WWDC 2017 : macOS High Sierra pour l’iMac Pro, iOS 11 pour l’iPad Pro

Anthony Nelzin-Santos |

« Je vais vous épargner les habituelles nouvelles — Apple va bien », dit un Tim Cook pressé de passer aux choses sérieuses, « nous avons beaucoup de choses à présenter. » En effet : de l’arrivée future d’Amazon Prime Video sur tvOS aux fonctions dédiées à l’iPad dans iOS 11, des nouveaux cadrans de watchOS aux optimisations de macOS High Sierra, Apple avait beaucoup de choses à présenter. Comme un iPad Pro 10,5 pouces et un futur iMac Pro surpuissant.

macOS High Sierra : Sierra, en mieux

Après Sierra vient… High Sierra. Comme Snow Leopard après Leopard et Mountain Lion après Lion, High Sierra apportera peu de nouveautés visibles. Il s’agit d’intégrer « de nouvelles technologies pour préparer de futures évolutions », explique Craig Federighi… même si quelques petits raffinements sont de la partie.

Safari, « le navigateur le plus rapide du monde avec High Sierra », bloquera la lecture automatique de vidéos et limitera la capacité qu’ont certaines publicités intrusives de pister les utilisateurs. La recherche de Mail tirera parti d’une nouvelle interface et d’une intégration à Spotlight pour offrir des résultats plus pertinents, et les boîtes aux lettres occuperont 35 % moins d’espace.

À mesure qu’il se développe, Photos ne cesse de se rapprocher de ses prédécesseurs iPhoto (dont il récupère la barre latérale persistante et l’affichage des fichiers importés par ordre antéchronologique) et Aperture (dont il reprend certains outils d’édition comme les courbes ou l’intégration aux éditeurs tiers). Il continue pourtant à avancer sur son propre chemin : les visages sont désormais analysés à l’aide d’un réseau de neurones artificiels, et surtout, ses données sont désormais synchronisées entre les différents appareils.

L’essentiel des nouveautés de High Sierra est beaucoup moins visible, mais pas moins sensible. Le nouveau système de fichiers, APFS, accélérera certaines opérations quotidiennes. La prise en charge du codec H.265/HEVC, logiciellement sur la plupart des Mac et matériellement sur les plus récents, devrait faciliter la lecture des vidéos 4K et 4K HDR.

La mise à jour de l’API graphique Metal devrait fluidifier de nombreuses opérations, à commencer par l’affichage des fenêtres. Metal 2 prend en charge les cartes graphiques externes : Apple propose un « kit de développement » constitué d’un boîtier Thunderbolt 3 et d’une carte AMD Radeon RX580, et ouvrira plus largement cette fonction d’ici à la fin de l’année.

En savoir plus :

De nouveaux Mac taillés pour la VR

Metal 2 signale surtout l’intérêt d’Apple pour le monde de la création de contenu en réalité virtuelle — SteamVR sera bientôt disponible sur macOS, comme les versions des moteurs Unreal et Unity adaptées à la réalité virtuelle. Un champ duquel le Mac est absent, faute de configurations suffisamment puissantes… jusqu’à maintenant.

L’ensemble de la gamme iMac gagne des processeurs Intel Kaby Lake et de nouvelles puces graphiques plus puissantes : Intel Iris Plus Graphics 640 sur l’iMac 21 pouces ; AMD Radeon Pro 555 et 560 sur l’iMac Retina 21 pouces ; et AMD Radeon 570, 575 et 580 sur l’iMac Retina 27 pouces. Toutes les machines intègrent deux ports Thunderbolt 3 (en plus de quatre ports USB-A), et jusqu’à 32 Go de RAM sur les modèles 21 pouces et 64 Go de RAM sur les modèles 27 pouces. Enfin, les disques Fusion Drive sont standardisés sur les modèles 27 pouces, et les SSD optionnels sont 50 % plus rapides.

Les MacBook et MacBook Pro intègrent eux aussi des processeurs Intel Kaby Lake et des SSD plus rapides, le MacBook Pro 15 pouces recevant une carte graphique plus puissante. Le MacBook Air, lui, gagne quelques mégahertz. Surprise : le prix de l’iMac Retina 21 pouces et du MacBook Pro baisse légèrement, et toutes les machines sont disponibles dès aujourd’hui.

Une autre machine a été dévoilée aujourd’hui, mais ne sera pas disponible avant le mois de décembre : l’iMac Pro. Apple veut en faire une « bête de course » taillée sur mesure pour les professionnels les plus exigeants. Processeurs Xeon de huit à dix-huit cœurs, cartes Radeon Vega deux fois plus puissantes que les cartes Radeon Pro des iMac « normaux », jusqu’à 128 Go de RAM ECC et 4 To de SSD sur deux logements, quatre ports Thunderbolt 3 et un port Ethernet 10 Gbe… voilà un Mac Pro dans un iMac… un iMac Pro. Le détail qui tue ? Son coloris gris sidéral, avec clavier et souris coordonnés. La configuration de base, Xeon à huit cœurs et 32 Go de RAM avec 1 To de stockage SSD, est annoncée à 4 999 dollars.

En savoir plus :

Les nouveaux iMac sont disponibles dès aujourd'hui à partir de 1 299 € pour l'iMac 21,5 pouces, 1 499 € pour l'iMac Retina 21,5 pouces, et 2 099 € pour l'iMac Retina 27 pouces.

Le nouveau MacBook est disponible dès aujourd'hui à partir de 1 499 €. Les nouveaux MacBook Pro sont disponibles dès aujourd'hui à partir de 1 499 € pour le MacBook Pro 13 pouces, 1 799 € pour le MacBook Pro 13 pouces avec Touch Bar, et 2 799 € pour le MacBook Pro 15 pouces avec Touch Bar.

iOS 11 : Apple Music partout

Comme macOS High Sierra, iOS 11 se concentre sur la mécanique sous le capot. Contrairement à macOS High Sierra, il intègre aussi de nombreuses nouveautés esthétiques et fonctionnelles. Les fonctions du Centre de contrôles ne sont plus réparties sur trois pages : 3D Touch permet de cacher des fonctions derrière certains boutons, et donc de tout combiner dans une seule page. Le Centre de notifications, lui, fusionne avec l’écran de verrouillage : toutes les notifications sont disponibles sur l’écran d’accueil, et les raccourcis vers les widgets et l’appareil photo sont disponibles dans le Centre de notifications.

Comme une source nous l’avait soufflé, le look introduit par Apple Music et Apple News s’étend à d’autres applications, à commencer par l’App Store. Finies les listes, place à des sélections créées par l’équipe d’éditorialistes qui ne cesse de prendre de l’importance au sein d’Apple. Les jeux possèdent désormais leur propre onglet, à l’écart des autres applications qui possèdent leur propre onglet. Si les fiches des applications sont plus détaillées, les développeurs ne manqueront pas de s’interroger de l’effet de ces nouveautés majeures sur la dynamique de leurs applications.

Siri change de voix : deux nouvelles voix, une masculine et une féminine, ont été créées de A à Z par Apple à grand coup de machine learning. Pour autant, Siri n’est plus le simple assistant vocal qu’il était à sa présentation, et se veut désormais plus proactif. Il répond toujours à vos questions (avec plusieurs réponses différentes s’il le faut), et peut même traduire ce que vous dites (du et vers l’anglais, le chinois, l’allemand, l’italien, l’espagnol à partir du français), mais veut désormais répondre aux questions que vous n’avez pas encore posées.

Grâce aux apports du machine learning, il apprend de la manière dont vous utilisez vos appareils, pour vous présenter de meilleures suggestions lors de la frappe ou vous proposer de créer un événement de calendrier lors de la réservation d’un billet d’avion en ligne. Ce travail d’analyse est réalisé sur l’appareil et non pas dans le nuage, mais est transmis aux autres appareils de manière chiffrée : Apple fait un pas vers l’unification des « différents Siri » qui coexistent sur ses différents appareils.

La liste des nouveautés est longue, aussi ne citons que la synchronisation de la base de données des messages dans le nuage, l’arrivée d’une fonction de paiement de personne à personne dans Apple Pay, de nouveaux outils d’édition pour les Live Photos et de nouvelles fonctions pour l’utilisation en voiture, la prise en charge globale du codec H.265/HEVC, MusicKit et Core ML, AirPlay 2… 

En savoir plus :

Un iPad Pro 10,5 pouces, et les fonctions qui vont avec

Annoncé par la rumeur de longue date, l’iPad Pro 10,5 pouces sera disponible dès la semaine prochaine. Son écran est 20 % plus large, mais ses bordures sont 40 % plus fines, ce qui signifie qu’il conserve le format désormais classique de l’iPad 9,7 pouces. L’écran prend une place toujours plus importante, il est donc logique qu’Apple mette le paquet sur ce plan. L’iPad Pro 10,5 pouces possède un écran True Tone avec un traitement antireflet amélioré, qui prend en charge l’espace colorimétrique P3 et la vidéo HDR, et affiche une luminosité maximale de 600 nits.

Surtout, sa fréquence de rafraîchissement double et atteint 120 Hz. L’affichage sera plus fluide, mais surtout, la latence de l’Apple Pencil tombe à 20 ms. L’autonomie pourrait en prendre un coup, mais la fréquence est ajustée dynamiquement, et peut ainsi descendre à 24 Hz seulement lors de l’affichage d’un contenu statique. Une puce A10X Fusion à six cœurs processeur et douze cœurs graphiques se cache sous cet écran, et jusqu’à 512 Go de stockage.

En savoir plus :

Apple ne pouvait pas présenter un nouvel iPad Pro sans présenter de nouvelles fonctions d’iOS dédiées à l’iPad. Le Dock, dont la présentation se rapproche de celle du dock de macOS, peut désormais être convoqué d’un geste vertical depuis le bas de l’écran. Il permet ainsi de passer rapidement d’une application à une autre, et surtout de passer en mode Split View en sortant une icône du Dock.

De la même manière, la présentation du sélecteur d’applications se rapproche de celle de Mission Control : il combine Dock, aperçu des applications, et Centre de contrôle. Un glisser-déposer adapté à l’utilisation d’iOS, ainsi qu’une application Fichier mêlant iCloud Drive et autres services de stockage dans le nuage, font logiquement leur apparition. L’ensemble répond à quelques-unes des critiques les plus pressantes, sans pour autant dénaturer l’esprit d’iOS.

En savoir plus :

Le nouvel iPad Pro 10,5 pouces est disponible dès aujourd'hui à partir de 739 €. Le nouvel iPad Pro 12,9 pouces est disponible dès aujourd'hui à partir de 909 €. Le Smart Keyboard pour iPad Pro 10,5 pouces est proposé à 179 €, et le nouvel étui en cuir avec un logement pour l'Apple Pencil est affiché à 149 €.

HomePod, un iPod Hi-Fi pour 2017 et Siri

Apple n’a pas présenté un concurrent du Google Home ou de l’Amazon Alexa. Fidèle à ses habitudes, la firme de Cupertino tape à côté, et attaque le marché avec un concept peut-être plus facile à appréhender. Le HomePod, qui doit être à la musique à domicile ce que l’iPod a été à la musique en mobilité, est d’abord et avant tout une enceinte sans-fil.

Ce cylindre de moins de 20 centimètres de hauteur, aux faux airs de Mac Pro grillagé, diffuse le son à 360 degrés grâce à un caisson de basse et sept tweeters. Une puce A8 est chargée d’adapter le son aux conditions d’écoute : les tweeters qui seraient placés contre un mur sont coupés, les éventuelles réverbérations atténuées, et le son modelé en fonction des caractéristiques de la pièce.

Si le HomePod est équipé de six micros et de Siri, c’est d’abord pour contrôler Apple Music et répondre aux requêtes concernant les morceaux écoutés. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas capable de contrôler les appareils HomeKit, de donner la météo, ou encore de créer des rappels — mais Apple juge qu’il est plus difficile de vendre « un boîtier pour assistant virtuel qui joue de la musique » plutôt qu’« une enceinte dotée d’un assistant virtuel ».

En savoir plus :

watchOS et tvOS : du menu fretin

HomePod ne sera pas disponible avant la fin de l’année, et seulement dans trois pays (États-Unis, Grande-Bretagne, Australie), au prix de 349 dollars. Apple lui a pourtant consacré plus de temps qu’à l’Apple TV. Tout en confirmant l’arrivée prochaine d’Amazon Prime Video pour tvOS, Tim Cook a promis d’autres nouveautés à la rentrée.

Apple a préféré présenter les nouveautés de watchOS 4 dès aujourd’hui : un nouveau cadran constitué dynamiquement par Siri (qui rappelle beaucoup le travail de Pebble), un autre générant un kaléidoscope à partir d’une photo, et un dernier mettant en avant quelques personnages de Toy Story. C’est tout ? Non : l’application Activité gagne des défis mensuels et de nouvelles animations, l’application Exercice améliore sa compréhension de la natation et du sport en salle, et l’application Musique s’adapte à l’utilisation des AirPods.

En savoir plus :

Toutes les nouveautés logicielles sont disponibles en bêta réservée aux développeurs dès ce soir, en bêta ouverte au public un peu plus tard dans l’été, et en version finalisée cet automne.


avatar jazz678 | 

@C1rc3@0rc

"l'AppleTV a toujours ete presenté comme une piece maitresse de la domotique"

C'est entièrement faux. L'Atv a été dès le début positionné comme étant un pont entre la TV et l'ordinateur, puis avec les Idevices.
Le lien avec la domotique ne sont que des délires de journalistes et autres commentateurs.

avatar Dros | 

Absence notable de l'option SSD 2To sur les MacBook Pro ! Why ?

avatar reborn | 

@Dros

C'est dispo en 15" uniquement

avatar Dros | 

il me semblait qu'avant c'était aussi pour les 13 :-/

avatar Appl'Z | 

De gros doutes sur l'iMacPro, j'ai peur des tests, car je me demande comme un "si petit" ordinateur va gérer 1 ou 2 jours de calcul non stop sur tout les cpu. Le choix de la CG aussi très hasardeux et que 128 Go de RAM... Bon 256 Go aurait été le minimal.

Je changerait bien juste mon iPad Pro 12 pouce pour un neuf ou pour le 10,5. Mais pas de grosses surprises niveau hard, juste des MAJ

Le HomePod a l'air intéressant et assez intriguant, mais plutôt cher

avatar lenogre | 

Qu'est-ce qui justifie 256 Go de RAM ?

Je tourne avec 16 Go et je fais de la 3D. J'ai atteint les limites de ma RAM le mois dernier pour une scène généreuse en végétation. L'avantage d'avoir des configs pas trop véloces, c'est que ça oblige à faire attention au nombre de polygones. On prend donc de bonnes habitudes !

Je pense que 32 Go, c'est très largement suffisant.

avatar Stardustxxx | 

@ lenogre
"L'avantage d'avoir des configs pas trop véloces, c'est que ça oblige à faire attention au nombre de polygones. On prend donc de bonnes habitudes !"
Ce n'est pas un avantage mais un inconvénient, tu perds du temps. Tu irais plus vite avec une machine plus véloce. Rien ne t'empêches d'avoir cette bonne habitude avec une config plus véloce.

"Je tourne avec 16 Go et je fais de la 3D. J'ai atteint les limites de ma RAM le mois dernier pour une scène généreuse en végétation"
C'est cool, perso je ne fais pas de modélisation 3d mais du dev OpenGL, et ca fait un moment que 16 Go ce n'est vraiment pas assez. Mais 32 Go est suffisant, même si je voit l'OS monter à 30 Go de mémoire utilisée très régulièrement ;)

Je pense donc que 32 Go n'est pas suffisant pour une machine qui sort a la fin de l'année. ;) Mais après si tu as besoin de 256 Go, il y a des grande chance que l'iMac ne soit pas la machine idéale.

Ce n'est pas forcement le fait de faire de la 3D qui va prendre de la mémoire, mais aussi le nombre d'application que tu as ouverte en même temps. Plus de ram plus d'applications ouvertes.

avatar ijimax | 

@lenogre

Au hasard : labs de cloud/virtualisation.
Je rêve d'un iMac avec 256 ou 128 GB de RAM,
et d'un MacBook Pro avec 64 GB de RAM.

avatar Sh8per | 

Quand vont-ils concurrencer les montres Garmin ? Merde ! (veuillez excuser la grossièreté). L'Apple Watch c'est pour les coureurs du dimanche. À moins de prendre une Apple tierce (et encore, c'est léger ou pas au point) il n'y a rien pour la course à pied. Pas de fractionné, pas d'analyse de la foulée, etc..Rien ... Pourtant le potentiel technique de la montre est énorme. Le marché du running l'est tout autant.

La pour nous donner du cadran toy story y'a du people !

C'est très décevant.

avatar C1rc3@0rc | 

Ah je crois que le cadrant Toy Story c'est quand meme le truc le plus exemplaire de ce qu'est l'Apple Watch.

Je pensais pas qu'ils oseraient aller si loin dans l'imbécillité, surtout dans ce contexte, mais si.
Bon aprés, y a rien d'autre pour sauver ce naufrage ineluctable. Etonnant d'ailleurs qu'il y ait encore une place pour cette tocante dans un keynote, enfin, faut bien faire plaisir a Ive.

Apres, je suis d'accord qu'il y a un potentiel enorme pour des appareils lié au sport ou a la santé. Les tracker ont bel est bien un vrai role et un avenir. Mais voila, il faut que ce soit des produits coherents et adaptés qui aient ete developpé specifiquement.

La on parle d'une tocante, developpée comme une montre de luxe, qu'Apple essaye de sauver du naufrage en tentant d'y greffer des fonctions pour lesquelles elle n'a jamais ete pensé.

Qu'Apple face des tracker, des vrais, des capteurs qui soient certifiés, que tout cela s'integre avec le Mac, l'iPhone et l'iPad. Mais faut arrêter ce truc ridicule qui fait long feu.

avatar jazz678 | 

@C1rc3@0rc

"Bon aprés, y a rien d'autre pour sauver ce naufrage ineluctable. Etonnant d'ailleurs qu'il y ait encore une place pour cette tocante dans un keynote, enfin, faut bien faire plaisir a Ive"

Vous êtes toujours là-dessus ?

Impressionnant de ténacité...

avatar ecosmeri | 

@Sh8per

Les bobo sont des coureurs du dimanche le reste de la semaine ils sont overbooké tu comprends

avatar Le docteur | 

J'ai vraiment intérêt à faire tenir mon MacBook. Parce que le prochain ne sera pas un Mac.

avatar jazz678 | 

@Le docteur

"J'ai vraiment intérêt à faire tenir mon MacBook. Parce que le prochain ne sera pas un Mac."

Tu ne veux plus de mac...mais tu veux garder le tien le plus longtemps possible?

???

avatar The Joker WSS | 

Le look d'Apple Music est également présent dans dans la vue général de l'app iMessage

avatar Leadlike | 

En tout cas on peut toujours pas acheter d'Apple TV sur Amazon...

avatar jopaone | 

Meilleure keynote de la décennie

avatar baraka | 

pas mal

Pages

CONNEXION UTILISATEUR