez par fermer NetNewsWire, puis ouvrez le dossier des préférences de votre Mac, en ouvrant le menu "Aller" du Finder, puis en appuyant sur la touche alt du clavier. Un élément "Bibliothèque" devrait apparaître dans le menu, cliquez sur cet élément et vous afficherez tous les dossiers contenus dans la bibliothèque. Ouvrez alors le dossier "Application Support" puis "NetNewsWire 4" ; à l’intérieur de ce dernier, c’est le fichier "Articles" que l’on doit synchroniser. Prenez soin de sauvegarder le dossier complet, par sécurité, par exemple en compressant le dossier dans un fichier ZIP que vous pourrez facilement restaurer en cas de problème (clic secondaire, "Compresser « NetNewsWire 4 »").

Pour cela, il faut créer un lien symbolique entre le dossier synchronisé et ce fichier situé dans les préférences du Mac. Plusieurs méthodes sont envisageables, la plus simple consiste à télécharger le service SymbolicLinker qui ajoute, après installation, une commande dans le menu contextuel. Après l’avoir installé, vous pouvez déplacer le fichier "Articles" dans votre dossier de synchronisation, dans notre exemple dans une Dropbox. Depuis cet emplacement, effectuez un clic secondaire sur le fichier et choisissez la commande "Créer un lien symbolique" qui est apparue après installation du service.

Il ne vous reste plus qu’à déplacer le lien (et non le fichier original) dans le dossier des préférences et à le renommer "Articles". Veillez à ne pas faire d’erreur dans le nom, sinon cela ne fonctionnerait pas. Pour vous assurer que tout fonctionne, ouvrez simplement NetNewsWire sur le Mac : si vos articles sont toujours en place, vous avez fait ce qu’il faut.

Sur les autres Mac, vous devrez installer le logiciel et l’ouvrir une première fois, le quitter puis remplacer le fichier "Articles" des préférences de ce Mac par le lien symbolique du fichier synchronisé. À partir de là, la synchronisation fonctionnera, à condition de suivre une règle : il faut toujours quitter NetNewsWire sur un Mac et attendre la fin de la synchronisation avant d’ouvrir le logiciel sur un autre Mac. Si vous ouvrez le logiciel sur un Mac sans l’avoir préalablement quitté ailleurs, vous aurez des conflits de synchronisation comme ici.

NetNewsWire 4 est une bonne solution si la synchronisation n’est pas essentielle pour vous et si vous ne supportez pas les interfaces web des services qui veulent remplacer Google Reader. La synchronisation est possible, mais elle est un peu contraignante et elle n’est pas à recommander si vous passez constamment d’un Mac à l’autre. Quoi qu’il en soit, le logiciel est totalement gratuit pendant la bêta, mais il sera vendu une vingtaine d’euros lorsqu’il sera finalisé.

Autres alternatives

Si, pour une raison ou une autre, vous n’aimez pas NetNewsWire, ce n’est pas le seul logiciel capable de lire des flux RSS sur Mac, loin de là. Voici quelques alternatives, plus ou moins complètes.

  • Vienna (gratuit) : autre vétéran des lecteurs RSS, autre logiciel longtemps à l’abandon qui semble connaître une nouvelle jeunesse. Il est complet, mais moins agréable à utiliser avec son interface encore un peu vieillotte.
  • Caffeinated (7,99 €) : autrefois adossé à Google Reader, ce lecteur de flux RSS est désormais indépendant et lui aussi sans synchronisation. Interface plus moderne que NetNewsWire et logiciel assez complet, la dernière version a fait des progrès sur la stabilité, même s’il reste en retrait sur ce point (lire : RSS : Caffeinated 2 abandonne à son tour Google Reader).
  • ReadKit (4,49 €) : très complet, ce lecteur de flux fonctionne de manière indépendante ou avec plusieurs services au choix. Logiciel agréable au quotidien, même s’il n’est pas le plus abouti.
  • Monotony (Gratuit) : dans un tout autre genre, ce logiciel se contente d’afficher les nouveaux articles dans le centre de notifications. À réserver aux petits consommateurs de flux.

Nos flux RSS : petit rappel !

Au passage, petit rappel des adresses de nos différents flux RSS :

Image en page d’accueil : © Curton

RSS : Caffeinated 2 abandonne à son tour Google Reader

| 28/06/2013 | 09:07 |  

À quelques jours de la fermeture de Google Reader, les mises à jour de lecteurs RSS se multiplient. Caffeinated [2.0 / Démo – US – 7,99 € (promo à 5,49 €) – GeekyGoodness] a justement droit à une toute nouvelle version qui efface toute trace du service de synchronisation de flux RSS de Google. Malheureusement, le logiciel ne remplace pas ce service par un autre comparable, il fonctionne désormais seul, sans synchronisation de vos flux et des articles lus.

Si vous ne lisez les flux que sur un Mac, Caffeinated 2 peut vous convenir, même si elle implique d’ouvrir le logiciel régulièrement pour ne rater aucun flux. Les solutions avec serveur, comme Feedly, vont chercher en permanence les nouveaux articles et les stockent pour vous, même pendant vos congés. Avant de faire la mise à jour, pensez bien à exporter vos flux, soit depuis la version précédente du logiciel (commandes d’export dans le menu "Subscriptions"), soit depuis Google Reader. La nouvelle version sera vierge au lancement et il vous faudra les importer à nouveau.

Pour cette deuxième version, le développeur derrière Caffeinated a développé son propre moteur RSS pour remplacer celui de Google. Plus rapide, il se veut aussi plus intelligent en cherchant en priorité les articles des flux les plus actifs. De manière générale, le logiciel devrait être plus performant si vous gérez un grand nombre de flux, le processeur et la mémoire vive devraient être moins sollicités qu’avant. Ce gain de performance se voit aussi avec les notifications qui devraient s’afficher beaucoup plus rapidement.

Au passage, l’interface du logiciel a été légèrement revue, avec notamment une nouvelle icône et des miniatures dans la liste des articles. Au-dessus des listes d’articles, Caffeinated ajoute aussi un filtre pour n’afficher, pour chaque flux ou dossier, que les éléments favoris ou à lire. Une option permet également de marquer les articles comme lus simplement en les faisant défiler.

Caffeinated 2 est prêt à fonctionner normalement après le premier juillet, c’est déjà une bonne chose pour ses utilisateurs. Reste à espérer que son concepteur entend ajouter quelques-uns des multiples services nés depuis l’annonce de la fermeture de Google Reader. Le logiciel, uniquement en anglais, est proposé à 5,49 € au lieu de 7,99 € en temps normal.

AOL lance à son tour un service dédié aux flux RSS

| 24/06/2013 | 14:22 |  

Depuis l’annonce de la fin de Google Reader, les prétendants se sont multipliés pour le succéder. Dernier en date, AOL qui ouvre aujourd’hui une version bêta de son propre service de synchronisation et de lecture de flux RSS : AOL Reader. Accessible uniquement sur invitation, ce service semble toutefois ouvert à tous les utilisateurs, à condition d’en faire la demande. Vous recevrez rapidement un mail pour accéder au service.

AOL Reader n’est pas encore un service aussi complet que celui de Google. La version actuelle est aussi très lente, sans doute en raison d’une affluence trop importante pour le lancement. Reste qu’elle permet de découvrir ce service de plus qui a l’avantage d’être totalement gratuit, du moins pendant la bêta. L’éditeur n’a pas précisé ses intentions à terme, mais le site qui présente le service semble indiquer que l’API — condition indispensable pour utiliser un client tiers — pourrait devenir payante.

Pour l’heure, il faut se contenter du site web qui propose une interface sobre et plutôt élégante. Rien de révolutionnaire à attendre ici : contrairement à d’autres services qui tentent de nouvelles choses, AOL a repris une formule qui a fait ses preuves. On a donc la liste des flux tout à gauche, puis une vue qui sert autant à afficher la liste des articles, qu’un article. En fait de liste, on peut choisir entre plusieurs modes de visualisation, dont plusieurs qui mettent en avant les images contenues dans les articles.

Les flux peuvent être ajoutés dans des dossiers et AOL Reader gère la notion de favoris, mais c’est à peu près tout. Cette première version est manifestement sortie rapidement pour répondre à l’absence de Google Reader dès la semaine prochaine, mais il lui manque encore des fonctions. En particulier, on ne peut pas faire de recherches pour trouver un article (le champ en haut de la page sert à lancer une recherche sur internet).

Ne comptez pas sur des applications mobiles pour le moment : AOL en a prévu, mais pour le moment il faut utiliser le site qui adopte une interface adaptée à l’écran utilisé. AOL Reader s’avère toutefois assez efficace sur un mobile et même si une application native conserve quelques arguments — notamment pour accéder au contenu, la webapp mise en place par l’entreprise est plutôt bien réalisée.

AOL Reader ne nécessite pas forcément un compte AOL, on peut aussi se connecter avec un compte Twitter, Facebook ou même Google. Malheureusement, il faudra importer ses flux à la main pour quitter Google Reader et la fonction d’import ne semble pas fonctionnelle. Nous avons également eu quelques difficultés pour ajouter des flux RSS, des bugs de lancement sans aucun doute.

Si vous cherchez une alternative au service de Google, en voici un de plus. Sans rien apporter de plus par rapport à ce qui existe déjà et avec un peu de retard sur d’autres services, comme Feedly, ce nouveau venu est soutenu par un géant du milieu. Ce qui sera un argument en faveur ou contre AOL Reader, selon les avis de chacun. Quoi qu’il en soit, le service est totalement gratuit et mérite ainsi un essai.

Socialite abandonne Google Reader… sans alternative

| 24/06/2013 | 08:59 |  

Socialite [1.5.4 / Démo – US – 8,99 € – Apparent Software] abandonne à son tour Google Reader, le service de synchronisation et de lecture de flux RSS de Google qui s’arrêtera dans un petit peu plus d’une semaine. Ce logiciel qui entend rassembler tous les réseaux sociaux en une même interface profitait des fonctions sociales du service, en même temps qu’il faisait office de lecteur de flux. On pouvait ainsi non seulement suivre les flux de ses sites préférés, mais aussi suivre les articles de ses amis.

À quelques jours de l’arrêt du service, Socialite retire complètement Google Reader dans cette nouvelle version. On peut toujours lire des flux RSS, mais il faudra dorénavant les ajouter à la main dans le logiciel et ils ne seront plus synchronisés, pas plus que l’état de lecture des articles. En effet, l’éditeur n’a, pour le moment, aucune alternative à proposer à ses utilisateurs. À sa décharge, il faut dire que les solutions de remplacement ne manquent pas, mais elles sont toutes encore en cours de développement, ou payantes. Espérons qu’ils intégreront rapidement Feedly ou un autre service équivalent.

Socialite corrige aussi son intégration de Twitter avec, dans cette dernière version, l’API la plus récente qui est obligatoire depuis quelques jours. La recherche en particulier ne fonctionnait plus avec la version précédente. Mac OS X 10.6 est nécessaire pour utiliser ce logiciel qui n’est pas traduit en français.

RSS : Digg lancera son service le 26 juin

| 17/06/2013 | 22:48 |  

Depuis l’annonce de la fermeture de Google Reader, populaire service de lecture et synchronisation de flux RSS, les candidats à sa succession se sont multipliés. Parmi eux, Digg a très tôt annoncé qu’il offrirait une alternative, mais on n’en avait pas encore vu la couleur, alors que le service de Google fermera dans moins de deux semaines. Dans un nouvel article, le site détaille la première version bêta de son service qui sera d’ailleurs lancée le 26 juin.

Limitée, cette première bêta s’adressera aux utilisateurs intensifs des flux RSS et elle entend offrir une alternative simple, mais fonctionnelle, à Google Reader. Concrètement, le service de Digg saura récupérer les données depuis celui de Google et il sera accessible sur le web et sur l’iPhone et iPad. L’interface devrait rester simple et claire et mettre en avant le contenu, une version mobile sera accessible pour tous ceux qui n’ont pas d’iPhone. On devrait aussi retrouver toutes les fonctions de base d’un service dédié à la lecture et synchronisation des flux : inscription à un flux, partage d’article et organisation en dossiers.

Après cette bêta qui sortira in extremis — souhaitons que le lancement se fasse sans couac… —, Digg a d’ores et déjà prévu des améliorations pour son service. Une application Android est prévue, des services additionnels seront intégrés comme Evernote ou IFTTT et des outils plus avancés de tri et de filtre seront proposés. Plus tard encore, la recherche et les notifications sont programmées.

Digg RSS sera un service payant, ou plutôt freemium. Les fonctions de base resteront gratuites, mais on pourra souscrire à un abonnement qui débloquera d’autres fonctions. Dans un premier temps, l’éditeur entend toutefois proposer une alternative viable au service de Google Reader. Il aura fort à faire alors que d’autres alternatives sont déjà en place, d’autant que l’on ne connait pas la position de ce service sur une API. Sans elle, Digg ne pourra jamais être intégré aux logiciels tiers, comme Reeder.

Google Reader s'éteint au profit de Google Now et Google+

| 07/06/2013 | 15:35 |  

Dans trois semaines, le 1er juillet exactement, Google Reader disparaîtra. Contrairement à la tentative de fermeture de l'API CalDAV qui a été avortée, l'entreprise de Mountain View ne reviendra pas sur sa décision concernant son service de lecture et de synchronisation de flux RSS.


Takeout, le service pour exporter ses données Google

« Si le produit a une base d’utilisateurs fidèles, son usage a décliné au fil des années » s'était contenté de déclarer en mars Google. Richard Gingras, en charge des produits sociaux et d'actualité de la firme, a précisé à Wired les raisons de l'extinction de Google Reader :

« Notre culture a évolué vers un paradigme où la consommation de l'actualité est un processus quasi continuel. Les utilisateurs de smartphones et de tablettes consomment des petites doses d'information tout au long de la journée. Cela remplace le vieux modèle où on lisait l'actualité pendant le petit déjeuner et ensuite à la fin de la journée, tranquillement. »

Et pour répondre à ce nouveau modèle, qui serait incompatible avec les flux RSS selon Richard Gingras, Google cherche à travers ses produits existants « à répondre aux centres d'intérêt de l'utilisateur avec une information pertinente au moment pertinent via le canal le plus approprié ».

Et ce canal, c'est Google Now, l'assistant personnel de Mountain View intégré à Android et disponible sur iOS, voire Google+. Deux produits qui vous gardent dans le monde de Google, écrit Wired. « En d'autres mots, plutôt que de lire Cat Fancy [un magazine américain sur les chats, ndr] religieusement, vous lirez la catégorie Animal religieusement — une catégorie peuplée de sites que les produits de Google pensent que vous aimez le plus », ajoute le média.


Google+ sur iPhone

Malgré cela, Google n'a pas totalement abandonné les flux RSS. Il est possible de s'inscrire à un flux dans Google Flux l'application iOS de lecture d'actus. Mais cette possibilité est peu visible, masquée par les médias qui utilisent Google Currents producer pour promouvoir leurs contenus.


Google Flux sur iPhone

La fin de Google Reader aura au moins stimulé un secteur qui se reposait très grandement sur cette solution depuis plusieurs années et de rappeler que Google n'est pas une organisation caritative, mais une entreprise qui recherche le profit.

Sur le même sujet :
- Les alternatives à Google Reader
- RSS : Reeder ajoutera Feedly et Feed Wrangler

RSS : Reeder ajoutera Feedly et Feed Wrangler

| 03/06/2013 | 23:14 |  

Reeder [1.2 – US – Gratuit – Silvio Rizzi] est un lecteur de flux RSS très populaire sur Mac, mais aussi sur l’iPhone et l’iPad. Utilisant exclusivement Google Reader, il présente peu à peu ses alternatives en prévision de la fermeture du service au premier juillet par Google. Le logiciel était déjà compatible avec Fever et Feedbin, deux services concurrents (lire : Reeder prépare l’après-Google Reader), on découvre aujourd’hui deux autres alternatives.

Candidat le plus sérieux pour succéder à Google Reader, Feedly annonce aujourd’hui le nom de plusieurs applications qui allaient intégrer ses flux. Dans la liste, on retrouve Reeder donc, mais aussi d’autres lecteurs RSS présents sur l’App Store, comme sur Android ou Windows 8. L’accès à l’API du service sera gratuit, condition sine qua non de son succès et l’éditeur annonce aussi avoir embauché des spécialistes pour améliorer la rapidité du service, tandis que la recherche et des applications Windows Phone et Windows 8 sont au programme.

En attendant, rappelons que vous pouvez tester le service sur Internet ou via Feedly [15.0.1 – US – Gratuit – iPhone/iPad – DevHD] sur iPhone ou iPad. On peut facilement importer les flux depuis son compte Google Reader dans ce nouveau service de lecture et de synchronisation de flux RSS.

Reeder sera également compatible avec Feed Wrangler, un autre concurrent, mais payant celui-ci. S’il ne peut prétendre avoir autant de succès que Feedly, il n’en est pas moins intéressant avec son ambition de rester extrêmement simple et rapide (lire : RSS : aperçu de Feed Wrangler). À tous ces services similaires à Google Reader, le logiciel devrait aussi être capable de gérer vos flux en local, sans aucun service de synchronisation. C’est justement la voie choisie par l’un de ses concurrents, Caffeinated (lire : Caffeinated 2 sans Google Reader ni synchronisation).

Caffeinated 2 sans Google Reader ni synchronisation

| 03/06/2013 | 15:54 |  

Google Reader fermera ses portes le premier juillet. Dans moins d'un mois, de nombreux logiciels qui exploitaient ce service de synchronisation de flux RSS cesseront de fonctionner, à moins d'avoir été mis à jour d'ici là. Dans le lot, on en sait un petit peu plus sur l'avenir de Caffeinated [1.3.3 / Démo – US – 7,99 € – GeekyGoodness], un client Mac qui ne manque pas d'arguments.

Curtis Hard, son unique développeur détaille sur son blog l'avenir de son logiciel. Caffeinated 2 abandonnera totalement Google Reader et fonctionnera seul sur le Mac. Il explique que ce choix avait été fait pour accélérer le développement de la première version en utilisant les outils fournis par Google plutôt que de devoir tout refaire de son côté. Son intention a toujours été de ne plus dépendre de ce service et la fermeture de Reader n'a fait qu'accélérer les choses.

Caffeinated n'étant qu'un projet mené sur son temps libre, Curtis Hard explique qu'il lui a fallu faire quelques choix pour tenir les délais et sortir cette version avant la fin du mois. Ainsi, la version 2.0 sortira sans synchronisation : vous ne pourrez gérer les flux qu'en local, sans possibilité de retrouver la liste des flux et les articles à lire sur un autre Mac. À terme, cette fonction devrait faire son retour, avec Dropbox ou un autre service de cloud.

La mise à jour devrait également être beaucoup plus rapide, l'interface de Caffeinated sera légèrement revue et son icône a été refaite. Pour l'heure, on n'a aucune image de cette version, mais l'éditeur promet une sortie dans les prochaines semaines.

RSS : aperçu de Feed Wrangler

| 03/05/2013 | 15:16 |  

Depuis l’annonce de la fermeture de Google Reader qui sera effective le premier juillet, les services qui entendent lui succéder se multiplient. Feed Wrangler était en préparation depuis plusieurs mois, mais l’annonce a précipité sa sortie et ce nouveau service est désormais disponible pour tous les utilisateurs.

Feed Wrangler n’entend pas remplacer le service de Google par des fonctions et une présentation exactement similaires. Ce nouveau venu se veut rapide, simple et puissant à la fois, mais surtout rentable sur le long terme. C’est pourquoi il est payant : pour l’utiliser, il faut payer 18,99 $ par an (environ 14 €). C’est évidemment beaucoup plus que Reader, mais dans les mêmes eaux que Feedbin, autre service comparable, mais qui est ouvert depuis plusieurs mois.

Ce principe de l’abonnement payant ne permettra pas à son concepteur d’obtenir autant d’utilisateurs que si son service était gratuit, bien sûr, mais c’est aussi une certaine garantie de pérennité pour les abonnés. FeedWrangler ne devrait pas être vendu à la première occasion, du moins s’il rencontre le succès suffisant pour être effectivement rentable.

Lancé avant la date initialement prévue, Feed Wrangler n’est pas tout à fait complet, mais il propose déjà le minimum nécessaire. En s’abonnant, on obtient ainsi un accès à ses flux depuis une interface web (ci-dessous) ou une application iOS proposée gratuitement. Un logiciel pour OS X est actuellement en préparation, de même qu’un client iOS dédié spécifiquement aux podcasts, une originalité bienvenue. Au cours du mois prochain, une API complète permettra en outre à tous les développeurs d’intégrer le service dans leurs applications. On suppose que le très populaire Reeder intégrera le service dans une future mise à jour (lire : Reeder prépare l’après-Google Reader).

En attendant, il faudra faire avec l’interface web sur un Mac et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’interface est minimaliste. David Smith met en avant la simplicité de son service et explique qu’il a voulu se concentrer sur les flux et les articles, mais il n’empêche que Feed Wrangler est un peu triste dans sa version actuelle. Ne comptez pas sur la couleur, encore moins sur des images pour animer un peu l’interface web qui repose essentiellement sur du texte et des carrés gris.

Feed Wrangler est simple et même un peu triste, mais il est aussi rapide. Contrepartie de sa simplicité, le site web qui reste à ce jour le seul moyen d’accéder aux flux depuis un ordinateur est très rapide pour charger les articles et les afficher. Si l’interface est dépouillée, on peut lire directement les articles des flux complets, sans avoir à ouvrir le site original. Pour les flux tronqués, une icône affiche l’article original, sans surprise.

Par défaut, Feed Wrangler propose à ses utilisateurs trois vues assez classiques : tous les flux, les éléments non lus et ceux que vous avez sélectionnés (favoris). Ces trois vues sont traditionnelles, mais le service a fait le choix plus étonnant de ne proposer aucun dossier. On peut malgré tout trier les flux, condition sine qua non si vous voulez en gérer plus d’une poignée, mais la méthode est assez différente de ce que l’on a l’habitude de voir.

Feed Wrangler propose en effet de créer des "Smart Streams", des flux intelligents pour traduire littéralement cette fonction. Il s’agit en fait de dossiers intelligents comme on en trouve souvent dans les logiciels OS X, mais qui peuvent aussi servir à afficher tous les articles de quelques flux, comme les dossiers de Google Reader. Quand vous créez un smart stream, vous pouvez tout d’abord appliquer un filtre sur l’ensemble des articles à lire : dans ce cas, nous n’allons afficher que les articles qui contiennent le mot "iPad".

Autre possibilité, créer un dossier de flux. Dans ce cas, il faut désactiver la recherche par filtre en laissant le champ "Apply search filtre vide", puis décocher la case "Stream should include all feeds ?" et enfin sélectionner le, ou les, flux à intégrer au dossier dans la liste qui s’affiche en dessous. Avec cette fonction, Feed Wrangler offre beaucoup plus de souplesse que beaucoup de lecteurs RSS ou de services concurrents, mais elle est aussi moins immédiate et plus complexe à mettre en place qu’un simple dossier.

En effet, contrairement à Google Reader par exemple, vous ne pouvez pas afficher une liste des flux et les glisser/déposer dans un dossier. Feed Wrangler propose bien une vue avec tous vos flux, mais elle ne permet pas de les associer rapidement à un smart stream. Si on peut comprendre ce choix — après tout, il ne s’agit pas vraiment de dossier —, il complique au quotidien la gestion de ses flux. C’est d’autant plus pénible que le service peut importer vos flux depuis le service de Google, mais il ne préservera pas dans le processus vos dossiers. Il faudra les recréer à la main après l’import, ce qui est assez long et désagréable, mais David Smith nous a indiqué qu'il gérerait correctement les dossiers lors de l'import dans une future version.

À propos de filtres, Feed Wrangler sait aussi marquer automatiquement certains articles comme lus. Si un élément contient un mot défini dans les réglages, il sera marqué comme lu et n’apparaîtra pas dans vos dossiers si vous avez choisi de n’y afficher que les éléments non lus, ni de la vue "Unread". Une méthode radicale pour éliminer le trop-plein d’informations et une excellente idée. Puisque l’on en est à évoquer les avantages du service, son intégration à Instapaper ou Pocket est une excellente idée. Sur chaque article, le service affiche un bouton qui envoie automatiquement le lien à l’un des services de lecture différée en fonction de vos paramètres. Simple et efficace.

En attendant l’API qui permettra à n’importe quel développeur d’intégrer le service, on peut accéder à ses flux avec un iPhone ou un iPad en utilisant l’application Feed Wrangler [1.0 – US – Gratuit – iPhone/iPad – iOS 6 – Developing Perspective, LLC]. Cette application concentre l’essentiel des fonctions proposées par le service, y compris l’ajout de flux et la création et la modification des Smart Streams. Son interface est aussi dépouillée que dans le navigateur, même si son auteur a ajouté une petite touche de couleur. Elle reste malgré tout assez sobre, pour ne pas dire triste, tandis qu’elle est loin de proposer autant de fonctions qu’un lecteur de flux RSS comme Reeder.

Cette application est universelle et elle est aussi sobre sur un iPhone que sur un iPad. Dans les deux cas, on apprécie le mode "Wrangle" qui permet de gérer très rapidement la liste d’articles : un tap à gauche ajoute l’article au service de lecture différée, un tap à droite le marque comme lu et un bouton permet de tous les marquer comme lus. Une bonne idée pour une interface tactile, mais qui pourrait aussi se retrouver sur le site internet.

C’est simple et rapide, comme le reste, mais Feed Wrangler gagnerait à être enrichi de quelques fonctions bien utiles et d’une interface moins rustique. Fort heureusement, la sortie de l’API devrait permettre de corriger ce point. Au passage, on apprécie en revanche le bouton 1Password qui active le gestionnaire de mot de passe au moment de la connexion à son compte et qui permet d’utiliser un mot de passe généré automatiquement et trop complexe à mémoriser.

Pour conclure, Feed Wrangler est un service intéressant à plus d’un titre. Payant, il assure ainsi sa pérennité et son concepteur ne l’a manifestement pas conçu pour le revendre aussitôt : on peut a priori compter sur lui quelques années. Son import d’un compte Google Reader facilite la transition, même si on espère que son concepteur fera en sorte de conserver les dossiers à l’avenir.

De manière générale, il manque un peu trop de fonctions pour recommander ce service et l’absence d’API est gênante pour le moment. Le site Internet est rapide, certes, mais il est un petit peu trop simple et souffre de faiblesses sur certains points : impossible, par exemple, de savoir le nombre d’éléments à lire dans chaque dossier. Feed Wrangler est toutefois à surveiller de près et si vous cherchez une alternative à Google Reader, c’est une bonne option, à condition d’accepter de payer un petit peu évidemment.

Pages