Apple veut des dérogations de taxes douanières pour l'Apple Watch et le Mac Pro

Mickaël Bazoge |

Apple aimerait bien que l'administration Biden lève les tarifs douaniers qui pèsent sur les importations aux États-Unis de certains produits et composants. Le constructeur a en effet demandé au Bureau du représentant américain au commerce (U.S. Trade Representative, USTR) de remettre en place des dérogations temporaires pour les tarifs qui alourdissent la facture des coûts de l'Apple Watch (7,5%) et des composants du Mac Pro (25%). Des produits importés de Chine.

La ligne d'assemblage texane du Mac Pro. Crédit : Apple.

Ce dossier des taxes douanières a été une épine dans le pied d'Apple tout au long de la présidence Trump, mais le constructeur avait su s'épargner bien des tracas (notamment grâce à l'entregent de Tim Cook). Mais l'arrivée d'un nouveau locataire à la Maison Blanche n'a pas levé toutes ces restrictions sur les importations chinoises. D'ailleurs, les dérogations accordées sur certains produits importés ont pris fin soit en fin d'année dernière, soit au début de cette année. Il faut savoir que l'iPhone n'est pas soumis à ce régime douanier.

Quelle politique technologique avec Joe Biden ?

Quelle politique technologique avec Joe Biden ?

En octobre dernier, le USTR avait annoncé qu'il pourrait accepter des exemptions de taxes douanières au cas par cas. Le bureau avait aussi demandé aux entreprises voulant des dérogations d'expliquer pourquoi les produits ne pouvaient pas être fabriqués aux États-Unis ou dans d'autres pays que la Chine. L'Apple Watch est en grande partie manufacturée en Chine, mais le constructeur défend un développement américain. Quant au Mac Pro, si la tour est assemblée dans l'usine texane d'Austin, beaucoup de ses composants proviennent d'ailleurs (et de Chine, donc).


Source
avatar 0MiguelAnge0 | 

Et ces reductions viendraient bien entendu être reportées intégralement au niveau du consommateur, pas vrai?

avatar huexley | 

*doubt*

avatar melaure | 

@0MiguelAnge0

Lol, Biden ne doit pas ceder, mais surtout tous les continents doivent lourdement taxer les importation afin de pousser a la relocalisation de l’industrie. Si on veut une èconomie bas carbone, fini la Chine. Apple doit avoir une usine aux US et en Europe. Idem pour les concurrents.

avatar Krysten2001 | 

@melaure

« Si on veut une èconomie bas carbone, fini la Chine. »

Cela m’étonnerait beaucoup car ce sont les entreprises qui ont « juste » déplacées toutes leurs populations pour la mettre en Chine. Que ce soit au Vietnam ou en Chine par exemple, on aura toujours le même je pense.

avatar byte_order | 

@Krysten2001

Il suffit d'une volonté politique. L'inde impose à Apple de devoir assembler sur place les iphones vendus en Inde. L'Argentine aussi. D'autres pays pourraient très bien faire de même.

Et vous remarquerez que quand bien même Apple est l'entreprise la plus riche du monde (ou presque, cela varie d'un moins à l'autre), elle choisi systématiquement d'obéir aux lois d'un pays plutôt que de devoir se priver de vendre quoi que ce soit dans ce pays.

Les pays doivent cessé de jouer les timides avec les multinationales, GAFAM ou pas.

avatar debione | 

@ 0MiguelAnge0:

On pourrait le croire, dans le cas d'une entreprise ayant de la marge sur sa marge.
Dans le cas d'Apple c'est un peu différent, car ils calculent leurs prix savamment dans le sens "maximum que le client est d'accord de mettre". De fait dans ce contexte, toute augmentation risquerait d'avoir des répercussion négative sur les vente. Ils ne peuvent pas se permettre d'augmenter de 10% leurs prix, contrairement à d'autres entreprises.

avatar Un Type Vrai | 

Ha ben je croyais que les USA étaient ultra libéraux et qu'on devait donc les copier...
Du coup, j'espère que l'Europe va mettre des taxes douanières importantes sur les importations, puisqu'il faut copier les USA.

avatar cedo | 

@Un Type Vrai

Les États-Unis ne sont pas libéraux, ils sont ce qu’ils sont en fonction de ce qui les arrange.
L’Europe et la France a été naïf vis à vis de cela, ouvrir l’accès à ses marchés sans aucune contrepartie au nom du libéralisme…
Heureusement qu’ils se réveillent (enfin)

avatar marc_os | 

@ cedo

Et la France est championne d'Europe des délocalisations au nom du libéralisme.
La France a aussi depuis longtemps coupé la SNCF en deux (rails + roulants) alors que ce n'est pas encore fait en Allemagne, et que ça rechigne sec. Mais nous, on est en avance au nom du libéralisme : On a déjà commencé à revenir au XIXème siècle en privatisant des lignes de chemin de fer, alors que l'expérience Tacher a prouvé que c'était une catastrophe. (Cf. le film The Navigator de Ken Loach qui a très bien dépeint la situation des chemins de fer anglais privatisés dans les années 80.
Vive le libéralisme !

avatar cedo | 

@marc_os

Je suis d’accord avec toi, on subit trop la loi économique allemande mais la France a besoin de réformes..
Je ne défend pas le libéralisme qui a ses défauts comme tout d’ailleurs

avatar marc_os | 

@ cedo

> on subit trop la loi économique allemande

Je crois que tu ne m'as pas compris.
L'Europe, c'est l'addition de la France, de l'Allemagne, et de tous les autres pays. Aucune loi "européenne" ne passe si un quelconque gouvernement dit Niet, oppose son veto. L'Europe ne nous impose rien du tout : Ce sont nos gouvernements qui le font via leurs délégués à Bruxelles, et qui ensuite éventuellement se défaussent en disant "c'est pas nous, c'est l'Europe".
Concernant la "libéralisation du rail", c'est un choix Européen, donc de la France, de l'Allemagne, etc. Le paradoxe est que justement la France fait du zèle et que en Allemagne les gens disent non, et curieusement, contrairement à la France, leur gouvernement écoute et la séparation rail / matériel roulant est seulement en discussion aujourd'hui. Et comme je le disais, ça rechigne grave, et actuellement il y a le chat COVID à fouetter d'abord.

De plus, ce n'est certainement t pas l'Allemagne ou la "loi économique allemande" (ou plutôt "la politique économique") qui nous dicte les délocalisations. Non, ce sont les patrons de Peugeot, Whirpoll, Knorr, etc qui décident comme des grands. Siemens, VW, BMW, eux ils continuent à produire et fabriquer essentiellement en Allemagne. Les patrons allemands ne méprisent pas les ouvriers et travailleurs manuels comme leurs congénères français. En cas de problème, ils discutent avec les syndicats, et trouvent des accords. Les grèves, et il y en a, ne sont que le dernier recours. En France, les patrons ne veulent pas discuter. Les syndicats sont obligés de passer par la grève pour être enfin un jour reçu par les dirigeants. Ceux qui recherche les conflits, ce sont les patrons français. Les patrons allemand ont une autre mentalité. Je le répète, eux ils ne méprisent pas ceux qui ne sortent pas des "grandes écoles".
(PS: J'ai vécu dix ans en Allemagne, j'y ai côtoyé tous les milieux -sauf le monde de la finance - et je sais de quoi je parle.)

avatar cedo | 

@marc_os

Et moi je crois que tu n’as pas compris l’Europe

Tout ce qui est économique en Union Européenne c’est presque l’Allemagne qui décide, il y’a qu’à voir les réticences qu’avait l’Allemagne à accepter une mutualisation européenne de la dette liée au Covid 19

Donc officiellement dans l’UE tout le monde a son mot à dire mais officieusement c’est autre chose

avatar marc_os | 

@ cedo

> y’a qu’à voir les réticences qu’avait l’Allemagne à accepter une mutualisation européenne de la dette liée au Covid 19

Réticences peut-être, mais au final ça a été fait !
Par contre l'Allemagne a réussi à imposer la politique contre la Grèce en la traitant comme un pays sous-développé qui va devoir payer des intérêts pour rembourser « l'aide » que les autres pays lui ont apporté, et qui finalement vont s'enrichir sur leur dos sous couvert d'aide.

Comme je l'ai dit, tout ça c'est de la politique.
L'Europe n'est responsable de rien du tout :
Ce sont tous les gouvernements qui le sont, donc chez nous Hollande, Macron est consort qui via leurs délégués et avec leurs homologues européens écrivent les lois européennes produites à Bruxelles.

avatar cedo | 

@marc_os

Le souci c’est que beaucoup de pays appuient l’Allemagne
Il y’a 2 camps en Europe concernant les finances et la dette pays du nord pays du sud

avatar cedo | 

@marc_os

L’Allemagne a pas mal libéralisé et secoué son marché du travail dans les années 2000 les loi Hartz et ça c’est un peu fait dans la douleur
D’ailleurs le chancelier de l’époque Schröder ça lui avait coûté son poste

avatar marc_os | 

@ cedo

Oui, les lois Hartz ont fait beaucoup de mal en paupérisant les travailleurs.
Mais ce que je dis concernant le fonctionnement de l'Europe est vrai : Rien ne passe à Bruxelles si un pays oppose son veto. Bien sûr, certains pays disent amen à l'Allemagne, mais la France a théoriquement les moyens justement de dire non.
Tiens, ça me rappelle le cas où la France a laissé passer je ne sais plus quelle loi permettant à la Pologne de continuer a faire des recherches de gaz de schiste sans analyse environnementale, en laissant remplacer dans cette loi au sujet des analyses le mot "obligation" par "recommandation". Et ce pour des raisons politiques.

avatar cedo | 

@marc_os

Pourtant concernant la hausse des tarif électrique on a pas dit non, l’électricité est aligné sur les tarifs du gaz et alors qu’en France on a du nucléaire pour être indépendant, on doit donner une prime pour soutenir les ménages…

avatar CorbeilleNews | 

@marc_os

Merci de ces précisions qui tordent le cou à des a priori Fr !

avatar anonx | 

@Un Type Vrai

Il y a pas plus communiste que ce pays, si tant est qu'on considère cette zone un pays 🤢

On y vient nous, du moins nous sommes déjà en zone Internationale en île de France 🤮

avatar Faabb | 

Hum: les ventes de Mac Pro ne doivent pas atteindre des sommets, surtout depuis la confirmation des capacités des puces Apple Silicon.

Peut-être qu’un accord de dédouanement partiel couvrira aussi les puces pour le … futur Mac Pro !

avatar fte | 

@Faabb

"Hum: les ventes de Mac Pro ne doivent pas atteindre des sommets"

Elles ne l’ont jamais fait.

avatar CorbeilleNews | 

"pourquoi les produits ne pouvaient pas être fabriqués aux États-Unis ou dans d'autres pays que la Chine"

Simplement parce que dans le passé ils ont tout fait pour vouloir faire toujours plus de ventes avec toujours plis de marges et qu’ils ont atteint un point de non retour à cette bêtise écologique qui n’est plus supportable maintenant ! Et qu’il est désormais difficile de renoncer aux marges sans augmenter les prix … 😆

avatar byte_order | 

@CorbeilleNews

L'argument "on peut plus revenir en arrière", dont la sémantique est d'ailleurs savamment travaillé pour faire croire que cela serait forcément une régression (dans leurs goinfrerie de marges indécentes, surtout, en fait) , sera facile à vérifier : il suffit d'interdire l'importation de certains produits finis, imposant donc d'à minima qu'ils soient assemblés dans le pays, et hop, comme par miracle, en quelques trimestres une usine d'assemblage ouvre et, hop, second miracle, le savoir faire soit-disant perdu définitivement réapparait.
L'Inde, l'Argentine peuvent en témoigner.

Le seul point de non retour, c'est quand quelque chose est irrémédiablement détruit.

Savoir produire ici plutôt qu'ailleurs n'est en rien irrémédiablement impossible, c'est seulement une question de volonté. C'est coûteux, mais le dumping social aussi est plus coûteux encore, et pour la majorité d'entre nous, alors qu'il profite in fine qu'à une très très petite minorité, ceux qui engrangent les profits fait sur le dumping.

avatar CorbeilleNews | 

@byte_order

Manque de volonté politique ? Lobbying, corruption ???

avatar CorbeilleNews | 

@byte_order

Mais qu’est-ce qui empêche les politiques de l’imposer ? Quand on voit pu cela mène finalement : destruction de l’emploi et de l’environnement !

avatar marc_os | 

@ CorbeilleNews

> Mais qu’est-ce qui empêche les politiques de l’imposer ?

Comme on le voit en France avec l'EPR, il ne suffit pas que les politiques veuillent imposer quoi que ce soit pour que ça soit faisable dans le monde industriel réel. Ici, la France a perdu les compétences requises pour la fabrications des centrales nucléaires après la dernière construite dans les années 90 il me semble. Et aujourd'hui, l'EPR de Flamanville est bourré de malfaçons. Déjà il ne respectera pas les normes initiales, et donc fournira moins d'électricité que prévu, et enfin on vient d'apprendre que les problèmes de l'EPR chinois de Taishan qui vient d'être fermé, pourtant plus petit et moins "mégalomaniaque" que celui de Flamanville, souffrirait d'un problème de conception même des EPR, qui expliquerait ses problèmes récents...
https://reporterre.net/Le-defaut-du-reacteur-chinois-pourrait-remettre-en-cause-tous-les-EPR
https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/incident-sur-l-epr-de-taishan-une-commission-independante-met-en-garde-pour-le-demarrage-de-flamanville_46841576.html
Et Macron et la droite ont beau vouloir miser sur le nucléaire pour produire une énergie bas carbone, ça ne reste que des paroles qui ne disent rien sur ce que cela nous coutera si cette politique est appliquée.

Tout ça pour dire, que quand "un pays" abandonne certaines technologies, il est parfois très difficile de les réintroduire. Et c'est le cas de l'industrie des semi-conducteurs qui nécessite des investissements colossaux. (D'ailleurs la France a quasiment abandonné, alors que... bref.)

avatar ⚜Dan | 

En même temps cela fait du sens, Les US doivent faire pas mal d´argent avec Apple. Sauf que c´est une compagnie americaine aussi lol

CONNEXION UTILISATEUR