Flash : la réponse (cinglante) d'Adobe

Christophe Laporte |
Il n'a pas fallu patienter bien longtemps avant qu'Adobe réponde à la tribune de Steve Jobs. Shantanu Narayen en personne a fait part de ses impressions dans un entretien exclusif accordé au Wall Street Journal.

Le patron d'Adobe a fait savoir qu'il croyait dans les contenus "ouverts". L'objectif d'un outil comme la Creative Suite, a-t-il fait remarquer, est de pouvoir créer du contenu sur un grand nombre de plate-formes.

Adobe tient à rester fidèle à cette vision. Shantanu Narayen en a profité pour rappeler que la prochaine version d'Android offrira une prise en charge complète de Flash (lire à ce sujet : Andy Rubin compare plus ou moins Apple à la Corée du Nord).

Les problèmes technologiques évoqués par Steve Jobs sont "un écran de fumée" selon lui. Tout d'abord, il affirme que plus de 100 applications créées avec Flash CS5 ont été validées par Apple et sont disponibles sur l'App Store. "Quand vous avez recours aux conditions d'utilisations pour limiter ce type de développement, cela n'a rien à voir avec de la technologie".

"Les restrictions d'Apple ne font que compliquer la vie des développeurs qui cherchent à faire fonctionner leurs produits sur un grand nombre d'appareils. Ils vont être contraints d'avoir deux workflows […] un pour Apple et un second pour les autres", a-t-il déclaré.

L'homme s'est ensuite exprimé sur les critiques faites par Steve Jobs au sujet de Flash. Concernant son instabilité sous Mac OS X, il a une vision des choses très différente de celle du P.D.G. d'Apple. Selon lui, les plantages de Flash ne sont pas la faute d'Adobe, mais sont liés à Mac OS X.

En ce qui concerne l'iPhone, la réaction d'Apple par rapport à Flash est très simple. La philosophie "Write Once, Run Anywhere" (écrire une fois, utiliser partout) ne profite pas à la marque à la pomme. Et c’est pour cela qu’elle se comporte ainsi. D'autre part, il s'est dit amusé par les déclarations de Steve Jobs qui considère qu'Adobe est une plateforme fermée. Il a rappelé que les spécifications de Flash étaient ouvertes.

Narayan a affirmé avoir rencontré Jobs à plusieurs reprises et estime avoir une vision du monde bien différente. La sienne, contrairement à celle de Steve Jobs, est multiplateforme.

La question lui a été posée de savoir s'il avait un iPhone. Le patron d'Adobe a répondu par la négative et a affirmé posséder un Google Nexus One. Enfin, concernant l'iPad, il a estimé que c'est un bon appareil pour un appareil de première génération. Les tablettes vont beaucoup évoluer assez rapidement selon lui. D'ailleurs, il a indiqué qu'Adobe travaillait sur des douzaines de projets de tablettes avec d'autres sociétés. Inutile de préciser que contrairement à l'iPad, elles embarqueront Flash d'emblée.

Enfin, il a précisé que c'est le consommateur qui aura le dernier mot dans cette affaire. À suivre…
Tags
avatar relaxx | 

[quote]Selon lui, les plantages de Flash ne sont pas la faute d'Adobe, mais sont liés à Mac OS X.[/quote]

La preuve les perfs et la stabilité sous linux sont excellentes ...

Quand on vous dit que c'est la faute d'apple ... hein !

C'est pas une preuve ça ?

avatar Superboy58 | 

loukonmac : ça sent le sapin pour Adobe ? hum hum... renseigne toi avant de parler (d'écrire). A la limite t'aurai mit Flash au lieu de Adobe dans ta phrase ça aurait été un bon gros troll mais là c'est juste idiot honnetement

avatar arork | 

Ca parle des developpeurs. Mais personne ne pense a l'utilisateur.
Moi flash ca me gave. Les pubs lourdes dingue qui se charge qui ralentissent l'ordi, Car programme a la va vite. Et je ne parle que des pubs pas des sites mal fait. Par contre, c'est vrai, que certain sont vraiment remarquable et beau.

avatar Florent Morin | 

"Quand vous avez recours aux conditions d'utilisations pour limiter ce type de développement, cela n'a rien à voir avec de la technologie"

C'est du préventif. Quand les applications Flash ne fonctionneront plus avec iPhone OS 4 ou 5, faudra pas pleurer.

"Les restrictions d'Apple ne font que compliquer la vie des développeurs qui cherchent à faire fonctionner leurs produits sur un grand nombre d'appareils. Ils vont être contraints d'avoir deux workflows […] un pour Apple et un second pour les autres"

Qu'est-ce qu'il en sait ? Il a jamais développé de sa vie ! (contrairement à S. Jobs) C'est contraignant, mais la résultante est un travail de meilleure qualité.

"Selon lui, les plantages de Flash ne sont pas la faute d'Adobe, mais sont liés à Mac OS X."

C'est bien connu, Mac OS X est vraiment instable.

"Spécifications de Flash ouvertes"

Il y a une différence entre ouvrir un projet (comme WebKit ou Grand Central Dispatch) et ouvrir des spécifications (comme celles de Word)

"Write Once, Run Anywhere"

Les projets open-source d'Apple sont disponibles en multi-plateformes et Mac OS X est POSIX. Par contre, le SVG d'Illustrator n'est pas ce qu'il y a de plus standard. Ni le rendu de Dreamweaver... (ni même le code généré)
Le multi-plateformes doit passer par les standards. Le multi-plateformes binaires n'a jamais fonctionné (cf. Java et Flash) Le multi-plateformes fonctionne réellement soit avec les scripts (PHP, Javascript, Python) soit en recompilant (C, C++)

"iPad, première génération, ..." : facile de critiquer quand on ne fait rien. Google et Adobe restent des suiveurs.

avatar noche84 | 

vers 1999 - 2000 je débutais la programmation en HTML et un ami développeur était fan de flash... En 2001 il le retirait car la plupart des connexions étaient bas débit et même si le flash offrait une expérience graphique très jolie, il n'était pas adapté...

en 2007 j'ai regreté de ne jamais avoir appris le flash car beaucoup d'employeurs le demandent...

en 2010 je n'ai tjrs pas appris flash et je vois qu'on lui reproche quasi les mêmes choses... Maintenant ce n'est plus la connexion qui est en cause mais bien la puissance qu'il nécessite ( sur netbook c'est PENIBLE ! Et c'est surement la chose que je reproche a ce petit PC d'appoint )... Si Adobe n'optimise pas suffisamment son produit, il est normal qu'Apple ne veuillent pas d'un boulet sur ses machines qui, in fine, leur donneront l'image de "veau"... Entre parenthèse, si c'est de la faute de MacOS X qui est instable, pourquoi est-ce le SEUL plug'in qui fasse planter safari sur mac ( c'est d'ailleurs la seule chose qui plante sur mon ordi avec mon logiciel de composition musicale ) et qui ralentisse le netbook ?

Je n'ai jamais été pro-flash, il ne me manque pas et maintenant grâce à Ajax et bientôt au HTML 5 ( en espérant qu'il soit vite uniformisé ), les sites web pourront être interactif sans qu'on soit obligé de prendre le "bloc-flash" car j'appelle ça comme ça tant il est embêtant de surfer sur un site fait entièrement en flash... Pour le contenu flash comme on voit souvent sur les sites, j'utilise mon ordinateur... Non, flash ne me manque pas du tout

avatar yofx | 

Dialogue de sourd. Mais comme il dit c'est l'utilisateur qui choisira.
Mis a part les sites des constructeur auto, le flash me manque pas vraiment. Je dis pas que je m'en passerai , mais ça peu attendre de regarder ça sur un ordi, vu que l'iphone os n'est pas censé remplacer un ordi pour l'instant. Et avant ça windows mobile avait pas un navigateur capable d'afficher correctement des pages et les forfait data était trop chère, donc au final c'est deja bien pour naviguer de façon mobile :)

avatar hirtrey | 

Réponse claire et net de la part.

avatar ispeed | 

On dirait un gros garçon se plaindre que son camarade lui a tiré les cheveux
Pathétique cette guéguerre

avatar mahers | 

Sincèrement, je pense que le débat serait clos si on laissait le choix au consommateur d'activer ou de désactiver Flash. C'est une histoire de gros sous et de rancune. Juste un petit rappel, Adobe durant les années NEXT a refusé de porter Photoshop sur cette plateforme, ce qui a grandement nuit à NEXT. Monsieur Jobs a une excellente mémoire...

avatar lord danone | 

Le culte du multiplateforme ne sert qu'a niveller vers le bas l'expérience utilisateur au nom de la feignantise ou de l'incompétance des develloppeurs.

avatar shenmue | 

"Tout d'abord, il affirme que plus de 100 applications créées avec Flash CS5 ont été validées par Apple et sont disponibles sur l'App Store. "

Oui, et ce son les plus catastrophiques en terme d'optimisation ou qui rament à mort.
Bonne chance à Google qui va bientôt voir arriver une armée d'applis-zombies qui feront de son store un vrai dépotoir.

avatar Gimli fils de Gloin | 

Adobe est à la ramasse. Pendant que le développeur amateur de MPlayer OSX utilise Cuda pour accélérer le traitement vidéo, et pendant que de nombreux papiers sur l'accélération GPU de calculs en tous genres sortent chaque jour, eux prétendent que la nullité de flash sur mac os x provient de OS X.

C'est de la mauvaise foi et point barre. De toute facon on se passe très bien d'eux et de leur techno non sécurisée, plantogène, dépassée sur Mac.

iPapy les a détruit avec son Scud.

avatar Folken Laëneck | 

> Et honnêtement, Flash est propriétaire. Tout comme Silverlight.

Je ne défend ni l'un ni l'autre et serait heureux le jour où ils auront rendu l'âme, mais si on veut être tout à fait exact les deux formats sont "ouverts", la preuve des projets comme Gnash (http://www.gnu.org/software/gnash/) et Moonlight (http://www.mono-project.com/Moonlight)

avatar Florian Innocente | 

Test MacG Mobile 2.0

avatar shenmue | 

@Hok:"Apple devrait pas mettre ses clients et Adobe à dos."

La plupart des clients trouvent que:
- Flash fait souffler les ventilos
- n'apporte rien si ce n'est d'inonder de pubs crétines le WEB

Ou alors ne savent pas de quoi il est question dans cette affaire.
Et on a une petite poignée de haters qui bien sûr prennent la défense d'Adobe le gentil contre le maychant Apple.
Apple ne risque rien, car comme le dit TRES justement Steve Jobs, la plupart des sites avec vidéos qui comptent sur la toile permettent la lecture dans un autre format que le Flash.
En bref, pour nous, OSEF.

avatar Frodon | 

@innocente

En parlant de MacG Mobile, sera t'il possible d'éditer ses commentaires directement depuis l'appli dans la version 2.0? ;)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR