Windows 9 : la version de la dernière chance ?

Christophe Laporte |

Paul Thurrott, l’un des observateurs les plus avisés de Microsoft, livre dans un billet une série de révélations concernant l’avenir de Windows. En gestation depuis un certain temps déjà et portant le nom de code Threshold, il devrait voir le jour en avril 2015, estime le blogueur. La journaliste Mary Jo Foley, généralement bien informée elle aussi, avait tenu des prévisions similaires le mois dernier (lire : Threshold : les différentes versions de Windows rapprochées en 2015).

25 millions de Windows 8.1 seulement

Pour Paul Thurrott, cette version revêt un enjeu capital pour le géant du logiciel. Windows 8, explique-t-il, est bien plus dommageable pour Microsoft que ne veut bien l'admettre ce dernier en public. Windows 8.1, mise à jour gratuite pour les possesseurs de la version 8, est installée sur moins de 25 millions de PC : « un désastre » assène Thurrott. On aimerait pouvoir comparer ce chiffre à celui du nombre de Mac tournant sous Mavericks.

Mais l’enjeu n’est pas là pour Microsoft. Thurrott rappelle que Windows compte plus d’un milliard d’utilisateurs. Quand bien même Windows 8.1 va dans le bon sens, cela reste insuffisant. Avec Threshold, Microsoft doit réussir un grand écart : proposer un système d’exploitation plus proche des anciennes habitudes des utilisateurs tout en les amenant à en prendre de nouvelles, induites par les nouveaux terminaux. Paul Thurrott résume la situation en une phrase assassine : « En somme, il (Threshold) doit être tout ce que Windows 8 n’est pas ».

L’une des principales informations apportées par le journaliste, c’est que Microsoft souhaite changer le nom de son système d’exploitation afin de marquer une vraie rupture dans les esprits. Pour l'heure, Microsoft envisagerait d’appeler cette version Windows 9 et laisser tomber toute filiation à Windows 8.x, mais d’ici l’année prochaine les choses peuvent évoluer.

BUILD, la conférence développeurs de Microsoft, programmée du 2 au 4 avril, devrait être un élément clé de ce dispositif. Ce sera pour Redmond une manière de tourner définitivement la page Steven Sinofsky et bien plus d’ailleurs. L’homme a occupé notamment le poste de président de la division Windows entre 2009 et 2012, avant d’être remplacé par Julie Larson-Green sitôt Windows 8 commercialisé (lire Microsoft : le patron de Windows prend la porte). Lors de cette conférence, Redmond présentera sa vision pour l’avenir de Windows avec comme ultime objectif d’exciter la curiosité de ses clients. Tout un programme…

Julie Larson-Green à la conférence BUILD 2011
Julie Larson-Green et Steven Sinofsky à la conférence BUILD 2011

Contrairement à l’usage, les développeurs assistant à cette conférence ne devraient pas repartir avec une bêta. Pourquoi ? Le développement en tant que tel de Windows 9 n’aurait pas encore commencé. Microsoft serait en train de peaufiner le cahier des charges du successeur de Windows 8.1 et lancerait les grandes manoeuvres seulement à la fin du mois. Metro 2.0, l'interface, sera à ne pas en douter l’un des grands axes de développement de cette mouture.

Dans son billet, Paul Thurrott insiste sur le fait qu’à certains égards « Windows 8 est le prochain Vista ». Parmi les problèmes de Microsoft, il y a indiscutablement des soucis de timing. Windows Vista est arrivé au moment où les netbooks décollaient. Ces derniers l’ont snobé, car il n’était pas du tout adapté à ce type d’usage.

Windows 8, en ce qui le concerne, est arrivé au moment où les tablettes sont en train de tout changer et pour de bon. Là encore, pour des raisons différentes, le logiciel système de Microsoft ne s’est jamais véritablement imposé sur ce type d’appareils. Microsoft a toujours insisté sur sa volonté de proposer avec Windows 8 un OS unique et sans compromis, apte aux ordinateurs comme aux tablettes, une affirmation battue en brèche par la suite une fois l'OS mis entre les mains des clients.

Windows 8 : un air de Windows Vista ?

Pour Paul Thurrott, Windows 8 a fait reculer Microsoft, et Windows a des années de retard sur la concurrence. Et de douter de la capacité de Redmond à revenir dans la course. C’est en tout cas l’objectif numéro un du successeur de Windows 8.

L’une des principales annonces du CES reste le projet Dual OS d’Intel qui doit permettre aux fabricants de proposer des terminaux sur lesquels Windows et Android peuvent tous deux cohabiter. Il n'a été que peu abordé durant la conférence du fondeur, mais son existence témoigne que, plus que jamais, les intérêts des deux groupes - Intel et Microsoft - qui ont dominé pendant près de deux décennies l’informatique divergent dorénavant.

Alors qu’indiscutablement Microsoft vit un moment clé de son histoire, le groupe cherche toujours un successeur à Steve Ballmer avec comme mission d’enrayer un déclin qui paraît inéluctable. Bill Gates serait très impliqué dans ce processus, preuve de son attachement à Microsoft, mais il n’envisagerait pas pour autant de reprendre les rênes de la société qu’il a amenée au firmament.


avatar _mabeille_ | 

@philoo34

Perso j'ai des serveurs qui ne redémarre pas tous les ans ...
seveurs 2012.
cela dit tout est perfectible et le sera.

Il n'y a pas de commune mesure entre sql server et oracle.
les produits Ms ont aussi des limites.
ils plus adaptés à certaines structures moins à d'autres.

c'est bateau de dire ça d'autant qu'on le dire pour mac server, unix ...

avatar BeePotato | 

@ _mabeille_ : « c'est bateau de dire ça d'autant qu'on le dire pour mac server, unix ... »

Tout à fait.
Du coup, on a bien le droit de le dire au sujet des produits Microsoft, non ?
Tout bateau que ce soit, il est utile de rappeler régulièrement cette évidence face à des personnes qui semblent croire que telle ou telle solution est la plus adaptée à toutes les situations et tous les usages.

avatar Dwigt | 

On s'est mal compris. Je ne parlais pas d'un effondrement de Microsoft du côté des OS de bureau. C'est surtout que Microsoft risque de se faire brouter ses positions globales, bureau + appareils mobiles.
C'est du côté des appareils mobiles que Microsoft est encore très mal barré, alors que c'est la catégorie en pleine croissance. Et le très mauvais accueil réservé à W8 est en train de précipiter le déclin des PC de bureau en matière de pertinence sur le marché global de l'informatique.

Avant, quand Microsoft et Intel décidaient de quelque chose, tout le monde s'alignait directement (l'industrie du PC) ou indirectement (Apple, qui était obligé de réagir et de trouver une technologie équivalente). Demain, si Microsoft a vraiment loupé le coche avec W8, les PC continueront à être équipés de Windows mais ça sera par défaut, sans qu'il y ait plus d'enjeu. Microsoft risque de fournir l'OS, comme d'autres fournissent le BIOS, d'autres le clavier, d'autres la dalle de l'écran, et ça ne servira qu'à faire tourner les applications. On risque de ne plus avoir les éditeurs qui essayent de coller au plus près aux évolutions de l'OS comme c'était le cas il y a quelques années, parce qu'ils s'en désintéressent désormais. Tu n'as plus une industrie rivée autour de Windows comme c'était le cas à l'époque de XP. Quand Microsoft sort un nouveau Windows, tout ce qu'on a, ce sont des utilisateurs plus (W7) ou moins (Vista, W8) satisfaits des modifications décidées par Microsoft.

À l'inverse, aujourd'hui, quand iOS ou Android adoptent une technologie, tu as aussitôt des éditeurs qui essayent d'en tirer parti et le concurrent qui propose quelque chose d'autre assez vite, parce que ce sont des choix qui ont de l'impact et du potentiel. Ce que propose Microsoft avec Windows Phone n'a pas la même importance, et c'est ce qui fait qu'aujourd'hui Microsoft, malgré ses parts de marché sur les OS de bureau, risque de devenir un acteur de second ordre, dont les choix ne sont pas suivis de prêt par le reste de l'industrie et des utilisateurs.

avatar joneskind | 

@Dwigt

Je partage parfaitement tes deux derniers commentaires.

D'abord parce que Paul Thurrott c'est un peu le Walt Mossberg de Microsoft, et qu'il fait partie de ses soutiens historiques. Donc sa parole a une crédibilité indéniable.

Ensuite parce que Windows 8 a peut-être bien accéléré l'émancipation des fondeurs et constructeurs, que ces derniers ont appris à faire sans Microsoft et qu'il est désormais impossible de revenir en arrière. Avant, Microsoft avait le pouvoir parce qu'un ordinateur sans Windows ne se vendait pas. Mais aujourd'hui c'est différent. Les clients ont appris à vivre sans Windows, donc les constructeurs ont pris un pouvoir considérable dans les négociations, notamment sur les prix de la licence OEM. De fait, ça va être très difficile pour Microsoft d'imposer sa licence OEM si la même machine peut-être vendue sous Linux ou Chrome OS pour 30 ou 50$ de moins.

Enfin, quand on parle de 90% de parts de marché, on ne parle QUE des PC (Mac compris évidemment) donc sans prendre en considération les gens qui se contentent désormais d'une tablette et qui n'achèteront plus de PC (chez moi c'est le cas de chacun de mes parents, et d'une copine enseignante qui remplacera son MacBook par une tablette Android). Je crois que si on considérait l'ensemble des périphériques qui permettent d'exploiter la puissance informatique, donc disons composé d'un écran, d'un clavier virtuel ou non et d'une interface de contrôle type tactile ou souris, en d'autres termes, si on arrêtait un peu le distinguo stérile entre OS Desktop et OS tactile, si on mettait dans la balance tous les périphériques Android et iOS, Windows et Microsoft seraient carrément dans les choux.

Je finirai en me plaçant du côté d'Intel. Si Intel parvient à s'imposer dans le mobile avec ses puces X86, elle ne verra plus le marché global informatique comme "les PCs d'un côté, les mobiles de l'autre", mais comme un marché unifié. Et c'est bien le risque pour Microsoft que de se retrouver diluée dans l'ensemble du marché de l'informatique. D'autant plus que Microsoft est la dernière boite à vendre des licences d'OS.

Bref, à court terme l'avenir de Microsoft n'est pas rassurant, à long terme il est carrément inquiétant.

avatar patrick86 | 

@joneskind :

L'avenir de Microsoft ne m'inquiète pas. Comme tu l'as dit, le marche s'ouvre à d'autres OS et c'est tant mieux (à condition que Google ne prenne pas toute la place).

Microsoft a probablement commit l'erreur de se reposer sur son monopole et son emprise sur les constructeurs...

avatar joneskind | 

@patrick86

"L'avenir de Microsoft ne m'inquiète pas"

Oh mais moi non plus ! Tu sais bien que je ne suis qu'un fanboy aveugle servilement acquis à la cause de Saint Steve ^_^. J'essayais juste de me mettre à la place du prochain patron de Microsoft, de faire preuve d'empathie en somme.

"à condition que Google ne prenne pas toute la place"

On est d'accord. Aucun intérêt de détrôner un tyran pour en mettre un autre à sa place. L'idéal serait un équilibre ⅓ ⅓ ⅓ entre MS, Google et Apple/Linux. (Oui je mets Apple avec Linux et pas Google parce que je considère Google comme un exploitant du Libre et Android comme un faux Linux faisant tourner une VM Java, alors que iOS/OSX est un vrai système UNIX et Apple est quand même productrice de quelques solutions libres importantes (OpenCL, Cups, WebKit etc).

"Microsoft a probablement commit l'erreur de se reposer sur son monopole et son emprise sur les constructeurs..."

Nul Empire est immortel. En particulier les Empire bâti sur la domination et le rapport de force.

avatar patrick86 | 

@joneskind :

"Tu sais bien que je ne suis qu'un fanboy aveugle servilement acquis à la cause de Saint Steve ^_^. "

Autant pour moi ;)

"J'essayais juste de me mettre à la place du prochain patron de Microsoft, de faire preuve d'empathie en somme."

Ça risque en effet d'être difficile pour lui. Au pire, il appellera Bill à la rescousse.

"Aucun intérêt de détrôner un tyran pour en mettre un autre à sa place."

Élémentaire. Bien que ce soit courant de nos jours.

"parce que je considère Google comme un exploitant du Libre"

J'ai tendance à croire que Google n'ait pas très bien compris le principe du logiciel libre, et qu'ils pensent que ça veut dire qu'ils seraient libres de faire ce qu'ils veulent, y compris des données des utilisateurs.

--

Peu importe les proportions, du moment qu'il y a de la place pour tout le monde et du CHOIX.
Ça va venir, même si ça peut prendre du temps.

avatar _mabeille_ | 

c'est mignon comme ils se font de mamours ce deux là. ;-)

si Microsoft a été le rouleau compresseur pendant des années, je crains pas Apple du tout mais Google bien plus.
Si 1984 il y a ce sera au travers de Google et notre surveillance commerciale constante. Tu ajoutes à ça la NSA et bon bin on y est. TA machine et TA connexion sont exploitées pire TA vie privée est exploitée par? Google et consort.
Pas par des fabricants d'os et de machine comme Ms et Apple mais de vendeurs de contenus et d'Apps.

avatar patrick86 | 

"je crains pas Apple du tout mais Google bien plus."

De même.
On sait au moins que ce n'est pas Apple qui va imposer son OS partout. Et comme tout le monde n'achète pas et n'achètera pas du matériel Apple, il y aura toujours de la place pour les autres.

---

"Si 1984 il y a ce sera au travers de Google et notre surveillance commerciale constante. Tu ajoutes à ça la NSA et bon bin on y est"

Oui, mais ne soyons pas naïfs. Google n'est pas la seule concernée. Ni la NSA.
On sait que la DGSE collabore avec le GCHQ (britannique).
La France est parmis les leaders mondiaux du Deep Package Inspection. Cette même France qui exporte par bateaux entier sa "démocratie" et ses "droits de l'Homme", participe activement à des plans de surveillances.

"TA machine et TA connexion sont exploitées pire TA vie privée est exploitée par? Google et consort."

Google… et BEAUCOUP d'autres. Y compris les gros opérateurs.

avatar _mabeille_ | 

@ patrick86 je les prenais en peu comme porte drapeau.

avatar Dwigt | 

Google n'a en fait même pas intérêt à prendre toute la place. Ça leur ferait des responsabilités et des contraintes de la part de la justice américaine ou européenne.

Tout ce qu'il leur faut, c'est être incontournables, qu'ils soient leaders sur quelques créneaux pour que les autres OS ne puissent pas se débarrasser de leurs technologies avec des solutions concurrentes.
Ils sont leaders avec Android : les gens utilisent en masse leur moteur de recherche, Gmail et Google Docs et tous les autres OS doivent tenir compte de ces produits, rester compatibles avec eux et, du coup, les pubs de Google s'affichent sur toutes ces plateformes.
Apple a voulu se passer de Google avec son propre service de cartes, qui n'était pas au point : Google est revenu avec une application officielle que des millions de personnes ont téléchargée dans les heures qui ont suivi. C'est avec des choses comme ça que Google est incontournable : on ne peut pas les boycotter sans que les utilisateurs se rebiffent.

Je ne pense pas que Google ait par exemple envie de "tuer" iOS, comme Microsoft voulait à un moment tuer le Mac. Google fait une bonne part de ses recettes publicitaires avec des appareils sur iOS, alors qu'ils n'ont même pas à payer pour le développement de l'OS. Samsung aurait envie de piquer des positions sur le secteur haut de gamme, celui des iPhones, Google (en dehors des intérêts de Motorola) est neutre, du moment qu'Android conserve une masse critique importante : ils se feront de l'argent dans les deux cas avec les pubs.

avatar patrick86 | 

@Dwigt :

Je suis d'accord, sauf sur un point : "C'est avec des choses comme ça que Google est incontournable : on ne peut pas les boycotter sans que les utilisateurs se rebiffent."

En se débrouillant un peu, on peut se passer de Google.
Moteur de recherche : y'a ce qu'il faut
Email : y'a largement ce qu'il faut ailleurs (et souvent MIEUX)
Cloud : c'est une régression donc autant s'en passer complètement ou au mieux, le plus possible.
Cartographie : Y'en a d'autres, en France on a IGN, Michelin, Apple Plans qui progresse, et d'autres encore pour de la navigation assistée.
Pub : on s'en passe VOLONTIER.
OS mobile : on peut se passer d'Android.
OS desktop : c'est du Minitel 2.0, on s'en passe très bien.
Etc.

avatar Dwigt | 

Tu n'es pas l'ensemble des utilisateurs ;)

Actuellement, le public est relativement dépendant des solutions Google et ne pourrait pas en être sevré comme ça. De même que certaines technologies et produits Microsoft (Office par exemple) sont encore incontournables en entreprise (même si ça diminue).

Apple tient avec 10 ou 20 % de chaque marché où ils sont présents, les gens qui sont prêts à mettre un peu plus cher que la concurrence pour avoir un produit conforme à leurs besoins et qui l'utiliseront ensuite à fond. Et le reste des acheteurs peut parfaitement faire "sans" Apple.

Google tient avec de gens qui ont un besoin plus ou moins diffus de leurs services, mais qui sont en revanche bien plus nombreux. Certes, il y a des gens qui peuvent tenir sans rien de Google, mais ils sont minoritaires. Google, à un niveau ou à un autre fait partie des habitudes des utilisateurs de PC, de smartphones ou de tablettes et les gens n'aiment pas trop changer leurs habitudes, surtout si c'est pour passer à quelque chose qui n'est pas forcément mieux ou aussi simple.

avatar patrick86 | 

"Tu n'es pas l'ensemble des utilisateurs ;)"

Oui. Mais je n'ai pas dis ce que je fais, mais ce qu'on peut tout à fait faire. :)

avatar alushta | 

@Dwigt
Dès que tu as un remplacent pour Offiice, SQL Server et Exchange les entreprises pourront changer!!! Avant aucune entreprise ne changera, et c'est pas en confiant à Google ou à Apple les mails/contacts/calendrier que cela changer!

J'ai des grands clients, actuellement uniquement le Microsoft Exchange est accepté pour les mails sur les téléphones.. et cela n'est pas prêt de changer,

Google, Apple (cloud) et l'entreprise... c'est tout sauf confidentiel donc poubelle!!!

avatar patrick86 | 

"Google, Apple (cloud) et l'entreprise... c'est tout sauf confidentiel donc poubelle!!!"

Y'a pourtant des entreprises qui bossent avec des solutions Google…

-

On peut utiliser des Mac en entreprise sans utiliser iCloud. On peut même utiliser Microsoft Exchange !

avatar Dwigt | 

L'iPad, l'iPhone et Android ne viennent pas de Microsoft, n'ont pas forcément Office ou d'autres technos Microsoft, et pourtant ces appareils sont acceptés et utilisés au quotidien dans les entreprises. Il y a dix ou quinze ans, ça aurait été inconcevable.

Bien sûr que des technologies Microsoft vont continuer à être utilisées. Mais elle ne vont plus inciter les clients à s'équiper avec du tout Microsoft. Aujourd'hui, Microsoft n'est plus la seule référence, c'est ça la principale différence, et les appareils mobiles ont ouvert la brèche principale, à laquelle l'entreprise n'a pas été en mesure de réagir. C'est ça ce que l'"échec" de Windows 8 révèle pour certains : Microsoft n'a plus le même poids dans les décisions. On en tient compte, mais les produits maison ne sont plus forcément prioritaires quand on est déjà client de Microsoft.

avatar Bonofox | 

Microsoft va nous faire une Kodak… Objectivement, les perspectives économiques rentables ne reposent que sur une console. Ça sent pas bon du tout…

avatar zorg2000 | 

Tu oublie que microsoft c'est pleins de logiciels dont des OS serveurs, des bases de données, des serveurs Web, des softs grand public et bureautique, des jeux pour PC des accessoires (clavier/souris).

Windows est une vache a lait mais pas la seule.

avatar Ly-sAn | 

On peut dire ce qu'on veut de Windows 8 mais il n'est pas comparable à Vista. Windows 8 n'est pas lourd, mal optimisé comme l'était Vista à l'époque. Au contraire il est excellent pour ce qui est de l'optimisation et de la stabilité. Meilleur que 7.
C'est juste une histoire d'interface cette fois ci.

avatar popeuroekbddb | 

@Ly-sAn :
Non mais c'est ce que thurott affirmait en somme : il est a côté de la plaque par rapport a son époque

avatar BeePotato | 

@ Ly-sAn : « C'est juste une histoire d'interface cette fois ci. »

« Juste » une histoire d'interface ? Dit comme ça, ça donne l'impression que c'est si facile à régler, comme problème…

avatar yassineguth | 

OS X 11 l'automne prochain vas tout déchirer j'en suis sur :)

avatar patrick86 | 

@yassineguth :

Rien de prédit qu'Apple reparte de zéro, ce sera donc OS X 10.10

avatar joneskind | 

@patrick86

Alors en fait le 10 de 10.9 c'est le même que le X de OSX. Il vient tout à la fois de NeXt comme du successeur de MacOS 9.

Et pour rappel, à la présentation de Mavericks, Phil Schiller a déclarer "on a encore de quoi faire pour dix ans d'OSX". Donc on est pas là de voir arriver OS XI. D'ailleurs je n'en vois pas l'intérêt. Le noyau Unix d'OSX ne montre aucune limite par rapport à ce qu'on demande de l'informatique aujourd'hui. Il est parfaitement stable, connu et sécurisé. Et il a encore de belles perspectives d'évolution. Apple changera d'architecture système quand l'informatique le nécessitera mais pour l'instant ce n'est pas le cas. Wolfram travaille sur une nouvelle manière de coder, en utilisant la commande vocale et le langage naturel. C'est vertigineux mais il a déjà quelques bons résultats. On verra bien où ça en est dans dix ans.

En attendant, OSX rules !!!

avatar patrick86 | 

@joneskind :
Tout à fait. :)

avatar whocancatchme | 

Ceux qui prédisent la fin Microsoft n'y connaisse rien... Allez dans une SSII, ou des grands groupes banquaires et parlez leur de mac... Il y aura toujours un marche monstrueux dont n'importe quel entreprise rêverait d'avoir ne serait-ce que 1%

avatar Rigat0n | 

@joneskind :
J'suis d'accord avec toi sauf sur 2 points :
- la grille d'apps, je maintiens que je préfère celle de Windows. Chez moi elle tient sur un seul écran, y'a mes raccourcis dessus, point barre. Dans raccourcis j'inclus des applis, des fichiers sur lesquels je travaille régulièrement et des fiches de contacts, déjà impossible d'avoir tout ça sur Mac OS. Ensuite sur Mac le système s'obstine à m'afficher TOUTES les apps que j'ai installé ce qui est en ce qui me concerne inutilisable. A moins de passer au moins une fois un long moment à tout bien organiser. Par exemple t'installes Photoshop t'as le droit à tous les "extras" qui vont avec dans ton menu de raccourcis c'est assez nul.
- la fonction snap, non ça n'a rien à voir avec le fait de mettre deux fenêtres côte à côte. Tu peux mettre par exemple tes mails en colonne sur le côté, ça prend quelque chose comme 1/4 de l'écran et tu peux travailler à côté. Si tu réduis une fenêtre avec GMail dedans sur Mac à 1/4 de l'écran de ton ordi portable c'est inutilisable. Dans Metro l'interface de l'appli s'adapte.
Après c'est vrai que la gestion des bureaux multiples et des fenêtres (Exposé) est bien mieux géré sur Mac donc c'est largement compensé. Mais snap est pratique.

avatar joneskind | 

@RigatOn

"Par exemple t'installes Photoshop t'as le droit à tous les "extras" qui vont avec dans ton menu de raccourcis c'est assez nul."

C'est Adobe qui fait de la merde avec ses applications. Par exemple, si j'installe Wow j'ai de nombreuses apps dans le dossier Wow, mais il n'y a qu'une seule et unique application qui apparait dans le launchpad. J'ai résolu le problème un foutant les apps inutiles d'Adobe dans un dossier sur ma dernière page, comme je le fais sur iPhone avec les apps Apple dont je ne me sers pas. Et quand tu télécharges une app sur le MAS, t'en as toujours qu'une et pas 36.

Pour ce qui est des fichiers oui. Le launchpad ne sert pas à ça. Et la philosophie d'Apple et de Microsoft sont très différentes au sujet des fichiers. C'est une bonne chose que les 2 OS proposent des visions de l'informatique différentes. Chacun peut y chercher et trouver son compte.

" Tu peux mettre par exemple tes mails en colonne sur le côté, ça prend quelque chose comme 1/4 de l'écran et tu peux travailler à côté. Si tu réduis une fenêtre avec GMail dedans sur Mac à 1/4 de l'écran de ton ordi portable c'est inutilisable"

Ça dépend de l'app que tu utilises, mais selon le cas tu peux parfaitement le faire sur OSX. Et pour les mails, j'ai le centre de notifications ! Et puis c'est tellement facile de basculer d'un bureau à un autre que je ne vois pas bien l'intérêt de diviser mon écran en deux. Mais je ne vois toujours pas la différence avec la fonction mosaïque de Windows, à part peut-être l'adaptation de la fenêtre qui est impossible sur windows à cause de la disposition de la barre des menus, barre des menus qui a disparue dans l'interface Metro.

avatar Rigat0n | 

Désolé pour le post multiple, l'appli a buggé... Je supprime ça en rentrant chez moi.

avatar prommix | 

Microsoft devrait suivre l'exemple de Windows Phone, tout effacer et tout recommencer.

avatar joneskind | 

@prommix

Impossible.

Comment faire fonctionner des apps écrites pour XP ou Seven dans un environnement différent ?

Il est possible que ç'eut été le rêve de Microsoft avec Windows RT. Développer un autre OS sur une autre où la question de la rétro-compatibilité ne se serait pas posée et progressivement remplacer Windows classique par Windows RT. Mais ça n'a pas du tout fonctionné.

C'est là qu'on voit la force de l'écosystème unifié d'Apple.

avatar iBenou | 

Scott Forstall!

avatar Philactere | 

@anthanagor

On sent en toi le fin connaisseur de Windows...
Longhorm n'est jamais sorti en tant que version commerciale mais était le nom de code de la version en développement après XP. Version qui s'est nommée par la suite Vista lors de sa sortie commerciale.

Quant à NT ce n'est un patch de rien du tout mais une des deux branches majeure de Windows. Win 95, 98 et ME d'un côté formant la branche grand public et NT 3.5, NT 4.0 et Win 2000 de l'autre formant la branche pro. Les deux branches ont été réunies avec XP qui est devenu un seul OS décliné en versions grand public et pro.

avatar Akerloof (non vérifié) | 

Windows, quoi dire ??
Le dernier OS payant qui n'a pas réussi à se réinventer..
Qui veut d'un OS payant?? Même des apps 1€ tu as des gens pour râler.

C'est bizarre mais tout les monopoles,
finissent invariablement de la même façon:

Innovation au ras des pâquerette=>
argent investit dans la destruction de la concurrence=>
Blocage sur le dogme "essorer les clients"=>
Refus de changement=>

En enfin dernier étage de la fusée = Disparition.

avatar patrick86 | 

"Qui veut d'un OS payant??"

OS X n'est pas réellement gratuit. On le paye avec le matériel.

avatar zorg2000 | 

Sans compter que c'est une façon de pousser les fan de snow leopard vers le dernier OS, beaucoup (dont moi) le préférais aux autres OS non compatible PPC.

Il n'y a pas si longtemps Apple vendais son OS 180€ en disant que ça le valais...... Deux discours......

avatar BeePotato | 

@ zorg2000 : « Il n'y a pas si longtemps Apple vendais son OS 180€ en disant que ça le valais »

Si tu as un jour payé une licence mono-utilisateur de Mac OS (quelle qu'en soit la version) 180 €, tu t'es fait arnaquer. Ça n'a jamais été vendu à ce prix.

avatar Rigat0n | 

@BeePotato :
Snow Leopard coutait 120€ il me semble. et je pense que Leopard était plus cher. Son chiffre est tout à fait plausible.

avatar BeePotato | 

@ Rigat0n : Non, ce n'est en rien plausible, pour la simple raison que ce prix n'a jamais existé pour une licence mono-utilisateur de Mac OS.

Pour information, la mise à jour vers Snow Leopard coûtait 29 €, lançant la baisse des prix qui a culminé avec Mavericks. Pour Leopard, c'était 129 €, comme pour toutes les versions précédentes de Mac OS X (mise à part la beta publique du 10.0, à 30 €). Et avant ça, pour Mac OS 7, 8 et 9, c'était plutôt dans les 99 $ (aucun souvenir des prix en francs, désolé).

Mais il lui reste peut-être une chance de tomber sur un équivalent de 180 € avec le prix du système 6 ou du système 7 (éventuellement avec le 7 Pro), dont j'avoue ne pas me souvenir du tout. En revanche, là, ça aura du mal à coller à l'expression « il y a peu ». :-)

avatar Rigat0n | 

@BeePotato :
Autant pour moi, j'ai confondu les prix de SL et de Leopard.
129€ au lieu de 180, ça change quand même pas grand chose au propos initial.

avatar BeePotato | 

@ Rigat0n : « 129€ au lieu de 180, ça change quand même pas grand chose au propos initial. »

Ben quand même, ça tempère pas mal, avec un tarif nettement moins élevé.
Et le fait que ce tarif ait été utilisé pour la dernière fois en 2007 relativise beaucoup son « il n'y a pas si longtemps ». Le marché des logiciels a eu le temps de beaucoup évoluer depuis. Avec des mises à jour de Mac OS beaucoup plus rapprochées — et apportant donc moins de différences d'une version à l'autre, ce qui rend inadéquate la comparaison que zorg2000 faisait — et des habitudes du public en matière de prix des logiciels très différentes de ce qu'elles étaient il y a plus de 6 ans.

En fait si, ça change pas mal de choses au propos initial. :-)

avatar patrick86 | 

"Snow Leopard coutait 120€ il me semble."

129€ si je ne m'abuse.

avatar zorg2000 | 

Ok, je me souviens plus du prix exact mais c'était dans ces eaux la (un Tiger si je me souviens), d'un autre côté vendre un OS qui ne marche que sur une seule machine est idiot, c'est un peu comme les mises a jour de l'ipod touche, les deux premières updates étaient payantes, je les aient toujours trouvés gonflé de vendre une update quelque part obligatoire.

Je ne sais pas si certains on utilisés 10.2 et X11 et sse souviennent de la façon dont il marchait mais chez moi ça à toujours été une grosse merde.

avatar BeePotato | 

@ zorg2000 : « Ok, je me souviens plus du prix exact mais c'était dans ces eaux la (un Tiger si je me souviens) »

Le prix exact, c'était 129 €.

« d'un autre côté vendre un OS qui ne marche que sur une seule machine est idiot »

Pourquoi donc ?
Quelle différence avec le fait de vendre une mise à jour de Windows ?

« Je ne sais pas si certains on utilisés 10.2 et X11 et sse souviennent de la façon dont il marchait mais chez moi ça à toujours été une grosse merde. »

J'ai utilisé ça. Il n'y avait effectivement pas encore d'implémentation bien pratique et efficace de X11 pour Mac OS X à l'époque — ce qui était après tout excusable, X11 n'ayant rien à voir avec Mac OS et la disponibilité d'une version efficace n'étant donc une priorité ni pour Apple, ni pour 99 % des utilisateurs de cette plateforme.
Heureusement pour le 1 % restant, la situation s'est bien améliorée depuis.

En revanche, en dehors de ce problème très spécifique, mes souvenirs de Jaguar sont plutôt bons. C'était la première version de Mac OS X pleinement utilisable comme système principal, sans se poser la question de redémarrer sous Mac OS 9 de temps à autre. Il permettait enfin d'envisager sereinement l'avenir et les nouveautés apportées par les versions suivantes (à commencer par Panther et son Exposé).

avatar patrick86 | 

"Sans compter que c'est une façon de pousser les fan de snow leopard vers le dernier OS, "

Oui, mais c'est pas une obligation.
Et moi ça me convient comme ça.

avatar alushta | 

Tu penses aussi que Linux est gratuit?

avatar patrick86 | 

"Tu penses aussi que Linux est gratuit?"

Ben ça dépend des distributions en fait, je dirais même des utilisations. On trouve Linux dans tellement d'appareils et système informatiques…

Y'a des distributions payantes, d'autres gratuites, d'autres qui vendes des services de maintenance avec, d'autres qui sont des groupes de bénévoles, etc.

Donc oui, des OS gratuits, au sens où ne te fait rien payer en retour, quelqu'en soit le manière, ça existe.

avatar bugman | 

"Windows 9 : la version de la dernière chance ?"
LOL... c'est une vraie question ?

avatar Dwigt | 

@BestMP

Microsoft n'a pas été obligé de renflouer Apple. Si Apple avait claqué, ça aurait en revanche un peu fragilisé leur position par rapport au ministère de la justice alors qu'il avait ouvert une enquête pour abus de position dominante.
Microsoft a accepté de renflouer Apple, parce que ils étaient sur le point de perdre un procès pour violation de propriété intellectuelle à propos de Windows et que Steve Jobs a préféré régler l'affaire directement avec Microsoft.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR