App Store : Flash prié de rester à l'écart

Florian Innocente |
Avec la sortie d'un nouveau SDK iPhone OS 4, Apple a amendé son contrat d'une manière qui laisse clairement entendre qu'elle ne tolère pas des applications générées à partir d'autres environnements de développement que le sien ou qui doivent être écrits avec des langages bien précis.

3.3.1 — Applications may only use Documented APIs in the manner prescribed by Apple and must not use or call any private APIs. Applications must be originally written in Objective-C, C, C++, or JavaScript as executed by the iPhone OS WebKit engine, and only code written in C, C++, and Objective-C may compile and directly link against the Documented APIs (e.g., Applications that link to Documented APIs through an intermediary translation or compatibility layer or tool are prohibited).


La première implication de ce changement va concerner Adobe qui a doté Flash CS5 d'une fonction pour compiler des applications Flash et AIR en applications compatibles iPhone OS. Plusieurs sont d'ailleurs déjà disponibles sur l'App Store depuis l'automne dernier grâce à la bêta de Flash CS5, et encore ce week-end, après la sortie de l'iPad, les équipes AIR d'Adobe se félicitaient de voir que cela fonctionnait avec la tablette (lire : Adobe prend un bol d'AIR sur l'iPad).

Cette évolution d'Apple intervient en outre à trois jours du lancement de la Creative Suite 5 où figure cette nouvelle fonction d'export… Adobe doit apprécier. Pour l'heure aucune réaction n'est venue de l'éditeur. D'autres compilateurs sont certainement concernés de la même manière, tel que MonoTouch, permettant de générer du code compatible iPhone à partir de code C# et .NET (lire : S'affranchir d'Objective-C sur iPhone).

Côté utilisateur cela ne devrait pas changer grand chose, l'App Store ne souffrait pas d'un manque d'applications qui aurait rendu ces renforts salutaires. Côté développeur, c'est variable, selon le bord où l'on se situe.

Pour les habitués d' Objective-C, C, C++ ou JavaScript cela ne change rien non plus et leurs marges de manoeuvre ne sont pas moins grandes. Pour les développeurs des plateformes concernées en revanche, c'est une porte qui se referme devant leur nez en claquant, et une opportunité qui disparaît avec, celle de pouvoir profiter de l'App Store et de l'iPhone sans se donner le mal d'apprendre les langages et outils de développements officiels ou de concevoir leurs logiciel en tirant spécifiquement parti des qualités et possibilités de cette plateforme. Le propos d'Adobe étant qu'un seul logiciel pouvait fonctionner à l'identique sur Mac, PC, Linux, Android, iPhone OS ou dans un navigateur web…
avatar richarre | 
Il faut respecter le travail des "autres", surtout lors que les "autres" vous offrent sur un plateau, de nouvelles opportunités pour faire de l'argent... Adobe : respectez le travail des "autres" et optimisez vos d'applications ! C'est tout ce que je demande en tant qu'utilisateur. POINT.
avatar Orus | 
Aujourd'hui on peut le dire : Apple = Micro$oft
avatar kaboum | 
@ thurstonmoore: la bise à Kim.
avatar eTeks | 
Mouaif, ça me donne bien envie de partir en courant de la plateforme Apple... A mon avis, ils se ferment les portes du développement en entreprise avec ce genre de décisions. Qu'Apple en profite tant qu'ils ont le vent en poupe, mais à force de se mettre à dos des tas de développeurs, leur réputation va finir par en prendre un coup.
avatar mediapress | 
chapo apple pour ce coup bas envers adobe !!! à 3 jours de la présentation de flash CS5... je suis entièrement mac cependant, ils montrent carrément l'intention d'un système ou tout va être fermé, tout sera validé et la création sera contrôlée... bon l'iphone et l'ipad ne sont que des beaux joujous, mais ça montre un bel état d'esprit dès que le succès est là... en tout cas, l'excuse que flash faisait planter safari tombe à l'eau... je crois que je vais m'orienter vers la HP slate, l'ipad est très bien, mais ces restrictions me donnent la nausée...
avatar bibibenate | 
Bonjour, j'apprécie vraiment les produits Apple et sa façon de voir l'informatique mais je ne comprends pas l'entêtement d'Apple à refuser Flash. Autant sur l'iphone ça peut un peu se comprendre et on peut faire sans, dans la mesure où c'est un terminal d'appoint. Mais dans le cas de l'iPad, la situation est complétement différente, pour moi celui-ci pouvait remplacer mon MacBook mais sans le Flash, c'est hors de question. A ce moment là, pourquoi ne pas le refuser sur la gamme Mac aussi ??? J'ai vraiment l'impression que pour sauver la face de ce parti pris qui date de la 1ère version de l'iPhone, Apple s'entête idiotement dans cette voie. Serait-il possible de lancer une grande pétition internationale relayée par tous les principaux sites Mac ?? Qu'en pensez-vous ?
avatar Lio70 | 
@iolofato et Melaure. Votre argumentation est correcte mais je suis neanmoins de ceux qui se rejouissent de la decision radicale d'Apple. Trop de liberte mene au chaos, j'ai connu ca en tant que fournisseur de services d'installation et de maintenance de parc PCs en entreprise. Il faut esperer que de tout ceci ressortira un meilleur controle de la qualite. Quant au monde de l'entreprise, Apple s'est tiree une balle dans le pied avec son hardware, par exemple a l'epoque ou un iBook devait retourner dans un atelier agree si on voulait remplacer le disque dur (c'est juste un exemple). Et ca, ca ne va pas, c'est une perte de temps inacceptable dans l'entreprise. Pour le developpement iPhone, je ne crois pas que cela eloigne Apple du monde de l'entreprise. Elles peuvent toujours sous-traiter le developpement (puisque la mode est a l'outsourcing -- on voit partout des consultants qui viennent bosser sur place avec leur propre ordi) sans investir dans la formation du staff IT maison. Et puis obliger l'utilisation des outils Apple, c'est aussi proteger le boulot des developpeurs Apple/iPhone. Merde quoi! On doit aussi pouvoir continuer de gagner notre vie en tant que specialistes d'un certain environnement possedant ses outils propres. Comme on l'a dit dans une reaction precedente, les autres debarquent dans "notre" univers, qu'ils s'adaptent!
avatar DM75 | 
Apple a décidé que les développeurs devaient travailler proprement en utilisant directement les outils qui conviennent à SA plateforme, les outils faits POUR SA plateforme. C'EST SIMPLE. Il n'y a donc pas à tortiller du c.. Apple propose a des chercheur d'or un terrain fertile à souhaits, mais demande à ce que l'on utilise SES outils. C'est tout, c'est simple, ce n'est pas compliqué. On dit oui... ou non ! Si c'est non, on trouve un terrain différent. Vous êtes libres, vous faîtes ce que vous voulez et Apple aussi.
avatar DM75 | 
Pas moyen d'éditer pour corriger l'orthographe :(
avatar hok | 
C'est tellement minable de la part d'Apple. Ils changent les regles du jeu en cours de partie. Mais bon au lieu de compiler son action script avec LLVM Adobe va le traduire en C avant de se faire compiler par xcode. Mais Apple va encore trouver une clause a la con. Sinon, vaux comparaison avec Windows sont non pertinentes, WM7 n'accepte que le silverlight. Alors que android promeut le python, lua,...
avatar mediapress | 
oui enfin... si on prend ton exemple, on fait venir des gens pour chercher de l'or, et quand le filon est trouvé, on change les règles et on oblige des contraintes qui n'existaient pas avant... une fois qu'on s'est bien investi, on doit la sentir bien profonde... la méthode est plus que douteuse...
avatar DM75 | 
Tu as trouvé une clause précisant que les "règles" étaient immuables chez les autres ?
avatar nlex | 
Étant donné que l'article est une quasi traduction de celui de DaringFireball il conviendrait de le citer. Ça devient un peu trop une habitude : vous avez de bonne lectures mais il faut respecter le travail des gens (c'est son métier au monsieur). Sans rancunes…
avatar melaure | 
@Lio, ce n'est pas tout à fait ça. Ma boite d'édition fait des logiciels pour le monde Windows et Unix. On a un seul environnement de développement (sous Windows), mais sans le moindre outils Microsoft. Et ça au moins on peut le faire. Non, non, il n'y a aucune excuse au bridage Apple. Ca ne remet pas en cause les outils de dev Apple, qui ont l'ai très bon. Mais on doit avoir le CHOIX. C'est un peu comme l'affaire du Blu-Ray. Ca commence vraiment à nous gonfler ce dictat, surtout au 21ème siècle (et je fais parti des gens qui ont commencé sur Apple II, mais à l'époque le proprio c'était tout le monde). DM75, le jeu est dangereux, parce que effectivement les gens sont aussi libre d'envoyer Apple se balader tout seul ... Je pense même que petit à petit on commence à mieux sentir le raz-le-bol. D'ailleurs on a bien vu la couverture médiatique. On a parlé de l'iPad à beaucoup d'endroit, mais c'était en moins bien que pour l'iPhone. C'était presque cassant sur BFM. Je suis pas sur que Steve dans sa mégalo se rende compte ...
avatar mediapress | 
[b]Tu as trouvé une clause précisant que les "règles" étaient immuables chez les autres ?[/b] en général, la bonne correction est que lorsque l'on change des règles, c'est au moins garder les acquis... que fait tu de tous les développeurs qui ont développé des petites applis en flash ? on leur apprend qu'ils ont bossé pour rien, ils doivent quand même l'avoir mauvaise... idem pour les équipes d'adobe qui ont du passer du temps à passer un truc qui finalement ne servira à rien... ce n'est pas ce que j'appelle respecter les programmeurs et les utilisateurs...
avatar yapafoto | 
En quoi l'absence du support de Flash / production d'appli Flash prive l'iPhone / l'iPad du monde de l'entreprise ? S'il s'agit de parler d'entreprises qui veulent vendre de l'application / solution pour la plateforme iPhoneOS, s'entêter à bricoler à partir de Flash leur donne de suite un désavantage concurrentiel majeur vis à vis de ceux qui ont su produire nativement près 180 000 applications, parmi lesquels nombre de titres sont déclinés sur toutes les plateformes dignes d'intérêt. S'il s'agit de parler d'entreprises qui cherche à avoir comme plateforme mobile iPhoneOS, en général, ce type d'entreprise choisit une plateforme pour chaque besoin, en cherchant au maximum à réduire le nombre de plateformes en combinant les besoins. Le processus de choix est long, valable pour une période de temps plus importante que celle du renouvellement des produits mobiles, processus dans lequel la possibilité de répondre à un besoin spécifique sur plusieurs plateformes distinctes est souvent exclue, et où le moyen de développement n'est jamais un critère (au contraire de la gamme des possibilités de développement offertes sur la plateforme - en gros le couverture fonctionnelle des APIs natives).
avatar oxof | 
Apple a suffisamment de développeurs X-Code pour iPhone OS et n'a pas besoin des développeurs Flash (ou autre). En faisant cela, elle augmente le coût de développement vers les autres plateformes puisque le code ne sera pas réutilisable. En tant que développeur Flash, soit j'oublie iPhone OS pour me concentrer sur les autres plateformes, soit je me mets à X-Code. Dur choix...
avatar Nicky Larson | 
@iolofato Ben tu veux un truc qui tourne vraiment partour ? Fais des applis webs ;)
avatar DM75 | 
@Melaure "Je pense même que petit à petit on commence à mieux sentir le raz-le-bol." Je me trompe peut-être, mais je ne me suis pas aperçu de cela jusqu'à présent. Quoi qu'il en soit, je comprends le fond de ta pensée.
avatar Nicky Larson | 
[quote]si on prend ton exemple, on fait venir des gens pour chercher de l'or, et quand le filon est trouvé, on change les règles et on oblige des contraintes qui n'existaient pas avant... une fois qu'on s'est bien investi, on doit la sentir bien profonde... la méthode est plus que douteuse... [/quote] N'importe quoi. ce qui a amené de l'or c'est justement Cocoa touch et non pas le Flash ou le Java qui n'ont jamais été dispo. Apple n'a jamais dit: "Venez sur iPhone et developpez vos appli en Java et Flash, vous vous ferez pleins de frics". Ils ont dit depuis le début que c'était Cocoa ou appli web (locale ou non). Apple n'a justement JAMAIS changé les règles, ils ont toujours été clair. C'est les AUTRES qui ont promis aux développeurs qu'on pourrait utiliser leurs technos sur iPhone OS. Ou les développeurs eux même qui - feignant comme d'habitude - n'ont pas voulu apprendre un nouveau langage et les frameworks associées.
avatar shenmue | 
@Brewenn:"Il ne faudrait pas qu'aujourd'hui ce soit le chemin inverse, le gros des développeurs lassés des contraintes et du risque de voir une application refusée pour quelconque raison, regardent ailleurs, y trouvent leur bonheur et finissent par bouder la plateforme Apple." Vous me faîtes marrer les Brewenn, Lossendae etc à parier sur un départ des devs de la plateforme d'Apple et aussi d'un départ du public. Pourquoi ne pariez vous jamais sur une lassitude des devs sur Android à ne pas arriver à monétiser leurs applis ? Ce serait clairement plus logique pourtant vu les soucis remontés. Là, pour une infime minorité pénalisée par des décisions de censure d'Applis parfois absurdes (et parfois motivés), c'est tout de suite un scandale. Il n'y a pourtant ici rien de particulièrement choquant à ce qu'Apple demande à ce que sur SA plateforme on utilise SES outils de devs. Cela va clairement pousser les applis vers le haut. Certains devs quitteront le navire après cette décision, c'est un fait, mais pour le développement spécifique à OSX c'e sera un gros plus car il pouvait y avoir la tentation de s'en remettre à d'autres solutions beaucoup moins optimisées mais qui auraient permis juste de foutre son appli sur le store. Là, il faudrait AUSSI se former à des solutions Apple pour certains devs. Ce n'est pas plus mal. Apple est enfin en situation de force pour pousser plus avant ses solutions de développement. Après tout, l'Appstore est aujourd'hui suffisamment rentable (et avec les iAds cela va s'accroître) pour que des boîtes proposent des formations au développement sous plateforme OSX. Une opportunité pour les devs Macs, une opportunité pour les organismes de formation, un manque pour ceux qui sont sur une techno et qui ne veulent ou parfois ne peuvent pas évoluer.
avatar hok | 
Apple devrait vraiment se méfier, les technophiles changent de plus en plus d'avis sur Apple. C'est jamais bon de se les mettre à dos.
avatar elamapi | 
Je crois que vous vous emportez. Il n'y a aucun moyen d'émpecher qui que ce soit de produire un framework qui génèrera du code à compiler dans X-Code. C'est juste la façon de faire qui va changer mais les solutions de contournement sont déjà nombreuse. En gros, Adobe (et quelques autres) pondaient du code compilé pour iphone. Ben, ils vont juste changer, et pondre du code qui sera compilé par XCode. Et Perso, je pense que c'est une TRES bonne chose. Appel maitrise son compilo qui à des optimisation pour son matériel.
avatar GerFaut | 
Ce n'est pas la première fois que Steve fait un golpe de ce genre. Évidemment ça a fait s'étrangler de rage les tenants de l'immobilisme informatique. Souvenez vous de SCSI -> USB, PPPC -> X86, mort de la disquette, Firewire, etc., etc. Et à chaque fois, on a avancé. Et à chaque fois il a tiré vers le haut l'informatique tout entière, révolutionné les vieilles habitudes et imposé de nouveaux standards. Si Steve Jobs entreprend cette croisade contre les Apis exotiques c'est qu'il a très probablement une idée derrière la tête. En tout cas, il ne faut pas oublier, a contrario des primaires qui crient à Micro$oft dès qu'Apple impose quelque chose, que cette dernière pense à ses utilisateurs en premier lieu même si elle pense aussi à son tiroir caisse.
avatar NicolasO | 
Scandaleux. Apple est devenu pire que MS. C'est une clause contractuelle pour abuser de sa position dominante pour tuer un concurrent. MS n'en fait plus comme cela depuis des annees. Appcelerator permettait de developper des apps natives portables sur plusieurs plate-forme. Ca marche parfaitement techniquement. Ca ne marche plus juridiquement. Apple est un copyright-troll...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR