Post-PC : le bouleversement de toute une industrie

Arnaud de la Grandière |
skitched

Avec le rachat de Motorola par Google et l'abandon du matériel par HP, les cartes continuent d'être redistribuées dans un marché résolument très fluide.

Du côté du PC, c'est une véritable hécatombe : les plus grands fabricants se sont éteints ou retirés du marché les un après les autres : IBM, Gateway, Compaq, et maintenant HP, faisaient pourtant figure de forteresses imprenables, avec des chiffres de vente plus que respectables. Ces prestigieuses sociétés ont été victimes d'une guerre tarifaire sanglante, et à vrai dire inéluctable.

Avec une plateforme matérielle figée et partagée par tous, et un seul système d'exploitation pour les gouverner tous, la seule manière de tirer son épingle du jeu et de faire la différence avec une pareille donne est d'être le moins cher. À ce petit jeu, ce sont les petites structures qui sont les mieux armées : les mastodontes ont un train de vie trop dispendieux pour survivre. Cela pourrait surprendre étant donné les économies d'échelle que ces sociétés peuvent exploiter, mais ces sociétés sont en concurrence avec leurs propres fournisseurs.

Apple, de son côté, a fait le pari inverse : en misant sur le design, la qualité, les finitions, une plateforme matérielle et logicielle qu'elle maîtrise quasiment de bout en bout, tout différencie le Mac des autres machines, et justifie donc une grille tarifaire différente, en dépit des cassandres qui exigeaient de manière insistante qu'Apple se lance dans cette guerre des prix. Le passage à Mac OS X fut un virage serré, alors que le Mac relevait à peine la tête (lire Il y a 10 ans, la naissance agitée de Mac OS X). Mais le pari a été plus que payant, puisqu'en ayant une part de marché bien moindre, elle cumule des bénéfices autrement plus confortables. D'aucuns ont chanté un peu trop vite la geste victorieuse du PC en oubliant que le but n'était pas de vendre le plus d'unités possible, mais de gagner le plus d'argent. Sur ce critère, le Mac est amplement vainqueur : Apple gagne plus d'argent que HP et Dell réunies, pourtant numéro un et deux du marché respectivement, du moins en volume. Et le fait que les numéros un du PC se retirent du jeu les uns après les autres montre que cette première place n'est guère enviable.

Pire encore, le Mac connaît une croissance insolente, faisant mieux que tout le reste de l'industrie depuis pas moins de cinq années consécutives. Moralité, les marges confortables d'Apple sont augmentées d'autant, et creusent un peu plus l'écart. Les derniers chiffres de Gartner sont encore plus surprenants, avec une baisse des ventes de 18 % pour le PC (lire Les ventes de PC s'effondrent en Europe de l'Ouest), Acer elle-même a perdu 42 % de ses ventes (lire Acer : disputes autour de l'iPad). La crise est certes passée par là, mais Apple semble vivre en autarcie de toute conjecture défavorable, et il est difficile de ne pas entrevoir dans ces mauvais chiffres un effet iPad.

Car si Apple a reproduit avec succès sa méthode, d'abord avec l'iPod, puis l'iPhone (lire : La méthode Apple (ter)), elle a cependant changé son fusil d'épaule avec l'iPad, seul domaine totalement vierge où elle n'avait aucune concurrence.

En l'espèce, il s'agissait pour Apple d'amorcer la pompe d'un écosystème quasiment neuf : pour que les développeurs se mettent à créer des applications pour iPad, et ainsi ajouter de l'intérêt à sa plateforme naissante, il fallait une base installée suffisante, même en s'appuyant sur la compatibilité avec l'iPhone (qui n'a guère tenu lieu que d'amuse-gueule). Sachant qu'elle partait déjà avec une tête d'avance sur sa future concurrence, elle a fait le choix d'enfoncer le clou avec une gamme tarifaire bien inférieure à que ce qu'on attendait, réussissant avec l'iPad par là où elle avait échoué avec le Mac (le prix d'introduction du Mac était bien plus élevé que ce qu'Apple projetait initialement). Apple a clairement considéré que non seulement l'iPad était un produit de consommation de masse, mais qu'il était voué à succéder au PC pour le commun des mortels, et au-delà. Il faut dire que la société a bien muri depuis ses premières heures, et qu'elle sait de triste mémoire qu'avoir le meilleur produit ne suffit pas : elle a bâti en coulisse une infrastructure très solide, qui vont d'un réseau de distribution propre jusqu'à des économies d'échelle fermement négociées.

On assiste à une situation ubuesque où les champions du low-cost n'arrivent pas à s'aligner sur les tarifs du champion de la forte marge, pas même ceux chez qui Apple se fournit. Une situation d'autant plus préoccupante pour les fabricants de tablettes Android, que ceux-ci ne peuvent plus compter sur la subvention des opérateurs téléphoniques comme ils l'ont fait pour écouler avec succès leurs smartphones du même cru. D'autre part, les mêmes causes produisant les mêmes effets, ils sont à nouveau en peine de pouvoir se différentier les uns des autres, hormis la surcouche graphique qu'ils peuvent ajouter sur Android, et qui jusqu'à maintenant n'a guère suffi à les faire sortir du lot. Reste donc la sempiternelle guerre des tarifs, vers laquelle certains semblent déjà s'orienter (lire Le fondateur d'Acer : « Les tablettes ne sont qu'une mode »).

Seule solution pour battre Apple sur le tarif : baisser les ambitions, d'autant que la gestion du multitâche sur Android exige plus de puissance, et proposer des "nouveaux formats" de tablette : en réalité l'écran sept pouces aura été le seul moyen de pouvoir proposer des tarifications inférieures à l'iPad, et encore. On commence cependant à trouver de plus en plus de tablettes à 300 €, mais l'iPad a inscrit un seuil psychologique dans l'esprit du consommateur, tant en termes qualitatifs qu'en termes de tarification : tout ce qui est en deçà ne fait guère figure que de copie bon marché, incapable de rivaliser sur le plan de la qualité. Le constat est sans appel, tant dans la critique que dans l'accueil réservé par le public : l'iPad se taille la part du lion.

La mayonnaise semble vouée à ne jamais prendre, mais d'autres acteurs ont tâché de reprendre à leur compte la recette d'Apple. Il semble que Google, après quelques tentatives sur la gamme Nexus, se soit décidé, avec le rachat de Motorola, à peser plus lourd dans le design matériel des téléphones Android. De tous, HP était sans doute celle qui avait les meilleures chances, et on pouvait placer quelques espoirs dans sa stratégie après l'annonce du rachat de Palm. webOS est sans conteste un OS plein de qualités, qui fait des propositions courageuses et originales, et HP a montré sa maîtrise du matériel : en cumulant les deux, elle aurait été entièrement maîtresse de sa destinée, tout comme l'est Apple. Malheureusement, le rachat de Palm était le projet de Mark Hurd, limogé de manière peu glorieuse par le conseil d'administration de HP (lire HP/Oracle : du rififi dans la Silicon Valley), et non celui de Leo Apotheker, fraîchement arrivé de la direction de SAP. Ce dernier a donc laissé le projet TouchPad arriver à terme, pour finir par lui couper la tête au premier signe de faiblesse sans lui donner plus de chance, et a totalement bouleversé la nature même de HP, pour passer aux services et à la logistique… tout comme il le faisait chez SAP.



C'est du moins l'explication avancée par John Gruber, qui ne manque pas de mérite. Toutefois, il aura bien fallu qu'Apotheker vende l'idée au conseil d'administration de HP. On ignore quels furent les arguments avancés, mais on peut les deviner en lisant la déclaration de Leo Apotheker : l'effet iPad, que le PDG de HP nomme pudiquement "effet tablette", mais sachant que cet effet ne s'est pas fait sentir pour le TouchPad, il faut donc y voir une validation de l'iPad comme incarnation de l'ère "post-pc". Si l'iPad est un succès incontestable, il est encore loin d'avoir supplanté le PC, mais ce bouleversement démontre que Steve Jobs n'est plus seul à croire à sa bonne étoile : elle a déjà sorti le numéro un mondial du ring. Comble de l'ironie, c'est chez HP que le jeune Steve Jobs fit ses premières armes, sur le terrain même où siègera demain le futur vaisseau mère d'Apple.

IBM a brillamment réussi sa reconversion, reste à voir si HP s'en tirera aussi bien. On attend également de voir les premiers fruits de l'union entre Google et Motorola, dont les cultures d'entreprise sont radicalement différentes. Et au train où vont les choses, il faut s'attendre à d'autres annonces du même cru : les forces en présence sont en plein rééquilibrage, fourbissant chacune leurs armes avant que la réelle bataille ne commence.

avatar ICoppo | 
Les sociétés influentes sont Apple, Google, Amazon, Microsoft, Intel et plus HP ou IBM ou encore Motorola ou AMD.
avatar maxapp | 
Bel article. C'est quand meme dingue de voir une "firme", un mastodon de l'informatique, de se débarrasser comme ca en un rien de temps de toute une branche, tout un secteur d'activité. En espérant que les employés de HP n'en subissent pas les conséquences. En tout état de cause, BRAVO à Apple pour son chemin. Apple fait des bénéfices énormes et a devant elle encore beaucoup de part de marché à prendre...
avatar YannK | 
Je suis pas aussi sûr que les sociétés influentes ne sont plus IBM (au moins lui)… pas influentes niveau grand public, peut-être mais elles restent quand même très influentes niveau pro (ce qui est caché au grand public qui ne sait même pas ce qu'il y existe) et niveau recherche fondamentale… il n'y a pas très longtemps, IBM a annoncé pouvoir fabriquer une puce "humaine" dans sa façon de penser, limitée pour le moment, mais qui pourrait changer le paysage informatique dans les 40 ou 50 prochaines années. On sort de l'informatique pour faire de l'informatique biologique et de l'IA +. Tu admettras quand même que c'est quand même quelque chose… là où Google a juste instauré une nouvelle façon de rémunérer et Amazon de vendre, par exemple…
avatar Boumy | 
Bel article de fond
avatar Le_iPodeur | 
[quote=ICoppo]Les sociétés influentes sont Apple, Google, Amazon, Microsoft, Intel et plus HP ou IBM ou encore Motorola ou AMD.[/quote] IBM plus d'influence ? Alors là je pense que tu es loin du compte. Il suffit de voir la puissance de la R&D d'IBM. Ce ne sont pas les plus visibles de l'extérieur (particuliers), mais toute infrastructure technologique (serveurs, matériel de recherche de pointe,...) contient souvent des éléments développés ou fournis par IBM.
avatar maxapp | 
@ YannK +1 IBM et INTEL restent tout deux des grosses boites qui ont encore clairement leur influence sur l'industrie de l'informatique. Coté professionnels les marchés sont colossaux et ce genre de big boites sont présentes. Mais c'est vrai que aujourd'hui Google, Amazon ou autre Facebook sont des entreprises qui pèsent lourd en bourse, en action, en partenariat, en communication, et cela leur permet d'influencer grandement les orientations.
avatar yoa | 
Article à pommade... Non, l'ère "post-pc" n'a pas commencé avec l'iPad mais avec Internet et la dématérialisation. Ce pour cela que Google, Amazon, Facebook et Apple (produits mobiles) sont les entreprises les plus en vogues. Et non, Apple n'est pas l'ultime rescapé de l'ère "pc". Si sa stratégie commerciale a été bien meilleure que les mastodontes historiques, nul doute que ces derniers survivent très bien surtout en entreprise (là ou Apple n'a jamais percé).
avatar yoa | 
@ShowMeHowToLive, Il faudrait déjà que les tablettes permettent de produire de contenu... Actuellement c'est impossible que ce soit sur iPad ou autres.
avatar Lemmings | 
Que d'erreurs sur cet article ! :( Les tablettes Android n'ont pas débuté en 7" pour se différencier ou baisser les coûts, mais uniquement car l'OS ne permettait pas officiellement de réaliser un autre format à l'époque. Android 2.x ne permet pas d'aller au delà de 7" pour faire valider son appareil en tant que plateforme "android" officielle, apte à recevoir le Market. C'est donc ce seul point qui a insisté Samsung à faire une tablette 7" à l'origine. Les choses ont toutefois changée du tout au tout à l'arrivée d'HoneyComb. Niveaux prix, si Apple a certes une plus grande maîtrise des coûts et une plus grande pression sur ses fournisseurs, les fabricants Android arrivent désormais à réaliser d'excellents produits à un prix inférieur à celui d'Apple, sans concéder sur le plan technique, matériel ou esthétique. Une tablette comme l'Asus Transformer propose un véritable format original, puissant, joli et pratique. Qui plus est qui se démarque réellement de toutes les autres en ayant pourtant un coût largement inférieur à celui de l'iPad. Il n'y a AUCUNE réelle subvention opérateur pour les tablettes Android. Sortie de la première Galaxy Tab 7", elles ne sont quasiment jamais vendues directement par les opérateurs. Il est donc faux de parler de politique de vente via de biais. Le format 7" n'a pas que des désavantages, et plait aussi à beaucoup de gens. Le fait de pouvoir choisir restera un élément décisif à l'avenir. Celui qui veut un produit très portable pourra l'avoir chez Android ou RIM, pas chez Apple.
avatar Lemmings | 
suite :) Si les ventes actuelles des concurrents sont effectivement encore loin des sommets impressionnants de l'iPad, le consommateur lui n'est pas un mouton croyant pour autant. Si l'iPad a créé le marché et a montré la voie à prendre, bon nombre de gens vont vouloir peu ou prou les mêmes fonctionnalités à un prix plus abordable. L'offre en magasin est de plus en plus large, et là ou il y a 6 mois encore on ne voyait que l'iPad, il y a maintenant 5 à 8 produits en concurrence directe, qui proposent une expérience tout aussi agréable. Il ne faut pas être devin pour savoir qu'à terme Android prendra lui aussi le devant sur le marché des tablettes tactiles. Maintenant est-ce que ça fera vendre moins d'iPad ? Peut être pas, en tout cas dans un premier temps. Est-ce que cela fera baisser le prix à Apple ? J'en doute ! Vu qu'ils gagnent confortablement leur vie sur ces produits. Le seul point ou l'article est dans le juste, c'est cet élément, la marge faite pour chaque produit et non le coût final pour le enduser.
avatar Lemmings | 
@ShowMeHowToLive : "Pour moi, il ne fait pas de doute que le PC est fini en dehors de l'entreprise ou du monde Pro" Le marché qui rapporte le plus donc ? :D
avatar senghor | 
@yoa Je ne suis pas entièrement d'accord avec toi. La création de contenu sur iPad en est à ses balbutiements mais elle vient. On peut déjà créer des mockups pour créer une application iPad ou iPhone, je pense à Blueprint. Ou encore la création d'objets 3D (123DSculpt). Il y en a encore des exemples autour de l'audio te de la vidéo. De là à dire que l'on peut faire de grosse production je suis d'accord mais avec quelques arrangements ergonomiques, on pourrait y arriver plus vite qu'on ne le croit.
avatar expertpack | 
A quand la prime a la casse Pc pour soutenir ces puissants groupes ?
avatar VeryBigStef | 
Si je comprend bien l'article, le prochain ordinateur de vol pour navette spatiale s'appellera BQQMF... Pfff imprononçable ! :-)
avatar béber1 | 
+1 senghor Ce n'est qu'une question de temps, et il n'est pas difficile de parier que les 10" ne seront pas les formats maxi. Une des explication du Retina
avatar Dark Phantom | 
Je ne pense pas que Dell soit le prochain à couler, comme s'il y avait une inéluctabilité de la chute du monde du pc. Dell réalise la plupart de ses ventes dans l'entreprise (comme c'était le cas d'IBM et HP), mais surtout ne pourrait pas occuper le créneau pris par IBM et HP maintenant. Dell est donc obligé de se maintenir dans le pc, et doit faire alliance avec Microsoft. D'ailleurs rien ne dit que Microsoft ne rachètera pas la division PC et Webos de HP, pour tenter de contrer apple dans le domaine du loisir. Windows 8 doit sortir avec Directx12 et une compatibilité totale entre les jeux xbox 360 et windows 8. Un créneau sur lequel Apple n'est pas présent (le jeu) et qui assure une belle part à Microsoft et Alienware (Dell) dont les chiffres de ventes de ses pc, pourtant chers, ne cessent d'augmenter.
avatar iLazoW | 
Quel symbole, Apple conquiert HP, on se croirait dans une guerre féodale :)
avatar Jimmy_ | 
Il y a des pans entiers de l'informatique et de l'usage de l'informatique qui sont loin des iBidules et pour lesquels on aura encore besoin pour pas mal de temps de gros camions et même de super poids lourds. Si je ne m'abuse le data center d'Apple n'est pas animé par des iPads mais bien par du matériel haut de gamme qui n'a jamais existé au catalogue de chez Apple. Si on écoute les prophéties de Jobs, on peut remplacer une solution NetApp par un disque dur externe oO
avatar nogui | 
@yoa Faudrait pas confondre matériel et services internet dematerialisés..... Et jouer avec les mots .. Pour utiliser du "de-matérialisé" il faut du matériel : PC ou tablette ! et ici PC exclu par essence les entreprises. Apple n'a jamais vraiment axé son développement pour les entreprises .. donc si c'est pas l'iPad qui a commencé l'ère des tablettes post-PC vraiment utilisables .. C'est qui alors ?? donc les mastodontes vont survivre en entreprise effectivement mais vont abandonner les PC .. IBM et maintenant HP .. Au suivant ! Par contre Apple va garder son marché principal ! Quant au contenu : même si c'est pas complet c'est quand même prometteur iMovie,, garageBand , iPages, et consort produisent du contenu , désolé ..
avatar aribibi | 
HP, ils n'appartiennent pas à un fond de pension ?
avatar laurange | 
Quand IBM décroche des contrats avec des grands comptes, ils fournissent des pc Lenovo. HP pourrait faire pareil si Foxconn reprenait à son compte la fabrication des pc HP. @Jimmy_ un datacenter peut être accéder et manipuler depuis un ipad, j'ai vu une appli ipad pour manipuler un appareil (tricaster) gérant des dizaines de sources vidéos, bien sur ça peut se faire d'un pc mais là c'est fait à la volée en marchant depuis la tablette. SJ n'a jamais dit que les pc allaient disparaitre, mais que la grande majorité des gens n'en auront plus besoin au quotidien.
avatar aribibi | 
c'est le résultat d'une mauvaise politique de développement et de vente à long terme. Ils ont produit de la daube grand public qui tombait en panne au bout d'1 an et 1 jour, le voilà le résultat... un manque de sérieux, géré par des bonhommes incapables d'évoluer avec uniquement comme ligne de mire le bénef. Le problème est que maintenant ceux là trempent tranquillement les doigts de pieds dans les eaux claires du Pacific.
avatar hawker | 
merde, j’aurai besoin toute ma vie d'ordinateur puissants. Alors pour les pc bureau je m’inquiète pas, les configurations pieces par pieces tomberont jamais, mais pour les portables, j'espere que Dell va pas se mettre a faire uniquement des tablette a la con. Surtout leurs gammes Precision. Mais bon, il y aura toujours un constructeur de wokstation, il ne sont pas bete au point de lacher une branche qui rapporte... A croire les articles, meme s'il y a potentiellement 30 pourcent de clientelle pro, c'est comme si plus personne n'en avait rien a faire. C'est pas comme si c'etait 0.1 pourcent quand meme !
avatar canola | 
Que vont faire les asiatiques, Samsung en tête? Car la situation globale est encore plus instable qu'avant.
avatar Artek | 
Super aeticle merci. Aura ton un jour, un livre regroupant les articles de fond de mac ge comme celui ci ? J'achète !
avatar Marc Duchesne | 
Lemmings: bon nombre de gens vont vouloir peu ou prou les mêmes fonctionnalités à un prix plus abordable. Toi, tu es de ceux qui lorsqu'ils achètent de l'informatique, cherchent les bonnes affaires... Sauf qu'on en reçois toujours pour ce que l'on paie. Moins cher = cheap... Je le redit, justifier le prix une seule fois et non la qualité tout temps... C'est une théorie de pauvre que la tienne...
avatar lukasmars | 
Heureusement qu'il y a autre chose que le modèle de Apple. Un portable avec une diagonale15 pouces "entrée de gamme" à 1790 €, c'est juste du vol. Le jour ou ls autres acteurs se caleront sur cette logique, c'en en sera fini de la démocratisation de l'informatique. Et oui, certains voleurs vivent très bien de leurs rapines...
avatar Marc Duchesne | 
Mon expérience sur le wintel m'a appris que les économies n'existent pas à long terme avec un ordi bas de gamme (donc bas en prix comme certains les aiment).
avatar Lemmings | 
@Marc Duchesne : je ne parle pas de MA conception (j'ai pas du matos lowcost, mon prochain "PC" sera un iMac 27" avec toutes les options), mais de celle du consommateur classique qui n'as que 500€ par ans à dédier à son usage informatique. Celui qui va dans les centres commerciaux et qui aimerait bien un iPad mais qui voit bien que le prix ne le rends pas accessible. Autour de moi, deux personnes ont déjà investi dans une Acer Iconia A500 sans même me demander mon avis, l'iPad étant trop cher pour eux. Et ils en sont content.
avatar xatigrou | 
@Marc Duchesne : parce que les prix des desktops mac se justifient sur le plan qualitatif selon vous ? Le mac mini vendu à prix d'or avec ses composants de portable bas de gamme... Et l'imac qui est peut-être l'ordinateur de bureau qui a eu le plus de problèmes de l'histoire de l'informatique... Une jolie coque en alu ne fait pas tout vous savez ? Les commentaires sur macgé me feront toujours rire. Dans le milieu professionnel (hors quelques niches créatives) investir dans des intégrés est une ineptie, seul le mac pro peut avoir un sens. Et comme il a un positionnement absurde les pro switchent sur windows 7 (je ne suis pas sûr qu'ils le regrettent après coup) avec des ordis sur mesure de la meilleure qualité possible (qu'un intégré de marque, Apple ou autre, n'atteindra jamais). Restent les amateurs de mail et iphoto qui arrivent aspirés par l'effet halo de l'iphone. Et comme les téléphones ne suscitent pas la fidélité d'un système informatique ils changeront de marque quand la mode passera, ce qui arrivera forcément d'ici quelques années. Ce jour là ils se demanderont peut-être pourquoi il y a une pomme sur leur ordi. Je suis curieux de voir où en sera Apple dans 5 ans. Je n'ai aucun parti pris, je n'en sais rien, je suis juste curieux de savoir où une telle stratégie peut mener à long terme.
avatar DrFatalis | 
"D'aucuns ont chanté un peu trop vite la geste victorieuse du PC en oubliant que le but n'était pas de vendre le plus d'unités possible, mais de gagner le plus d'argent. " Heu.. Salut, c'est d'aucuns. Avec un s, parce que "nous sommes légions", avec même un certain Jobs, qui avoua "on a perdu" en parlant du mac. Oui, du Mac. Et pas de l'ipod/ipad.iphone. Car qui gagne des sous chez apple ? Le mac ? 30% du benef. 70% pour le "non mac". Alors comparons ce qui est comparable.Avec ou sans HP, macOS (ha non tiens, "mac" c'est un gros mot maintenant) OSX équipe moins d'un ordi sur 20. Ni les cartes graphiques, ni certains soft (jeux....) ne sont optimisés pour lui. Il va tellement bien qu'il a du, toute veste retournée, honte bue, mensonges au vent, ouvrir tout grand les f.. les bras à windows via bootcamp. Alors HP ou pas; Windows rules. Et avec nos mac, inutile de se glorifier: dès qu'Apple inc. le décidera, la branche "mac" rejoindra la branche PC d'HP. Ce n'est qu'une question de temps. Vous verrez.
avatar daito | 
"même un certain Jobs, qui avoua "on a perdu" en parlant du mac. " Tu me rappelles l'années de cette déclaration juste pour mettre les choses dans leurs contextes. Le Mac n'est pas la première source de revenue chez Apple mais le Mac est une sources importante, colossale, tout ce que tu veux chez Apple. Qu'il ne soit pas la première sources ça n'a pas vraiment d'importance en soit. Surtout que le Mac est une valeur sûr chez Apple. Quand on voit les revenues liés à l'iPod diminuer (première sources de revenue chez Appel il y a quelques années) le Mac a continué à être un pilier du business d'Apple avec même des revenus en hausse. Donc il faut être un peu idiot de pensez que le Mac rejoindra la branche PC. Ensuite Drdepression n'a toujours pas compris que la pdm ne montre rien, ne signifie rien, n'a aucune valeur sur la santé d'un business. Je l'invite quand même à réfléchir à ce point précis. HP, le premier vendeur au monde de PC en volume arrête sa division PC grand public. Quand on apprend ça, il faut être stupide de continuer à argumenter dans cette direction. Que windows soit plus déployé, en plus dans des marchés où le Mac est absent, et alors? Il y a quelques jeux pas optimisés...ouahhh c'est la fin du monde. Pour nous Macusers sur Mac on a du bon hardware, un OS remarquable, d'excellents logiciels. Pour Apple le Mac est extrêmement profitable. Donc que Windows représente 95% de pdm dans le marché des PC pourris, on s'en fou un peu.
avatar daito | 
" Et l'imac qui est peut-être l'ordinateur de bureau qui a eu le plus de problèmes de l'histoire de l'informatique... Ahh bon?? Tu as une étude comparative avec d'autres modèles qui te permet d'affirmer ça.
avatar Wolf | 
@Lemmings : Ha, la méthode coué ... :)
avatar Lemmings | 
@Wolf : aucune méthode coué, juste une observation des faits. Par contre toi tu as toujours une dévotion les yeux fermés ? :D
avatar Manu | 
@xatigrou C'est pas que dans des niches créatives que l'on voit des iMac. De plus ton affirmation sur les problèmes de l'iMac sont gratuites et exagérées, autrement il s'en vendrait plus. Apple de TOUT temps a toujours eu pour idée et ce depuis sa fondation, de porter l'informatique vers le grand public. "The Computer for the rest of us" . En le rendant facile et attractif. L'Entreprise n'a jamais été l'objectif premier d'Apple qu'on se le dise une bonne fois pour toute. De plus l'idée de vouloir classifier les soit disant iBidule dans une informatique 'moins sérieuse' est limite ridicule. Je bosse dans le domaine sur des gros systèmes IBM et autres, mais je suis un grand admirateur de ce que fait Apple dans son domaine. Pour moi c'est une Entreprise qui a beaucoup apporté à l'informatique en général. Porter une ergonomie à un système unix jusqu'à le faire utiliser par des gamins sur un iPad ou un iPod Touch, c'est pas rien. Plus que linux, Mac OS X et l'iOS sont les Unix les plus utilisés par le grand public. Pour un système qui existe bien avant les Windows, c'est assez louable. Le succès d'Apple aujourd'hui c'est juste la reconnaissance d'une Entreprise qui sait plus que n'importe laquelle, offrir des plateformes informatiques pour le grand public. A travers leur design et leur facilité d'utilisation. Demain, avec l'arrivée de l'iOS 5, beaucoup de gens vont découvrir le Cloud à travers des services d'iCloud d'Apple. Encore un exemple d'un paradigme informatique qu'Apple va apporter au grand public via ses 'iBidules' au grand dam des geeks fébriles et stupides qui pensent que les enjeux du Cloud sont ailleurs.
avatar YannK | 
"Il ne faut pas être devin pour savoir qu'à terme Android prendra lui aussi le devant sur le marché des tablettes tactiles." Ça j'en suis pas sûr du tout parce qu'il existe en ce moment une dynamique tangible mais très silencieuse aux USA et les aspects légaux et sociaux pourraient jouer un rôle très important dans la définition du marché US dans les prochaines années. Google est vu de plus en plus comme un danger imminent, à cause de son business model où la vie privée n'existe plus, et des citoyens s'en méfient de plus en plus, notamment à droite (côté politique) depuis que des liens aient éclatés entre NSA/FBI/CIA et Google qui leur fournit des infos sans intervention de juges. Je ne te raconte même pas à quel point le duo Zuckerberg / Obama est décrié violemment. Google est par ailleurs attaqué par 38 états fédéraux suite à l'incident Google Earth / WiFi. Il pourrait très vite devenir une cible à abattre et un enjeu politique lors des prochaines élections tellement les articles de blogs politiques sont commentés par les électeurs. Un blog politique moyen de droite engendre près de 250 commentaires par article sur ce sujet en particulier… Google et Facebook et l'économie de la "gratuité par la publicité" fait de plus en plus peur et les lobbys politiques et judiciaires s'y intéressent de plus en plus, quand bien même un directeur de la CIA aurait proclamé, devant la chambre des représentants, qu'internet (et donc Google et son fichage, et les réseaux sociaux) sont une bénédiction pour eux. En Europe, l'économie de revente des infos privées est incompatible avec le droit européen sur la vie privée… le bouton Like de FB vient d'être interdit dans un land Allemand. Bref, certains observateurs, qui connaissent le mode de fonctionnement de cette économie net sur le bout des doigts, n'hésitent même plus à clamer qu'on va droit vers un GoogleGate dans les 5 prochaines années… ^^
avatar Jimmy_ | 
@laurange : je ne parle pas de l'administration du data center mais bien du matériel nécessaire qui est loin d'être un iPad.
avatar Lemmings | 
@YannK : ça c'est un autre problème, la politique a une grande importance mais Android n'est pas que Google même si ils sont les "propriétaires" de l'OS. Même si les risques que tu évoques sont réels, et Apple pourrait bien y être confronté également, ils n'entrent pas encore en ligne de compte sur les ventes de produits. Dis toi bien que si la majorité des fabricants de matériel informatique du monde ont au moins un produit Android à l'heure actuelle, ça n'est pas uniquement un hasard.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Mon avis au aussi évolué sur le potentiel créatif de l'iPad. Intrinsequement, pour la Pao, il n'est pas moins doté que les stations à 8 mo de ram d'il y a 20 ans. Le problème est que l'on reprend tout à zéro dans le domaine de la standardisation. Ca fait faire du chiffre aux vendeurs de logiciels et fera changer les monopoles, mais en attendant, c'est la jungle qui s'annonce si le PC périclite trop.
avatar aurejean2000 | 
Honnêtement je suis content qu'apple prenne des part de marché et réussisse dans un secteur aussi en crise que celui de la micro informatique mais je me pose malgré tout un question : n'y a t'il pas un revers de la médaille? A force de vouloir d'être trop gourmand et surtout trop "populaire" ne vont t'ils pas bousiller tout ce qu'ils ont construit? Je m'explique : il y a quelques années mac os x et le Mac au sens matériel du terme était un système certes élitiste mais aussi un système sur, sécurisé et quasi intouchable dans la mesure ou il n'intéressent aucun hackeur. Le problème,je pense, c que ce succès va véritablement les desservir dans la mesure ou les vrai fan du mac ne vont plus retrouver ce qu'ils recherchaient. Ce que je veux dire c que le Mac va perdre une image de marque qu'il s'est durablement construit. Pour faire simple, je suis un switcher assez récent et je me suis tourné vers le Mac pour sa sécurité, son originalité... G économisé pendant des mois pour me payer un matériel solide et durable et en fin de compte je m'aperçois que je vais bientôt me retrouver dans un écosystème similaire a microsoft c'est a dire un système qui commence a être rempli de malware et j'en passe ( je passe notamment a Mac defender) et un matériel a peine solide qui leur permet d'économiser des bouts de chandelle. Pour moi un mac n'est plus un Mac tout simplement.
avatar Maclowic | 
Aurejean2000: Je suis aussi un switcher tout bébé (je suis passer sur un MBP 15" il y a de ca 4 ou 5 mois)... Honnetement, il y a eu l'histoir de macdefender effectivement mais... Sur un PC, combien de "macdefender" trainent partout sur la toile!? Et meme dans les PC! Je ne sais pas toi mais quand je lancai avast (a voir la crédibilité de l'anti virus biensur) il me trouvai regulierement des virus (enfin, surtt en telechargeant enfait...)... Sauf que la, quand je telecharge une appli sue mon mac, j'ai pas peur... (je t'avourai que, faisant confiance a avast, j'avais pas peur nn plu avant! Lol)... Il est vrai que, point de vue rapport qualité/prix apple est quand meme encore un peu cher, meme s'ils produisent globalement de très bon produits, mais je pense que les atouts d'un mac sont toujours la... Ps, petite anecdote, pour moi l'esprit mac n'est pas si marquant puisque quand j'etait sur pc et que j'entendai "un mac ca marche pas pareil, la programmation est differente, tout est gerer differement etc"je m'attendai vraiment a tomber sur un ovnis!...mais enfait c'est juste un pc + beau, mieu gerer, + fonctionnel, + abouti et...+ cher! :) lol
avatar bookhd | 
"People who are really serious about software, should make their own hardware". Alan Kay avait déja compris les mécanismes de l'industrie informatique dans les années 80.
avatar cupertino | 
A retenir, depuis 13 ans, le seul de mes 6 iMacs à toujours fonctionner est un G3 de 2001, sinon tous les autres ont eu de sérieux problèmes (carte mère ou GPU), bref Apple est peut être remontée financièrement depuis ces 10 dernières années et reconnue comme jamais, reste que la qualité en a sérieusement pris un coup. Pour ma part je n'ai plus vraiment confiance, je commence à me poser des questions sur ma prochaine acquisition... De plus la politique de Steve Jobs, bien que bénéfique pour Apple, ne l'est peut-être pas autant pour les pros, je ne pense pas qu'orienter l'utilisateur dans un sens comme en banissant l'accès a du contenu libre pour du non libre soit une bonne chose ou en restreignant l'accès au WEB ou à certaines technologies (au travers d'un ecosystème monopolistique dans un marché non concurrentiel pour cause de violation de brevets par exemple) Apple risque d'en payer le prix dans 10 ans et voir se créer un mouvement anti-Apple comme l'était l'anti-Microsoft des années '90 qui influerai sur le choix des consommateurs. De plus, j'ai 25 ans d'utilisation de Mac, depuis 10 ans j'ai pu remarquer une réelle détérioration qualitatif des ordinateurs Apple, je dois changer mon Mac de bureau tous les deux ans (je ne parle pas de mon dernier notebook, un MacBook Air qui à une charnière cassée alors que je n'ai jamais transporté ce dernier), mon seul intérêt à ne pas switcher sous Windows ou autre, est OS X, le véritable cheval de bataille d'Apple.
avatar Marc Duchesne | 
Xatigrou: Je suis curieux de voir où en sera Apple dans 5 ans. Je n'ai aucun parti pris, je n'en sais rien, je suis juste curieux de savoir où une telle stratégie peut mener à long terme. Apple était là il y a 25 ans et l'est toujours. Les gens de l'époque disaient aussi que ses ordi. étaient cher. Moi, personnellement, j'ai toujours mon G3 bleu qui fonctionne à merveille (bien que je suis sur Mac Pro maintenant). Pas mal pour une vieille bécane.
avatar Marc Duchesne | 
YannK: Ça j'en suis pas sûr du tout parce qu'il existe en ce moment une dynamique tangible mais très silencieuse aux USA et les aspects légaux et sociaux pourraient jouer un rôle très important dans la définition du marché US dans les prochaines années. Absolument d'accord avec toi. En fait, même certaines Forces armées songent à interdire l'utilisation de réseaux sociaux (ex: Facebook) car de plus en plus les problèmes de sécurité pour leurs opérations à l'étrange sont compromises par leurs membres qui divulguent des informations stratégiques en ligne. L'internet et la sécurité de l'information ne font pas bon ménage, et, certainement la perméabilité de plate-forme Android y sera de beaucoup car elle est axé sur de la publicité...
avatar Un Vrai Con | 
Je me garderais bien de prédire l'avenir de HP sur un site qui est la pour promotionner Apple.
avatar adelmur | 
@yoa Je ne suis pas d accord non plus. J ai acheté mon Ipad pour créer du contenue. Je suis designer. Je me sert tout les jours de mon ipad en réunion. pour des présentations. je ne me vois plus trimballer un MPB ou autre. j'édite des présentations. sketches des roughs. en live pour les clients avec un stylet. ( que tout le monde veut me voler ! ). J'édite des feuilles de calcul, modifie des plans sur autocad. retouche des photos.... briefe mes employés sur ipad.. ma copine est DJ et musicienne elle a déjà produit 3 morceaux 100% ipad. Je ne parle pas de garage band mais d'autres outils plus pointus. il existe plein de sites qui font un récapitulatif des solutions logicielles et matérielles pour travailler avec l ipad. certes, il reste du chemin a parcourir, mais l ipad en milieu professionnel est plus qu opérationnel et pas simplement pour faire office de visionneuse amélioré. si j'avais photoshop et un logiciel de rendu 3D opérationnel sur ipad le revendrais tout mon matos !
avatar sebastiano | 
@lukasmars : Question troll tu te poses toujours autant. Critiquer le prix d'un ordinateur sur la base de sa diagonale, ça démontre toute l'étendue de tes connaissances dans le domaine.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR