Gravure DVD, dans l'attente d'un standard

c-66 |
Microsoft fera-t-il pencher la balance en faveur de l'adoption du DVD+R en tant que standard de gravure DVD ? L'adhésion officielle du géant du logiciel à l'alliance qui défend ce format, et qui compte parmi en ses rangs des sociétés telles que Dell, HP, Philips, Sony ou encore Thomson, le laisse penser. Cette décision risque de mettre à mal les défenseurs des formats DVD-RAM, DVD-R et DVD-RW que sont Apple, Hitachi, NEC, Pioneer, Samsung ou encore Sharp.


Malgré un début assez difficile, le format DVD+RW semble également avoir tous les atouts pour s'imposer face au DVD-R et DVD-RW grâce notamment à une vitesse de gravure qui est actuellement plus rapide (même si Pioneer annonce pour l'année prochaine une multiplication par 5 de la vitesse), une meilleure gestion des erreurs, une plus grande souplesse dans l'utilisation du média et une plus large compatibilité avec les platines DVD de salon. Même si rien n'est joué et que ces différents formats se partagent encore un marché en pleine expansion, et qui devrait quadrupler l'année prochaine atteindre 60 millions de dollars en 2006 selon le cabinet d'étude Gartner, l'attente du choix d'un standard se fait longue.


Mais la question est surtout de savoir si Apple se retrouvera isolée dans le cas où son choix n'aurait pas été le bon. Rien n'est moins sûr, en effet, si l'on en croit les dernières rumeurs, Apple utiliserait dans ses nouveaux iMac 17" un graveur fourni par Sony (et non Pioneer) qui a le mérite de supporter officiellement les formats DVD-R, -RW et +RW mais qui est volontairement bridé pour ne fonctionner qu'avec le standard choisi par Apple (HP ferait de même mais dans l'autre sens). De là à supposer que cette limitation n'est que logicielle et qu'il suffirait d'une simple mise à jour de Mac OS X pour que le SuperDrive adopte le format DVD+RW, il n'y a qu'un pas.


Si certaines décisions de la société de Cupertino peuvent paraîre étranges (on pense notamment à celle qui, il y a moins de 2 ans, lui avait fait rater magistralement le train des lecteurs Combo), l'adoption de l'un ou l'autre des formats comme standard ne devrait donc pas, au premier abord, lui poser de problème. En revanche, c'est l'utilisateur qui s'est jeté sur les premiers Mac équipés de SuperDrive qui fera les frais de cette décision. Peut-on pour autant vraiment rejeter la faute sur Apple d'avoir voulu une fois de plus faire figure de précurseur ?

Tags

CONNEXION UTILISATEUR