Labo de Herédis X.2

ange |
La généalogie est, paraît-il, l'un des passe-temps préférés des Français. Mais il est loin le temps de la plume d'oie. Aujourd'hui, c'est avec l'outil informatique qu'on cherche dans son passé. Il existe bien sûr plusieurs logiciels dédiés à cette tâche, chacun ayant ses avantages et ses défauts, mais en général, une fois que l'on en a adopté un, on y reste fidèle ! Ce labo est consacré à Heredis, logiciel de généalogie parmi les plus utilisés, depuis toujours sur Mac, et bien sûr en OS X.


Installation


Le logiciel est fourni dans un boîtier DVD contenant en plus un petit livret de prise en main. Ce livret d'une trentaine de pages est un condensé des informations nécessaires pour commencer à saisir une généalogie. Vous retrouvez le livret au format PDF sur le CD, à côté d'un autre document, La généalogie facile, qui présente en 118 pages tout un ensemble d'informations utiles au généalogiste débutant (lexique, lien de parenté, numérotation, conseils de base), utiles aussi au généalogiste amateur (rappel des séries des archives, bibliographie, etc.). On a le sentiment d'être devant un outil professionnel, capable toutefois de se mettre au niveau du débutant, et pour BSD, il semble que l'utilisateur est un généalogiste pas un simple client. Signalons par ailleurs que l'aide en ligne dans l'application est en HTML.



L'installation se fait via l'installateur classique mac OS (package), ne demande que le disque, mais aucun mot de passe et s'installe dans le dossier application de l'utilisateur.


L'interface


Au premier lancement, un dialogue d'ouverture permet soit la création d'une nouvelle base, soit l'ouverture de généalogie Heredis (voire des exemples), soit celui de fichiers GEDCOM. Aux lancements suivants, Heredis ouvre automatiquement la dernière généalogie ouverte.

À la première ouverture, la fenêtre principale fait 14". Cette taille de la fenêtre est modifiable et même mémorisée pour les prochaines ouvertures.

Avec le logiciel sont fournis deux exemples de généalogie, celui de Louis IV comportant 766 personnes !, et l'autre de 46 individus, mais plus proche d'une généalogie familiale classique. Pratique pour découvrir les fonctionnalités du logiciel.



La fenêtre principale présente par défaut un "noyau familial" centré sur une personne (avec dates et photos) avec au-dessus, ses père et mère et en dessous ses conjoints et descendants. Cela permet d'avoir une vision globale de la personne, typique d'Heredis.

En haut de la fenêtre sont regroupés les boutons des fonctions principales de création de personnes, d'arbres, de recherche. Malheureusement, le logiciel ne suit pas les préceptes de l'interface Cocoa et cette interface est immuable. Dommage. La partie gauche est la partie navigation via divers onglets. Un double clic sur l'un des individus affiche sa fiche en partie centrale. Les onglets sont regroupés (logique du regroupement ?) en deux entités, avec pour la partie haute :
- une liste de favoris, qui s'avère très pratique lorsqu'on travaille pendant un temps sur la ou les mêmes personnes qui sont très éloignées dans l'arbre ;
- une liste de liens c'est-à-dire les personnes dont on fait mention dans les actes, mais qui ne sont pas forcément de la famille, tels que témoins, mais aussi officiants, parrains, etc. : cela permet de garder également une trace de ces personnes et qui sait, parfois, de continuer ses recherches sur son arbre en passant par un ascendant non direct (pas d'information sur un parent, mais une date de naissance et un lieu sur un oncle, et hop, on peut continuer à avancer) ;
- une liste de parenté : regroupant automatiquement, les grands-parents, oncles et tantes…
- une liste de personnes issues de la dernière recherche, recherche faite via l'interface de recherche très complète, mais très complexe au premier abord.

Dans la partie basse, les onglets proposent :

- un résumé de l'individu reprenant les informations du noyau avec des liens sur les parents, conjoints et enfants, permettant ainsi la navigation d'ascendant en ascendant et non plus par double-clic sur les personnes du noyau familial comme dans les précédentes versions d'Heredis. Cela est moins intuitif, mais permet d'avoir la navigation accessible même lors de l'affichage de saisie des individus sans avoir à repasser par l'interface de noyau familial.
- un onglet permettant de calculer le numéro sosa de la personne courante.
- enfin, un onglet Calendrier permettant de calculer rapidement la date dans les quatre calendriers (grégorien, julien, républicain et hébraïque) ainsi que le jour de la semaine. Pratique, bien qu'il n'y est pas de raccourci qui permette de lancer cette conversion directement lorsqu'une date de l'interface principale est sélectionnée.

La taille des sous-ensembles de la partie gauche est modifiable, mais il n'est pas possible de les masquer complètement. En bas de l'interface sont rappelées diverses informations générales de la généalogie (nombre de personnes, de familles,...)


La saisie



La page de saisie d'une personne est très complète (beaucoup de choix sur les événements), avec en plus une dizaine de champs libres paramétrables (titre et code GEDCOM) très pratique, avec une mémorisation des lieux et noms déjà saisis.
Nouveauté de cette version, on ne saisit pas directement la naissance, le mariage, le décès, mais un événement dont la liste est impressionnante :



Et pour chaque événement, on définit date, lieu, mais également source, témoins et il est possible d'y lier des médias. Il est à noter que les différents onglets se voient ajouter une petite pastille bleue indiquant qu'une information y est déjà saisie. Utile, car le nombre d'information saisissable est assez important et l'interface par ces nombreux sous-onglets est peut-être une solution élégante pour trier tout cela, mais on risque de se perdre aussi...

Par contre, il est dommage que les photos et autres médias ne soient accessibles que dans la fenêtre "noyau familial"



Une seconde page de saisie est consacrée à la saisie des unions de l'individu. Bien évidemment, plusieurs unions et divorces sont possibles pour un même individu, et divers événements sont également saisissables.

Des notes sont également permises. Ces notes sont liées soit à une personne, soit au noyau familial. Le petit éditeur intégré permet des enrichissements de texte, mais on doute qu'il soit beaucoup utilisé.

Enfin, des coordonnées (postales, téléphoniques et électroniques) peuvent être ajoutées pour chaque personne. Ceci dit, et bien que l'éditeur les mette en avant dans ses publicités, les liaisons vers les iApps d'Apple sont réduites à leur plus simple expression : il est uniquement possible de faire une exportation des cordonnées vers le Carnet d'adresses. Il aurait été bien plus pratique d'avoir un lien dynamique de Heredis vers une fiche du Carnet d'adresses, ce dernier étant a priori la référence et le lieu de centralisation des contacts. Un peu plus utile bien que gadget : la création d'un calendrier avec les événements (anniversaires, etc.) et personnes de son choix, qui peut être ajouté à iCal.

Les personnes et lieux sont listés. Ainsi, la saisie d'une personne ou d'un lieu affiche cette liste, ce qui permet bien évidemment d'accélérer la saisie, mais aussi d'assurer une saisie unique d'un même nom ou d'un même lieu. Le dictionnaire des lieux, permet de faire des liens entre les diverses dénominations d'un même lieu (pratique, car cela arrive souvent que la toponymie évolue dans le temps. Il est même possible d'ajouter des médias (photos, etc.) pour les lieux.



De même, il existe un dictionnaire des sources. On peut ainsi faire des liens entre les individus et la source d'où on a extrait une information. Quant à la source, de multiples informations peuvent être saisies (le lieu de l'original, la référence, le scan…), bref tout ce qu'un généalogiste conserve comme information sur une source.



Enfin pour aider à la saisie, il est même possible d'ajouter à Heredis des raccourcis en fonction du champ saisi : par exemple, ne taper que jb pour "Jean baptiste". Ce petit truc peut s'avérer pratique si tous ses ancêtres viennent de "Saint-Hypolitte-les-trois-Champs" ("sh").

La navigation et la recherche

En plus de la partie gauche de l'interface, une navigation rapide peut également être faite en utilisant l'arbre dynamique :



L'utilisateur a ainsi une vue globale de la généalogie et peut facilement passer d'une personne à une autre. Un double clic sur l'une des cases affiche les données de l'individu dans la fenêtre principale de saisie. Si vous avez de la chance d'avoir un grand écran, vous pouvez même laisser l'arbre dynamique et la fenêtre de saisie ouverte simultanément.

La recherche d'un individu peut se faire simplement par nom, puis prénom (image de gauche), mais aussi via une interface très complète avec moult critères et niveau d'affinage de la recherche (image de droite) :





Avec cela, on est à peu près sûr de retrouver n'importe quelle personne, même dans une grande généalogie.

Plusieurs autres outils de recherche (ancêtres communs, de cohérence, doublons, implexes......) sont mis à la disposition de l'utilisateur.


Arbres, Listes et Statistiques

Plusieurs types d'arbres sont possibles, tous avec nombre d'options de présentation. Les arbres à 5, 8 générations ou complets seront les plus utilisés. Les arbres "végétaux" font gadget ou alors à destination des enfants. Étonnamment l'exportation (en plus du PDF faisable via l'impression OS X) est au format pict ! Les arbres photographiques et arbres mixtes familiaux sont originaux, sympathiques à offrir à la famille. L'arbre éventail est limité à six générations (mais de toute façon difficilement lisible au-delà de huit)

Plusieurs statistiques prédéfinies sont possibles et utiles uniquement avec des généalogies bien avancées.

Diverses listes (ascendance, par les hommes, etc.) sont proposées, exportable en cvs (pratique). Le format des dates, prénoms, lieux sont modifiables, par contre, pour un type de liste donné les champs sont fixés par le soft. Heureusement, des listes personnelles sont possibles (choix de tous les champs), mais l'interface est à nouveau très dense.

La "chronique", automatique est amusante : on obtient une généalogie présentée comme une histoire racontée de la famille.


Importation

Le menu "Import" permet d'importer une généalogie dans une autre généalogie, par exemple lorsqu'on a deux généalogies distinctes que l'on souhaite regrouper. Il suffit alors d'indiquer le lien entre les deux généalogies. Dans ce cas, les formats possibles sont Heredis et GEDCOM.
Pour importer une généalogie vers Heredis X2, il faut en fait passer par le menu "Ouvrir". Pour les utilisateurs d'anciennes versions de Heredis (sur Mac OS 8/9 par exemple) les fichiers de la version 4 du logiciel sont lisibles et récupérables. Donc, pour les utilisateurs de versions précédentes, il faut soit utiliser (et trouver...) une demo de la version 4 qui permet elle de lire les versions 3, soit, comme pour tous les autres fichiers et format, passer par le GEDCOM le format par excellence de transfert d'information généalogique.

L'importation ne récupère pas directement les images liées aux individus dans le fichier importé. En passant par "Gestion des médias", on peut refaire le lien vers l'image. On s'inquiète alors de devoir tout ressaisir... mais là Heredis "voit" qu'il y a plusieurs images dans le répertoire de l'image précédemment sélectionnée, et Heredis refait tous les liens vers les images de ce répertoire : pratique et rapide.



Plusieurs formats d'image sont possibles (JPG, pict,..) et associables avec un événement, un individu ou même un lieu. Il faut définir une photo principale qui s'affiche dans la fiche ou dans l'arbre photographique par exemple. À noter que les images pict ne s'affichent pas correctement dans l'arbre photographique, il faut donc éviter de mettre une image avec ce format comme photo principale.


Web et CD


Heredis permet de générer rapidement un site pour sa généalogie sans passer par un logiciel tiers, prêt à être diffusé sur le web ou pour être mis sur un CD. On se demande d'ailleurs l'intérêt d'avoir fait deux menus... Le site obtenu est d'assez bonne facture.



Le site obtenu est configurable (niveau d''information diffusée, nombre de personnes par liste,style via les css, image de fond au choix...) Mais la structure et les menus (en javascript) sont fixes. Originalité : le site peut aussi présenter un arbre 3D. Cet arbre est généré en shockwave et est donc manipulable par le lecteur du site ! Il est également possible d'ajouter un fichier GEDCOM au site.


Conclusion

Heredis évolue dans la continuité, BSD ayant su enrichir les possibilités de son logiciel au fil du temps. Il est par contre dommage que lors du passage à Mac OS X, Heredis ne se soit pas porté en Cocoa pour offrir ainsi aux utilisateurs Mac une vraie application Mac OS X.
Le logiciel est toujours conçu comme une aide au généalogiste et non comme une base de données faisant de la généalogie. Certaines nouvelles fonctions sont gadget, mais les différents paramétrages et la bonne gestion du format GEDCOM en font l'un des logiciels de généalogie les plus utilisés.

avatar Anonyme (non vérifié) | 
D'accord pour dire que c'est un bon logiciel. Vous auriez pu insister sur son intégration avec les iApps, même si avec la MAJ d'Iphoto le soft a perdu les liens. Je ne trouve personnelement rien à reprocher à l'interface, d'une sobriété suffisante.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Très bon soft en effet. Par contre, il faut remarquer le manque d'ouverture d'esprit des programmateurs... En effet, lorsque l'on choisi d'ajouter un conjoint à une personne, il est nécéssairement du sexe opposé... Impossible de modifier cela.Il est vrai que pour que la descendance existe, cela doit bien passer par un homme et une femme. Mais au niveau de la pertinence des infos enregistrées dans la database, on peut souligner ce manquement. Car dans toutes les familles, il y a bien une ou plusieurs personnes qui ne font pas comme les autres :-) Et c'est dommage de ne pouvoir l'indiquer de manière correcte. Avec MacFamilyTree c'est possible (il le mettent même en avant sur leur site). Et c'est un tout aussi bon programme (en cocoa celui-là). Ce n'est qu'un détail, mais il est malgré tout important.
avatar Yip | 
Je ne suis pas sûr que la compatibilité Tiger soit précisée ici de façon explicite. Bon essai, j'aurais aimé avoir les différences avec la version précédente mieux mise en avant (j'utilise Heredis X version 10.1.2).
avatar Yip | 
"mieux mises" excusez-moi.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Heredis que j'utilise depuis deux ans est un excellent logiciel. La dernière version est bien entendue compatible avec Tiger. Je peux ajouter, que BSD livre un autre logiciel fort pratique : La France à la loupe, qui permet d'avoir la liste de toutes les communes actuelles avec leur code INSEE et Code postal. Il a l'avantage de pouvoir consulter les cartes de CASSINI. D'ailleurs la France à la Loupe peut être appelé directement à partir d'Heredis pour la localisation d'un lieu. Il existe certes des fonctions que l'on juge pratique qui ne sont pas implémenté avec Heredis. La fonction que je trouve vraiment mal faite, est : lors d'une publication en HTML ou pour un CD-ROM, seul le premier media est exporté. Quand on voit qu'il n'y a pas si longtemps que cela il fallait au moins deux pages de registre pour un mariage, il est regrettable que seule la première image soit exporté. Pas pratique dans le cas d'un CD_ROM que l'on voudrait distribuer aux membres de sa famille. Sinon, si vous avez des questions, des problèmes quant à l'utilisation de se très bon logiciel, je vous signale qu'il existe une liste sur Yahoo. Inscription gratuite : http://fr.groups.yahoo.com/group/UtilisateursHEREDIS-Mac/ Cette liste est en relation étroite avec BSD, et certaine améliorations ont été apportées grâce aux demandes des utilisateurs de cette liste. D'ailleurs, il y a un message qui indique ce labo.
avatar Ali Baba | 
Totalement incompatible avec la version PC. Il y a qq années j'avais acheté la version PRO (chère, donc), tout cela pour me retrouver avec des fichiers illisibles sur Mac. En admettant même que j'aie envie de repayer au prix fort une version Mac (ils pourraient faire un effort pour les switcheurs, genre 30€ pour échanger une licence PC contre une licence Mac), je ne pourrais même pas relire mes propres fichiers ! À moins de passer par un export/import GEDCOM, mais là je perds tout l'intérêt d'Heredis. Bref, ça me donne envie d'écrire un petit logiciel de généalogie sympa en Cocoa pour le remplacer. Avec Core Data, ça devrait être encore plus facile qu'avant. Dès que j'ai le temps...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ali baba, Ohmigene me semble répondre à ton besoin de 'petit logiciel sympa'
avatar Ali Baba | 
À première vue, deux défauts : - il est pas joli-joli (ça m'étonne pas quand je vois qu'il est écrit en RealBasic) ; - c'est un shareware. Mais je vais l'essayer quand même.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
J'utilise Heredis depuis environ 1999 et j'en suis très content. Les différentes versions evoluent de façon significative et BSD suit particulièrement sa clientèle car à chaque nouvelle version je reçois un courrier, me proposant celle-ci un prix très interressant. La version X.2 est agréable à utiliser mais, comme le fait remarquer holebi, les unions de même sexe ne sont pas pris en compte. Les exports de tableau sur excel ne sont pas encore au point, puisqu'elles se font toujours en ASCII. Par contre, l'exportation pour internet est complète et permet même aux néophytes de préparer un site. En conclusion, ce logiciel de généalogie est complet et suit les évolutions du Mac au plus prêt, et je pense que l'on peut en félicité ses développeurs.
avatar Ali Baba | 
Oui eh bien moi j'avais acheté la version PRO au lieu de la normale parce qu'ils m'avaient promis de m'envoyer gratuitement la prochaine version de Heredis. Trois ans après, je l'attends toujours...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Wouah, on connaît 766 personnes de la généalogie de Louis IV d'Outremer !.. Sont fortiches... C'est pas plutôt Louis XIV ?

CONNEXION UTILISATEUR