OS X à marche forcée, Apple doit-elle ralentir la cadence ?

Nicolas Furno |

Apple a-t-elle perdu la tête à sortir un nouvel OS X et un nouvel iOS chaque année ? L’idée est dans l’air du temps depuis quelques mois déjà — c’était l’un des arguments de notre développeur motivant son passage à Linux, par exemple —, mais elle a trouvé un écho bien plus important quand Marco Arment a publié un article à ce sujet sur son blog. L’actuel développeur d’Overcast, le co-créateur de Tumblr et l’ancien développeur d’Instapaper ne dit rien de très original, mais son ras-le-bol a été largement repris et commenté… y compris par des ingénieurs d’Apple.

Son idée est assez simple : Apple a toujours été une entreprise très marquée par le marketing, mais depuis quelques années, le marketing a pris le dessus sur la recherche de qualité. Selon lui, cette inversion est la cause principale pour expliquer la baisse de qualité d’OS X et du logiciel en général conçu par Cupertino. À vouloir sortir un nouveau système majeur tous les ans, et à vouloir en plus y intégrer de nombreuses nouveautés, Apple perd de vue que ce n’est pas ce que ses clients souhaitent :

Nous avons besoin que nos ordinateurs, téléphones et tablettes fonctionnent bien pour pouvoir profiter de nouvelles fonctions ajoutées graduellement, à un rythme réaliste.

Sans remettre en cause quelqu’un en particulier au sein de l’organisation, Marco Arment pointe du doigt le rythme de sorties pour iOS et OS X qu’il juge irréaliste et le choix de maintenir ce rythme pour offrir des nouveautés en permanence. En réaction à son article, deux développeurs d’Apple ont apporté un éclairage très intéressant.

Le premier témoignage provient d’un ancien employé de la firme qui a travaillé sur OS X jusqu’à la sortie d’OS X Lion. Il a donc connu la transition de Bertrand Serlet — senior vice-président en charge d’OS X depuis le début du système et jusqu’en 2011 — à Craig Federighi, qui a pris sa place à cette date. Au-delà du changement de tête, le nouveau vice-président devenu depuis l’unique responsable du logiciel chez Apple a imposé une nouvelle méthode de travail aux développeurs.

Avant lui, OS X était développé en gros blocs massifs : tous les groupes travaillaient en même temps sur une nouvelle version, et ils soumettaient tous leurs ajouts, sans concertation. Cette pratique avait comme inconvénient majeur de générer des versions très instables en interne. Cet ancien développeur évoque le cas de Snow Leopard, considéré encore aujourd'hui par beaucoup comme la version d’OS X la plus stable qui soit, mais qui a été apparemment un calvaire à tester et débugger en interne.

Ainsi, Xcode — l’outil de développement d’Apple — a été inutilisable pendant des dizaines de versions à cause d’un bug, bloquant tous les développeurs qui en dépendaient.

En clair, ce n’est pas parce que l’Apple des années 2000 ne voulait pas se précipiter que l’on attendait plusieurs années pour avoir une nouvelle version majeure de Mac OS X. C’est parce que la nouvelle version avait très souvent du retard, à cause de cette organisation très souple. Dans l’intervalle, Apple publiait des mises à jour mineures pour son ancien système d’exploitation, ce qui expliquait ce sentiment de stabilité, certes, mais ce n’était pas forcément quelque chose de positif.

À cette époque, selon ce développeur, OS X était stable, parce qu’il était vieux et en retard : les pilotes, les outils UNIX de base, les versions de WebKit utilisées par Safari, QuickTime… on restait bien plus longtemps sur des composants dépassés. Et pendant ce temps, le développement des nouvelles versions était infernal, et la première version nécessitait souvent une mise à jour mineure très rapide pour corriger ses bugs.

L’arrivée de Craig Federighi a complètement bouleversé l’organisation interne d’Apple, du moins pour OS X. Un système de « sprint » a été mis en place : les développeurs devaient travailler selon un cycle composé du développement proprement dit pendant deux semaines, puis des corrections de bugs pendant une semaine. Après une dizaine, voire une quinzaine de ces cycles, la fonction développée était prête à être publiée.

Cette organisation plus stricte limitait les gros développements et les refontes globales. En contrepartie, elle a permis à Apple de tenir ses engagements de temps et de ne plus avoir autant de retard. On imagine que sans cette réorganisation, l’entreprise n’aurait jamais pu imposer les sorties annuelles pour OS X, comme pour iOS. Et, toujours d’après ce témoignage, ce changement était une bonne chose : en interne, le développement d’OS X Lion a été beaucoup plus agréable que celui de son prédécesseur. Et il juge de son point de vue d’utilisateur, que les mises à jour successives, jusqu’à OS X Yosemite, ne sont pas de moins bonne qualité par rapport à 10.5 ou 10.6. Puisque chaque version ne reste pas longtemps, on a tendance qu’à retenir les bugs, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas quelques années en arrière.

Le deuxième témoignage est beaucoup plus bref, et pour cause : son auteur est toujours employé par Apple et il n’a probablement le droit de ne rien dire. Il se contente donc d’indiquer que cette structure, mise en place en 2011, est toujours d’actualité, mais il juge que ce n’est pas cela le problème. Selon lui, le problème, ce sont les choix de la direction qui privilégie les nouvelles fonctions — qu’il n’hésite pas à qualifier d’inutiles — au détriment du cœur du système et du contrôle qualité.

Une opinion qui rejoint directement celle de Marco Arment : le problème d’Apple n’est pas tant lié aux hommes ou à l’organisation elle-même, mais plutôt aux choix effectués par ses dirigeants. Toute la question étant de savoir si cela changera à terme, et c’est probablement le grand public qui décidera. Est-ce que la réputation d’Apple a été endommagée en profondeur, comme le prétend le blogueur, ou est-ce que les utilisateurs « normaux » ne s’aperçoivent même pas vraiment de la valse des mises à jour ?

Si l’on en juge aux notes du Mac App Store, la situation n’est pas rose pour Apple, car OS X Yosemite n’y a pas vraiment la cote. Certes, il faut se méfier des appréciations négatives sur la boutique : on sait que les mécontents ont en général plus de raison de se manifester que ceux qui n’ont rien à signaler. Néanmoins, il suffit de parcourir rapidement les avis publiés pour s’apercevoir qu’il y a bien un problème, et qu’il ne concerne pas que les plus technophiles.

Quelques-uns des nombreux avis publiés sur le Mac App Store à propos d’OS X Yosemite.

Que le grand public considère lui aussi que quelque chose ne va pas avec OS X ou non et qu’OS X soit effectivement moins stable aujourd'hui ou pas, la grogne monte dans les rangs des développeurs et des « power-users », et cela reste un problème pour Apple. Quand on utilise un système d’exploitation non plus parce qu’il est le meilleur, mais parce qu’il est le moins pire, ou bien parce qu’il est le seul à proposer certains logiciels, c’est un problème. Et même si OS X n’est pas moins stable aujourd'hui, la perception a changé et c’est tout aussi grave.

Daniel Jalkut, employé d’Apple de 1997 à 2002 et désormais développeur de plusieurs logiciels, dont l’éditeur d’articles de blog MarsEdit, connaît bien l’entreprise et il vient apporter quelques contre-arguments à l’idée que tout va mal pour OS X et le logiciel Apple en général. Selon lui, le constructeur a toujours été capable du meilleur et du pire, et la situation n’est pas pire aujourd'hui qu’il y a dix ans. En guise de preuve, il ressort un article critiquant Apple pour chaque année depuis 2005 : des premiers Mac Intel à la validation capricieuse de l’App Store (en 2009, déjà), jusqu’aux problèmes de sandboxing d’OS X, les sujets n’ont pas manqué ces dix dernières années.

Pour autant, comme l’explique bien le blogueur Dr Drang, c’est la perception de ces problèmes qui a incontestablement changé ces dernières années. Plus précisément, c’est la perception des utilisateurs les plus avancés qui a changé : à une époque, écrit-il, on pouvait facilement démontrer la supériorité des produits Apple à ses proches. Désormais, entre les bugs d’OS X Yosemite ou encore les problèmes de place nécessaire pour installer iOS 8, ces utilisateurs enthousiastes sont devenus plus méfiants. Et même si ce n’est pas un problème à court terme, perdre ces avocats naturels représente un danger pour Apple.

Yosemite sous la neige (photo bazamur)

Même si, comme le note, sarcastique, le blogueur John Gruber, aucune autre entreprise n’a repris la palme du « Ça fonctionne, tout simplement » (« It just works »). C’est plutôt qu’Apple a peut-être perdu son exception et est rentré dans le rang ces derniers temps. Comme tous ses concurrents, le constructeur propose des produits qui fonctionnent en général, sauf quand il y a un problème en somme.

Dans le cas d’OS X, est-ce que renoncer à sortir une mise à jour majeure tous les ans suffirait à redresser la situation ? Probablement pas, mais on peut au moins espérer un « Snow Yosemite » sur le modèle de Snow Leopard. Si, en 2015, Apple ne sortait aucune nouvelle fonction, mais se contentait de corriger tous les bugs de son système d’exploitation, peut-être qu’on retrouverait la stabilité regrettée de beaucoup.

Cela ne serait certainement pas la décision la plus facile à prendre, il faudrait probablement affronter les médias qui sont souvent prompts à déclarer la mort d’Apple, mais l’entreprise de Tim Cook a peut-être besoin de la prendre. Et puis, avec l’Apple Watch qui débarque cette année, on se dit qu’Apple aura bien assez de travail pour occuper 12 mois. Alors, rendez-vous en 2016 pour le vrai successeur d’OS X Yosemite ?


avatar misterojd | 

Ça y est, je viens de comprendre: en fait l'équipe de MacG est employée par Google pour taillader la réputation d'Apple article après article. J'ai bon ???

avatar fousfous | 

@misterojd :
Mais non pas du tout, macg a été racheter par Google, ça se voit avec le nombre de bug de l'app et la tonne de pub qu'on se prend.

avatar oomu | 

nan, ça c'est MacBidouille. heu... ^^,

avatar iapx | 

En fait et fort étrangement, utilisant OS X 10.10 Yosemite et iOS 8 depuis les premières bétas, j'ai trouvé plus de bugs et de dysfonctionnement dans les version "finales" que lors des cycles de bétas, comme si au dernier moment on avait voulu intégrer un tas de choses à la va-vite dedans.

La grande avancée de Snow Leopard pour moi c'est que c'était un cycle dédié à la stabilisation et au renforcement du système, sans poudre aux yeux, et j'aimerais qu'Apple en vienne à un cycle de sortie chaque année avec un système franchement nouveau visuellement et ergonomiquement une année, et la suivante consacrée à le solidifier, l'optimiser, ça permettrait aux utilisateurs de choisir dans ce cycle de 2 sorties ce qu'ils privilégient.

avatar oomu | 

" et j'aimerais qu'Apple en vienne à un cycle de sortie chaque année avec un système franchement nouveau visuellement et ergonomiquement une année, et la suivante consacrée à le solidifier, l'optimiser, ça permettrait aux utilisateurs de choisir dans ce cycle de 2 sorties ce qu'ils privilégient."

je suis pas tout à fait d'accord.

Snow leopard était une grande version bien sur.

Mais attendre un an pour que des problèmes de fond soit traités : NON.

La "solidification" doit être constante et le plus rapide possible. Pour un outil de TRAVAIL, des régressions peuvent être grave, on ne peut pas attendre "le prochain cycle".

Vous diriez donc "pfff, faut pas installer la nouvelle version ou ce cycle là, si on a de telles urgences"

oui. Mais ce n'est PAS si facile

- un nouveau mac est fourni avec le os x du moment ET PAS DE SUPPORT NI COMPATIBILITE avec la version précédente. L'exemple flagrant étant le Mac Pro fin 2013 qui pouvait être livré avec la version de Os X qui introduisait une régression grave poussant Adobe à DESACTIVER l'accélération GPU (ce qui est un peu ballot sur une machine avec deux GPU...)

- Les développeurs de logiciels tiers bougent SANS NOUS: ils ont envie de profiter des nouveautés d'un os par avantage personnel ou soucis de suivre l'engouement que créé Apple. On se retrouve parfois à vouloir le nouvel os pour la nouvelle application

- ce n'est pas si clair: Dans l'actuelle industrie, il est difficile de savoir à l'avance où va tomber la régression et quel rythme espérer pour sa résolution. En réalité, le soucis avec Apple c'est son OPACITE TOTALE MEME AVEC les PROFESSIONNELS :
"apple, le bug, tu le connais ?" "no comment",
"mais tu vas sortir un patch dans 1 semaine ? 1 mois ?" "no comment",
"ok, tu as validé mon patch, mais c'est quoi ton diagnostique ?" "no comment"
"tu as déclaré que mon patch est un doublon du coup je peux pas savoir s'il sera résolu, traité ou non, tu me montre l'autre déclaration de bug ?" "-no comment".

c'est pas pratique.

- Se connaître soi même est DUR. Vous vous dites, "orf, j'suis à la cool moi, j'suis edgy, j'suis un warrior, je peux vivre avec la jungle hahaha" et non ERREUR subitement vous réalisez que votre usage de l'informatique a changé, que c'est maintenant réellement une part de votre quotidien, de votre travail, d'un hobby ou chose qui vous tient à coeur et que GRAOUF les régressions du jour vous font MAL ! Vous n'êtes plus si JEUNE invincible, vous êtes devenu VIEUX grincheux (!)

Bref, ce n'est PAS si facile.

Snow leopard n'enlevait pas l'exigence de "solidifier" Léopard. Optimisation est autre chose que Solidifier. C'est améliorer, c'est aller + loin dans l'existant, mais la version précédente faisait déjà bien son job.

avatar tbr | 

@oomu :
Bonjour,

Au risque de paraître insistant... Trop tard, c'est le cas ! Ces différences de comportements sont intervenus
concomitamment de la mise à jour vers Yosemite.

En terme de démarrage depuis un système parfaitement compatible, non hacké ou que sais-je
et éteint, je trouve insupportable ce démarrage "à la iOS 8 : bargraph noir qui progresse aussi
peu vite qu'un escargot. Ça n'est pas peut-être plus lent qu'avant, quoique j'ai des doutes, mais
ça en donne fortement le sentiment.
Et je suis désolé mais le sentiment est déjà le début d'une relative déception.
Continuons ce démarrage depuis l'ordinateur éteint, donc pas une sortie de veille... Enfin, il
était temps !... C'est quoi cette &@# de clavier ? Toutes les touches sont éteintes alors que
j'ai tout mis au maxi avant de couper mon ordi. Et évidemment, impossible de faire quoique ce
soit.

Fin quoi. Je me rassure en me disant qu'une mise au propre lui fera du bien... Et qu'il y a pire : Windows 8 et Cie.

avatar Domsware | 

@tbr :
Bonsoir,

Si tu as installé Yosemite comme mise à jour d'un OS précèdent cela peut expliquer en partie le soucis – cf mon commentaire plus haut...

Une réinstallation propre devrait arranger pas mal de choses.

avatar P_LHomme | 

Je trouve pas que ce soit forcément la sortie annuelle de mise à jour majeure qui pose problème mais plutôt leur qualité. Personnellement j'avais beaucoup aimé Mavericks parce que visiblement c'était une mise à jour qui se concentrait sur des éléments internes de l'OS et qui a permis d'améliorer la durée de la batterie et la réactivité du système sur mon MBP 2010. En contrepartie il y avait peu de nouveautés "visibles" (iBook, Plans, les onglets et les tags..). À l'inverse Mountain Lion avait été de très mauvaise qualité, beaucoup trop de fonctions gadgets qui ont sans doute justifié l'absence de soin porté à la stabilité du système (mon MBP surchauffait régulièrement et faisait un bruit atroce notamment..). Et là c'est rebelote pour Yosemite, beaucoup de fonctions gadgets qui auraient pu attendre (les widgets, continuity..) assorties à une nouvelle interface qui a ses avantages et ses inconvénient, et en contrepartie c'est la catastrophe sous le capot..

avatar Silverscreen | 

3 choses ont changé aussi depuis l'époque Snow Leopard :

- le nombre d'utilisateurs Apple (iOS et OS X confondus) a beaucoup augmenté, ce qui donne aux problèmes une caisse de résonance plus importante qu'avant. Ça et des journalistes pour qui la mention d'Apple dans un article, c'est un record en page rank assuré... Ça entretient le buzz...

- le déploiement des correctifs est plus rapide (màj via l'AppStore) qu'à l'époque des CDs d'install et les mises à jour proposées de manière bien plus ostentatoire qu'avant : le rythme d'adoption de Mavericks ou d'IOS 7 est caractéristique des ces migrations massives vers un OS à jour. Le moindre bug touche immédiatement un nombre important de personnes, plus que quand les déploiement étaient plus progressifs et soumis à l'attention que portaient les clients à l'actualité Apple...

- on a traversé 2 refontes majeures de l'interface ce qui a énormément fait grincer des dents : la grogne monte très vite dès qu'on touche aux habitudes et beaucoup font facilement le pas de "fonctionne différemment" a "est buggué"

avatar CNNN | 

Par contre iPhoto est juste une grosse blague !!! Quand je transferts les slow Motion de mon iPhone 6 sur iPhoto et que je synchronise ma bibliothèque je ne peux plus voir les ralentis sur l'iPhone.
Même sur iPhoto c'est pas possible il faut passer par Quick Time ...
Bref c'est vraiment pas terrible comme principe ..

avatar oomu | 

iphoto a beaucoup souffert, oui. Après des années à le voir souffrir, Apple décida de le tuer d'une balle, touchant mortellement au passage Aperture... snirf.

avatar Apollo11 | 

Chose certaine, la dernière année, j'ai vu plusieurs utilisateurs de iOS avec bien des problèmes, choses qu'ils n'étaient pas du tout habitués à vivre. Parce qu'ils achètent justement du Apple pour ne pas avoir de problèmes. Du coup, maintenant, ils doutent, ils ont un peur des mises à jour. Et oui, l'image d'Apple en prend un coup. Un petit coup, mais quand même.

avatar Darth Philou (non vérifié) | 

L'idée est surtout dans l'air chez MacG...

J'attends toujours la liste de ces fameux bugs de Yosemite qui rendent le système si instable et inutilisable.
A part quelques problèmes de wifi avérés par Apple même, je n'en vois pas d'autre.

Au fait vous savez que dans le développement logiciel, les pratiques agiles commencent à être largement adoptée et que la tendance est maintenant au "devops". ?

Apple est poussée par le marché à sortir ces releases. Cf. La polémique qui a fait rage en 2013 sur le fait qu'Apple n'innovait plus.

Et informez votre développeur que dans le monde open source, la fréquence des versions majeures n'est pas d'une année mais de quelques mois.

avatar Doctomac | 

1) "Puisque chaque version ne reste pas longtemps, on a tendance qu’à retenir les bugs, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en avait pas quelques années en arrière."

C'est exactement que j'ai essayé d'expliquer ici mais en vain, on a droit à des insultes. Par ailleurs, cet ancien de chez Apple torpille littéralement l'idée de "c'était mieux avant" ou "les ressources en personne ne sont pas assez suffisantes" ou "la composante software n'attire pas de talents" plus ou mois développés par un précédent article sur le sujet par MacG.

2) Marco Arment regrette le ton bien trop catastrophique de son billet qui a servi à nourrir des billets journalistiques sensationnalistes et évidemment va servir les hyènes affamées de de forum.
http://www.marco.org/2015/01/05/popular-for-a-day

3) "Néanmoins, il suffit de parcourir rapidement les avis publiés pour s’apercevoir qu’il y a bien un problème, et qu’il ne concerne pas que les plus technophiles."

MaG soyez juste, les commentaires de dysfonctionnement (qui curieusement concernent la mise à jour 10.10.1) sont souvent la conséquence de problèmes individualisés et ponctuels. Je ne sais pas, un mail qui demande 10 demandes n'est pas un comportement normal du système. Donc arrêter de nous sortir cet argument des commentaires dans le Mac AppStore, il ne vaut rien. Par ailleurs, les commentaires regroupent principalement des avis très subjectifs su la nouvelle interface et évidemment que la nouvelle interface n'allait pas plaire à tout le monde. Ceux qui ne l'aiment pas s'expriment visiblement dans les avis de l'AppStore.

4) "Dans le cas d’OS X, est-ce que renoncer à sortir une mise à jour majeure tous les ans suffirait à redresser la situation ? Probablement pas, mais on peut au moins espérer un « Snow Yosemite » sur le modèle de Snow Leopard. Si, en 2015, Apple ne sortait aucune nouvelle fonction, mais se contentait de corriger tous les bugs de son système d’exploitation, peut-être qu’on retrouverait la stabilité regrettée de beaucoup.

Encore, une fois Apple peut, pour la prochaine version, proposer que quelques nouvelles fonctions utilisateurs ou leurs améliorations et plutôt se concentrer sur l'optimisation et la fiabilité. C'est finalement ce qu'a fait Apple avec Mountain Lion et Maverick. Il n'y a pas eu beaucoup de nouvelles fonctions dans ces deux OS.

5) L'ingénieur qui est actuellement chez Apple écrit "

"it's the problem is the focus on new useless [imo] features at the expense of core functionality "

Pour la partie concernant l'inutilité de certaines fonctions, c'est son avis perso. Perso, le nouveau Spotlight, Handoff, iCloudDrive et Airdrop entre iOS et OS X ne sont pas des fonctions inutiles....quand même. Par ailleurs, même si Apple s'est concentré sur l'interface et les fonctions dans Yosemite, la compagnie avait quand fait des choses dans le 'core functionality" dans ses deux précédentes mises à jour. On peut citer : AppNap, mémoire compressée, Gatekeeper..

5) L'article de MacG d'aujourd'hui est quand même plus mesuré (si ce n'est le passage sur les commentaires) et bien moins sensationnaliste/fantaisiste en comparaison des précédents. Enfin une amélioration de la qualité des articles sur MacG en 2015 ?

avatar mcgyver | 

Merci pour cet article intéressant pour poser le problème.
Je ne suis qu'un simple utilisateur mais depuis fort longtemps (Apple IIE) ! J'ai utilisé Snow Leopard stable et justifiant les qualificatifs de qualité et innovation propre à Apple jusqu'à l'achat de mon dernier iMac il y a 2 mois qui me contraint à utiliser Yosemite.
Yosemite est certes un système intéressant avec des fonctions novatrices mais sorti bien trop précipitamment avec trop de fonctions qui ne marchent pas ou de façon aléatoire ( Handoff, Airdrop, iCloud capricieux, etc...).
La stabilisation et même la finalisation serait un grand plus avant de penser à une nouvelle version mais la tendance d'Apple aujourd'hui ressemble plus à une course en avant et puis abandon quand ils sont dépassés par un concurrent : Aperture, iWeb etc... bonnes idées mais rapidement abandonnées.
Attention l'avenir sera difficile si cette problématique n'est pas abordée au plus au niveau !

avatar BitNic | 

Vivement : 'Yosemite à la plage'... qu'Apple nous fasse des vacances... avec son OS tous les ans !

avatar fanchig | 

Personnellement, j'aime bien Yosemite. Pas de bug gênant. Cela dit, ce qui est dommage, c'est que je ne peux pas profiter des nouveautés car mon matos est "trop" ancien (mbp 2011, iphone4s).

avatar jipeca | 

C'est ce qu'on appelle dans tous les cours de marketing "noyer le poisson" en parlant pour ne rien dire. On a tendance a ne retenir que les bugs, parce que c'est buggé, un point c'est tout.
Que précédemment les bus aient existé âis en interne, alors que maintenant c'est l'utilisateur qui se les tape, est un fait . Vous avez beau vous torturer les méninges pour présenter la chose, il n'en reqtera pas moins que les opus précédents sortaient moins buggés. Et les méthodes de travail en sont manifestement reponsables.
Que les équipes se soient frotté le cul sur les interrupteurs jusquà ce qu'il ne fassent plus d'étincelle avant, et qu'il apprécient davantage leur boulot mintenant parce que c'est le mac user qui se les collecte , ca je peux aisément le comprendre. Ben tiens ! Et en résumé c'est exactement ce que ca dit, on ne retient que les bugs, parce qu'il y en a, que nous nous les prenons en pleine tronche, et qu'ils ne se règlent qu'a un train de sénateur.
ET CE N' ETAITA PS LE CAS AVANT !

C'est bien ce que ça dit ! A moins d'interpréter, ce qui reste bien entendu possible.

avatar Un Type Vrai | 

"ET CE N' ETAITA PS LE CAS AVANT !"

Lol

Bref.

avatar béber1 | 

lol

avatar tbr | 

Oups, il y a des bugs dans mon commentaires.

Je disais que je veux que mon MBP fonctionne comme c'était, avant que je passe à Yosemite.

avatar Applesoft | 

Perso, j'aime bien Yosemite : pas de bug, pas trop gourmand vs Mavericks, et de bonnes nouvelles fonctionnalités.

Je pense que c'est notre perception qui a en grande partie changé comme dit dans l'article : nous sommes plus exigeants et les updates annuels ne font que renforcer notre attente.

Il devient plus difficile et frustrant pour beaucoup de Mac users de ne pas updater si leur Mac et/ou si le smartphone sont trop vieux. Auparavant, ce renouvellement "forcé" se faisait moins sentir donc on updatait pas et on restait content.

Je pense qu'Apple a néanmoins raison de bouger, même si au goût de certains c'est trop rapide, Apple doit innover. Je trouve que Habdiff et Continuity par ex est une belle fonction qui deviendra un standard dans quelques années.

avatar Mathias170390 | 

Un système tous les deux ans, ce serait mieux je pense... Ça leur laisserait le temps de peaufiner le système, pour livrer quelque chose de propre et stable, à titre perso le bug de safari commence à me prendre la tête...

avatar PO_ | 

Le principal inconvénient de cette sortie accélérée de nouvelles versions est que cela accélère l'obsolescence du Matériel. Si un ordi pouvait recevoir 4 mises à jours d'OS et que ces mises à jour sortaient tous les 18 à 24 mois, on avait 6-7 ans de tranquillité devant soi ; avec un renouvellement annuel le délai tombe à 4 ans et c'est inacceptable.

D'autant qu'outre les nouveaux bugs introduits dans chaque nouvelle version, il y a une pléthore de soi-disant nouvelles fonctions dont beaucoup d'utilisateurs n'ont pas l'utilité.

Je me souviens de l'effet "waouhh" lorsqu'est sorti Panther (Mac OS 10.3). Tiger (10.4) et Leopard (10.5) m'avaient également impressionnés, mais dans une moindre mesure. Depuis, aucune version d'OS après 10.6 ne m'ont apporté quoi que ce soit, à tel point que je suis passé directement de 10.6 à 10.9 (pour faire tourner un soft dont j'avais besoin). 10.9 a rendu inutilisable mon iPad pour la lecture, tant iBooks est buggé et non fonctionnel pour mon usage.

Je vais passer à 10.10 par obligation puisque je vais recevoir un iMac Retina, mais si j'avais pu, je l'aurais bien laissé sous 10.9 ou même 10.6 (mis à part le fameux programme qui exigeait 10.8 minimum).

avatar zorg2000 | 

Utilisateur de X.2 et X.3 elles m'avait convaincues a repasser sous win2000 (très stable et performant) tant elles plantaient et étaient lourdes.
X.6 était une merveille, toutes mes applications PPC marchent super bien dessus, fluide rapide fiable, ne plantant ni ne ralentissant jamais.

les autres OS sur mon MBA le faisait ramer a mort et hurler les ventilos sans aucuns bénéfices.
En attendant une machine décente ou accessible
J'ai déswitché sur un PC sous windows 8, boot ultrarapide stable, j'ai un GS70 pro (850 euros, full HD, 2kg , 2cm étaisseur pour un 17", une vraie carte 3D Cuda, 3 emplacement disques).

Bref, j'attends un Mac qui soit concurrentiel en hard et en soft et pas que "joli design" ou "classe", ça me fait une belle jambe j'ai besoin de mon Mac pour faire des trucs pas me faire mousser devant les potes.

avatar Tournicoti | 

Perso, sur mon MBP mid-2009 (un peu modifié: 8Go et fusion drive 128+500) je n'ai pas de gros ralentissement, sauf pour Safari qui est devenu très lent (pages qui ne s'affichent pas complètement et qui mettent qqfois plus de 30 sec pour s'afficher, alors que sur FF ça marche normalement). Démarrage et extinction plus lents, un peu moins de fluidité, mais pas trop méchant.

Mais je suis d'accord avec le fond de l'article, il faut savoir calmer le jeu. Des nouvelles fonctions sympas ne doivent pas faire oublier la fiabilité.

PS: par contre coté iOS8 sur mon iPad Air, j'ai nettement plus de plantages d'appli qu'avant.

avatar Un Type Vrai | 

Je peux aisément faire une liste de bug plus longue pour chaque version majeure de Mac OS X que celle que vous pouvez pondre contre Yosemite.

Par exemple : Mail et le Wifi SONT DEJA BUGGUE A MORT et NON CORRIGE dans votre superbe fantomatique "Snow Leopard".

Oui, MOI je n'ai JAMAIS eu de soucis de Wifi ou avec Mail. Mais mes parents ont 2 Macbook Pro (plus récents que les miens) et s'arrachent les cheveux à chaque mise en veille.
L'un des MBP est sous Yosemite, et l'autre sous Snow Leopard (et c'est ce dernier le pire).

Bref, Yosemite a t'il effacé les disque firewire connecté lors d'une mise à jour ? Non !!!

Alors vos bugs de 3ième degré, vous les vomissez uniquement parce que c'est le présent et que l'homme a une mémoire qui tend à ne retenir que le positif.

D'ailleurs, Renault, c'était mieux avant, la politique, c'était mieux avant, la vie de famille c'était mieux avant, l'internet c'était mieux au début, le camping c'était le panard y'a 30 ans...

A moins que vous soyez un poil objectif et finalement, globalement, on a PLUS de fonctionnalités et AUTANT de bugs. C'est donc mieux... maintenant ?

avatar JoKer | 

En entreprise c'est pas bon les mises à jour annuelle.
On a pour principe d'avoir un parc le plus homogène possible.
On se retrouve donc dans des situations où on avance des budgets d'une années sur l'autres pour acheter des Mac avant qu'ils soient vendus avec la nouvelle version de Mac OS X.
C'est ridicule.

avatar Un Type Vrai | 

PS : Pondre 3 articles sans sources autre que les "on dit" pour imposer un point de vue est pathétique.

Dans la même veine, j'ai entendu la semaine dernière dans le couloir un type dire "Si Apple continue, Apple finira par couler".
Merde, j'avais pas entendu ça depuis 2010 au moins.
Mais quelque soit la quantité d'encre, de commentaire, d'avis et d'articles sur la fin d'Apple depuis 1990 c'est juste PAS arrivé. C'était juste du fantasme (et quand on est journaliste, on évite de mettre du fantasme dans un article soit disant informatif...)

L'idéal, ça reste la mise à jour en continu et pour un système d'exploitation, une MAJ par an, ça reste dans un monde moderne un bon choix. (d'ailleurs, j'attends votre article assassin sur Google Chrome...)

avatar lambdachronicles | 

Je trouve votre point de vue intéressant. Pour ma part mes macs (j'ai eu du book, de l'imac, du mini, du pro) ont toujours plus ou moins planté un jour ou l'autre, et avec vraiment tout le recul aujourd'hui que je peux avoir sur toutes les versions, pas plus pas moins que mes machines sous windows. Je vous parle même pas des crash complet en plein session musicale avec ubuntu il y a dix ans maintenant.... En fait je crois que tout ça c'est de la pignole. Le jour ou les ordi ne se vautreront plus c'est pas pour demain, même si il ne sortent qu'une version tout les demi-siècle. Sur ce, je vais peigner la girafe, je suis déjà loin loin loin.

avatar bxlt | 

Désolé de te contredire, j'ai un macbookpro 2011 toujours sous snow leopard et je n'ai jamais planté une seule fois (l'utilisation de ma machine étant plutôt intensive) !

avatar jipeca | 

"Un Type Vrai".. Je commence a comprendre, c'est de l'auto suggestion désepérée.

avatar Un Type Vrai | 

Tu peux penser que c'était mieux avant, mais c'est de l'auto suggestion...

avatar béber1 | 

c'est surtout pas de le penser, c'est surtout de l'avoir vécu…héroïquement

avatar olaola | 

Il y a pas un lien aussi simple entre fréquence de sortie et qualité. Au contraire d'ailleurs certaines domaines (les navigateurs par exemple) c'est le phénomène inverse qui a lieu.

Ce qui a déstabilisé pas mal c'est l'importance qu'a pris iOS qui a "volé" beaucoup de ressources et rebelotte avec l'Apple Watch, dans les équipes coeur Apple est toujours en sous effectif, c'est pas nouveau mais quand il faut encaisser des grosses nouveautés qui accaparent les équipes ça devient dur, très dur.
Je me suis précipité pendant des années sur les dernières versions maintenant c'est terminé j'ai même pas mis Yosemite sur ma machine principale, les tests que j'ai pu m'ont pas enthousiasmé. Il y a pas d'alternatives qui conviennent mieux à mes besoins donc j'envisage pas de quitter le mac, mais je suis un peu déçu de l'évolution niveau soft (et niveau hardware aussi avec les derniers mac mini d'ailleurs).

avatar DarKOrange | 

On va finir par savoir que MacG n'est pas contente de Yosemite et considère qu'une itération par an c'est trop...

avatar bxlt | 

Le problème avec le paradygme "1 système par an", c'est que chaque année, y'a pas vraiment de nouveautés bien intéressantes. Y'a même parfois des regressions sur des choses qui marchaient mieux avant, comme si toute cette machinerie n'avait plus trop de décideur.
C'est souvent le cas des logiciels qui sont plus ou moins "finis" auxquels les développeurs s'ingénient à rajouter des nouvelles fonctions "indispensables" dont la plupart des gens n'ont rien à faire. Par exemple, je trouve le centre de notification totalement inutile (d'ailleurs je l'ai désactivé) et il me gêne pour accéder à Spotlight, qui dans Yosemite s'est décidé à chercher sur le web : est-ce vraiment une bonne idée ?
Dans le même genre, pour éviter de perdre de la place (un peu rare sur mon SSD), je ne trouve pas vraiment indispensable la sauvegarde en local de Time Machine (virée elle aussi).

avatar Domsware | 

@bxlt :
Time Machine n'est pas fait pour être utilisé en local mais sur un disque externe : sinon cela n'est que très peu utile !

Quand à la recherche de Spotlight, ce comportement est finement paramètrable dans les Préférences.

avatar bxlt | 

Mais depuis Lion ou Montain Loin (je ne sais plus trop), Apple a inventé une sauvegarde en local de Time Machine qui se fait en arrière plan, sans demander quoi que ce soit à personne (ce qui prend de la place sur le HD ou SSD) pour rendre plus rapide la véritable sauvegarde sur un disque externe !

avatar ziggyspider | 

Oui !

avatar zorg2000 | 

Ce qui me gène le plus avec les nouveaux OS c'est que ce ne sont généralement que des outils qu'ils auraient pu simplement implémenter dans une base stable (celle de SL par exemple) et non pas refourguer tout un OS avec des fonctions en moins.

Je prend par exemple la synthèse vocale de Lion, c'est le phonème virginie, développée en 2000 et dispo sur windows depuis cette époque, compatible avec windows 2000 et plus. Cela n'a rien d'une nouveauté! Mais on nous la vends comme.

Ha oui j'ai aussi un Bento, Iweb et iphoto, merci de trouver un remplaçant avant de mettre au placard une application. L'abandon sans prévenir d'app qui ont été la vitrine du mac est pas sérieux, mais vraiment pas..... surtout quand il n'y a pas de remplaçant (Iweb).

avatar bxlt | 

Apple est un fabricant d'ordinateur et fait sa (confortable) marge la-dessus. Faire du soft, pourquoi pas si ça aide à faire vendre des macs (c'était le cas d'ilife, iweb,…). Mais maintenant, ils s'en foutent, les machines se vendent bien tout seules, alors pourquoi perdre des sous à développer qq chose qui n'aidera pas à en vendre davantage ?
Un autre exemple est la gestion du TRIM par OSX, pour l'instant bridée aux seuls SSD vendus (chers) par Apple : L'implémenter pour tous les SSD nécessiterait d'enlever environ 1 ligne de code dans OSX (celle qui bride le fonctionnement du TRIM sur des SSD non-Apple) ce qui demanderait environ 30s de travail. Là encore, Apple a clairement choisi ce qui lui profite !

avatar frankm | 

@zorg2000 :
J'ai remplacé iWeb par Sandvox. j'ai du payer !
Mais ce logiciel est fantastique !

avatar zorg2000 | 

C'est pas tant qu'une solution alternative existe c'est juste que j'ai acheté mon Iweb.

avatar ArchiArchibald | 

Je ne rencontre aucun problème spécifique sur aucune de mes machines ni celles de mes collaborateurs...
C'est agaçant de lire de tels articles qui font croire à un problème généralisé, ce qui est une pure fiction !

avatar Un Type Vrai | 

Parait qu'on s'auto suggère que tout va bien...

avatar Ghaleon111 | 

Faux, voir mon post plus bas et tu veux que je te donne le sujet sur 15 pages anglais qui liste les bugs ?

avatar Darth Philou (non vérifié) | 

@Ghaleon111 :
Si tu as un lien, ça m'intéresse.

Après, on ne dit pas qu'il n'y a pas de bugs. Il y a toujours des bugs.
Les questions sont : quels proportions d'utilisateurs sont touchés ? Rendent-ils le système inutilisable comme on nous le rebassine en permanence ?

avatar Ghaleon111 | 

J'ai çe lien de forum par exemple
http://forums.macrumors.com/showthread.php?t=1740402&page=54
Tu trouve aussi un certain nombre de choses quant tu tape bugs OS X Yosemite dans Google
Il y a beaucoup de monde concerner en tout cas
Ca rend pas le système inutilisable globalement mais c'est chiant, ca m'embête d'autant plus que j'aime bien l'os ;)

avatar Domsware | 

En prenant un peu de recul, on constate qu'Apple, comme les autres développeurs d'OS doivent s'adapter à un environnement technologique externe et interne qui évolue en permanence :
- nouveaux protocoles de communication
- nouveaux appareils
- nouveaux modes d'utilisation
- nouvelles applications
- nouveaux composants
- nouveaux dangers : piratage, intrusion...
...

Bref. Les environnements externes et internes évoluent en imposant à eux seuls une marche forcée aux OS. Et ainsi il est impossible de demander à un fabriquant de stopper l'évolution d'un OS.

De plus, chaque OS installé devient de facto un exemplaire unique puisque modifié par l'utilisateur de par son utilisation et sa configuration. Ce qui rend là aussi impossible la prédiction de tous les cas possibles.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR