Chrome se débarrasse de Flash, à son rythme

Mickaël Bazoge |

Chrome 55 a commencé à montrer la porte de sortie aux contenus Flash. Cette version, disponible depuis début décembre, favorise systématiquement l’affichage de contenus HTML5 quand ils sont disponibles ; sinon, le navigateur demandera l’autorisation de l’utilisateur pour lancer un fichier Flash (lire : Chrome 55 commence à favoriser le HTML 5 plutôt que Flash).

Chrome 55 propose plusieurs réglages pour le contenu Flash — Cliquer pour agrandir

Cette fonction, qui favorise le HTML5 au détriment du Flash, est baptisée HTML5 By Default. Elle n’est pas automatiquement disponible partout : Google entend la déployer à son rythme. Dans un billet de blog, le moteur de recherche explique que dans les prochains jours, HTML5 By Default sera activé pour 1% des utilisateurs de Chrome 55 (et 50% chez ceux qui se servent de la bêta de Chrome 56).

La version stable de Chrome 56, qui sera proposée en février, activera la fonction HTML5 par défaut pour tous. À partir de début janvier, les internautes seront invités à activer Flash pour chaque site nécessitant le plug-in, sur lequel ils ne sont jamais allés. D’ici le mois d’octobre, tous les sites utilisant Flash devront demander l’autorisation de l’utilisateur pour lancer leurs contenus.

Cela ne change rien pour la liste des dix sites qui exploitent le plug-in d’Adobe : les YouTube, Facebook, Yahoo et autres auront un an pour adapter leurs contenus qui resteront en Flash.


avatar eastsider | 

Quand je pense que cette même boite avait integrée sont support a ses imitations iphone en vantant les mérites au detriment de l iphone , je me permet un micro mdr.

avatar béber1 | 

eastsider

?

avatar cdp86 | 

Finalement, on va en voir le bout, mieux vaut tard que jamais ! :)

avatar lmouillart | 

Non malheureusement, c'est juste que l'on ne pourra plus voir le contenu, pas qu'il n'existera plus.
Le problème va encore durer des décennies, notamment sur tous les petits sites institutionnels ou de particuliers qui ne sont plus mis à jour faute de temps, de moyens. Dommage, il aurait fallu ne pas pousser ces technologies propriétaires.

avatar pocketalex | 

@lmouillart : oui et non

J'en ai fait des minisites en flash pour des petits clients, et c'était redoutablement pratiques, ils pouvaient avoir un beau site, interactif, qui présente bien leur offres ou leurs travaux, sans que ces derniers paient une blinde pour un équivalent en HTML

Aujourd'hui Flash a été tué, et fort heureusement il existe des solutions pas cher pour faire des sites sympa, même sans budget.

Mais ça n'a pas toujours été le cas

Bref, ces mêmes institutionnels me rappellent pour de la refonte de leur site web, et je leur installe un wordpress et ils sont bien content

avatar alan1bangkok | 

Flash a la vie dure...
très dure
vous pouvez seulement espérer sa disparition dans 200 ans

avatar béber1 | 

alan1bangkok

l'est plus éternel ?

avatar pocketalex | 

@alan1bangkok :

Beaucoup ici voient en Flash un player de vidéo fort heureusement remplacé par un player HTML5, ou un outil pour faire des sites moches et lourds

C'est une méconnaissance crasse de ce qu'était cet outil de développement très puissant et très poussé, qui permettait de nombreuses choses totalement impossible autrement jusqu'a ce que le HTML5 soit un tant soi peu évolué (streaming de datas sécurisé, diffusion LIVE de contenus, etc)

La connaissance c'est comme la confiture, ceux qui étalent leur critiques avec le plus de véhémence sont bien souvent ceux qui ont le moins de connaissance sur le sujet

avatar béber1 | 

@pocketalex

pour ma part, j'ai toujours appuyé la décision d' Apple et de Jobs de ne pas supporter Flash sur leur iPhone,
parce que derrière, il n'y avait bien évidemment pas que le lecteur, mais bien les outils de Dev multi-plateformes qu'Adobe aurait bien voulu promouvoir pour qu'ils puissent devenir incontournables, voire dominants.

Ce qui était dangereux pour la diversité,
et qui ne pouvait pas cadrer avec la stratégie de Cupertino fondée sur son OS X mobile et son XCode pour promouvoir -via les Apps natives - tout un pan de développement tiers qui avait tant fait défaut pendant des années pour Apple et son Mac.
Il était certain qu'ils ne pouvaient pas se couper d'une telle opportunité majeure et historique.

avatar pocketalex | 

@béber1

Alors là bravo et merci pour ta réponse. C'est clair, net, intelligent, pertinent, vrai et oui, même si je regrette qu'il n'y ai pas eu un plug-in flash "light" pour Safari iOS, je suis d'accord avec toi

avatar béber1 | 

Bien-sûr, il y avait les arguments sur le manque d'optimisation, et donc de sur-consommation à cause du plugin Flash qui grêvait l'autonomie des iMobiles.
C'était l'argument de Jobs, plus celui de la dépendance à Adobe, celui sur la sécurité, etc…
http://www.zdnet.fr/actualites/steve-jobs-declare-la-guerre-a-adobe-dans-une-lettre-ouverte-39751282.htm

mais le fond du problème était OS X, et son avenir.
Le fait que les équipes de Forstall avaient réussi une version mobile, et le fait que l'on pouvait de facto utiliser les mêmes outils de développement (XCode/Obj-C/Cocoa "touch", etc.) abondait tout naturellement dans le sens de la cohérence logicielle, dans le développement d'un marché lucratif des apps natives via un store iTMS déjà tout prêt.

C'était pour Jobs un virage à 180°, parce que lui croyait dès le début aux Webapps.
Walter Luh a raconté comment ses équipes avaient travaillé sur le développement d'un flash "lite",
https://www.macg.co/ios/2010/02/apple-aurait-voulu-flash-sur-iphone-6646
et comment Apple avait essayé de le recruter afin d'intégrer au mieux Flash au sein de l'iPhone pour une expérience Web optimale.

Mais s'il a donné comme explication de cet abandon de la part d'Apple des résultats qui n'étaient guère probants...
on peut aussi deviner le débats qui ont eu lieu au sein d'Apple entre les tenants du support flash, avec ses nombreux défauts en l'état, et les tenants (Forstall et même Fadell) des apps natives, du SDK, de la manne possible d'un App Store, et d'un développement tiers profitable aussi et surtout pour le prochain iPad, voir pour le futur d'iOS en tant qu'OS mobile pouvant devenir un futur même à OS X dans ses évolutions.

Les outils de Dev Flash devenaient dès lors un concurrent direct à XCode, en reléguant du même coup les iMobiles à de simples supports matériels, sans plus rien qui les différenciait des autres mobiles concurrents, dotés eux-aussi d'une même logithèque "universelle".
Impensable pour Jobs

avatar nicolas | 

Bon, j'espère qu'ils vont se bouger chez Deezer!

avatar Orus | 

Oui Deezer devrait se réveiller, leur immobilisme est hallucinant.

avatar hairsplitter | 

Hélas, donc finies les discussions stériles sur Flash?

avatar béber1 | 

@hairsplitter

mmmm… dernières convulsions et râles à prévoir

avatar Yohmi | 

1 %, ben dis-donc, chez Google on y va pas avec le dos de la cuiller !

avatar ecosmeri | 

N'ayant plus flash player depuis un bout de temps j'avoue ne pas etre souvent gené par son manque

avatar LordJizzus | 

Va falloir que le Club Pingouin de mon fils se bouge... ça tourne pas sans Flash.

avatar Avenger | 

Google est pourtant le premier à utiliser Flash dans... Google Music!

avatar lmouillart | 

Non

avatar Avenger | 

@ lmouillart

Peux-tu alors m'expliquer ce message "Flash Player manquant
Vous devez disposer de la dernière version d'Adobe Flash Player pour écouter de la musique."?

https://postimg.org/image/j62zm86hv/

Peux-tu expliquer aussi pourquoi, dans les exigences techniques, Google indique que la dernière version de Flash doit être installée et activée dans le navigateur internet?

https://support.google.com/googleplay/answer/1114577?hl=fr

avatar lmouillart | 

La page d'aide n'est pas à jour.
Préalablement il fallait Flash Player d'activé, le lecteur HTML5 Audio était accessible via les préférences expérimentales depuis plusieurs années (option qui n'existe plus).

Flash Player n'est requis actuellement que pour Safari et Firefox. Opera, Vivaldi, Chrome, Chromium et EDGE n'en ont pas besoin.

avatar Avenger | 

Tu es borné, dis-donc!

"Flash Player n'est requis actuellement que pour Safari et Firefox."
Déjà, ne viens pas répondre "non" quand je dis que Google Music fonctionne avec Flash.

De plus, la capture écran disponible, via le lien que j'ai indiqué, provient de Google Music tournant dans la dernière version de Chromium. Capture réalisée ce matin même sur un Macbook Air tournant sous Sierra 10.12.1 sans Flash installé.

Donc, je suis à jour, j'utilise Google Music dans Chromium et Google Music se permet d'afficher un message d'erreur qui va à l'encontre de tes propos! Même en passant le message, impossible de lire le moindre morceau de musique.

Soit j'ai raté quelque chose, soit tu me prends pour un abruti.

avatar béber1 | 

Avenger
"Tu es borné, dis-donc! "

 ?

avatar lmouillart | 

Chromium pour Mac OS possède le plugin Widevine Content Decryption Module, normalement non ?
visible via chrome://plugins/

Widevine CDM est nécessaire pour lire le contenu avec DRM (libwidevinecdm.dylib et widevinecdmadapter.plugin), il faut les extraire de Google Chrome et les réinjecté dans Chromium.

---
"Déjà, ne viens pas répondre "non" quand je dis que Google Music fonctionne avec Flash."
J'utilise Google Music depuis quelques années sans Flash, je confirme que ce n'est pas une nécessité.

avatar alan1bangkok | 

en tout cas pour le streaming chez moi , rien ne marche avec Chrome ou Chromium ou Opera sans le module Flash PPAPI installé . ça m'a gonflé , j'ai viré Chrome Chromium Opera et je reste avec Firefox et la bouse Safari plus NPAPI Flash player
c'est le bordel , m'enfin ça fonctionne correctement

avatar béber1 | 

"c'est le bordel , m'enfin ça fonctionne correctement"

oui, tout comme dans le lupanar où tu habites

avatar pocketalex | 

@béber1 ? ? ?

avatar alan1bangkok | 

@ bébert1
ça te manques hein saligaud , n'insiste pas je garde les bons tuyaux pour moi ..sorry dude
mouhahahahahah?

avatar béber1 | 

Heureux pour toi Alan.

J'ai pas besoin d'aller très loin pour être dans la facilité.
Dame Nature m'a suffisamment bien pourvu pour ça ?

CONNEXION UTILISATEUR