Plongée dans l'iPhone underground

Anthony Nelzin-Santos |
Tout a commencé il y a plus de deux ans, pendant les vacances de George Hotz, 17 ans, qui n'avait qu'une seule ambition : faire fonctionner son iPhone sur un autre réseau qu'AT&T. Armé d'un fer à souder et d'une pince, il réussit ; à bidouiller l'iPhone, et poste une vidéo expliquant la méthode le 21 août 2007 (lire : Débloquer l'iPhone en 10 étapes). Trois jours plus tard, la chaîne de télévision américaine CNBC l'invite pour qu'il fasse la démonstration de sa manipulation.

Il devient très vite une célébrité de l'Internet, sous son pseudo Geohot. Alors qu'eBay ne voulait pas qu'il revende son iPhone sur la plateforme de vente aux enchères, c'est finalement Terry Daidone, le co-fondateur de CertiCell, qui s'en porta acquéreur — contre une Nissan 350Z de 38.000 $ et trois iPhone 8 Go, un par collaborateur ayant aidé Geohot dans son entreprise. Entreprise facile, selon lui : « cela a pris 500 heures [NdA : soit 8 heures par jour depuis la sortie de l'iPhone], mais en repensant à certaines choses que j'ai pu faire depuis, le premier iPhone était facile ».

La brèche ouverte par Geohot, qui nécessitait d'ouvrir son iPhone, fut bientôt complétée par une solution entièrement logicielle. À chaque faille découverte par des équipes de hackers parfois concurrentes, Apple a sorti un correctif, aussitôt craqué. Voilà qui a lancé le jeu « du chat et de la souris », selon les mots de Steve Jobs en septembre 2007. L'enjeu était en effet majeur : à l'époque, l'iPhone était vendu en exclusivité avec un opérateur par pays, qui reversait à Apple 30 % de la somme totale des forfaits.

Un jeu qu'Apple a bien failli gagner il y a quelques semaines de cela, avec la sortie de l'iPhone OS 3.1. Il a fallu là encore qu'un entrepreneur s'en mêle, promettant 10.000 $ à qui réussirait à désimlocker à nouveau l'iPhone, pour que Geohot, qui gagne maintenant sa vie à hacker des périphériques, s'y colle, sortant par là de sa « retraite » (lire : Jailbreak : un défi à 10.000 $). Vingt-quatre heures plus tard, il avait réussi, refusant même le prix, venant il est vrai de quelqu'un qui avait pour habitude de récupérer les travaux bénévoles des hackers et de les revendre. Aujourd'hui, désimlocker un iPhone ne prend qu'une poignée de minutes avec Blackra1n.

Le désimlockage de l'iPhone n'est certainement que la partie visible de l'iceberg représenté par la communauté « underground » de l'iPhone : le jailbreak en est la partie immergée. Alors que Geohot s'est surtout intéressé au désimlockage, d'autres communautés, notamment la dev-team, se sont intéressées au débridage du logiciel interne de l'iPhone, pour outrepasser ses limitations : absence de copier-coller dans les premières versions, accès rapide aux connexions WiFi et réseau, et à un moment où la doctrine officielle d'Apple était de ne supporter que les Web-apps, développement d'applications résidentes.

On comprend dès lors que le jeu du chat et de la souris se soit déplacé sur le terrain du jailbreak pur et dur lors de l'ouverture de l'App Store, la boutique en ligne d'applications pour iPhone OS, qui compte désormais 100.000 applications. Comme du temps où Apple percevait une dîme sur les forfaits, la firme de Cupertino perçoit 30 % du chiffre d'affaires des applications payantes au titre des frais de fonctionnement plus, certainement, une petite marge. Il s'agit désormais moins de permettre d'accéder à des applications qu'à de nouvelles fonctions, comme le fonctionnement en tâche de fond, un mode Exposé, ou l'activation du mode vidéo sur les iPhone EDGE et 3G, sans oublier la possibilité de personnaliser son téléphone par le biais de thèmes, domaine qu'Apple a complètement délaissé alors qu'elle aurait peut-être une carte à y jouer avec son App Store.



Le jailbreak, qui touche en France entre 8 et 10 % des appareils sous iPhone OS, a mis en place une économie parallèle, avec des boutiques d'applications officieuses, parfois alimentées par les applications rejetées par Apple, et qui perçoivent elles aussi 30 % du chiffre d'affaires généré — un mimétisme qui a fait naître une rumeur un peu folle, expliquant que le jailbreak serait financé et mis en œuvre par la firme de Cupertino comme un moyen de tester le marché avant de proposer de nouvelles fonctions. Le Cydia Store, par exemple, semble remporter un franc succès : Kim Streich, le développeur de 3G Unrestrictor, a ainsi gagné 19.000 $ en deux semaines de commercialisation de son application sur la boutique alternative.

La communauté jailbreak a aussi permis la libre circulation des applications proposées sur l'App Store de manière tout à fait illégale et gratuite. L'excuse qui revient le plus souvent explique qu'il s'agit là de tester les applications, Apple ne proposant pas, du moins jusque récemment avec l'extension des achats in-app aux applications gratuites, la possibilité d'offrir des versions de démonstration convertibles en applications complètes. Avec la promesse pieuse d'un achat ultérieur, si l'application venait à plaire à l'utilisateur. Une promesse que plusieurs études démontent : si certaines applications connaissent des taux de piratage de près de 95 % (lire : Le piratage, la plaie de l'App Store ?), le taux de conversion en achat dépasse rarement le pour cent, alors même que beaucoup d'applications sur l'App Store maintiennent un prix plancher. Si les développeurs en sont les premières victimes, ils ont su déployer des astuces pour contrer ce piratage (alertes, fonctions en moins, etc.), et il semble que le jeu en vaille la chandelle.

Même si Apple ne cesse de réparer les fuites à chaque mise à jour de son logiciel interne, de nouvelles sont trouvées par une communauté active, mais morcelée. Geohot tient d'ailleurs à ce qu'Apple continue à se battre et à fermer son iPhone, révélant son tempérament de hacker au sens premier du terme : « personnellement, j'aime qu'Apple laisse l'iPhone fermé […] [le jailbreak] est un hobby ; ce ne serait pas drôle qu'Apple libère son iPhone. ». Il ne pense pas qu'un expert en sécurité puisse le surpasser, estimant ne pas se forcer pour le moment — et annonçant avoir déjà repéré de nouvelles failles qui pourraient être exploitées à la sortie de l'iPhone 4G. De quoi promettre un bel avenir au jailbreak, même si son périmètre et ses justifications se restreignent à chaque avancée d'Apple, qui semble écouter avec attention les demandes de ses utilisateurs sur le front de son téléphone — sans même parler de la légalité, ou plutôt de l'illégalité, de la chose.

Le désimlockage, lui, paraît avoir moins d'avenir, alors qu'il cristallise toujours autant de passions. Jersey Bama, par exemple est « convaincu que Steve Jobs est deux personnes à la fois : la première est un génie, l'autre est un idiot. Si l'iPhone n'était pas bloqué avec AT&T, presque tout le monde utiliserait un iPhone aujourd'hui ». La situation française lui donne raison : alors que l'iPhone est désormais disponible avec les trois opérateurs majeurs, il s'arroge, selon Gene Munster, 40 % des parts sur le marché des smartphones dans l'hexagone, contre 15 à 20 % ailleurs (lire : iPhone : la France prise en exemple ?). Il n'est pas sûr qu'Apple ait vu d'un mauvais œil la décision de justice l'ayant obligé à rompre l'exclusivité avec Orange : la France est le pays où l'iPhone est le plus populaire en Europe, le téléphone d'Apple se vendant à plus de 200.000 exemplaires par mois (lire : 635 000 iPhone vendus en France au dernier trimestre).

D'autres pays rejoignent le schéma multi-opérateurs, l'Angleterre, le Canada… ; mais aux États-Unis, Apple et AT&T sont engagés jusqu'en 2010. Il est néanmoins de plus en plus certain que ce qui fait pester beaucoup d'utilisateurs américains ne voulant pas forcément changer d'opérateur ne sera bientôt plus un obstacle, et qu'Apple ne renouvellera pas l'exclusivité avec AT&T, qui n'est pas réputée pour l'excellence de son réseau. Ce n'est pas tout à fait un hasard si la rumeur annonce un iPhone 4G chez Verizon, le grand adversaire d'AT&T.

Nouveau téléphone, nouveau firmware, nouveau modèle, nouveaux records de vente pour Apple, et nouveau défi pour la communauté « underground » ?

Sur le même sujet :
- iPhone : Les pistes d'Apple pour booster les ventes

avatar rocococo | 
@ Un Vrai Type : Je n'ai jamais dit que j'étais le seul type qui ne volait pas ses applications. Je disais que tous ne le faisait pas nécessairement et je me donnais comme exemple. Faut essayer de bien lire parfois.
avatar Un Vrai Type | 
@ hillson : Quand on ne sait pas de quoi on parle... Il y a bien vol et non respect de licence commerciale quand tu télécharges illégalement une application. La contrefaçon s'applique aux OEUVRES dans le code de la PROPRIETE INTELLECTUELLE. Si le logiciel est aussi une oeuvre, c'est d'abord un produit commercial. Mais tu préfères être pirate sans savoir ce qu'est un pirate informatique (ça n'a RIEN à voir avec le téléchargement). Il n'y a pas contrefaçon... Tu délires :D Enfin, que ce soi sous Windows, Apple, Adobe ou autre, ce que je dis RESTE VALABLE. Alors avale ton "veuve Apple" ou enfonce toi le (pour reste de ton niveau)
avatar terence91 | 
@ tous: Voler c'est mal, peu importe la justification! Mais Jailbreaker le mighty iphone pour le rendre plus agréable c'est très bien!! Et que dire de plus a part que ça inspire apple autant que ça nous fait plaisir, je vous rappelle juste comme ça que les grosses nouveautés de l'OS 3.0 viennent d'innovations issues du jailbreak (copié-collé/mms/internet tethering)! Alors avant de râler en disant que c'est mal de faire ça et qu'il faut attendre la sortie officielle regardez d'où vient cette nouveauté! Je pense (j'espère) qu'Apple va intégrer des outils venant du jailbreak dans un hypothétique OS 4.0 comme SBSettings, 5dock icons, Stack, winterboard! Et ça n'est en aucun cas du vol, juste une amélioration d'un prodiuit qui est déjà très bien a la base mais encore mieux avec^^ Ps: Et puis de toutes façon les gens qui sont contre le jailbreak c'est soit parce qu'ils sont contre le piratage d'applications (ce qui est justifié malgré tout ce qu'on peut dire) soit parce qu'ils sont des gros jaloux de mon super Iphone avec un super style qu'eux n'ont pas parce qu'ils savent pas le faire. Alors encore une fois: jailbreakez votre Iphone pour voir les possibilités que ça offre (a l'exclusion du piratage bien sûr) avant de l'ouvrir. Thank You and have a nice day!
avatar Un Vrai Type | 
@ terence91 : Sauf que le framework d'Apple devançait les fonctionnalités du Jailbreak. Il s'agit pour APple d'apporter des mises à jour STABLES et EPROUVEES. Enfin, tous les jailbreakfans que j'ai rencontré le font pour pirater un (ou plusieurs) logiciels. C'est un FAIT. D'un point de vue légal, le jailbreak est tout à fait autorisé en France (notre loi informatique est l'une des rares autorisant la modification d'un programme pour l'adapter à ses besoins propres) et je n'ai rien contre ça. Par contre la MAUVAISE FOI MANIFESTE des voleurs, c'est légèrement énervant, j'espère que tu en conviendras.
avatar Krynn | 
A: Bonjour Monsieur, je souhaite acheter cette voiture. Vous l'avez en Bleu claire. V: Non. A: Pas grave, je vais la peindre moi-même avec de la peinture faite pour. V: Désolé, mais vous ne pouvez pas faire ca. C'est la couleur officiel de la marque de voiture. Il est interdit de changer la couleur, c'est écrit dans le contrat! A: Ah bon, mais je peux au moins mettre un autoradio Samsung avec un chargeur 9CD? V: La voiture à la place et les prise pour le Samsung, mais vous ne pouvez pas non plus. Le constructeur a prévu un lecteur 1 CD. Vous n'avez pas besoin de plus. Et c'est aussi interdit de faire ca. Dans ce cas, nous ne pourrons pas faire votre prochain service. Vous ne trouveriez pas cette conversation débile? Perso, moi je trouve ca stupide et hors du temps! Après pour ce qui est des applications pirates, Ca existe depuis les débuts de l'informatique. Jobs a commencé grâce à ca [url=http://en.wikipedia.org/wiki/Blue_box_%28phreaking%29]. Je ne vois pas pourquoi on fait un tel foin avec le Jailbreak. Il permet de faire ce que TOUS les ordis (et une partie des tel) permettent de faire depuis toujours (personnaliser, pirater, découvrir, ...)
avatar hillson | 
Non mais toujours hein : télécharger un logiciel piraté, c'est pas du vol. definition : France : définitions de la contrefaçon Juridiquement, la contrefaçon se définit comme la reproduction, l'imitation ou l'utilisation totale ou partielle d'une marque, d'un dessin, d'un modèle, d'un brevet, d'un logiciel, d'un droit d'auteur, ou d'une obtention végétale sans l'autorisation de son titulaire. On parle également de contrefaçon en cas d'usurpation d'une appellation d'origine (qui ne fait pas l'objet de droits exclusifs détenus par des titulaires, mais qui a été mise en place par décret). Donc pas vol. C'est assez clair comme ça ? J'avais donc raison, et toi tort. tu es tout petit.
avatar terence91 | 
@Un Vrai Type: Oui tout a fait, les voleurs de logiciels qui râlent quand on leur dit que c'est pas bien c'est assez énervant. Pour ce qui est du piratage justement, tous ceux que je connais qui ont JB leur iphone l'ont fait pour le côté pratique de la chose à l'exception d'une personne que je connais qui utilise ça pour prendre un tas d'applis craqués, mais malgré ça il va acheter celles qui lui font vraiment plaisir, les autres poubelle. Donc un majorité pirate oui c'est un fait, mais on est pas tous dans le même panier. En ce qui concerne les mises a jour stables et éprouvés, j'ai jamais eu de souci avec mon jailbreak, au contraire même...ça marche bien pour moi.
avatar Nesus | 
le jailbreak n'est illégal dans aucun pays. C'est bien pour ça qu'Aplle a déposé un recours en justice pour que cela le devienne. Mais bon pas envi de me battre sur ce sujet. Que l'autruche garde la tete dans le sable, "je laisserai le vent baigner ma tête nue, je ne parlerai pas je ne penserai à rien... A.Raimbaud"
avatar Un Vrai Type | 
@ Nesus : La rétro-ingénierie est considérée comme du piratage (pour le coup, le mot est justement choisi) dans la plupart des pays. Enfin, je le redis : Je n'ai rien contre le Jailbreak. Mais si ils avaient ne serait-ce que 2 onces d'honnêteté, ils empêcheraient le vol d'applications. Leur 1er argument, l'argument que l'on trouve dans les forums, l'argument donné par ceux qui l'utilisent, c'est bien : "T'es trop con de dépenser 69€ pour un logiciel GPS alors qu'on peut l'avoir gratuitement". @ terence91 : Il y a pourtant des soucis avec le multitâche et la gestion des ressources limitées (mémoire) par exemple. Je voulais surtout appuyer sur le fait qu'Apple ne peut pas faire comme free.fr avec la freebox : Proposer un produit où il faut être un peu geek pour pouvoir l'utiliser pleinement. Que les geek jouent avec un jailbreak ne me pose pas de soucis.
avatar Psylo | 
Non, la gestion du multitache est excellente. Rappelons quand même qu'elle fonctionne par defaut lors d'une utilisation normale (genre telephone, mail, ipod, safari....) quand à la gestion des ressources, c'est comme tous les OS, si on les sature, ça rame. Rien d'anormale.
avatar hillson | 
@un vrai type : tu persistes et signes dans ta démagogie en parlant de vol... Devant tant d'aveuglement, il devient difficile de débattre. Puisqu'ici, ce n'est pas une question de débat, c'est un fait.
avatar divoli | 
@ hillson; La contrefaçon est une forme de vol, le piratage est une forme de vol. Je ne sais pas si l'on peut traiter Un Vrai Type de "démago", mais toi tu fais assurément preuve d'une grosse couche de mauvaise foi.
avatar Psylo | 
Si tu rentres chez la boulangère et que tu lui prends une baguette sans payer, elle en aura une de moins à vendre. C'est du vol (la soustraction frauduleuse d'un bien d'autrui,). Si tu achètes une baguette, tu la donnes à Jésus, il la multiplie pour la donner à des milliers de gens. La boulangère n'aura pas de baguette en moins. Elle ne s'en sera faite voler aucune. A aucun moment il n'y a eu vol. en revanche c'est de la contrefaçon (reproduire ou d'imiter quelque chose sans en avoir le droit). Télécharger un divx, un mp3 ou une appli n'est donc pas du vol, par contre on en a crucifié pour moins que ça.
avatar hillson | 
Une forme de vol, non, une fois de plus, pour les raisons que j'ai déjà évoquées au fil de mes posts. C'est pourtant pas subtil comme différence : dans le vol, il y a destruction de valeur. pas dans la contrefaçon. A un moment, on peut débattre de toutes les positions, discuter et tout, mais il faut appeler les choses par leur nom et ne pas suggérer qu'elles sont autre chose que ce qu'elles sont. Parce que ça fausse les bases du débat. Chaque point de vue se défend et a le droit de s'exprimer, mais on n'est pas sur TF1, on n'est pas obligé de mentir pour donner du poids à son argumentaire. En l'occurence, je suis contre la riposte graduée, pour le JB, mais je m'en fous, je suis pas concerné par Hadopi. Et mon budget étant limité, je claque quand même tout ce que je peux en industrie culturelle (films, spectacles, albums, jeux vidéo, ...)
avatar Iron Bull | 
@hillson On s'en fou de ton dictionnaire! Au final, sa revient a posséder quelque chose sans en avoir le droit.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR