Test de l'iMac Retina 5K 2017 (Core i5 3,8 GHz)

Anthony Nelzin-Santos |

Ça y est, c'est décidé, vous allez acheter un nouvel iMac gonflé à bloc. Comme d'autres, vous salivez sur votre clavier à la lecture de la fiche technique de l'iMac Pro, mais il ne sera pas disponible avant le mois de décembre de cette année, c'est-à-dire pas avant le mois de mars de l'année prochaine. Et puis il coûtera le prix d'une voiture d'occasion : non, ce ne serait pas raisonnable.

Heureusement pour vous, Apple propose déjà un nouvel « iMac le plus puissant jamais conçu », l'iMac Retina 5K à processeur Intel Core i5-7600K et carte graphique AMD Radeon Pro 580. Mieux : il ne coûte « que » 2 599 €, à peine plus d'un demi-iMac Pro, autant dire une paille ! La machine qu'il vous faut ? La réponse dans notre test.

L'imac Retina 5K est livré avec un Magic Keyboard compact et une Magic Mouse 2. Ajoutez 30 € pour le Magic Keyboard avec pavé numérique, 60 € pour recevoir un Magic Trackpad plutôt que la souris, ou 149 € pour recevoir trackpad et souris.
L'imac Retina 5K est livré avec un Magic Keyboard compact et une Magic Mouse 2. Ajoutez 30 € pour le Magic Keyboard avec pavé numérique, 60 € pour recevoir un Magic Trackpad plutôt que la souris, ou 149 € pour recevoir trackpad et souris.

Un iMac est un iMac

Avant de parler de performances, il faut rappeler quelques évidences : cet iMac, aussi puissant soit-il, reste un iMac. Un iMac, c'est un ordinateur tout-en-un d'une finesse aussi vaine qu'impressionnante. Un iMac, c'est une pièce de design sous laquelle on doit caler de vieux bouquins pour ne pas souffrir des cervicales(*). Un iMac, c'est un ordinateur qui fait un bon jukebox grâce à ses haut-parleurs intégrés convaincants, mais une piètre cabine photographique à cause de sa webcam tout juste passable.

Mais un iMac, c'est d'abord et avant tout un écran. Et quel écran ! L'écran Retina 5K dominait le marché en 2014, et le domine encore aujourd'hui — il faut dire que ses rares concurrents ne sont plus disponibles. Pourquoi, alors, encore l'améliorer ? Parce que l'écran fait l'iMac : avant l'écran Retina, il y a eu le tube cathodique de l'iMac G3, la dalle plate de l'iMac G4, puis les « grands » écrans 24 et 27 pouces des iMac Intel.

Après s'être intéressée à la définition (5 120 x 2 800 px), puis à la colorimétrie (étalonnage à l'usine, codage des couleurs sur 10 bits), Apple s'est penchée cette année sur la luminosité. Comme celui de l'écran 5K Ultrafine de LG, le rétroéclairage de l'iMac Retina 5K atteint désormais 500 cd/m². Or le rétroéclairage des anciens modèles semblait « fuir » dans les coins, au point de faire virer la couleur d'un fond gris uniforme sur une zone de quelques dizaines de pixels carrés.

Qu'en est-il aujourd'hui ? Sonde à la main, ce qui était un petit défaut du modèle fin 2015 apparait comme un minuscule défaut du modèle mi-2017. Sans sonde ni loupe, hors des applications de mesure, il est impossible de le repérer. Par ailleurs, nos mesures réalisées à 250 cd/m² confirment la parfaite prise en charge de l'espace colorimétrique DCI-P3 et la profondeur des noirs, qui ne dépassent pas 0,3 cd/m².

L'iMac reste impressionnant de finesse.
L'iMac reste impressionnant de finesse.

Bref, l'écran Retina 5K de 2017 est encore meilleur que l'écran Retina 5K de 2015, qui était déjà le meilleur écran jamais utilisé par Apple et l'un des tous meilleurs écrans « grand public » du marché. Ne reste qu'à réduire les bordures qui l'entourent, mais cela demandera sans doute de revoir la conception du châssis de la machine, une perspective que la présentation de l'iMac Pro repousse aux calendes grecques.

Mais cet iMac est un iMac puissant

Si vous pouviez facilement démonter cet écran, vous pourriez voir l'alimentation et la carte-mère de l'iMac, encadrées des hauts-parleurs et surmontées d'un disque dur et… d'espace vide. Une carte-mère qui comporte cette année des processeurs Intel Core i5 de septième génération, autrement connue sous le nom de « Kaby Lake », et des cartes graphiques AMD de la série Radeon Pro 5XX.

Vous connaissez la musique : le processeur Intel Core i5-7600K de cette année, doté de quatre cœurs cadencés à 3,8 GHz et d'un Turbo Boost à 4,2 GHz, est un peu plus rapide que le processeur Intel Core i5-6600K d'il y a deux ans, doté de quatre cœurs cadencés à 3,3 GHz et d'un Turbo Boost à 3,9 GHz. Intel ne nous a pas habitué à des grands bonds, mais à force de petits sauts, un Core i5 à 3,8 GHz s'acquitte aujourd'hui des tâches ne demandant qu'un seul cœur aussi rapidement qu'un Core i7 à 4 GHz il y a trois ans.

C'est toujours 240 € d'économisé, le prix de l'option Core i7-7700, un processeur doté de quatre cœurs cadencés à 3,6 GHz, qui fonctionnent comme huit cœurs logiques grâce à la fonction Hyper-threading. Résultat : un gain de performances de 12 % à 100 % selon les usages, pour un surcoût de 9 % seulement, cela peut valoir le… coût si vous utilisez régulièrement des applications capable de tirer parti d'un grand nombre de cœurs comme Final Cut Pro ou Logic.

Les machines utilisées dans les comparaisons suivantes. Cliquer pour agrandir
Nos traditionnels tests applicatifs. L'iMac Retina 5K haut de gamme arrive en tête du classement des machines de série, mais cède le pas face aux machines dotées de l'option Core i7. Remarquez l'écart entre l'iMac que nous testons aujourd'hui et les MacBook Pro d'un prix similaire. Cliquer pour agrandir
Le test synthétique Geekbench, qui donne logiquement les mêmes conclusions.Cliquer pour agrandir

Reste que le processeur Intel Core i5 ne démérite pas : il a passé tous les obstacles de nos tests avec une facilité déconcertante. Si l'on a senti une limite, c'est plutôt du côté de la mémoire. La dotation de série, 8 Go en deux barrettes de 4 Go, suffit largement à la plupart des usages, mais pas à des usages très exigeants comme notre test dans Logic. Or le Fusion Drive a beau être rapide, l'usage de la mémoire virtuelle se fait sentir dans ce cas il est vrai très particulier.

Un Fusion Drive de 2 To, d'ailleurs, et non plus seulement d'un téraoctet. Un petit geste de la part d'Apple qui ne nous empêchera pas de faire la fine bouche : alors qu'un disque 3 To ne vaut que 20 € de plus qu'un disque de 2 To, et que cette machine vaut déjà 2 599 €, l'option 3 To coûte 120 €. Le Fusion Drive reste cher — il faut dire qu'Apple utilise des SSD NVMe de premier choix, qui frôlent maintenant 3 Go/s en lecture, pour un confort d'utilisation encore accru.

Le Fusion Drive de 2 To (un disque de 2 To et un SSD NVMe de 128 Go fourni par Samsung) frôle 3 Go/s en lecture, et dépasse 700 Mo/s en écriture.
Le Fusion Drive de 2 To (un disque de 2 To et un SSD NVMe de 128 Go fourni par Samsung) frôle 3 Go/s en lecture, et dépasse 700 Mo/s en écriture.

Mais revenons à la RAM. L'iMac Retina 5K accepte désormais 64 Go en quatre barrettes de 16 Go, une dotation qui vous coûtera 1 680 € chez Apple… ou 500 et quelques euros ailleurs. Rien ne vous empêche d'étaler la dépense, en gardant les barrettes de 4 Go d'origine, puisque la RAM est encore accessible sur ce modèle, par le biais d'une trappe sous le pied. (Ce qui n'est le cas ni sur l'iMac 21,5 pouces, ni sur le futur iMac Pro.)

Derrière le pied, la trappe permettant d'accéder à la RAM. On ne peut y accéder sans débrancher la machine : le bouton permettant de la déverrouiller se cache derrière le cordon d'alimentation. Une mesure de sécurité qui n'en a pas l'air.
Derrière le pied, la trappe permettant d'accéder à la RAM. On ne peut y accéder sans débrancher la machine : le bouton permettant de la déverouiller se cache derrière le cordon d'alimentation. Une mesure de sécurité qui n'en a pas l'air.

Une « vraie » carte graphique ! Dans un Mac !

Si le processeur fait un petit bond, la carte graphique fait un grand saut. Bien décidée à investir le marché de la création de contenus en réalité virtuelle, Apple ne lésine plus sur les graphismes de l'iMac. Ces bonnes intentions feront-elles une véritable politique ? L'avenir le dira. Aujourd'hui, force est de constater que la puce AMD Radeon Pro 580 à 8 Go de VRAM GDDR5 est aussi puissante qu'une carte AMD Radeon RX 580… car elles possèdent peu ou prou les mêmes composants.

Le test synthétique Cinebench montre que les progrès réalisés en matière graphique sont plus importants cette année qu'à l'habitude.
Le test synthétique Cinebench montre que les progrès réalisés en matière graphique sont plus importants cette année qu'à l'habitude.

Autrement dit, la carte graphique de l'iMac Retina 5K haut de gamme offre un niveau de performances à mi-chemin entre la Nvidia GTX 1060 et la Nvidia GTX 1070, le genre de composants qui motivent la création d'un Hackintosh. Cela veut dire que l'on peut jouer tout à fait confortablement sur cette machine en poussant les options graphiques à fond : on atteint sans peine 60 i/s en définition native 1440p dans un jeu « ancien » comme Tomb Raider, et 50 i/s en 1080p dans un titre plus récent comme F1 2016.

La possibilité de jouer en définition native plutôt qu'en 1080p, et la présence d'éventuels ralentissements obligeant à baisser les options graphiques, dépendent totalement des exigences du jeu et de la manière dont il a été codé. Tomb Raider, F1 2016, Batman: Arkham City (GOTY), Warhammer 40000: Dawn of War III… nos titres de référence ont tous été portés sur Mac par Feral. Les performances ne varient pas énormément d'un titre à l'autre, et l'ensemble donne une idée du niveau moyen de prestations, ici très satisfaisant.

Il faut installer ARK: Survival Evolved pour mettre à genoux la Radeon Pro 580, qui arrive à peine à afficher les menus de ce jeu réputé pour son terrible manque d'optimisation. À l'inverse, il faut installer The Witness pour voir ce dont elle est capable : ce jeu de casse-tête en monde ouvert exploite Metal, l'API graphique d'Apple, et peut donc extraire toute la substantifique moelle de la carte AMD.

Le test synthétique Valley Benchmark, qui se rapproche du comportement d'un jeu, montre à quel point les progrès sont importants.
Le test synthétique Valley Benchmark, qui se rapproche du comportement d'un jeu, montre à quel point les progrès sont importants.

On retrouve cette dichotomie dans les applications professionnelles : l'iMac Retina 5K atteint un niveau de performances autrefois réservé au Mac Pro… mais bien inférieur à celui d'un PC équivalent lors de l'utilisation d'applications multiplateforme et/ou open source comme LuxRender. Il faut espérer que l'effort envers le monde de la production de contenus en réalité virtuelle soit récompensé par une adoption plus franche de Metal — ou les cartes graphiques désormais puissantes des iMac seront sous-exploitées, par une ironie assez cruelle.

Avec ce nouveau processeur et cette nouvelle carte graphique viennent deux ports Thunderbolt 3 au format USB-C, qui remplacent les deux ports Thunderbolt 2 aux côtés des quatre ports USB 3.1 au format USB-A. Ces deux ports vous permettront bien sûr de transférer des données très rapidement et d'utiliser tout un tas d'adaptateurs et de docks, mais aussi de brancher deux écrans 4K ou un écran 5K compatible.

Les ports de l'iMac Retina 5K mi-2017, de gauche à droite : entrée et sortie audio combinée, carte SDXC, quatre USB-A, deux Thunderbolt 3, un Ethernet Gigabit.
Les ports de l'iMac Retina 5K mi-2017, de gauche à droite : entrée et sortie audio combinée, carte SDXC, quatre USB-A, deux Thunderbolt 3, un Ethernet Gigabit.

Vous ne pourrez toutefois pas utiliser l'iMac lui-même comme « écran cible » : la norme Thunderbolt 3 intègre DisplayPort 1.2, qui prend en charge les écrans 4K à 60 Hz et les écrans 5K à deux dalles, et non pas DisplayPort 1.3, seule capable de prendre en charge les écrans 5K à dalle unique. Les ports Thunderbolt de l'iMac Retina 5K sont néanmoins capables de charger un MacBook Pro, maigre consolation.

Un iMac très cool

Avant de conclure, abordons un aspect de l'iMac Retina 5K souvent négligé, alors qu'il est crucial : la dissipation thermique. Avec une température ambiante de 28 degrés, ni le processeur ni la carte graphique n'ont montré le moindre signe de faiblesse, cette dernière ne dépassant jamais 78 degrés dans nos tests synthétiques. Mieux : la charge passée, les composants retrouvent rapidement une température « normale », preuve de l'efficacité du système de refroidissement de l'iMac.

Les ventilateurs soufflent, évidemment, mais il faut vraiment tendre l'oreille pour les distinguer parmi le bruit ambiant d'un bureau. La grande coque en aluminium n'est jamais chaude, sauf autour de l'extraction, cachée par le pied (et pour cause : elle est brûlante). Cette efficacité thermique fait écho à l'efficacité énergétique : l'iMac Retina 5K consomme 1,2 W en veille, environ 180 W à pleine charge avec le rétroéclairage de l'écran au maximum.

Les entrées d'air, tout le long du bord inférieur. L'air chaud est expulsé derrière le pied, près de la charnière.
Les entrées d'air, tout le long du bord inférieur. L'air chaud est expulsé derrière le pied, près de la charnière.

Une machine du même calibre consommait plus de 350 W en 2010, et frôlait les 200 W en 2014. Cela peut paraître un peu abstrait, mais l'ensemble participe au confort d'utilisation : on n'a pas l'impression de travailler face à un convecteur électrique, on ne doit pas mettre des bouchons d'oreille avant de lancer Photoshop, et on ne perd pas son calme face à la facture d'électricité. Le concept de l'iMac n'a jamais été grossier, mais il a atteint un degré de raffinement extrême, d'autant plus appréciable que la transition aux écrans Retina n'avait pas été tout à fait fluide.

Mais concluons donc. Cet iMac Retina 5K à processeur Intel Core i5-7600K et carte graphique AMD Radeon Pro 580 est bien l'iMac « le plus puissant jamais conçu », ou du moins l'iMac de série le plus puissant jamais conçu. Il n'est pas parfait : on peut toujours trouver à redire, sur le prix des options ou bien sur les déboires d'Intel, qui expliquent la sortie retardée de cette machine et les limites du Thunderbolt 3.

Mais il en faudra plus pour gâcher notre plaisir : l'écran Retina 5K ne cesse de s'améliorer alors qu'il était déjà excellent, les performances graphiques font un bond spectaculaire. Reste à exploiter cette puissance, avec des applications à la mesure de ces composants puissants… et prenant en charge des technologies comme Metal, ce qui n'est pas forcément le cas des outils multi-plateforme.

(*) Parce que son pied ne se règle pas en hauteur. Rappelons l'existence d'une version « avec kit de montage VESA intégrée », livrée sans le pied original mais vendue 50 € de plus. Si la chose vous intéresse, lisez notre aperçu de l'iMac fin 2012 avec kit de montage VESA intégré, toujours d'actualité.


2 599 €

Le choix de la rédaction

Les plus :

  • Superbe écran Retina 5K
  • … Mais progression plus franche des graphismes
  • Adoption des dernières technologies (Kaby Lake, Thunderbolt 3, DDR4)
  • Confort d'utilisation

Les moins :

  • Potentiel parfois sous-exploité…
  • Prix de certaines options (RAM, VESA)
Tags
avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Martin Neige : c'est bien un 128 Go.
avatar C1rc3@0rc | 

Attention avec le fusion drive: le petit sdd sert d'ante-memoire pour le disque a plateaux, histoire d'avoir une impression de vitesse et pas la calamité de l'iMac d'entree de gamme a disque a plateaux.

Pourquoi attention?
Parce que les lecture/ecriture sur ce SSD sont tres nombresuses et massives.
En theorie une lecture peut necessiter une ecriture et une lecture. C'est encore plus vrai pour l'ecriture. Ensuite les operations sur des petits fichiers sont accellerees, sur des gros fichiers elles peuvent etre raltenties: ça depend de la taille du SSD et de son taux d'occupation, il faut aussi compter que MacOS va se reserver une partie du SSD pour son usage ( pagination, mise en cache des ressources systeme, et tout ce qu'un Unix necessite).

Il faut se rappeler que MacOS utilise beaucoup de disque pour son usage (ça fait des annees que MacOS n'est plus optimisé pour les disques a plateau, la RAM est moins utilisé et le SSD l'est plus)

Donc un fusion-drive n'est pas aussi resistant, ni aussi performant qu'un vrai SSD. Et cela se degrade avec le temps.

Selon mon experience, il vaut mieux choisir un petit SSD (512 Go) et utiliser des disques externes dont les specificités varient selon les usages (un RAID Thunderbold pour travailler, un disque mecanique ou un NAS pour l'archivage et le backup, un ssd USB pour le partage des donnees)

avatar docdav | 

Dommage qu'il ne puisse servir d'écran externe. J'attendrais la prochaine version.

avatar Steph13 | 

Je crois que j'ai trouvé le mac qu'il me faut pour profiter du dernier dawn of war :-)

Plus sérieusement, je trouve que ces imac ont un rapport qualité/prix avantageux quand on les compare au reste des produits Apple, et notamment la gamme des macbook qui ont des prix délirants. Mais bon, il ne faut pas le crier trop fort, chez Apple ils sont encore capables de nous coller 200€ d'augmentation sans crier gare sous prétexte d'un rééquilibrage €/$ :-)

avatar pocketalex | 

@Steph13

Tu oublies, dans ton raisonnement, que le macbook est plus facile à utiliser dans un bar ou dans son canapé que l'iMac 27"

Aussi, avec ses 900 grammes, il rentre facilement dans un petit sac à main et s'y fait oublier, ce qui est plus compliqué avec l'iMac 27"

Bref tu m'as compris, c'est un ultra-portable, ultra-fin. C'est ça que tu achètes, et la finesse, ça vaut cher.
Ceci dit, je serait pas contre une baisse des prix hein :)

avatar r e m y | 

@pocketalex

Et il est d'autant plus facilement transportable dans ton sac, que ton portefeuille, lui, a été fortement allégé!

avatar pocketalex | 

il est à 1 499,00 € en entrée de gamme et à 1 169,00 € en refurb

dans les deux cas pour du Core m3 /8Go / 256 SSD / écran retina 2 304 x 1 440 pixels / 900 grammes

La surface Pro en m3 /4Go / 128 SSD est à 775€
Le Huawei MateBook M3 m3 /4Go / 128 SSD est à 899€
Le HP Elite x2 1012 G1 m3 /4Go / 128 SSD est à 1299€

Je trouve pas que le prix du Macbook, avec son excellent clavier, son excellent trackpad, son design, son écran retina (ceux que j'ai listé ne le sont pas tous) soit délirant. Il est cher, mais il y a plus cher, et moins cher mais moins doté

Après, si tu veux vraiment faire une affaire, il y a le Xiaomi Mi Notebook Air
m3 / 4Go / 128 SSD (PCIe M2 ??? à vérifier) / non retina mais ... à moins de 500€
Bon, faut le commander sur Gearbest et serrer les fesses, ensuite il faut passer Windows de chinois à français, et enfin s'accommoder d'un clavier Qwerty, mais le prix défie toute concurrence

avatar loupsolitaire97 | 

@pocketalex

Les machines que tu cite sont en plus en 4go au lieu de 8 et 128go au lieu de 256...

avatar C1rc3@0rc | 

Sinon, y a le Macbook Air, avec son vrai Core i5, sa batterie, son autonomie record, et qui est capable lui de vraiment fonctionner par 40º et dont le tarif est largement inferieur (et en plus on le trouve sur le refurbsous les 1000$ en 256Go)... plus puissant, plus fonctionnel pour moins cher.

Et y a aussi l'iPad 12", pour qui a usage d'un macbook retina (ultramobilite), qui a l'avantage lui aussi plus leger, plus autonome, plus puissant, de disposer de la 4G et d'etre aussi moins cher (la aussi refurb)

avatar LaurentR | 

Bonjour. Quelles utilisations de l'imac justifient l'investissement dans l'option SSD ? Est-ce que quelqu'un qui utilise Blender Marvelous Designer et Photoshop verra une grosse différence par rapport au Fusion Drive ?

avatar pocketalex | 

@LaurentR

Les utilisations sont vastes, dans le sens ou le SSD de 128Go sert de cache, il contient donc les données les plus fréquemment utilisées et toute données, à tout moment, qui n'est pas dans le cache est donc lue à la vitesse du disque dur, soit la vitesse d'un escargot

Après, je pense que cela concerne surtout les gens qui manipulent beaucoup de la data (montage vidéo, retouche photo, etc). Pour une utilisation "mainstream" ça devrait mieux le faire.

Concernant la 3D, je sais pas à quel point le disque influe sur les performances, je suis même pas sur qu'il influe.

avatar Chanteloux | 

@laurent
Je suis passé d'un IMAC avec DD 5400 à mon IMAC rétina 27' actuel et n'ai pas observé de façon évidente de différences importantes avec Lr.
La "haine: du DD me paraît bien artificielle.. .

avatar Rez2a | 

@Chanteloux

??
Pour être passé d'un iMac 27" avec DD à 7200 tr/min a un iMac 5K avec Fusion Drive, la différence entre les deux c'est le jour et la nuit, alors à plus forte raison quand on vient d'un DD 5400 tr/min.

Ça se remarque surtout sur le temps de démarrage, le système étant dans tous les cas sur le SSD.

Après, c'est possible que tu disposes d'un Fusion Drive de 1 TB récent où le SSD ne représente que 24 GB, contrairement aux anciens modèles où c'était 128.

Mais même dans ce cas, tu devrais remarquer que le démarrage et le temps de lancement de tous les logiciels systèmes sont beaucoup plus courts.

avatar Chanteloux | 

Le temps de lancement d'un logis, ce n'est pas mon critère... 15 sec ou 75 sec, je m'en fous. C'est l'usage qui est important.. .

avatar Rez2a | 

@Chanteloux

Ah ben effectivement, une fois que le fichier est en mémoire, je te confirme que ça n'a plus d'impact, peu importe que tu l'aies chargé depuis un SSD ou une disquette.

Mais si tu passes ta journée à ouvrir des fichiers, c'est dur de pas se rendre compte de l'avantage d'un SSD.

avatar pocketalex | 

Le démarrage de la machine est vraiment le critère le plus insignifiant du monde

A moins que vous ne redémarriez votre machine plus de 30 fois par jour ??? Moi, je la redémarre environ une fois par mois, des fois plus.

Le SSD n'est pas intéressant pour le temps de démarrage de la machine mais pour tout le reste : lancement des apps, ouverture des fichiers, gestion du swap (TRES IMPORTANT), et, quand on utilise un logiciel comme Photoshop, Première, After Effect et de nombreux autres, ces logiciels génèrent du cache et la vitesse d'accès à ce cache influe sur les performances d'utilisation. Inutile de préciser que quand le swap système ou le cache des applis est lu à 90/120Mo/sec (Disque Dur classique), ou quand il est lu à 500 Mo/s (SSD SATA3), ou quand il est lu à 2500Mo/s (SSD PCIe), la différence est ultra-mega-significative

avatar Florian Innocente | 

@Chanteloux

Eh ben pétard. J’ai passé il y a un an ou deux mon iMac 2011 Core i7 en 3,4 GHz et 12 Go de Ram en Fusion Drive moi-même, eh bien c’est le jour et la nuit.

C’était devenu chiant au possible de lenteur avec le DD. J’ai démonté ça doucement et je ne regrette pas, ça a prolongé sa durée de vie.

avatar en ballade | 

disque dur ? 5 400 tr/min et le design comment à dater. Les bords larges sont juste affreux.

avatar r e m y | 

@en ballade

Non sur le 27" le disque dur associé au SSD est un 7200 tr/mn

avatar pocketalex | 

c'est toute la différence entre une tortue et une tortue qui s'est avalée une canette de Red Bull

avatar Ios_What a joke | 

Une tortue qui va 33% plus vite qu'une autre tortue reste une tortue.

avatar pocketalex | 

@Ios_What a joke

Mais... je ne dis pas autre chose ☺️

avatar FREDOSOLO | 

Bonjour,

c'est mon premier message sur MACG bien que je vous lise depuis des années... et je vous apprécie beaucoup, c'est toujours très instructif...

Ma question est simple et précise (j'espère une réponse aussi précise) :

Si j'installe Windows 10 sur cet IMAC avec l'option Fusion Drive 3 To (c'est a dire sur une partition BOOTCAMP) Windows 10 tirera t'il parti des avantages du Fusion Drive en voyant le SSD 128 comme zone tampon ?
En gros, aurais-je les même caractéristiques lecture/écriture que sous OSX ???

Je pose la question car selon cet article https://support.apple.com/fr-fr/HT204990 assez ambigu Apple semble indiquer que seul le disque dur sera utilisé par windows 10...

Je cite Apple :
Windows 10 peut être installé sur un disque interne à votre Mac. L’assistant Boot Camp vous permet de créer sur ce disque une partition compatible avec Windows. Lorsque vous installez Windows sur un Mac équipé d’un disque Fusion Drive, la partition est créée sur la partie disque dur de ce dernier, et non sur le SSD. Microsoft BitLocker n’est pas compatible avec les volumes Boot Camp.

je vous remercie de votre attention et de vos réponses avisées...

A tous merci d'avance !

avatar r e m y | 

@FREDOSOLO

La partition BootCamp est créée sur le disque dur traditionnel et n'utilise donc absolument pas le SSD. Windows tournera donc sans tirer parti de la présence du SSD. (La formulation d'Apple que vous avez rappelée ne me semble absolument pas ambigüe !)

avatar MBAFan | 

@FREDOSOLO

Non, Windows utilisera seulement le disque dur.

avatar fte | 

@FREDOSOLO

Si tu effaces macOS complètement et dédie cette machine à Windows, tu peux utiliser l'équivalent Intel de cette technologie et utiliser le SSD comme un cache.

avatar Espcustom | 

Magnifique cet imac. Petit être le remplacement de mon Mac pro 2010...
Mais bon hâte de voir les tests des entrées et milieu de gamme aussi ?

avatar Jswat | 

difficile de choisir entre le 21,5" ( 512 SSD et 16go de mémoire) et celui ci.

Que conseillez vous pour l'utilisation en photographie ( lightroom, photoshop, etc...)

avatar Wise | 

De ne surtout pas acheter un imac pour du traitement photo à moins d'être une quiche dans ce domaine auquel cas ça n'aura pas d'importance...

avatar DavidAubery | 

@Wise

Pourquoi ?

avatar Wise | 

Si tu veux traiter correctement des photos tu prends un écran Eizo, un Nec ou encore un LaCie mais surtout pas un écran de chez Apple.

avatar pocketalex | 

@Wise : tu m'as fait peur l'espace d'un instant (genre expliquer que la machine est pas taillée pour traiter des RAW), mais ta conclusion sur les écrans ... pas faux

Pas hyper vrai non plus, si les modèles que tu cites font référence, clairement, l'écran de l'iMac ... ça va quoi, c'est pas une daube low-cost TN non plus hein...

Il peut tout à fait démarrer sur un iMac 27" et si son activité se développe, en plus des disques RAID TB3, il pourra investir dans un bon Eizo

avatar toketapouet | 

@Wise

"De ne surtout pas acheter un imac pour du traitement photo à moins d'être une quiche dans ce domaine auquel cas ça n'aura pas d'importance..."

J'aime ces commentaires pas du tout dogmatiques, péremptoires et prétentieux ?

J'utilise des écrans brillants non calibrés depuis 15 ans et mes photos sont plutôt appréciées.

Pour une impression pro (affiches, magazines etc...) j'entends, à la rigueur (et encore, généralement on est dans la sodomie de dipteres). Mais parler de quiches...

L'immense majorité des "photographes" que j'ai croisé et qui tenaient un discours aussi radical étaient au final d'énormes geeks qui n'en touchaient pas une en photo a proprement parler et avaient la fibre créative et le talent d'un tabouret aveugle.

Les vrais photographes que je croise, talentueux, n'ont que faire de ces histoires de glossy ou de sondes. Avant d'être limité par un écran, il y a du chemin à faire en photographie : cela me fait penser à ces surfeurs qui viennent d'apprendre à se lever et ne savent tourner que d'un côté qui t'expliquent que leurs nouveaux ailerons en carbone changent totalement leur expérience ?

avatar jmtweb | 

20 ans d'utilisation de photoshop, dxo, nikon capture etc. avec 10 ans d'imac et je serais une quiche selon toi.
Ok, je prends acte et persiste et signe.
Cela dit, je reconnais la suprématie des écrans eizo.
Pour autant, je m'adapte à celui de l'imac et même s'il ne représente pas la panacée, il est tout de même pas trop mal. Dans le domaine de la photo et de la vidéo que je connais un peu (30 ans de pratique), tu peux avoir un équipement fonctionnel à partir de 5000 euros et très vite grimper à une somme dix fois plus importante. Aussi, il est préférable de faire des concessions et d'apprendre à oeuvrer sur du matériel abordable.

avatar Spip74 | 

@toketapouet

@wise

+1 pour toketapouet, faut arrêter de dire n'importe quoi, la photo c'est de la créativité, pas un un gamma-delta-epsilon quantique machin-truc de 0,00346829 et une sonde de la mort qui tue. Et en plus d'une part l'écran de l'iMac n'est pas degeu, voir excellent ? (oh mon Dieu, c'est un écran brillant, aucun pro n'accepterait de bosser là dessus lol ?) mais en plus rien n'empêche de rajouter le précieux eizo Adobe rgb machin chose.
C'est typiquement comme demander à un photographe t'as quoi comme appareil ?qu'est-ce qu'on s'en balance mince ! demander-lui quelles photos il fait plutôt ;) ...

avatar toketapouet | 

@Spip74

"qu'est-ce qu'on s'en balance mince ! demander-lui quelles photos il fait plutôt ;) ..."

+1

Ça me rappelle une amie photographe à un mariage, quelqu'un lui sort "Wow la vache, tu as un bel appareil, il doit faire de belles photos..."

Ce à quoi elle a répondu "Merci, tu as une belle bouche, elle doit faire de beaux compliments" ?

avatar Wise | 

@toketapouet

Apparemment tu connais des milliers de photographes dont bcp sont des pointures dans le domaine et en plus tu connais leur matériel !

Le discours du mec qui connait plein de monde qui savent pleins de choses et qui vient le nez en l'air te dire que les autres font des commentaires péremptoires et prétentieux c'est comme Cahuzac derrière un prompteur en train de faire un discours où se trouve une affiche avec le slogan "Tous ensembles contre l'évasion fiscale" .

Quant à traiter des photos avec un écran dans lequel tu te vois au point de pouvoir te raser je peux effectivement bien croire que des photographes professionnels qui font des bals musettes et des mariages à Montcuq soient ravis de bosser avec.

avatar pocketalex | 

@Wise :

Tu l'as un peu cherché

Je te donne raison sur la haute qualité des écrans Eizo et Nec, pas de souci

Mais traiter de "quiche" les professionnels qui utilisent l'écran de l'iMac, qui est quand même une dalle IPS haut de gamme, P3, HD retina et proprement calibrable, c'est faux et insultant et OUI, pour faire travailler des photographes pour des marques de Luxe (avec un niveau d'exigence juste ultra élevé), certains sont sur iMac et le travail fourni est très PRO et de haute qualité

Je me vois pas les traiter de quiche, et pour que tu le fasses, tu as juste intérêt à être un photographe reconnu et irréprochable, sinon tu passes pour un zozo qui se la ramène, cf les réactions auxquelles tu as eu droit

C'est comme ceux ici qui nous expliquent que hors un i7 dernier modèle à 4GHz, 64 Go de RAM et, bien sur, une Geforce 1080 ou une Titan, on est juste bon à écrire du texte
La réalité est tout autre, et personne ne remet en cause le fait que le meilleur du meilleur du meilleur matos apporte un confort indéniable ... mais la réalité c'est quand tu vois le matos dans les studio photo, les boites de prod audiovisuelles, les free-lances (illustrateurs, graphistes, directeurs artistiques, motion designer, etc) ... tout le monde à pas du matos à la pointe et certains même des vieux trucs. Et pourtant le travail rendu est impeccable, car rien ne remplace le talent ou une bonne connaissance de ses outils, et nombreux sont ceux qui ont les meilleurs chaussures, le meilleur short, la meilleure raquette, mais qui sont incapable de renvoyer une balle en face

Ironie de l'histoire, ce sont souvent ceux qui parlent le plus de matos...

avatar fte | 

@Wise

"commentaires péremptoires et prétentieux"

C'est marrant, tu devrais te relire. Tu ne te fais pas allumer pour rien, figures-toi.

Ce n'est ni l'appareil ni l'écran ni le CPU qui font un photographe (ou vidéaste) de talent. Il n'y a pas un matériel sanctionné par la Guilde des Maîtres Photographes nécessaires pour être membre.

Parfois on bosse avec le matériel à disposition parce qu'on a pas vraiment le choix, parfois on achète du matériel pas idéal parce qu'il n'y a pas de matériel plus idéal répondant aux besoins du moment. Lorsqu'on est client Apple, c'est particulièrement vrai.

Bref. Je pense que tu vas encore te faire allumer. :)

avatar Chanteloux | 

Je vous conseille sans hésiter un 27', Lr étouffe un peu dans le 21'. Je ne regrette pas mon 21'!

avatar fte | 

@Jswat

Un PC pas trop cher, mais avec un SSD SATA de bonne capacité, voire un m.2 pour système et apps de capacité moyenne et un gros SATA pour les catalogues LR.

avatar pocketalex | 

@fte

pourquoi un PC ???? je vois pas l'intérêt, sinon de gratter quelques maigres Euros à l'achat, et le regretter par la suite

avatar fte | 

@pocketalex

Vu les logiciels cités, pourquoi un mac ? Je ne vois pas l'intérêt, sinon payer plus cher et le regretter dès qu'on souhaitera changer quoi que ce soit ou ajouter un SSD à un tarif raisonnable.

avatar pocketalex | 

si l'on suit ton raisonnement, le Mac n'a aucun intérêt

Mais alors, pourquoi des millions de personnes privilégient cette plate-forme ?

Etrange...

Et, surtout ... qu'est-ce que tu fous la ?

avatar fte | 

@pocketalex

Tu suis fort mal.

macOS a beaucoup pour lui, même si le hardware sent la vase. iOS progresse également beaucoup cette année, étonnement.

Quant à ce que je fous là, c'est curieux d'ailleurs cette obstination à vouloir que je m'en aille, c'est fort simple : je dialogue sur un sujet qui m'intéresse depuis que je suis gamin et qui continue de m'intéresser.

Mais il me semble que tu sais tout ça déjà.

avatar FREDOSOLO | 

@FTE : Ah bon ? et comment faire ???? tu aurais des liens ???

parce-que virer totalement OSX, ça ça me branche bien ! je ne savais même pas que c'était possible !

j'imagine qu'il faut toutefois mettre de coté les drivers bootcamp au préalable... non ?

avatar loupsolitaire97 | 

@FREDOSOLO

Pourquoi prendre un iMac si c’est pour virer ce qu’il y a de mieux à l’intérieur, MacOS ?

avatar fte | 

@FREDOSOLO

Suffit d'installer Windows sur le disque dur en le zappant à l'installation. Le SSD sera configuré en cache avec l'utilitaire Intel idoine ultérieurement (Rapid Storage thingy).

Maintenant une vraie question : pourquoi acheter une machine inférieure et chère si ce n'est pas pour macOS ?

avatar asheden | 

@fte

Ça signifierai que le seul intérêt du Mac aujourd'hui, c'est MacOS ?

avatar fte | 

@asheden

quoi d'autre ?!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR