OS X El Capitan : 11 points-clés pour bien commencer

Soumis par Stéphane Moussie le mer, 30/09/2015 - 21:30

Le tant attendu « Snow Yosemite » est disponible aujourd'hui en version finale. Il devrait arriver dans le Mac App Store dans la soirée. L'année dernière, Yosemite avait apporté un design moderne à OS X ainsi qu'une communication poussée avec iOS... mais aussi son lot de bugs.

El Capitan, en bon capitaine qu'il est, redresse la barre. OS X 10.11 met l'accent sur les performances et les optimisations. Il n'oublie pas non plus de faire évoluer certaines applications.

Qu'est-ce qui fait qu'OS X El Capitan « permet au Mac d'atteindre de nouveaux sommets », pour reprendre les mots d'Apple ? On fait le tour des principales nouveautés.

Pour découvrir le nouveau système d'exploitation dans les moindres recoins, nous vous recommandons notre livre Les nouveautés d’OS X El Capitan, d'ores et déjà disponible dans l'iBooks Store au prix de lancement de 4,99 €. Vous pouvez télécharger un extrait gratuit contenant un guide d’installation d’OS X El Capitan.

Préambule : sauvegarde, installation et compatibilité

Nous le rabâchons à chaque fois, mais parce que c'est essentiel : sauvegardez votre Mac avant d'effectuer la mise à jour. C'est d'autant plus important cette année qu'El Capitan introduit de nouvelles mesures de sécurité qui peuvent conduire à des blocages avec d'anciennes extensions du noyau. En cas de problème, mieux vaut pouvoir se retourner facilement. Assurez-vous ainsi que votre sauvegarde Time Machine est récente et vous pouvez réaliser facilement un clone avec SuperDuper ou Carbon Copy Cloner.

OS X 10.11 se télécharge gratuitement dans le Mac App Store. Il faudra faire preuve de patience si votre connexion internet est lente, l'installeur pèse environ 6 Go.

Les Mac compatibles avec El Capitan sont les mêmes que ceux qui acceptaient Yosemite... qui étaient déjà ceux pouvant faire tourner Mavericks et Mountain Lion. La liste est la suivante :

  • tous les MacBook et MacBook Air depuis les modèles fin 2008 ;
  • tous les MacBook Pro depuis les modèles mi-2007 ;
  • tous les Mac mini depuis les modèles début 2009 ;
  • tous les iMac depuis les modèles mi-2007 ;
  • tous les Mac Pro depuis les modèles début 2008 ;
  • et tous les Xserve depuis les modèles début 2009.

Le processus d'installation est identique à celui de Yosemite. Au premier démarrage, vous serez invité à régler quelques paramètres, comme la collecte anonymisée des données d'utilisation, que vous pourrez modifier a posteriori si besoin. Toutes les étapes de préparation et d'installation sont détaillées dans l'extrait gratuit de notre ouvrage Les nouveautés d’OS X El Capitan.

1. De meilleures performances

À l'instar de Snow Leopard, la nouveauté la plus importante d'El Capitan est l'amélioration des performances. Metal, l'API graphique de bas niveau apparue pour la première fois avec iOS 8, est mise à profit dans l'ensemble du système. En tirant efficacement parti de la carte graphique, elle permet notamment de fluidifier les défilements et les animations.

Les développeurs peuvent également l'exploiter pour accélérer significativement leur application. Adobe, Autodesk et The Foundry ont d'ores et déjà annoncé qu'ils allaient la prendre en charge. Elle devrait aussi être adoptée par des logiciels plus grand public, comme Pixelmator qui l'utilise déjà sur iOS.

Pour des raisons techniques, tous les Mac ne peuvent pas profiter de Metal. Seuls ceux sortis à partir de 2012 sont compatibles. Néanmoins, El Capitan devrait redonner un peu de réactivité même aux Mac les plus anciens.

Apple a huilé la mécanique afin que le lancement d'apps soit jusqu'à 1,4 fois plus rapide, le changement d'apps jusqu'à 2 fois plus rapide et l'ouverture d'un PDF dans Aperçu jusqu'à 4 fois plus rapide, entre autres.

D'après ce que nous avons pu constater sur différents Mac pendant la phase de bêta, la promesse du gain de performances est remplie. Il est difficile de chiffrer ce gain, car il est différent pour chaque ordinateur, mais il est indéniablement présent.

Les ralentissements occasionnels du MacBook Retina 12" ont disparu avec El Capitan. Sur un MacBook Core 2 Duo de 2009, on gagne également en fluidité par rapport à Yosemite.

2. De multiples optimisations systèmes

OS X El Capitan fourmille de changements plus ou moins importants. L'Utilitaire de disque a été simplifié. Ne cherchez pas la fonction de réparation des permissions, elle est maintenant entièrement automatisée.

Le Finder sait reprendre les copies interrompues et ne permet plus de vider la Corbeille en mode sécurisé sur les Mac équipés de SSD pour leur santé.

La sécurité est renforcée avec System Integrity Protection notamment, qui empêche les applications de modifier des éléments vitaux du système.

Pour ceux qui ont remplacé le support de stockage de leur Mac par un SSD tiers, une commande TRIM est disponible — elle fonctionne aussi sous 10.10.4.

On peut également citer le réglage automatique de luminosité qui englobe une fonction de compensation de luminosité ambiante et un système d'authentification à deux facteurs amélioré.

3. San Francisco traverse le pont

Helvetica Neue ne sera pas restée longtemps sur Mac. La police par défaut qui avait succédé à Lucida Grande est déjà remplacée par San Francisco. Il s'agit de la même police que celle de l'Apple Watch... ou presque. Les mots sont généralement plus espacés sur Mac que sur la montre.

San Francisco a beau être la nouvelle police par défaut, Apple ne permet pas à l'utilisateur de s'en servir comme il veut — elle n'est pas accessible dans le Livre des polices. Pour autant, les développeurs web ont la possibilité de l'exploiter pour leur site grâce à une nouvelle propriété CSS, pour l'instant seulement supportée par Safari.

4. Split View, deux applications côte à côte en plein écran

À l'instar d'iOS 9, OS X El Capitan introduit une fonction destinée à placer facilement deux applications côte à côte sur tout l'écran. Split View s'active en cliquant sur le bouton vert en haut à gauche de la fenêtre assez longtemps pour qu'une zone bleue occupant la moitié de l'écran apparaisse. En lâchant le clic soit d’un côté, soit de l’autre, on passe l'application concernée en mode Split View sur 50 % de l’écran. On sélectionne ensuite l'application à mettre à côté, mais le choix se restreint à celles qui sont déjà ouvertes sur le même bureau.

Les deux applications prennent ainsi chacune la moitié de l'écran et masquent la barre des menus. On peut accorder plus d'espace à une fenêtre en glissant la barre du milieu à gauche ou à droite. On peut aussi inverser les deux applications en cliquant sur la barre d’outils d’un côté ou de l’autre et en la glissant. Si on ferme une des deux applications, la seconde passe en mode plein écran.

Split View est au bout du compte un mode plein écran composé de deux applications. Si vous utilisez régulièrement deux logiciels de concert et que vous voulez rester concentrés dessus, c'est une fonction à essayer.

5. Mission Control revu et corrigé

Le très pratique Mission Control évolue. Cette interface de gestion des fenêtres et des bureaux virtuels prend en charge Split View ; glissez une fenêtre sur une application qui est déjà en plein écran, et Mission Control créera une vue divisée.

Vous remarquerez au passage qu'il n'y a plus d'aperçu immédiat pour les bureaux virtuels. Il faut survoler le haut de l'écran pour afficher leur miniature. Autre changement esthétique — qui contribue lui aussi certainement aux meilleures performances —, l'arrière-plan n'est plus translucide, il s'agit simplement du fond d'écran.

Une nouvelle méthode permet par ailleurs de placer une fenêtre dans un autre ou nouveau bureau virtuel. « Attrapez » la fenêtre (maintenez le clic pour la déplacer) et « cognez » la contre le haut de l'écran. Mission Control s'affiche alors, avec la barre des espaces ouverte. Ne reste plus qu'à glisser la fenêtre sur un autre bureau virtuel ou sur le bouton + pour en créer un nouveau.

6. Spotlight plus intelligent

OS X El Capitan n'intègre toujours pas Siri, mais au moins Spotlight devient plus intelligent. Le moteur de recherche, qui est depuis Yosemite au milieu de l'écran et capable de tirer des informations de plusieurs sources externes (Wikipedia, App Store, Yelp...), comprend le langage naturel — ou tout du moins quelques requêtes naturelles.

Demandez « météo Dijon dimanche », et vous aurez la réponse. Cela fonctionne également avec la recherche de fichiers. Vous pouvez par exemple saisir « documents modifiés vendredi » ou « email de Bono cette semaine ».

7. Safari au goût du jour

Contrairement aux autres navigateurs, Safari n'évolue pas tous les deux mois, alors quand une mise à jour arrive, elle embarque une grosse cargaison de nouveautés.

Comme d'autres avant lui, Safari 9 permet d'épingler des onglets pour les conserver dans un coin et les restaurer automatiquement à l'ouverture. Faites un clic secondaire sur l'onglet puis cliquez sur « Épingler l'onglet », ou faites le glisser vers la gauche jusqu'à ce qu'il soit réduit à une icône.

Le navigateur d'Apple signale par ailleurs les onglets bruyants et permet de couper le son en cliquant sur l'icône de haut-parleur. Il sait aussi bloquer les pop-up d'alertes qui surgissent trop souvent et se montre plus souple sur la gestion des téléchargements.

Plus inédit, la possibilité de diffuser une vidéo (et non l'écran entier) sur un Apple TV via AirPlay. YouTube est d'ores et déjà compatible avec cette fonction qui s'active simplement en cliquant sur l'icône dédiée dans le lecteur vidéo.

Le Safari d'El Capitan donne en outre de nouvelles possibilités aux développeurs, qui peuvent notamment créer des bloqueurs de contenu efficaces et tirer parti du trackpad Force Touch.

8. Mail enrichi de gestes et polyvalence

Le client mail d'OS X s'enrichit à plusieurs égards. Les gestes apparus dans iOS 8 pour supprimer un message (glissement vers la gauche) et pour marquer un courriel comme lu (glissement vers la droite) sont désormais de la partie.

Le mode plein écran est moins restreint. Si vous commencez à lire un mail individuellement (quand il est au premier plan) et que vous revenez ensuite à la liste du courrier, le mail est toujours accessible en un clic en bas de l'écran. Il est sinon possible de rédiger plusieurs lettres en même temps grâce à des onglets.

Cliquer pour agrandir

Par ailleurs, Mail gagne un peu en intelligence. L'application détecte les rendez-vous et propose de les ajouter au calendrier en un clic. Même chose pour les contacts, qui peuvent être ajoutés au carnet d'adresses facilement ou dont la fiche peut être modifiée pour refléter un changement de coordonnées.

9. Les capacités de Photos étendues

Les nouveautés de l'application Photos ne sont pas visibles au premier abord, mais elles n'en sont pas moins importantes. Les images peuvent être géolocalisées a posteriori. Dans le panneau d'information (⌘i pour l’afficher), une nouvelle zone permet d'indiquer le lieu où le cliché a été pris. Vous pouvez vous reposer sur le moteur de recherche intégré ou saisir directement les coordonnées GPS si vous les avez.

Des changements ont également été apportés à l'interface, pour qu'elle s'adapte à Split View, et à la fonction de reconnaissance faciale, qui permet de glisser d'un coup plusieurs suggestions sur les visages correspondants.

L'extension Tonality bientôt disponible - Cliquer pour agrandir

Mais la nouveauté la plus attendue par les utilisateurs avancés est le système d'extensions, qui étend les capacités de Photos. Fournies dans des applications tierces téléchargeables dans le Mac App Store, ces extensions ajoutent des fonctions au sein même de Photos.

Ouvrez une photo en mode retouche en cliquant sur le bouton « Modifier », puis activez l'extension dans le menu correspondant. L'extension propose ses outils dans sa propre interface. À l'heure de l'écriture de ces lignes, seul Macphun a annoncé l'arrivée prochaine d'extensions pour Photos.

10. Notes beaucoup plus complet

Comme sur iOS 9, Notes sur El Capitan prend du galon. Le gestionnaire de notes est capable de formater le texte, de créer des listes de pointage, de lire des vidéos, d'afficher un aperçu des liens hypertextes et des cartes, de recevoir du contenu provenant d'autres apps via le menu « Partager »... Bref, Notes devient un pense-bête complet.

Le navigateur de pièces jointes, qui classe celles-ci par type, permet de retrouver facilement un élément ajouté dans une des notes. Par rapport à la version iOS, il ne manque que la fonction dessin.

11. Un curseur qui se fait remarquer

Vous avez tendance à perdre de vue le curseur à cause d'un bureau encombré ou d'une trop grande surface d'affichage ? Secouez la souris ou agitez le doigt sur le trackpad, et le curseur grossira.

Pour en savoir plus

Pour découvrir en détail le fonctionnement des nouveautés sus-citées et continuer l'exploration du système, téléchargez notre guide Les nouveautés d’OS X El Capitan.

Disponible dans l'iBook Store au tarif de lancement de 4,99 €, ce guide agrémenté de nombreuses vidéos explicatives est lisible sur iPhone, iPad, iPod touch et Mac. Comme tous nos précédents ouvrages, il sera mis à jour gratuitement pour tenir compte des évolutions du système.