Test de l'iMac 27" Core i5 3,6 GHz

Anthony Nelzin-Santos |
skitchedApparus fin 2009, les iMac 27" sont de belles machines, mais aussi de chères machines. Dans une gamme de prix dépassant les 1.699 €, on peut légitimement se poser la question des performances, mais entre Core i3, Core i5 et Core i7, deux ou quatre cœurs, HyperThreading et Turbo Boost, il est plutôt difficile de s'y retrouver.

Après avoir testé l'iMac 27" bicœur Core i3 (lire : Test de l'iMac 27" Core i3 HD + SSD), nous vous proposons le test d'une configuration sur mesure : un iMac 27" Core i5 à deux cœurs cadencés à 3,6 GHz, la fréquence la plus élevée jamais proposée dans un Mac. Nous l'avons doté d'une carte graphique ATI Radeon HD 5750 (1 Go), dans le but de pouvoir comparer cette machine avec les iMac quadricœur Core i5 et i7 (lire : Test des iMac 27" Quad Core i5 et i7). La question est simple : à l'heure actuelle, mieux vaut-il avoir moins de cœurs mais une fréquence élevée, ou une fréquence moindre mais plus de cœurs ?

Rien ne ressemble plus à un iMac 27"…

…qu'un autre iMac 27". Le tour du propriétaire sera donc vite fait : l'écran 27" est toujours trop lumineux par défaut, luminosité excessive qui rend pénible les opérations de calibration. Mais une fois cette calibration effectuée (et la luminosité maximale abaissée de 30 % environ), on remarque que les réglages usines de l'iMac offrent des couleurs assez fidèles quoique saturées. Sauf à se servir de son iMac comme station de développement photo ou vidéo, il suffira de baisser de quelques crans la luminosité pour obtenir un écran au rendu flatteur et à la qualité impressionnante (2560x1440 pixels, la définition horizontale de feu l'Apple Cinema Display 30").

20100902_iMac-19
Où ça, des reflets et des traces de doigts ? Apple fournit heureusement un chiffon doux.


Il faut néanmoins être conscient des potentiels reflets que peut générer l'immense vitre recouvrant la dalle de l'iMac : sur la photo ci-dessus, volontairement exagérée, l'iMac apparaît comme un miroir. Dans la pratique, les reflets sont limités par la luminosité de l'écran, mais peuvent toujours être présents si vos sources lumineuses sont puissantes et placées sur les côtés de l'iMac. Les ambiances tamisées conviennent beaucoup mieux au tout-en-un d'Apple.

20100902_iMac-11
Oups ! Et encore des reflets et des traces de doigts.


Si la connectique est suffisante (4 ports USB 2.0, un port FireWire 800 qui permet le chaînage de périphériques, une entrée/sortie audio optique et numérique, une entrée/sortie vidéo mini-DisplayPort, un port Ethernet), l'emplacement du port SD sur la tranche, à quelques centimètres du lecteur-graveur DVD mange-disque est toujours aussi périlleux. Si son placement sur le côté est à la fois pratique (les ports à l'arrière sont parfois difficiles d'accès) et de toute manière obligatoire (l'iMac est plus fin qu'une carte SD est profonde), les risques d'insertion de la carte SD dans le lecteur DVD sont présents et bien réels.

20100902_iMac-22

Trouver la configuration que nous avons choisie n'est pas forcément simple : le Core i5 que nous avons choisi est un bicœur, il n'est donc accessible que via l'autre iMac bicœur, l'iMac Core i3. L'option coûte 180 €, et permet alors de disposer du processeur avec la fréquence la plus élevée jamais disponible sur un Mac, 3,6 GHz. Rajoutez une carte ATI Radeon HD 5750 avec 1Go de SDRAM GDDR5, et vous obtenez une machine à 2.014 €, 15 € de plus que l'iMac 27" Core i5 à quatre cœurs 2,8 GHz. Que le match commence.

Ça carbure… mais ça chauffe !

Avant même d'aborder les tests chiffrés, le ressenti utilisateur est celui d'une franche puissance. Ça dégage, et pas uniquement sous le capot, mais aussi autour ! Le système de ventilation de l'iMac est très discret, peut-être un peu trop, et la zone métallique placée au-dessus de l'écran est fréquemment trop chaude pour que l'on y pose les doigts. En plaçant l'iMac contre un mur, on se surprend à parfois sentir la chaleur irradier.

20100902_iMac-7

Le bas de l'iMac est beaucoup plus froid, mais une autre zone a tendance à beaucoup chauffer : le pied. Un deuxième évent de ventilation est en effet caché derrière le pied, au-dessus de la prise d'alimentation. Il ne faut cependant pas craindre pour la durabilité de l'iMac : les zones autour des sorties d'air sont chaudes car l'aluminium est utilisé comme dissipateur. De fait, rares sont les moments (même après un rendu de film ou une séance de jeu) où la température du processeur excède 60°, là où il est fréquent de pousser les Core 2 Duo ou les Core i5 des MacBook Pro à 75 voire 80°.

20100902_iMac-17
L'iPhone dispute à l'iMac son titre de meilleur miroir. Comme sur les autres modèles, il suffit de dévisser une trappe pour accéder pour accéder à la mémoire vive DDR3 SDRAM 1.333 MHz. L'iMac 27" dispose de 4 banques, pour un total de 16 Go — une option à 900 € tout de même.


Le système de refroidissement reste silencieux, mais le disque dur compense : Apple a fait le choix d'un Seagate Barracuda 7200.12 1 To, un disque dur 3,5" fin (20,1 mm contre 26,1 mm pour la taille standard) concurrent des Western Digital Caviar Black que l'on trouve par exemple dans les Mac Pro. Et il est de fait plutôt performant : nous avons mesuré un débit moyen de 110 Mo/s en lecture, les performances en écriture étant un peu plus modestes, voire même passables dans le cas du transfert d'un grand nombre de petits fichiers. Réputé économe (presque autant que les Caviar Green de Western Digital), son seul défaut est donc son volume sonore : ça gratte, ça écorche, ça s'ébroue, le tout à 30 centimètres des oreilles, ce qui n'a rien d'agréable.

Core i5 : les cœurs à l'ouvrage

Nous avions testé il y a quelques mois les iMac 27" Core i5 quadricœur à 2,66 GHz et iMac 27" Core i7 quadricœur à 2,8 GHz. Ces machines ne sont plus au catalogue, aujourd'hui remplacées par un modèle Core i5 quadricœur 2,8 GHz et Core i7 quadricœur à 2,93 GHz — un simple speed-bump. La comparaison avec l'ancienne génération offre donc une bonne mesure de ce à quoi il faut s'attendre aujourd'hui.

matrices
Résultats des tests GeekBench (cliquez pour agrandir)


GeekBench (2.1.2 64-bits dans tous les tests pour permettre la comparaison), qui s'attache à tester puissance processeur et performance mémoire, révèle qu'en performances pures, l'iMac Core i5 bi-3,6 GHz ne peut rivaliser avec un iMac Core i7 quadricœur à 2,8 GHz, et encore moins avec un Mac Pro Nehalem octocœur de l'an dernier. Il se permet néanmoins de surpasser un Core i5 quadricœur à 2,66 GHz, première preuve qu'au sein d'une même gamme, la fréquence brute compense largement le manque de cœurs. Les performances mémoires sont très comparables à celles des autres iMac Core i3, Core i5 et Core i7, le passage à une fréquence de 1.033 MHz ayant ses vertus. Les iMac Core 2 Duo sont tout simplement cloués sur place.

matrices
Résultats des tests xBench (cliquez pour agrandir)


Bien que vieillissant, xBench (1.3) conserve sa pertinence pour des tests un peu plus larges et prenant en compte les performances graphiques et celles du disque dur. L'iMac Core i3 bicœur à 3,2 GHz conserve le meilleur score global, mais l'iMac Core i5 bicœur à 3,6 GHz lui vole la vedette sur tous les tableaux : processeur, Quartz, OpenGL, cette machine établit les meilleurs scores parmi les machines que nous avons pu tester, y compris le Mac Pro Xeon Nehalem de 2009. Le test mémoire le met dans la même zone que l'iMac Core i7 Quad, seul son disque dur aux mauvaises performances en écriture de petits fichiers tempérant son score.

matrices
Résultats des tests Cinebench R10


CineBench R10 permet de tester les performances brutes d'un cœur, de tous les cœurs, et donne la mesure des performances graphiques d'une machine. Lors du test sur un seul cœur, c'est la fonction Turbo Boost qui est mise à l'épreuve : ce cœur est alors capable d'utiliser une fréquence maximale de 3,9 GHz. Lors du test multiprocesseur, c'est cette fois la fonction HyperThreading qui révèle son potentiel : le Core i5 680 possède deux cœurs physiques, mais aussi deux cœurs logique. Dans la pratique, les performances ne sont pas quadruplées entre les deux tests, mais « simplement » doublées : quatre cœurs logiques ne sauraient remplacer quatre cœurs physiques. Le score de l'iMac Core i5 bi-3,6 GHz est donc logiquement en dessous de celui des iMac Core i5 et i7 quadricœur (qui disposent de huit cœurs logiques avec l'HyperThreading), mais au-dessus de celui du Core i3 bicœur.

matrices
Résultats des tests Cinebench R10


Malgré une carte graphique similaire (ATI Radeon HD 5750 1 Go), le score Open GL de l'iMac Core i5 est largement supérieur à celui de l'iMac Core i3 : des pilotes différents peuvent en être la cause. On remarquera que c'est certainement le point où les Mac évoluent le moins.

matrices

Pour en finir avec les tests bruts, nous avons comparé l'iMac Core i5 bicœur à 3,6 GHz avec un iMac Core i7 quadricœur à 2,8 GHz dans Cinebench R11, de quoi confirmer que dans ces tests théoriques, le surplus de cœurs est un avantage, et que la Radeon HD 5750 reste en retrait de la Radeon HD4850 (ou même d'une NVIDIA GeForce GTX280M), mais surpasse de loin la Radeon HD4870.

Si les tests théoriques dessinent déjà la conclusion, les tests applicatifs, plus pratiques, sont peut-être plus instructifs. La conclusion est en effet très simple : quel que soit le test (à part celui d'une exportation iMovie), l'iMac Core i5 bicœur à 3,6 GHz l'emporte, et souvent haut la main. Il ne rend que 25 secondes à un Mac Pro octocœur au jeu de l'exportation iMovie (film d'une dizaine de minutes), le Mac Pro étant alors avantagé par son grand nombre de cœurs. La fréquence très élevée du Core i5 680 lui permet de tirer son épingle du jeu avec des applications n'utilisant qu'un seul cœur (cas de la compression ZIP dans le Finder) ou utilisant plusieurs cœurs sans pour autant les utiliser à fond (GarageBand, Photoshop CS4 et CS5, QuickTime X).

matrices

Que choisir ?

Le fleuron de la gamme bicœur d'Intel en donne à revoir aux quadricœurs : à l'heure actuelle, peu de logiciels tirent pleinement parti de la multiplication des cœurs, et personne ne semble pressé de le faire. À l'heure du choix, il faudra bien cerner ses besoins.



Le Mac Pro reste le choix de toute personne cherchant la flexibilité et la puissance brute : monter sur un RAID de SSD ou laisser tourner une simulation en profitant de 16 cœurs virtuels d'un Xeon est inégalable. Mais l'indépendant utilisant Photoshop ou Aperture, ou le passionné près à mettre quelques centaines d'euros de plus pour garder sa machine un peu plus longtemps ou en avoir sous le pied vont certainement se poser beaucoup de questions — même si les Mac Pro 2010 reprennent la main face à cet iMac.

Au sein de la gamme iMac, le choix est cornélien : à budget égal voire pour moins cher, un modèle Core i5 3,6 GHz à deux cœurs est plus performant qu'un modèle Core i5 ou Core i7 quadricœur pour les tâches quotidiennes. La question est donc de savoir si dans un futur proche, une machine de cette gamme de prix étant faite pour durer quelques années, les applications vont être progressivement optimisées pour le multicœur.

20100902_iMac-30

Impossible de donner une réponse à cette question, même si on pourra remarquer que quatre ans après l'apparition des premières puces multicœur chez Intel, peu d'applications ont réellement sauté le pas, y compris parmi les applications fournies par Apple. À l'heure actuelle donc, et peut-être pour encore quelques années, l'iMac Core i5 bicœur 3,6 GHz est le modèle d'iMac possédant le meilleur rapport prix/performances, se permettant de tutoyer les sommets atteints par les Mac Pro de l'an dernier.

2.014 €

Le choix de la rédaction

Les plus :

- Qualité de fabrication - Qualité et définition de l'écran - Performances excellentes

Les moins :

- Ecran trop lumineux par défaut - Reflets trop présents - Chaleur excessive en certains points du châssis - Proximité des lecteurs SD et DVD
avatar properso | 
j'ai vendu mon mac pro pour passer à l'imac iCore 7 2,93 Mgh + SSD... je trouves l'imac plus réactif et la multitudes de processeurs au final ne sert que pour quelques applis (et pratiquement aucune dont je me sers), j'ai payé au final plus cher mon iMac avec toutes ses options qu'un mac pro premier prix, mais la puissance est bien là...
avatar properso | 
j'en ai eu pour environ 3500 €... (presque full option et garantie apple care...)
avatar PO_ | 
Ce test révèle une évidence que l'on pourrait résumer en "plus ça va vite, et ben plus ça va vite !" ... Steve, avec son habituel "Champ de distorsion de la réalité", cherche à nous bourrer le mou depuis des années, et avec lui les fondeurs de processeurs qui sont arrivés plus ou moins à une barrière concernant l'augmentation des fréquences d'horloge. On va bientôt avoir des Macs à 20 coeurs, mais la fréquence stagne toujours un peu au delà des 2,x GHz. Alors que bien peu d'applications tirent partie des multicœurs. Par contre pour celles, rares, qui sont "bien programmées" (où dont les tâches permettent l'utilisation de plusieurs coeurs, c'est vrai que ça dépote grave. Il n'est qu'à faire l'essai avec XLD, de transcoder un ensemble de morceaux de musiques de FLAC en AAC (par exemple), et ça fait drôle de voir XLD travailler sur 8 morceaux simultanément [b]alors que iTunes n'en gère qu'un seul à la fois (HONTE à Apple sur ce point, [u]et en plus en bloquant tout autre action[/u])[/b]. Mais bon, sorti de XLD et de HandBrake, pour un utilisateur Lambda, la multiplication des coeurs ne sert pas à grand chose, [b]alors que la réactivité de la machine sur le Finder par exemple, on la perçoit à chaque instant [/b]. J'ai personnellement fait le chois, en 2008 d'un MacPro 8 x 2,8 GHz, àla fois pour le nombre de coeur, [b][u] ET [/b][/u] pour la vitesse d'horloge qui était bien au delà de ce que proposaient les iMacs (Core2duo à l'époque, et pas si rapides). A l'arrivée des modèles 2009, je n'ai pas changé ma machine, à la fois parce que je les trouvais trop chères, et que la fréquence était en baisse, et je ne le regrette vraiment pas. Ce MAc Pro, je vais le garder encore un paquet de temps, et sûrement lui rajouter un SSD ultra performant.Quand on pense qu'à la sortie des POwerMacs G5, L'ineffable Steve nous promettait sous peu des modèles à 3 GHz. Cette fréquence n'est même pas encore atteinte dans les MAc Pros sans passer par une Option hors de prix. Bravo pour ce test
avatar lechneric | 
Ce que relève ce test, c'est qu'il est vraiment plus intéressant de prendre un iMac sur le Refurb des 27 i5 ou i7 des précédentes générations à un prix largement inférieur payer le prix fort pour gagner 3 ou 4 secondes, je n'en vois pas l'intérêt Mis à part le SSD rien ne justifie cette nouvelle configuration par rapport à la précédente.
avatar properso | 
le SSD apporte un gros turbo à la machine... surtout au lancement d'applis...
avatar photobruno | 
Merci pour ce super test très intéressant et qui va me faire faire des économies pour une machine plus rapide au quotidien ;-) Une question: pour une utilisation de Photoshop, sans jamais faire de jeux, est ce important de prendre l'option carte graphique ATI Radeon HD 5750 1GB GDDR5 SDRAM pour 135 euros de plus à la place de celle de base ATI Radeon HD 5670 512MB GDDR3 SDRAM ?
avatar umxprime | 
Et avec modo ça donne quoi ? Et avec blender ça donne quoi ? Et avec Luxrender ça donne quoi ? Les outils de bench c'est bien joli mais pour se rendre compte de qui poutre l'autre en qualité de CPU, faut peut-être jouer avec du concret... Pourquoi encore utiliser Cinebench R10 plutôt qu'une vraie appli 3D, ça date mollement... (On peut bench avec blender->http://www.eofw.org/bench/) Vous me prêtez des Mac que je teste mes applications ? Ce que j'en dis... Aller chez un revendeur Apple avec ses propres applis et fichiers en main pour voir ce que le matériel délivre concrétement reste la meilleure des méthodes avant de choisir ce qui nous correspond...
avatar pepes003 | 
@umxprime : c'est un test d'iMac pas de Mac Pro. Les logiciels utilisés sont grand public comme la cible des iMac. Tester sur Quicktime, iMovie, Photoshop et Garagband, ça parle plus aux consommateurs lambdas que Modo ou Luxrender... Bon article et instructif.
avatar spacetito | 
Et lorsque l'on virutalise ????? avec un iMac i7 on mets 4 coeurs sur le Mac, 4 sur le PC et ça envoie du bois. Avec le i5 double coeur, et bien ça rame tout simplement.... Bref il faut pensé un peu a ceux qui savent utilisé les coeurs...
avatar souljacker | 
Ce test est plus destiné (amha) aux utilisateurs courants. Pas au pro... Pensez-y dans vos réactions ;) Chouette article !
avatar - B'n - | 
Question bête : si on utilise beaucoup d'applications, la charge processeur se répartie de manière équilibrée sur chaque cœur ou est-ce qu'elle charge un cœur, puis les autres dès que le 1er est à 100% ?
avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@umxprime : promis, je teste ce soir avec Blender. On est toujours prêt à faire évoluer nos tests, n'hésite pas à nous joindre par mail si tu as des suggestions.
avatar MachX | 
La fréquence des processeurs stagne. Plus que deux solutions pour augmenter les performances : - multiplier le nombre de cœurs - Optimiser les logiciels Le nombre de cœurs c'est déjà le cas : 4, 8 voire 16 cœurs Restent les logiciels. Apple a t'elle les ressources pour donner l'exemple. C'est à dire développer des systèmes pour ses ibidules tout en optimisant les logiciels pour Mac… J'en doute si on considère ses logiciels actuels. pour la plupart d'entre nous, la fréquence l'emportera encore longtemps sur le nombre de cœurs
avatar properso | 
il faut arrêtez de dire que l'iMac est réservé aux utilisateurs courants et non aux pros... l'iMac cadencé à grosse vitesse est plus rapide qu'un mac pro 8 cœurs pour la plupart des applis graphiques 2D, web, etc... le mac pro permet plus d'ouverture dans les connectiques, en réalité, beaucoup les gardent tels quels de la config d'origine, mise à part rajouter un disque dur supplémentaires... Le mac pro est une très belle machine mais cela reste réservé à la 3D, vidéo ou autre du même style, ce qui est quand même pas la majorité des professionnels qui utilisent des applis non optimisées multi processeurs... Il manque toujours une machine entre l'iMac et le Mac Pro qui a beaucoup de possibilités (et peut-être même trop pour la plupart des utilisateurs, si on le gonfle à bloc, on arrive facilement au 15-20 000 € avec le 12 cœurs)
avatar properso | 
MachX : oui, il n'y a qu'à voir même au sein des logiciels apple (iTunes par exemple)... si les logiciels ne sont pas optimisés, ça ne sert à rien d'avoir plusieurs processeurs...
avatar PO_ | 
iTunes est l'exemple type de l'application daubesque par excellence au niveau de la programmation. N'exploite qu'un coeur, et très mal en plus, puisque l'interface est souvent bloquée tant qu'une tâche n'est pas terminée. Lorsque j'ai pris mon Mac Pro, en Septembre 2008, la question de l'hésitation avec l'iMac ne se posait pas pour plusieurs raisons : - je savais que j'allais mettre plus de 8 Go dans la " bête " ce qui n'était pas possible sur l'iMac, alors limité à 2 slots de RAM. - Je voulais mettre 4 disques durs de 1 To. - Il me semble qu'à l'époque, les iMacs ne dépassaient pas encore les 2.8 GHz, et de toute façon, les Core2Duos de l'époque étaient nettement moins rapides que le Xéon. - De plus, le MAc Pro 8 x 2,8 GHz était extraordinairement bien placé question prix (2500 € environ). - Dernier argument, et pas des moindres, j'avais un 30" payé au prix du platine (dès sa sortie ! ). Donc autant de "bons" argument en faveur de mon choix. Reste qu'aujourd'hui Nombre de ces arguments sont périmés, tous pour ainsi dire, à l'exception de celui des 4 disques internes, sauf que maintenant, on peut mettre un disque interne de 2 To ... Les seuls avantages restant sur le MacPro, sont bien sûr la possibilité de changer la carte graphique, de faire évoluer les disques durs, et de rajouter un SSD RAM. Ce dernier point n'est possible qu'à la commande sur les derniers iMAcs, mais pas après coup ... Donc, si aujourd'hui, je devais racheter un ordi, je pense sincèrement que que je m'orienterais sur un iMac ...
avatar Kierkegaard | 
Il ne faudrait quand même pas négliger le fait que la fréquence d'un iMac Core i7 2.8GHz, via le mode Turbo Boost, passera de 2.8GHz à 3.33GHz quand il n'y aura que 2 coeurs qui travaillent, ce qui est le cas la plupart du temps. Et quand il n'y aura qu'un seul coeur qui travaille, la fréquence du CPU passera alors à 3.46GHz, ce qui n'est quand même pas rien. http://ark.intel.com/Product.aspx?id=41316
avatar properso | 
les iMac sont à 2,93 au lieu de 2,8 maintenant -)
avatar fiatlux | 
[quote]Lorsque j'ai pris mon Mac Pro, en Septembre 2008, la question de l'hésitation avec l'iMac ne se posait pas pour plusieurs raisons : - je savais que j'allais mettre plus de 8 Go dans la " bête " ce qui n'était pas possible sur l'iMac, alors limité à 2 slots de RAM. - Je voulais mettre 4 disques durs de 1 To.[/quote] Ces arguments sont toujours aussi valides aujourd'hui. Augmenter la RAM de l'iMac devient vite extrêmement cher (barrettes 4 et 8Go), plus vite que sur le Mac Pro. En dehors des capacités d'extension, changer un disque dur dans un iMac est impossible à faire soi-même, sauf à avoir un bonne dose de courage, d'adresse et ne pas se soucier de la garantie. Et des disques durs "morts" j'en ai déjà changé quelques fois ces dernières 10 années (dont une fois cette année dans mon Mac Pro...).
avatar fiatlux | 
Il y a une erreur dans plusieurs illustrations de l'article (et dans la news sur la une), le Core i3 n'est pas un quad core, mais bien un dual core.
avatar puccini | 
@fiatlux +1 Même si là n'est pas le sujet de l'article à proprement parler, il y a d'autres critères à ne pas négliger en faveur du MacPro: 1° pouvoir choisir son écran (taille, mat ) ; 2° accéder facilement aux composants internes, pour les changer, en ajouter (mais ça on l'a déjà dit) ; 3° coût de certains composants en cas de changement nécessaire: changer un lecteur-graveur optique défectueux sur un iMac coûte un peu plus cher, que le changer soi-même sur un Mac-Pro ; 4° en cas de problème de machine, une organisation avec HD interne du type 1HD pour le système et les autres pour les documents, permets de retirer facilement tous les HD-documents avant d'envoyer la machine en réparation (faisable uniquement en travaillant avec des HD externes plus encombrants et onéreux sur l'iMac et à condition d'être très organisé) ; 5° écran HS : pas besoin d'envoyer la machine avec en réparation ; 6° possibilité de déporter la machine dans un lieu "climatisé" en cas d'utilisation intensive (je connais pas mal de studio de musique qui le font) ; Et je pense encore quelques dizaines d'arguments que les utilisateurs de MacPro pourraient trouver en fonction de leur utilisation et expérience personnelle.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Quel dommage cet écran brillant, quel dommage...
avatar properso | 
en cas de soucis sur un mac pro, il faut aussi le renvoyer au SAV (style carte mère), l'apple care de l'imac coûte 2 fois moins cher que le mac pro, à part le disque dur qu'on peut changer soi-même dans le mac pro, il n'a plus beaucoup d'avantages... (j'ai pris le 2 to et le SSD sur l'iMac, ça me fait aussi 2 disques durs...) Pour la Ram, l'imac en accepte 16 Go, largement suffisent pour la majorité des utilisateurs, 1 Mo sur la carte graphique permet de jouer sans trop de soucis... non, il est très bien, il n'y a que l'écran brillant qui est dommage et ou on a pas d'options anti-reflet... mais tous les écrans seront de plus en plus brillants dans le futur, (chose que je déplore quand même), ça devient la mode...
avatar Oliange | 
Tout à fait d'accord avec =colt=, c'est vraiment dommage cet écran brillant.
avatar Olive94 | 
Cet imac passe de 3,6 à 3,9 gh avec le turbo boost ? Je pensais que si un des deux coeurs faisait "passer" sa puissance sur le premier, cela augmentait la fréquence d'un "bin", soit 133 mhz; ce qui nous ferait 3,6 + 0,133 mhz = 3,733 gh. Quelqu'un a un élément de réponse ?
avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Olive94 : Intel doit être un bon élément de réponse : http://ark.intel.com/Product.aspx?id=48504
avatar toto160 | 
Moi je dis que si vous visez le long terme, prenez un Quad Core (ou plus). Il est vrai que pour l'instant, ça n'a pas vraiment d'utilité (comme l'ont dit Macgeneration) mais plus tard, je suis sûr que oui. Il faut être réaliste, on va pas stagner indéfiniment sur du Dual. Avant c'était la course à la fréquence, maintenant c'est plus la course aux coeurs. On est déjà arrivé à 12 avec les derniers Mac Pro...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Bonjour, Je lorgne sur un i5 en 21.5". Si ce n'est la carte graphique en 512Mo, peut-on considérer que les performances seront en gros les mêmes que celles du test ? Il s'agit d'un modèle 3.6Ghz, mais je ne sais pas si c'est le même processeur (680 dans le cas du test il me semble). Merci pour ce test.
avatar david_h | 
@toto160 Je pense que, dans le futur, les applications qui demandent une grosse puissance de calcul se tourneront vers les GPU et non les CPU (exception faite de la virtualisation, et encore). Concernant le fait que les applications ne tirent pas partie de l'augmentation du nombre de cœur, le problème n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. En effet, tout n'est pas "parallélisable". D'autre part, nombres de problèmes de pose alors : accès concurrent aux ressources, synchronisation entre les tâches, ... Enfin, les personnes capables de développer des applications utilisant le parallélisme ne courent pas les rues (je parle en tant qu'étudiant en informatique).
avatar bugman | 
Merci pour le test. Content de voir que mon i5 2.66 (fin 09) reste dans la course. Ces iMac sont assez performantes même avec des logiciels exigeants et peuvent pour certains projets et dans certains domaines suffire largement pour des projets professionnels.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Bien, ce post a fini de me convaincre de choisir ce modèle de processeur. J'y ai adjoint 8 Go de ram supplémentaires aux 4 d'origine. Et histoire de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier, je préfère fonctionner avec 1 To interne des disques externes plutôt que 2To en sata interne. La bête est commandée, sachez que j'ai grassement économisé en achetant les 8Go supplémentaires séparément et non sur l'apple store, à savoir 8go pour le prix de 4go. On attend maintenant la livraison... Utilisation prévue : gestion photothèque, suite Adobe, et téléviseur (of course !)

CONNEXION UTILISATEUR