Fermer le menu
 

Test du MacBook 12" 2017 Core i5 à 1,3 GHz

Florian Innocente | | 10:15 |  151

Le MacBook, l'ultra-léger d'Apple, en est à sa troisième version avec cette révision de gamme survenue début juin. Une évolution plus qu'une véritable transformation pour ce portable pas beaucoup plus encombrant qu'un iPad que l'on aurait équipé d'un clavier.

Né au printemps 2015, le MacBook est encore jeune, il est par conséquent trop tôt pour s'attendre à une refonte. Surtout qu'il n'y a plus grand-chose à enlever tant la machine est fine, compacte et réduite au minimum vital dans sa connectique ! Justement, avec le renouvellement concomitant des MacBook Pro et le maintien du MacBook Air au catalogue, la question se pose du positionnement de ce MacBook entre ces deux autres familles. On y reviendra plus loin.

MacBook dessus, MacBook Air 13" dessous Cliquer pour agrandir

À l'extérieur

À l'exception d'un symbole sur la touche Control, rien ne distingue visuellement cette série des précédentes (l'an dernier le coloris or rose avait rejoint l'or, l'argent et le gris sidéral). Ceux qui se plaignaient de la présence d'un seul et unique connecteur USB-C n'ont pas été écoutés. Pas plus que ceux qui regrettaient l'absence de compatibilité Thunderbolt 3 de cette prise.

On peut avancer que la clientèle type du MacBook n'a cure du Thunderbolt 3. Cependant rien n'empêchait Apple d'en munir sa machine et de généraliser ainsi cet équipement à tous ses Mac récents… sauf à retirer un argument aux gammes plus onéreuses. Un Dell XPS 13 vendu 1400 € a ainsi du Thunderbolt 3 mais pas le MacBook vendu 100 € de plus.

Intel a déclaré vouloir faciliter prochainement la vie des fabricants en rendant le Thunderbolt 3 plus accessible financièrement et mieux intégré sur les cartes-mères. Cela profitera peut-être aux prochains MacBook où l'espace est compté. Autres oubliés, les amateurs du MagSafe. Ayant été abandonné sur les récents MacBook Pro il faut en faire son deuil une fois pour toutes.

Avec une seule prise USB-C (en plus de la sortie audio mini-jack), le recours aux adapteurs reste de mise si l'on dépend de périphériques. Depuis deux ans le marché de l'USB-C s'est heureusement réveillé. Reste qu'une deuxième prise simplifierait la vie lorsqu'on veut recharger son Mac et y brancher un périphérique sans le secours d'un hub. Une autre option existe, lorsqu'on mélange usages mobile et sédentaire, c'est d'utiliser un écran comme l'UltraFine 4K de LG. On aura le confort d'un écran plus grand qui assurera en même temps la recharge du portable et proposera un hub de trois ports USB-C. Pour les autres écrans moins récents il faut prévoir l'adaptateur multiport AV numérique USB-C à 79 € ou un produit similaire d'une autre marque.

Seule concession faite aux critiques de la première heure : le changement du clavier. Le MacBook en avait inauguré un avec une course des touches super courte, trop courte pour certains qui jugeaient la frappe dure et inconfortable pour les doigts. Les MacBook Pro de la fin 2016 l'ont repris mais amélioré. N'ayant pas une longue pratique des MacBook je me garderai d'une appréciation trop définitive mais en alternant entre les deux versions on peut effectivement trouver le nouveau clavier moins ferme, comme si les touches avaient gagné un peu de moelleux.

Cliquer pour agrandir

En revanche il n’a pas perdu en sonorité. Si vous tapez dans un lieu même modérément bruyant, les gens autour vous entendront très bien. Pire, le bruit des touches donne une sorte de "plic ploc" disgracieux.

Les autres impressions ne varient pas. L'écran du MacBook n'est pas P3 ni aussi lumineux que celui des MacBook Pro 2017 (300 nits contre 500 nits maintenant), mais il ne déçoit aucunement et ces améliorations présentes ailleurs ne manquent pas ici. On aimerait juste qu'il perde en bordures pour s'alléger visuellement. Le poids est juste en dessous du kilogramme (920 grammes), le trackpad Force Touch est précis et de belle taille, en 2017 la webcam reste scotchée en 480p (peut-être que peu de monde s'en sert après tout) et la finition générale demeure impeccable.

Cliquer pour agrandir

À l'intérieur

C'est dans la machine qu'il faut chercher les améliorations. Comme ses grands-frères "Pro", le MacBook 2017 adopte la 7e génération des processeurs Core d'Intel, les Kaby Lake. Concrètement cela se traduit par des performances ainsi qu'une autonomie en hausse. Ce n'est pas faramineux mais la progression depuis 2015 est constante et bienvenue sur cette gamme qui manquait de punch à sa sortie.

Ces bienfaits, soutenus par la vitesse accrue du SSD, donnent un portable qui n'est certes pas au niveau d'un MacBook Pro 13", mais qui suffit à tous ceux qui ont un usage assez varié de leur machine.

MacBook et MacBook Air 13" Cliquer pour agrandir

Un point mérite d'être signalé quant à la fiche technique de ces ultra-légers en 2017. Les Core i5 Kaby Lake des MacBook Pro ne sont pas ceux des MacBook. Les premiers sont de la série U, les seconds de la série Y : c'est un Core i5-7Y54 dans celui testé ici et un Core i5-7360U dans le MacBook Pro 13" que nous avons testé. Précédemment, ces processeurs en Y étaient baptisés Core m, un label d'Intel pour les portables ultra-légers, gage de très faible consommation et d'absence de ventilateur, mais aussi de performances en retrait.

Cette désignation subsiste dans les MacBook avec l'entrée de gamme dotée d'un Core m3 tandis que les m5 et m7 sont devenus des i5 et i7. Les "m" avaient mauvaise presse, en transformant la citrouille en carrosse, Intel veut les rendre plus attractifs et simplifie ses intitulés. Il y a dans cela du marketing, cependant il faut reconnaître que ces Core m ont fait des progrès. On a commencé à le voir avec la deuxième génération de MacBook qui se hissait au niveau de l'increvable MacBook Air et l'essai est transformé aujourd'hui.

Prix et options

Des deux MacBook de base au catalogue nous avons acheté le haut de gamme sans options vendu 1 799 €. Il dispose d'un Core i5 à 1,3 GHz (Turbo Boost à 3,2 GHz), de 8 Go de RAM et de 512 Go de SSD. La puce graphique intégrée est une Intel HD Graphics 615. Pour 300 € de moins (1 499 €), on descend sur un m3 à 1,2 GHz/3 GHz et 256 Go de stockage. Le reste est identique entre les deux modèles.

Par rapport à l'année dernière, le modèle d'entrée de gamme est 50 € plus cher et il y a une option supplémentaire. On pouvait déjà choisir un autre processeur (Core i7 à 1,4 GHz/3,6 GHz pour 180 €), on peut maintenant aussi porter la RAM à 16 Go pour 240 €. Ce n'est possible qu'à la commande, après il sera trop tard. Disons toutefois qu'une petite machine comme celle-ci peut vivre sa vie avec 8 Go, ce n'est pas une station de travail pour Photoshop.

6.5
10
MacBook 12" 2017 Core i5 1,3 GHz

  • Plus rapide

  • Meilleure autonomie

  • Clavier un peu plus confortable

  • Très bon écran

  • Qualité de fabrication et légèreté


  • Prix encore élevé

  • Un seul port USB-C

  • Pas de Thunderbolt 3

  • Clavier bruyant

  • Performances graphiques médiocres (pour le jeu)


Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


151 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar pocketalex lun, 26/06/2017 - 16:36

@Chanteloux

Le Thunderbolt est un protocole d'échange de data professionnel pensé pour les stations de travail notamment dans l'audiovisuel, avec des caractéristique Pro qui en font un système cher, mais fiable et stable (ce que n'est pas l'USB) et haut débit

Bref, c'est la prise idéale pour un Mac Pro (et il en est gavé), un iMac ou un macbook Pro, à la rigueur un mac mini ou un macbook air, mais le Macbook, un ultraportable ...

T'as pas moyen de passer par le réseau ? Histoire de profiter d'un monde sans fil ?

Pages