Tesla mise tout sur les caméras pour sa conduite autonome

Nicolas Furno |

Tesla est un constructeur à part pour de multiples raisons, l’une d’elle étant l’approche suivie pour apporter la conduite autonome. Là où les autres constructeurs automobiles choisissent de le faire avec un ensemble de capteurs, en général des caméras accompagnées de radars et LiDAR, la firme californienne fait un pari technologique en ne pariant que sur la vision.

L’entreprise espère apporter la conduite autonome uniquement en analysant les images fournies par les caméras et elle le prouve à nouveau en annonçant le retrait immédiat du radar. Sur les voitures actuelles, un radar est placé à l’avant pour détecter les objets à distance, y compris ceux qui sont devant le véhicule face à vous. L’appareil fonctionne toujours à travers le brouillard, la poussière ou une pluie forte, comme le met toujours en avant le site français de Tesla.

Capture d’écran du site français de Tesla, qui vante toujours les mérites du radar dans la conduite autonome.

Dès lors, pourquoi abandonner cet équipement ? Tesla pense pouvoir obtenir les mêmes résultats avec ses caméras et une analyse basée sur l’intelligence artificielle. Mieux, la vision est censée offrir de meilleurs résultats, parce que le radar n’a qu’une information trop simplifiée de l’environnement et ne peut pas déterminer la nature de l’objet détecté. C’est pour la même raison qu’Elon Musk a toujours argumenté en défaveur du LiDAR, cet équipement laser capable de calculer des distances et utilisé par tous les autres constructeurs automobiles qui travaillent dans ce domaine.

On pourrait toutefois souligner que le radar apporte une confirmation essentielle aux informations remontées par les caméras, surtout en cas de mauvais temps. L’autopilote Tesla peut déjà être perturbé par le climat, le retrait du radar ne devrait pas améliorer les choses. Par ailleurs, les restrictions annoncées dans un premier temps ne rassureront pas les sceptiques : les Model 3 et Model Y produites pour le marché américain depuis ce mois de mai sont livrées sans radar, et les assistances à la conduite sont temporairement bridées.

En cas de mauvais temps, certaines fonctions de l’auto pilote Tesla peuvent être désactivées, même avec le radar (photo u/Jshorr2).

Le maintien dans la voie est ainsi limité à 120 km/h (contre 150) et la distance de sécurité avec la voiture qui précède sera plus grande. Quelques fonctions, dont la sortie automatique améliorée qui permet à une Tesla de vous retrouver à l’entrée d’un parking, seront aussi désactivées. Ces restrictions ne sont censées qu’être temporaires et le constructeur promet leur retour dès les semaines suivantes. Une promesse de plus, à prendre avec les précautions que l’on sait.

Ce changement ne concerne pour le moment que les Model 3 et Model Y pour le marché américain. Les Model S et Model X ainsi que les voitures destinées à l’Europe et au reste du monde garderont leur radar jusqu’à nouvel ordre, le temps pour Tesla d’améliorer sa conduite autonome par vision et de la généraliser. Sauf s’il s’avère que le radar était bel et bien indispensable, après tout…


avatar Karb0ne | 

@Dodo01 : L’ingénierie allemande n’est plus ce qu’elle était, possesseur d’allemande depuis des années je peux le confirmer… énormément d’aberrations de conception et qui conduisent forcément à l’insatisfaction.

Pour moi les plus faibles aujourd’hui en automobile reste les japonais et surtout Toyota.

Et pour en revenir à Tesla, ils ont le mérite de progresser très vite ! Il faut pas oublier qu’ils sont parti de 0 et il n’y a pas si longtemps. Les autres sont là depuis quand ?
Et au moins on peut faire des mises à jours en OTA, tout le contraire des autres (ex ID.x de VW complètement buggées et qui faut passer en Cc pour Maj).

avatar Dodo01 | 

@Karb0ne

Oui c’est pour ça que quand Apple a voulu trouver 1000 ingénieurs pour concevoir ses futurs composants, elle n’a trouvé que d’autre choix que de s’installer à Munich (et c’est très vieux, mars 2021).

Les vitres en verre du siège d’Apple. 80 tonnes. 9 mètres de haut. Incurvées. Seule l’Allemagne a pu répondre au marché…

Pour toi les plus fiables sont les japonaises, mais dans les statistiques ce n’est pas le cas.

Pour corriger les soucis d’assemblage ou remplacer le verre défaillant, la mise à jour OTA ne marche pas.
C’est dommage, Tesla est la marque qui a le plus de soucis techniques avec ses produits (voir presse spécialisée française, associations de consommateurs américaines,…).

Mais bon, quand je vois que l’immense majorité des voitures Volkswagen sont conçues et fabriquées en Europe (et massivement en Allemagne), c’est logique d’avoir une meilleure qualité que du China ou autre pays d’Afrique du Nord.

avatar Alpy74CH | 

et un article aussi https://www.numerama.com/vroom/714245-autopilot-tesla-commence-a-supprimer-le-radar-de-ses-voitures.html?utm_medium=40digest.7days3.20210526.carousel&utm_source=email&utm_content=&utm_campaign=campaign
donnant quelques autres (possibles) raisons lorsqu'on se demande pourquoi Tesla souhaite abandonner un dispositif qui constitue une béquille à son innovation (d'après cet article):
Les raisons sont autant économiques (une pièce de moins à commander)
que techniques (une pièce de moins à installer en usine)
et technologiques (une pièce de moins à alimenter pour la batterie).

avatar giloubee | 

L’idée de la conduite autonome m’a toujours paru saugrenue sans que je sache le formuler correctement. Heureusement l’excellent ouvrage de Matthew B. Crawford, prendre la route, a su le faire à ma place.

A recommander à tous les passionnés d’intelligence artificielle, de technologie, de voitures, qui cherchent à replacer l’homme dans cet imbroglio. Avec humour, philosophie, et vielles voitures, pour certaines à moteur à plat refroidi par air 😉

Pages

CONNEXION UTILISATEUR