Test du MacBook 2.4 GHz

Florian Innocente |
Lancé il y a deux ans et demi comme sucesseur de l'iBook, le MacBook avait amené des changements massifs sur le fond (puces Intel) et sur la forme (nouveau châssis et écran de 13,3 pouces panoramique). La révision d'octobre 2008 est plus spectaculaire sur la forme mais elle a aussi touché le moteur. L'addition des nouveautés, comme ce trackpad multi-touch ou la connectique, pose un nouveau jalon dans l'évolution de cette famille de portables grand public. Un MacBook qui à en croire Apple serait le Mac le plus populaire de son histoire.

Apple propose désormais trois MacBook. L'ancien modèle en plastique blanc reste au catalogue comme entrée de gamme, il perd 50 € et passe ainsi sous la barre psychologique des 1000€ à 949€. Dans l'opération, il troque son graveur de CD pour un graveur de DVD (il n'était que temps…). Le second MacBook à 2.0 GHz - nouvelle gamme aluminium - s'affiche comme autrefois à 1199 € (à noter qu'il n'a pas le clavier rétroéclairé) et le troisième à 2.4 GHz est proposé à 1499 €, soit 100 € de plus que son prédécesseur.

Le ticket d'entrée du MacBook - si l'on ne considère que la nouvelle gamme - est donc passé de 1000€ à 1200€. Certes on en a pour son argent mais Apple a aussi fait quelques économies comme on le verra.

portablesmacbookfin2008ACTU
Les tarifs de l'ensemble des portables Apple


Un esprit de famille
Le plus grand chambardement intervenu touche au design. Disparu la distinction esthétique entre les portables grand public et machines professionnelles. Tout le monde est logé à la même enseigne : l'aluminium. Avec cette collection de fin 2008, Apple a quasiment achevé l'homogénéisation de tous ses ordinateurs autour d'une même allure. Le MacBook rejoint ainsi l'iMac qui avait abandonné avant lui son châssis en polycarbonate blanc. Il ne reste plus qu'à mettre le Mac mini en conformité avec ses cousins.

On ne fera pas la fine bouche, ce nouveau MacBook est une (très) belle machine. Il n'est même pas besoin de l'ouvrir pour immédiatement tomber sous le charme. Pour la première fois depuis la naissance de portables grand public chez Apple (qu'on se rappelle des premiers iBook orange et bleu translucides) on a le sentiment d'avoir un modèle professionnel entre les mains. On retrouve l'esprit de feu le PowerBook 12 pouces qui assurait le trait d'union entre les iBook - par sa taille ramassée - et les PowerBook - par son design. Comparé à la première génération de MacBook (déjà agréable) on est sérieusement monté en gamme. Le poids a légèrement fondu (de 2,27 Kg à 2,04 kg) et il est un peu plus fin (2,41 x 32,5 x 22,7 cm au lieu de 2,75 x 32,5 x 22,7 cm).

Ce MacBook évoque un MacBook Air que l'on aurait épaissi. Le nouveau procédé de fabrication qui a contribué à réduire le nombre de pièces formant son châssis a donné naissance à une machine d'allure robuste. Ce sentiment n'est pas dispensé par des artifices visuels, mais par la structure elle-même appuyée par des lignes sans fioritures. On n'a aucune appréhension à saisir sa machine ouverte d'une main, en la tenant par un coin des reposes-poignets.




Comme son aîné le MacBook Pro, avec qui il partage son design, ce nouveau MacBook traduit cette quête d'Apple d'un design par l'épure. De nouveaux coups de gomme ont été appliqués. Anecdotique, mais révélateur, est le cas du témoin luminineux d'activité de la machine. Lorsqu'il est éteint, essayez donc de le trouver… Il est devenu quasiment invisible. Ce n'est qu'en collant le nez à gauche du récepteur infrarouge en façade que l'on devine deux rangées de microscopiques perforations dans la coque et au travers desquelles passent les filets de lumière.

macbookperforationsmicroCes infimes perforations servent au témoin d'activité


Disparus aussi le haut-parleur (caché sous le clavier) et le bouton du trackpad (fusionné avec celui-ci). Quant au microphone, il a été déplacé du sommet de l'écran vers le bord supérieur gauche du clavier. Et lui aussi se fait discret sur le modèle du témoin d'activité cité précédemment. Fidèle à son habitude, Apple dispense ses portables de ces guirlandes de boutons et de diodes que l'on rencontre sur les équivalents PC. Seule exception, les témoins de charge de la batterie qui ont été intelligemment déplacés du dessous du portable vers son côté gauche pour une lecture plus commode.

L'écran se voit cerclé d'un large cadre noir. Là, pour le coup, Apple a suivi la mode des écrans de portables PC. En plus de faire écho à la couleur du clavier, ce cadre participe à donner plus de punch aux images en jouant sur les contrastes. Mais on se prend à rêver d'un écran qui parviendra à réduire de façon conséquente cet épais pourtour.

L'accès aux principaux organes internes a changé lui aussi mais sans révolution. Comme sur le précédent MacBook, la batterie et le disque dur restent aisés d'accès, avec maintenant un simple loquet à presser pour ôter le capot qui les recouvre. Comme autrefois, quelques vis sont à ôter pour découvrir les deux logements mémoires et manipuler les barrettes. Sur ce deuxième point la manipulation est un petit peu plus simple.



Ce réagencement général souffre toutefois d'un détail disgracieux. Toute la rangée supérieure des touches de fonctions ainsi que les quatre du pavé fléché sont légèrement penchées vers la gauche. Ça se voit, mais ça ne gêne aucunement la frappe. Ce qui semble être un problème d'ajustement a été observé par d'autres premiers acheteurs. Espérons qu'Apple corrige ce détail, que d'ailleurs nous n'avons pas observé sur le nouveau MacBook Pro.

Le clavier n'a pas changé, sinon de couleur. Il reste agréable et nerveux à la frappe. Mais il faudra s'y faire la main si l'on vient des MacBook Pro ancienne génération où la sensation de frappe est très différente, moins sèche. Avec une course des touches plus longue.

Un clavier qui profite enfin, comme les MacBook Pro avant lui, du rétroéclairage de ses touches. Un dispositif moins gadget qu'il n'y paraît et très appréciable lorsqu'on travaille dans une ambiance tamisée. L'éclairage est assez vif, mais il peut-être modulé. Regret, ce dispositif ne concerne que le plus cher des deux MacBook aluminium.


Un trackpad à apprendre
Le nouveau (et grand) trackpad est l'une des attractions de ces portables. Recouvert d'une matière vitrée son toucher est extrêmement agréable. Les doigts glissent dessus sans friction, là où sur l'aluminium ils frottaient davantage.

Pour le fonctionnement de son pavé tactile, Apple a reproduit le schéma qu'elle avait utilisé pour sa souris Mighty Mouse. Le bouton est toujours là, mais il disparaît visuellement en faisant corps avec la zone tactile. Les trois quarts de celle-ci sont donc cliquables, seule une mince bande horizontale supérieure reste insensible à la pression. Une pression qui a besoin d'être prononcée pour que le clic soit effectif, mais sans excès.

L'excès est plutôt dans le bruit produit, nettement moins discret qu'avec le bouton des anciens MacBook. On remplacera avantageusement - pour l'oreille et ses voisins de bibliothèque - ce clic par un tapotement du doigt. Un réglage est prévu à cet effet dans les préférences système. À noter au passage que nous ne somme pas parvenus à reproduire ce problème évoqué par des premiers acheteurs et où, de temps à autre, le trackpad ne répondrait pas aux clics demandés (voir l'articleCorrectif pour les problèmes de trackpads des MacBook et MacBook Pro).



Ce nouveau trackpad multi-touch est aussi accompagné de réglages supplémentaires. Avec cette génération, ce ne sont pas moins de quatre combinaisons à 1, 2, 3 et maintenant 4 doigts qui peuvent être excutées ! Par exemple pour déclencher Exposé (4 doigts glissant vers le haut ou vers le bas), pour basculer entre les applications ouvertes (quatre doigts vers la gauche), pour balayer les pages dans Safari (trois doigts vers la gauche ou la droite), ou encore pour agrandir le texte d'une page web (pincement). Et si l'on en veut encore plus, on pourra associer l'équivalent du clic droit à un clic sur le coin en bas à gauche (ou à droite) du trackpad.

Ces gestes sont les bienvenus, mais ils montrent aussi les limites du multi-touch. Au départ on se perd entre ses réglages et la gestuelle associée à chaque action. Puis l'habitude s'installe et les réflexes se prennent, jusqu'à ce qu'il devienne très naturel de jouer du bout des doigts avec ses pages dans Safari ou ses vues dans Exposé. Il faut juste souhaiter que lorsque le multi-touch sera adopté par davantage d'applications - certaines concurrentes à celles d'Apple, par exemple Firefox - que ce ballet des doigts répondent aux même actions. De la même manière qu'autrefois des conventions ont été établies pour les menus de base.


Une connectique modernisée
Apple a fait le ménage dans sa connectique et ce MacBook est le modèle qui en a souffert, diront certains, le plus. La disparition du port FireWire 400 a alimenté les débats. Non seulement Apple tire un trait sur cette prise qu'elle a inventée, promue et pour laquelle existent encore une somme de périphériques (des disques durs aux caméscopes DV) mais elle n'a rien offert en échange. Et il n'existe pas d'adaptateurs entre les deux compatible Mac. On dispose toujours de deux ports USB 2.0 mais pas un de plus en contre-partie. En utilisation sédentaire, une fois la souris branchée un hub USB peut devenir indispensable.

Chacun aura son appréciation sur cette disparition du FireWire, qui ne survit que sur le MacBook Pro. Elle n'a que passablement surpris les fabricants de périphériques (voir l'interview le FireWire 400 et les disques durs) qui ont depuis longtemps joué la carte de l'USB 2. Alors que chez nos lecteurs l'agacement a été plus notable (voir notre sondage).

Il n'aura néanmoins échappé à personne que l'USB 2 a gagné la partie tant il s'est généralisé, et ce, malgré les qualités du FireWire 400. Certains caméscopes HD par exemple exigent d'être alimentés par le secteur lors de leur déchargement, chose impensable avec des modèles FireWire qui tirent leur jus depuis leur prise reliée au Mac. Même chose pour cette capacité d'utiliser un Mac comme disque dur externe d'un autre en le branchant en FireWire, ce fameux mode "target", désormais disparu.

Pour autant, avec Leopard, les disques durs utilisant cette interface USB 2 ont affiché un surcroît de performances (pour en savoir plus, lire notre test consacré au LaCie Little Disk). La firme de Cupertino avait peut-être déjà à l'esprit l'idée de délaisser le FireWire 400.

L'USB 2 sur les nouveaux MacBook est donc rapide. Nous avons pris un disque externe double interface et avons copié dans les deux sens un dossier de près d'1 Go qui comprend à la fois des petits et des gros fichiers. Nous avons effectué cette opération sur le MacBook ainsi que sur un MacBook Penryn (début 2008) en FireWire 400 comme en USB 2.
copie%20de%20fichiers
Les temps sont exprimés en secondes

Le MacBook fait mieux que se défendre, il fait quasiment jeu égal avec son cousin. Une impression confirmée par Xbench. Notre disque externe a réalisé un score de 28.19 lorsqu'il est raccordé au MacBook, de 26.88 en USB 2 avec le MacBook Pro et de 31.25 en FireWire 400.

La disparition du FireWire 400 était inéluctable, d'autant que d'autres normes vont arriver entre 2009 et 2010. Mais pour les propriétaires d'un caméscope DV encore vaillant, la pilule est amère et cela peut s'avérer un véritable frein. On ne change pas de caméscope comme de souris. On a alors le choix entre un MacBook Pro plus cher et le représentant de l'ancienne génération de MacBook. Pour les disques durs, la gêne est moindre, les modèles à double, triple ou quadruple interfaces sont monnaie courante depuis longtemps.

Autre changement de taille, dans tous les sens du terme, l'arrivée d'une prise mini-DisplayPort pour le branchement sur un écran externe. Plus compacte encore que le mini-DVI c'est la prise qui devrait se généraliser à l'avenir sur les moniteurs. Cette interface numérique véhicule autant l'image que le son, mais elle est encore disponible au compte-gouttes.

Apple propose donc trois adaptateurs vers autant de types de connecteurs "ancienne génération". Et il faudra passer à la caisse car ils sont en option : le Mini DisplayPort vers DVI (29€), le Mini DisplayPort vers DVI double liaison (99€) destiné au grand écran Apple Cinema HD Display de 30 pouces et enfin le Mini DisplayPort vers VGA (29€). On aurait moins tiqué sur ce principe de l'option si les prix de ces accessoires n'étaient pas aussi ahurissants : 29€ ! Cerise sur le gâteau, cet adaptateur mini-DisplayPort/DVI, commandé sur l'Apple Store il y a trois semaines, ne nous a toujours pas été livré.


Le brillant de l'écran
Contrairement au MacBook Pro, la dalle du MacBook a toujours été de type "brillant". C'est une tendance de l'industrie de proposer ces écrans qui flattent l'oeil par des rendus de couleurs plus soutenus et Apple n'y a pas échappé. Éteint, cet écran est un véritable miroir, accentué par la surface vitrée qui le recouvre intégralement, bordure comprise (Apple offre d'ailleurs un petit chiffon doux pour effacer les traces de doigts…).

Ce choix d'une dalle brillante n'est pas sans conséquences, avec l'apparition de reflets lorsqu'on travaille près de fenêtres ou sous des éclairages directs. La gêne peut être importante via de gros aplats lumineux sur l'écran, comme minime avec simplement un éclat dans un coin ou strictement nulle lorsque l'éclairage est plus diffus.

Tout est affaire de contexte. Dans le nôtre, celui d'une pièce éclairée par plusieurs petits spots au plafond et avec une large baie vitrée, des points de lumières sont visibles sur l'écran, mais cela n'a jamais été une véritable gêne pour travailler. On finit par les oublier. D'autant que le rétro-éclairage de l'écran est particulièrement puissant.

On sera évidemment moins ennuyé lorsqu'il s'agit de lire un mail ou une page web que lors d'une petite retouche d'image ou dans un logiciel dont l'interface tire vers des tons sombres. Mais le fait est qu'avec un portable, machine nomade par essence, on ne sait jamais à quelle source lumineuse on va être exposé.

macbookecranreflets
Cas extrême, ici on a une baie vitrée derrière soi. Les reflets explosent à l'écran


Nouveau en revanche, l'adoption d'un rétro-éclairage de type LED. A la clef un écran plus fin, qui chauffe moins et qui surtout restitue des couleurs plus réalistes. Les blancs par exemple virent moins sur des teintes bleutées comme c'est souvent le cas sur les moniteurs. Les couleurs seront un peu plus chaudes et accessoirement, l'écran est plus fin. L'image est en tout cas très vive, certains sentiront peut-être même le besoin de baisser un peu la luminosité de la dalle.

macbookproetmacbookecrans

MacBook Pro à gauche, MacBook à droite : l'angle de vision est plus favorable au modèle haut de gamme


Toujours logée au dessus de l'écran, on retrouve l'iSight. La webcam produit des images correctes. Comparée à l'image produite par un MacBook Pro d'il y a un an, l'image est un peu plus exposée (les tons chair en prennent un coup) et elle tire moins sur les jaunes.

isightcomparomacbook2008
À gauche l'iSight du nouveau MacBook, et celle d'un MacBook Pro de 2007



Le son prend du volume
De façon générale les haut-parleurs des portables rendent rarement grâce aux fichiers de musique. Les portables d'Apple n'ont jamais fait exception et les MacBook n'étaient pas non plus dans le haut du panier. Les choses changent avec cette nouvelle génération (MacBook Pro compris). L'équipement audio du MacBook s'est bonifié. Caché sous le clavier, il produit un son plus ample, aidé en cela par un petit subwoofer. Cela reste un son de portable, mais le progrès est réel.



Autre nouveauté, la compatibilité avec la télécommande des écouteurs stéréo de l'iPhone. iTunes devient pilotable depuis le petit module pour mettre la lecture en pause, passer au morceau suivant ou revenir au précédent. Le microphone aussi est pris en charge pour des enregistrements audio dans Lecture QuickTime, GarageBand ou pour des conversations avec iChat.




L'autonomie en recul
On a connu les MacBook plus performants sur la question de l'autonomie. Nous avons mené deux tests. Le premier en lecture DVD (Bluetooh et Wi-Fi désactivés, luminosité au maximum et son à 50%) a donné un temps de 2h33. C'est beaucoup moins que par le passé. Les MacBook de 2007, sur la même opération, tenaient aisément 3h voir 3h10 dans le meilleur des cas. Au moins pourra-t-on voir un film dans son entier…

Il faut noter que l'option dans la barre des menus permettant de basculer entre performances maximales (processeur à fond) et autonomie maximale (processeur tournant à cadence réduite) a disparu. Apparemment Mac OS X devient seul juge de sa consommation. Notez également que l'on peut gagner 20 min de rab' en baissant la luminosité de l'écran de 50%. Cela reste jouable en terme de confort de visionnage du film mais ce que l'on perd en luminosité de l'écran on le gagne en reflets...

Second test, celui d'une activité de travail classique avec une connexion Wi-Fi (Bluetooth désactivé) et comme applications ouvertes : Yojimbo, Mail, Safari, iChat, iTunes ou encore Skitch et une souris USB. Notre MacBook 2,4 GHz n'a été laissé que très rarement sans sollicitations et il a tenu 3 heures. Ce n'est évidemment qu'un exemple, chacun utilisant sa machine différemment.

Apple indique 5h d'autonomie pour ses MacBook dans le cadre d'une utilisation dite de "productivité sans fil", à savoir "la consultation sans fil de divers sites web et la modification de texte dans un document de traitement de texte, la luminosité de l’écran étant réglée sur 50 %.." On est donc loin du compte.

Le ventilateur a été pratiquement toujours actif durant notre semaine d'utilisation du MacBook. Sa présence sonore est néanmoins très discrète. On le remarquera dans une ambiance très studieuse, mais c'est de l'ordre d'un doux ronronnement et aucunemment dérangeant ou entêtant.

Et quant au dégagement de chaleur, s'il a pu se montrer vif pendant un encodage iMovie ou Handbrake (avec un DVD dans la machine), on n'a jamais atteint le stade du brûlant où il devient pénible de garder la machine sur ses genoux. La chaleur mesurée par iStats Menu donnait entre 60 et 70°. Ces zones de chaleur sont d'ailleurs très localisées, vers l'écran, une grande partie du portable restant tiède sinon froide.


Les performances en hausse
La carte mère n'a pas été oubliée dans ces travaux de rénovation. Sa vitesse de bus est passée de 800 MHz à 1066 MHz ce qui ne peut qu'accélérer la circulation des informations entre le processeur Core 2 Duo et le contrôleur. Mais la décision la plus significative a été de remiser la puce graphique d'Intel pour un processeur de NVIDIA, le GeForce 9400M.

Comme la puce intégrée d'Intel avant lui, le GeForce 9400M pioche sa mémoire (256 Mo au lieu de 144 Mo auparavant) sur la dotation générale de la machine (2 Go en standard, 4 Go en option). Mais là s'arrête la comparaison. Question performances, on a monté plusieurs marches d'un coup. Depuis toujours, la puce graphique était le principal point faible des MacBook. Suffisante pour une utilisation bureautique et multimédia avec iMovie ou iDVD, elle montrait rapidement ses limites dès lors qu'on souhaitait jouer un tant soit peu de manière "sérieuse". 

Incontestablement, ce modèle change la donne. Peut-être sensibilisé par l'iPhone et son App Store qui déborde de jeux, par les doléances récurentes de bon nombre d'utilisateurs ou par la perspective des futures technologies de Snow Leopard, Apple propose enfin un MacBook capable de se muer en console de jeu. La preuve avec entre autres Quake 4, qui tourne comme un charme en 1024*768 avec les détails graphiques réglés sur "high". Lors de nos tests, le compteur de fps est souvent resté scotché à 60. Même observation avec Prey qui marche de manière tout à fait satisfaisante en 1024*768 aussi.

D'autres tests illustrent le gain de puissance apporté par la solution de NVIDIA. Avec CineBench, le logiciel de mesure de performances en rendu 3D, la différence est manifeste avec ses prédécesseurs, on est dans les eaux des MacBook Pro de génération récente. Au test OpenGL, il réalise un score de 4127, proche de celui réalisé par le MacBook Pro "Penryn" que nous avions testé au printemps dernier. À titre de comparaison, les premiers MacBook Core 2 Duo dépassaient à peine les 1000.


perf%20macbook


Dans notre seconde série de tests (voir le tableau ci-dessus), nous avons exécuté trois scripts Automator : le premier se charge d'encoder une vidéo HD au format iPod, le second duplique et compresse un dossier d'un peu plus de 100 Mo et le troisième effectue une série de manipulations dans Aperçu sur une centaine d'images.

Sur ces tâches le MacBook fait souvent jeu égal, si ce n'est mieux, que le MacBook Pro (le modèle entrée de gamme ) sorti en début d'année. On ne parvient d'ailleurs pas à s'expliquer une telle différence de performances avec le script de manipulation de fichiers. Ces résultats théoriques se confirment dans la pratique. À l'usage, le MacBook est véloce.

Avec cette puce graphique, la capacité à gérer un écran externe a également pris du muscle. On peut brancher jusqu'à un modèle Cinema Display 30 pouces (moyennant un adapteur mini DisplayPort/DVI) et bien évidemment le nouveau Cinema Display 24 pouces avec son iSight et ses haut-parleurs intégrés et disposant d'une prise DisplayPort en standard.


Un vrai nouveau MacBook
Cette première refonte du MacBook depuis sa naissance, en mai 2006, est à marquer d'une pierre blanche. On verra sur la durée comment se comporte cette machine d'allure robuste, mais l'impression est excellente après quelques jours d'utilisation. On est clairement passé à une nouvelle génération. Et pour une fraction d'utilisateurs qui cherche une machine plus compacte, son attrait est réel face au MacBook Pro.

On ne lui trouvera que quelques défauts de gravité variable : un prix en hausse de 100€, un trackpad bruyant, une autonomie qui souffre (mais c'est au bénéfice d'une puce graphique plus puissante) et la disparition, sans contre-partie, du FireWire 400. Mais en fonction de ses périphériques ou de son ancienneté sur Mac ce dernier point sera peut-être un non-événement.

Note

Les plus :

Le nouveau design aluminium élégant et solide Le rétro-éclairage du clavier (absent sur le 2 GHz) L'écran lumineux Les performances générales et graphiques Le trackpad multi-touch Le son amélioré

Les moins :

La disparition du FireWire L'autonomie en baisse Le clic bruyant du trackpad La hausse de prix
8
10

Prix :
1499 euros sur l'Apple Store

avatar FLGB | 
Bravo et merci pour ce test exceptionnel! Superbe travail!
avatar misro | 
C'est donc une très bonne machine. ça tombe bien je viens de commander le même avec 4 gigas de ram et le ssd, ça devrait être réactif...
avatar ShowMeHowToLive | 
Ca m'a l'air d'être une bonne machine. Le MacBook était déjà bon, il ne lui manquait que la coque en alu pour avoir une machine solide. Dommage pour le FW mais sur un portable, je n'en ai pas besoin. Sur une machine de bureau par contre, il m'est indispensable.
avatar bebert | 
Il me tarde de le recevoir. Peut-être demain...
avatar Florian Innocente | 
Chez MacG on bosse avec des MacBook Pro branchés sur des Cinema Display et on se disait, en jouant avec ce MacBook, que finalement, dans notre type d'utilisation, il pourrait largement suffire. Qu'un MacBook Pro n'est pas indispensable. Ce MacBook c'est assez puissant pour les applis qu'on utilise, on stocke l'essentiel sur Internet et quand on a besoin de les emmener c'est plus léger.
avatar Goli | 
Excellent test, merci les gars !!!!! Il paraît que le MiniDisplay véhicule et son et image ! Et le DVi de l'autre bout, rend-il le son aussi ? Aurais-je image & son sur ma télé avec MiniDisplay--> DVI ??
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Merci pour ce test !
avatar Zédick | 
Bonsoir, Bravo pour ce test très complet et bien présenté. Superbe machine, si le Mini tarde trop je prendrais celui-ci à 1499€. Je crois qu'il y a une erreur sur la première page du test concernant justement le prix. Sauf erreur cette machine est 100€ plus cher (et non moins comme indiqué) que l'ancien MacBook noir qui était à 1399€.
avatar Zédick | 
@Goli : Non le DVi ne véhicule pas le son, il faut du HDMI que le nouveau MacBook n'a pas l'air d supporter :-(
avatar vincent.l1 | 
j'ai reçu le mien hier (même configuration que dans le test) et j'en suis très satisfait: apparence plus robuste que le MB blanc finalement on se fait très bien au trackpad (la gesture 4 doigts fini par devenir indispensable ) j'étais plus dubitatif sur le clic-tap et aprés 2 heures à supporter le bruit du trackpad enfoncé on s'y résoud :)) et surtt on gagne en surface clicable. trés silencieux , on est loin du MB blanc qui démarre / pousse son ventilo à fond on ne sait pas trop pourquoi. bref après avoir hésité avec un MBP finalement me voilà rassuré sur mon choix
avatar DrFatalis | 
C'est très bien, mais c'est trop cher.
avatar 13domino | 
J'ai le même modèle depuis jeudi et j'en suis très content. Le test est très bien mais je tiens à préciser que sur mon modèle les touches sont bien positionnées. En ce qui concerne l'autonomie j'ai tenu plus de 5 heures avec le wifi, luminosité à 50% (le soir donc sans doute un peu moins), sans bluetooth et sans souris, skype (mode texte) et safari en surf plus ou moins intensif (test réalisé le soir de la livraison avec trois amis qui ont testé le nouveau trackpad en browsant + un peu d'iphoto). Rien à redire en fait...
avatar Le docteur | 
Mais pires peurs sont confirmées : une autonomie qui baisse de près d'un tiers, l'absence firewire, l'accès à la batterie par une trappe (là ils font très fort !). Pour moi c'est clair, ma prochaine machine sera un ancien modèle ou un PC
avatar Frodon | 
[quote] l'accès à la batterie par une trappe (là ils font très fort !). [/quote] Euh c'est quoi le problème de ca??? L'accès à la batterie est au moins aussi aisé qu'avant, voir même plus car il n'y a plus de besoin de piece de monnaie ou autre outil pour la retirer.
avatar blackout | 
"Euh c'est quoi le problème de ca??? L'accès à la batterie est au moins aussi aisé qu'avant, voir même plus car il n'y a plus de besoin de piece de monnaie ou autre outil pour la retirer." Des fois, il ne faut pas chercher à comprendre car on pourrait s'énerver.^^ Super test, je reçois le miens vendredi, vous m'inquiétez un peu pour l'histoire du clavier qui penche ...
avatar igrec | 
Comme Florian, je bosse avec un MBP connecté à un écran externe. Mais je suis plus modeste : ce n'est qu'un 19 pouces. Tout juste après avoir le nouveau MB entre les mains, je me suis la même remarque : voici la machine qui peut remplacer mon MBP pour mes usages - bureautique, Aperture, FCE (si, si !). J'attends mon nouveau MB alu dans les jours qui viennent. Je n'ai qu'une petite crainte : que les 1280x800 pixels ne me suffisent pas. Mais j'ai fait des essais sur mon MBP dans cette définition, avec Aperture et FCE, et je pense que ça pourra aller. Surtout, j'attends avec impatience de réduire de 400g le poids que je transporte régulièrement sur le dos ;)
avatar Le docteur | 
Ben déjà la pièce c'était pas forcément pratique, mais admettons que c'était l'Apple's touch. Par contre devoir démonter une trappe et la poser sur le côté si à un moment on veut éviter de trop laisser l'ordi avec la batterie sur le secteur... Sans compter la fragilité de la chose. Franchement je considère que cette machine est largement en baisse par rapport aux modèles précédent. L'unibody c'est du concept fumeux qu'on nous fait payer très cher. Idem pour leur circuit graphique. Espérons que c'est le rétroéclairage et non ce truc qui pompe de l'énergie à ce point (avec un écran LED pourtant)... parce que me taper une machine à autonomie réduite pour que les gamins puissent se taper leur saleté addictogène de WOW, merci.... Bon, je continue à espérer que c'est le clavier rétro-éclairé (heureusement non disponible sur les "entrées de gamme") qui pompe, parce que sinon cette machine c'est un des plus beaux recul d'Apple en terme de qualité depuis un bon paquet d'années. De toute façon, faire entrer N'vidia c'était une connerie : les circuits Intel étaient parfait pour l'usage normal d'un portable, suffisants, solides et peu gourmands. Je suis un vrai MacFan, mais je crois qu'effectivement, si Apple ne fait pas un virage dans l'autre sens, je ne rachèterai pas un Mac, et pourtant je les aime les Macs. J'ai déjà été très déçu par Léopard qui continue de m'emmerder arrivé à la 10.5.5 (je serais revenu sous Tiger si je n'étais pas amoureux de la dernière version d'OmniGraffle et si Apple ne nous privait pas abusivement du clic droit à deux doigts sous le tigre). Là je vais de déception en déception depuis quelques temps... Je découvre des côtés d'Apple qu ne me plaisent pas du tout. T'as qu'à t'acheter une souris bluetooth... je le fais... T'as qu'a acheter un adaptateur VGA .. bon, il était livré avec le PB, pour le prix c'était pas du luxe... t'as qu'à t'acheter une caméra USB, un autre adaptateur VGA... Non, mais ça va, oh ! Y'a pas marqué gogo, non plus !
avatar Le Gognol | 
"Second test, celui d'une activité de travail classique avec une connexion Wi-Fi (Bluetooth désactivé) et comme applications ouvertes : Yojimbo, Mail, Safari, iChat, iTunes ou encore Skitch et une souris USB. Notre MacBook 2,4 GHz n'a été laissé que très rarement sans sollicitations et il a tenu 3 heures." Combien de temps tient l'ancien MacBook dans les mêmes conditions ?
avatar pim | 
Les critiques ont fusé sur le fait qu'Apple se limite aux Intel GMA 950 puis 1300 pour son MB, maintenant que NVIDIA est "de retour" comme sur le feu PowerBook 12", tout le monde tire à boulet rouge sur l'autonomie... Moi je dis qu'il faut attendre le deuxième semestre 2009, la solution d'Intel sera de retour en force à ce moment là. Donc les aigris, soit vous prenez une machine d'occasion, soit vous attendez en laissant vos économies au chaud ! @ Le Gognol : pour le MB avec une GMA 950 et un Core 2 Duo à 2 GHz, c'est 5 bonnes heures, garanties ! Pour ma part, j'attends que Apple finisse ce qu'elle a commencé concernant la suppression de l'inutile lecteur optique dans les MacBook et MacBook Pro - sur le modèle du MacBook Air. En attendant ce jour où nous gagnerons 300 grammes de plus, vu la facilité de démontage on peut mettre plein de chose à la place du lecteur optique : un second disque dur, une seconde batterie, ou même rien du tout !
avatar ispeed | 
igrec tu sembles emballer, mais si tu utilises FCE vérifie bien que ta caméra soit en usb sinon ton film ne pourra pas être importer sur le MB
avatar Gimli fils de Gloin | 
heu le macbook blanc de base grave bien les dvd hein
avatar Orpioo | 
Pour ceux qui se demandent pourquoi, avec un écran led et un processeur moins gourmand, le MB perd en autonomie, pensez tout simplement qu'Apple à fait des économies sur la batterie en en fournissant une moins puissante. Petite note destinée aux constructeurs tiers un peu moins radin qu'Apple (donc tous): retirer le graveur et y mettre le DD à la place permet de se faire un emplacement batterie sur toute la longueur du MB, et donc d'en augmenter généreusement la capacité. MB reçu cet après-midi. Petites touches en vrac me concernant. Et rayure en prime sur la coque alu' (bien visible). A 1200,00€ la passe, j'aurais bien voulu que une courtisane impeccable (je n'ai pas le temps pour le moment, mais je ferai les efforts nécessaires pour qu'on m'arrange ça). Mais sinon, je suis d'accord, c'est vraiment une belle évolution du MB. Les défauts que supposaient l'utilisation du plastique sont autant d'atouts nouveaux lorsque le matériau utilisé est de l'aluminium (qui plus est usiné de cette manière). Le prix est par contre trop élevé. Je suis persuadé que Apple profitera de l'effet nouveauté pour gonfler les prix pendant quelques mois, pour revenir à un prix plus fédérateur vers juin (soit 999,00€ TTC).
avatar Le docteur | 
L' "aigri" possède précisément un PowerBook 12". C'est une machine très sympa, mais son gros point noir c'est précisément la carte graphique. - Performances franchement pas convaincantes - Problèmes graphiques étranges (je n'ai jamais eu la barre transparente en haut, j'ai parfois vu disparaître sans raison certaines fonctions avancées qui devaient normalement être gérées par ma machine). - Autonomie bien basse par rapport à un iBook 12". Je sais que dans un Powerbook ça fait pas sérieux, mais j'aurais bien échangé cette carte buguée et gourmande avec le circuit graphique de l'iBook qui, lui, marche parfaitement et semble-t-il de façon plus efficace. Pourtant je ne suis pas forcément fan d'ATI. Le circuit Intel par contre m'inspirait complètement confiance : le mieux pour une machine (si ce n'est pour le jeu) c'est du Intel tout intégré. On est "aigri" quand on veut une machine autonome et fiable pour bosser et qu'on voit que le parti de ceux qui gueulait qu'il n'y a que "des circuits de merde" sur les MacBook a eu le dessus.
avatar Le docteur | 
Quant à l'inutilité du lecteur optique, c'est aller un peu vite en besogne, tout ça pour 300 grammes, ça va deux secondes les coupes dans le matériel parce que quelques-uns décident que tout le monde doit se passer de ce qu'ils estiment inutiles.
avatar Florian Innocente | 
Au fait est-ce que quelqu'un a commandé (et reçu) son adaptateur DisplayPort/autre chose ? On l'a commandé le jour de l'annonce et toujours rien reçu de l'Apple Store.
avatar Florian Innocente | 
@ Zédick : tu as raison j'ai corrigé. @ Le Gognol : je n'ai pas d'ancien MacBook pour comparer dans ce type d'utilisation, en mode "travail". Mais j'avais fait le test d'autonomie avec le DVD sur ces anciens modèles. Et vu que l'autonomie était supérieure, je suppose qu'en utilisation Internet ces anciens MacBook étaient meilleurs aussi. @ le Docteur : dans les deux tests d'autonomie que j'ai fait, le clavier n'était jamais rétro-éclairé.
avatar Le Gognol | 
Il y a vraiment 2 heures de moins d'autonomie en usage courant que l'ancien ?
avatar ironseb | 
C'est cher, ça brille… le nouveau crédo du Mac. Pour la première fois je songe réellement à passer sous PC. Seul mes nombreux documents Keynote et ma biblio iPhoto me retiennent. Jusqu'à quand ?
avatar Florian Innocente | 
@ ironseb : si c'est le brillant qui te gêne je ne suis pas sûr que passer sur PC soit la solution... Parce que côté écrans glossy ils sont tous le doigt sur la couture.
avatar stratovirus | 
Excellent ce test, qui confirme mes impressions lors de la Keynote, trop cher, pas d'accord avec le concept que je qualifie de "brutalité bestiale" pour les modifs du genre suppression du firewire, pas d'option d'écran autonomie etc… je vais me répéter, je ne suis pas le seul non plus, donc vous connaissez le refrain… Par contre, je me faisais la même réflexion, un MacBook pourrait être suffisant en nomade, et un grand écran au bureau… En tous cas, je ne tiens pas à essuyer les plâtres, c'est ma politique depuis quelques années, raison pour laquelle je suis toujours sous Tiger aussi, j'attend que Léopard soit vraiment un félin, et pas un chaton qui ne sait même pas encore miauler correctement… On va attendre gentiment Janvier pour voir les annonces de la MacWorld, ensuite les nouveaux proc d'Intel, d'ici là la Pomme aura peut-être corrigé son tir, corrigé et rectifié ses erreurs. Et puis, la crise va continuer, donc Apple devra bien aussi faire des efforts pour maintenir sa croissance… Je suis prêt à parier qu'ils baisseront les prix après Noël… ;) Wait & See
avatar stratovirus | 
@ ironseb Je me sens moins seul, moi aussi, je me disais tant qu'à faire, m'amuser à passer Léo sur un PC,
avatar momo-fr | 
Pour l'avoir eu dans les mains avec un ancien blanc à côté il fait "plus petit" avec son bandeau noir autour de l'écran. la qualité de fabrication saute aux yeux, c'est un petit MacBook Pro ça fait vraiment plus solide dans les mains. Le multitouch par contre je suis plus réservé, j'aime moins le côté "patinoire" du trackpad et l'évidence des gestes et la sensibilité par défaut ne sont pas terrible, j'ai bien galéré 10 minutes avant d'avoir le sentiment que la bête m'obéissait. Ça reste un beau petit MacBook, sans doute le futur portable pour ma boîte, mais en Rev B SVP.
avatar Pierre H | 
Par contre, comment on justifie la différence de prix entre les deux modèles ? C'est un peu abuser que de demander 300 euros pour un proc un poil plus rapide et un disque un peu plus gros, non ?
avatar ironseb | 
@ Pierre H La marge, la Sainte Marge.
avatar Mickjagger | 
Pierre H: Ben chez Apple on est taquin, on a bien vu qu'il y'avait pleins de clients (je suis gentil j'ai pas dit pigeons) pour un MacBook noir vendu bien plus cher que le blanc quasi identique... Donc on continue à faire des prix un peu artificiels tant que ça marche. Un MacBook blanc en donne plus pour son argent face aux nouveaux alus, même si la coque intérieure est plus fragile (encore que, un impact sur l'alu parfois c'est pas beau à voir). Ou alors on attend sagement le refurb, une planète un peu plus proche des réalités financières!
avatar DrFatalis | 
"Apple offre d'ailleurs un petit chiffon doux " - Inacceptable! Comment avons nous pu laisser passer ça! Remplacez le par un ichiffon en peau de licorne vendu 99 € en option dans la rev B - Bien Steve
avatar Le docteur | 
.. en même temps, un adaptateur en plus du chiffon doux, ça n'aurait pas été du luxe..
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Votre ventilo a un problème. Le mien ne tourne jamais ou seulement quand j'ai épuisé la RAM.
avatar angstrom | 
8/10 !!!! surprenant apres l'énumeration des critères négatifs dans la collone des moins .... autonomie en baisse, disparition firewire, bruit, prix elevé.... il faut quoi pour avoir sous la moyenne chez vous ?
avatar studdywax | 
Je suis deçu par cette machine... le prix ne justifie plus du tout l'achat...Je garde mon anicen macbook : aucune évolution (arretez avec le Unibody !!) voir même un recul face a la génération précedente (autonomie, prise disparu et adaptateur hors de prix...) Apple se fout du monde...
avatar Florian Innocente | 
@ angstrom : le FireWire disparu, comme je le dit à la fin, selon le profil de l'acheteur certains s'en fichent complètement. Ce n'est donc pas un défaut absolu. Idem pour le bruit du trackpad. Moi je trouve ça gênant mais d'autres diront que non, il y a une part d'appréciation toute personnelle. Donc là aussi je ne vais pas amputer la note à mort pour ça. Pour l'adaptateur je ne sais trop quoi penser. J'ai chez moi une collection d'adaptateurs Apple qui m'ont été offerts avec mes achats et dont je n'ai que faire. En plus il aurait fallu mettre un ou deux adaptateurs ? (VGA et DVI). Et pour ceux qui utilisent leur MacBook tout seul (il doit y en avoir pas mal) ? Le côté option me chagrine moyennement, par contre les prix de ces adaptateurs sont délirants. Enfin l'autonomie oui c'est dommage, toutefois on reste dans des durées raisonnables. J'ai pas dit excellentes, j'ai dit raisonnables. Et comme disait quelqu'un, faut pas râler quand on avait une carte graphique pourrie et maintenant râler parce qu'on en a une bonne et que ça joue sur l'autonomie. Et puis 8/10 c'est jamais que 16/20. Ca laisse de la marge pour arriver à l'excellence : 8,5…9… 9,5... Mettre en dessous de la moyenne ça aurait été quand même abuser.
avatar MacDays | 
Moi en tout cas, après avoir lu les retours des premiers servis, et l'avoir utilisé dans un magasin, j'attend la revB : PROBLEMES LIES AU DESIGN. L'unibody, je trouve ça magnifique, mais : - cracher 1500 euros dans une machine et se retrouver avec les touches de travers, ça me casse les genoux. - le click du trackpad méga-révolutionnaire-sans-bouton à 60 dB faut arrêter de déconner - je me fous que l'écran soit brillant personnellement, ne faisant pas de montage vidéo longue durée, mais avoir une dalle aussi MERDIQUE (et je pèse mes mots), merci (cf difficultés pour avoir une image bien contrastée...). Si je ne fais pas de vidéo, je fais de la photo, et franchement, passer à ça, berk. UPGRADE TECHNIQUE NON MATURE ! C'est bien beau de nous foutre du Nvidia, de la DDR3 et des bus à 1066 Mhz, mais : - le portable s'affole au niveau température dès qu'on l'utilise sérieusement (les retours de température à 100 degrés me font HALLUCINER personnellement. J'aurai volontiers gardé le Chipset Intel, moi) - Conséquence de l'augmentation de la puissance : l'autonomie est en chute libre, et c'est peu dire. Là, franchement, je vois pas, sur un portable, l'intérêt d'en doubler la puissance technologique, si on est pas foutu de lui assurer plus de la moitié de l'autonomie qu'il avait avant. Ca me fait penser à des technos qu'on pousse dans leurs derniers retranchements pour justifier commercialement une nouvelle génération de machine, alors qu'on ne fait que pousser une génération de processeurs dans des limites qui sont pour moi non acceptables en utilisation portable... Bref, Cette RevA sent la fin de génération. L'Unibody est un leurre, on est bien restés dans la même époque technologique. TECHNOLOGIES VIEILLISSANTES. L'unibody représente l'écrin de la prochaine génération de technologies : - Intel i7 (vrai 4 coeurs) - USB 3 - Snow Leopard Là, c'est un peu comme si on avait une vieille peau dans du Dior... Bref, je garde ma tune pour février moi..
avatar Le docteur | 
Je le redis : ce ne sont pas les mêmes qui râlent sur la carte graphique "pourrie" (selon des critères de gamerz venant d'en face) et ceux qui râlent sur l'autonomie. J'ai toujours dit, et je le répète que les circuits Intel étaient parfaits : largement suffisants et bons pour l'autonomie. Il faudrait arrêter de répèter sans cesse que certains râlent toujours quand des intérêts sont clairement divergents et que ce sont les ados gamerz qui ont été favorisés, cad précisément ceux qui hurlaient à la mort à propos des cartes graphiques "pourries". Qu'ils retournent sous Windows... Euh! non, c'est moi qui vais devoir y retourner, c'est tout de même un monde : ce sont les switchers qui vont me pousser à contre-switcher. Tant qu'à se faire avoir, autant se faire avoir pour moins cher avec des connectiques raisonnables et utiles... par contre je ne sais pas effectivement si je trouverais mieux pour l'autonomie. :(
avatar tdav92 | 
Merci beaucoup pour ce test et ces magnifiques videos :D
avatar Jymini | 
@innocente Oui, j'ai reçu un adaptateur mini DisplayPort vers DVI dans la boite du MacBook. Il est plus jolie que le même en mini-VGA mais il reste incompatible avec l'adaptateur Apple DVI vers VGA. Le connecteur sur le MB est à l'usage moins bien placé que sur les précédents MacBook. C'est moins facile d'accéder aux USB une fois l'adaptateur branché. Et il n'existe toujours pas de mini DisplayPort vers vidéo et vers DisplayPort standard.
avatar Le Gognol | 
Le Docteur : je ne joue jamais sur mon Mac et pourtant je suis bien content d'avoir une carte graphique relativement costaud, vu que cela sert de plus en plus aussi pour autre chose que les jeux...
avatar Le Gognol | 
D'après le test sur macplus.net, l'autonomie est bien de 5 heures en usage "web" normal (luminosité à 50 % et Safari).
avatar afficiomacos | 
Bon voilà j'utilise le nouveau MB (2,4 Ghz) depuis une semaine, je dois dire que je suis très impressionné par cette machine. J'avais un MBP 2,4 Ghz qui a flanché après 18 mois d'utilisation intensive. Ce MB est de finition très pro, contrairement aux premiers MB. L'écran brillant? J'en avais déjà un sur le MBP et ça ne m'a jamais gêné. Cette machine est très silencieuse, l'autonomie de la batterie est très bonne, elle ne chauffe pas (quelle nouveauté par rapport au MBP!) et je la trouve presque plus rapide que le MBP qui a pourtant le même processeur. Notez bien que je fais ma comparaison par rapport à un MBP, pas à l'ancien MB. Verdict: 9,5/10 - Pourquoi pas 10/10? Il me faut encore quelque temps pour m'adapter à l'écran 13"... Mais bon puisque le cinema display 24" est maintenant disponible, je vais craquer je le sens.
avatar Atchoum | 
Hello, j'ai le mien depuis maintenant un mois et du coup, passé l'émerveillement, j'ai un avis contrasté. Globalement c'est une bonne machine : je voulais un portable Apple performant et plus petit que mon macbookpro 15" et il remplit bien ce rôle. pour ce qui est des défauts : L'absence de FW400 est un problème (tous mes disques externes étaient FW et mon camescope itou) mais pas un handicap (mes postes fixes ont toujours le FW400). L'écran brillant est vraiment une bêtise: l'effet miroir est très présent et c'est dommage qu'Apple ait cédé à cette mode inepte. La batterie : quelle bêtise de l'avoir mise dans cette trappe sous capot; le système précédent sur les MBP est infinement plus facile et agréable. (et je ne parle pas de la languette en plastique sur al batterie pour la sortir de son logement) Le trackpad : dommage qu'il ne soit pas mieux configurable. Après des années d'usage pour moi la zone du bas c'est le clic mais pas le clic droit. J'aurais aimé avoir un clic droit en haut à droite : ce n'est pas possible, dommage. J'ai souvent la main qui glisse à plus de 50% du trackpad et donc mon clic gauche devient droit... La machine est réactive, agréable, silencieuse, pas lourde. Le clavier noir est moins classieux que les métallique mais il est agréable. Je ne regrette pas son achat malgré ses inconvénients.
avatar Atchoum | 
Ah oui, un autre truc gênant : tous les ports USB sont à gauche de la machine.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR