Face aux autorités, Tesla reconnaît qu’Elon Musk exagère les capacités de l’Autopilot

Nicolas Furno |

Elon Musk promet dès qu’il en a l’opportunité que la conduite entièrement autonome est une affaire de mois. Cela fait des années que le patron de Tesla la promet à un horizon proche, la dernière fois lors de la présentation des nouvelles Model S et Model X où il envisageait une conduite sans intervention dans le courant de l’année 2021. Cela repose sur la prochaine mise à jour majeure du FSD, pour « Full Self Driving », la version évoluée de l’autopilot Tesla en test depuis plusieurs mois aux États-Unis.

Cette vidéo de la version bêta du FSD publiée en avril montre assez bien les capacités et limites du système de Tesla dans une ville avec du trafic. La visualisation superposée en bas présente ce que l’ordinateur de bord « voit », mais c’est un affichage temporaire en bêta.

Elon Musk promet beaucoup sur son compte Twitter ou même lors des conférences de Tesla, mais quand le constructeur est interrogé de manière officielle, le ton change. Quand CJ Moore, directeur du programme Autopilot chez le constructeur, est interrogé par la DMV californienne (autorité en charge des permis et de l’enregistrement des voitures), il reste bien plus prudent sur les aptitudes du logiciel intégré à ses voitures. Loin de parler de conduite autonome, il évoque un assistant de conduite de niveau 2, c’est-à-dire qu’il nécessite une présence humaine en permanence.

Pour rappel, une échelle de cinq niveaux a été établie pour déterminer la capacité des voitures à conduire seules. Le niveau 1 est le plus basique et il concerne les régulateurs de vitesse adaptatifs ou dispositifs de freinage d’urgence. Le niveau 2 franchit une étape supplémentaire, le véhicule peut désormais tourner le volant, accélérer et freiner, mais il se contente de suivre une voie ou un véhicule, il ne sait pas prendre d’initiative. Et surtout, le conducteur doit toujours rester maître de la conduite et ne jamais détourner son attention.

Le niveau 3 est similaire au niveau 2, mais avec une différence fondamentale : cette fois, le conducteur peut, dans les conditions optimales, détourner son attention de la route. Le niveau 4 se rapproche de la conduite autonome comme on l’entend dans le langage courant, cette fois le véhicule se débrouille réellement seul et sans intervention de votre part. La différence avec le dernier niveau, c’est que cette conduite est limitée à des portions de route, comme des autoroutes. Dans le niveau 5, on a un véhicule autonome qui sait se débrouiller en toutes circonstances et qui peut évoluer n’importe où avec personne à bord.

Photo Marcus Zacher (CC BY-NC 2.0)

Comme tous les constructeurs qui travaillent dans ce domaine, Tesla vise le niveau 5. Ce n’est qu’en atteignant cet horizon que le service de « Robotaxi » envisagé par Elon Musk pourra exister : les voitures du constructeur pourront alors se déplacer dans les villes sans conducteur et prendre des passagers sans aucune intervention humaine. Alors même que le patron de l’entreprise californienne espérait lancer ce service en 2020, le niveau 5 de la conduite autonome reste encore du domaine de la science-fiction1.

Le rapport du DMV de la Californie remet les pendules à l’heure. Derrière les beaux discours et de l’aveu même du responsable du programme, l’Autopilot de Tesla n’est qu’au niveau 2, soit le même que tous ses concurrents. Les déclarations officielles du constructeur notent par ailleurs qu’il y a bien peu de chances que la conduite de niveau 5 promise par Elon Musk soit disponible d’ici la fin de l’année 2021. Sans contredire entièrement le charismatique patron, la communication officielle se fait nettement plus prudente et suggère qu’il faudrait des améliorations extraordinaires du programme pour atteindre cet objectif.

Tesla a régulièrement été critiqué par son message marketing qui laisse entendre que ses véhicules peuvent conduire tout seul, alors que ce n’est pas le cas. À l’heure actuelle, le site continue d’entretenir le doute en promettant une « capacité de conduite entièrement autonome » en gros, puis en nuançant en tout petit qu’il ne s’agit en fait pas de rendre la voiture autonome. Le manuel des véhicules (exemple pour la Model 3) est quant à lui explicite sur l’absence de conduite autonome, mais combien de propriétaires ont pris la peine de le lire ? 

Le site français de Tesla entretient soigneusement le doute : si vous ne lisez que le gros titre en haut, vous pourriez penser que votre voiture sera entièrement autonome en ajoutant cette option à 7 500 €. Sauf que la petite note surlignée en jaune ici le dit clairement : il n’est pas question de conduite autonome, uniquement d’assistants de conduite plus évolués.

Ce double discours n’est pas nouveau et il a déjà valu des ennuis à Tesla, notamment en Allemagne où le constructeur ne peut plus employer le terme « Autopilot » depuis 2016. Est-ce que d’autres pays suivront cet exemple ? En tout cas, on sait que des conducteurs placent une confiance dangereuse dans les assistants à la conduite du constructeur californien, et laissent leur voiture conduire tout en faisant autre chose.

Ces comportements dangereux seraient certainement moins nombreux si Tesla et Elon Musk n’essayaient pas de vendre une conduite entièrement autonome comme ils le font depuis des années maintenant.


  1. Aux dernières nouvelles, c’est Honda qui a pris de l’avance en commercialisant la première voiture avec une conduite de niveau 3. Mais pour vous donner une idée de la faible ampleur de l’annonce, cela ne concernera que cent Legend Hybrid EX vendues au Japon et la conduite autonome ne sera disponible que sur une partie des autoroutes du pays.  ↩︎


avatar Giru | 

Ok... mais du coup c'est particulier que CJ Moore parle de niveau 2 pour la prochaine mise à jour s'ils sont déjà à ce niveau, voir à un niveau supérieur.

avatar EricBM1 | 

@Giru

Tu as dû mal comprendre. Ils sont au niveau 2 depuis plusieurs années comme pas mal d’autres constructeurs, même si eux sont bien en avance sur les autres sans être encore au niveau 3

avatar Giru | 

Non je n'ai pas du mal à comprendre, je lis l'article. L'article dit que CJ Moore promet un assistant de niveau 2. Tu me dis qu'ils sont déjà à 2,5. Je veux bien te croire, mais ce n'est pas cohérent avec ce qui est dit dans l'article.

avatar EricBM1 | 

@Giru

Quand il est écrit qu’il évoque un auto pilote de niveau 2 ça ne veut pas dire qu’ils sont au niveau 1 et qu’ils veulent aller au niveau 2, ça veut juste dire que quand on lui parle d’auto pilote complet lui il évoque plutôt le niveau auquel ils sont, c’est-à-dire le 2

avatar Paquito06 | 

@Giru

"Non je n'ai pas du mal à comprendre, je lis l'article. L'article dit que CJ Moore promet un assistant de niveau 2. Tu me dis qu'ils sont déjà à 2,5. Je veux bien te croire, mais ce n'est pas cohérent avec ce qui est dit dans l'article."

Selon les ingé Tesla, il faut au moins 1 million de miles parcourus par chaque conducteur Tesla (pour avoir des donnees d’interactions necessaires) afin de passer au level 3. Ils ont pas les donnees, ils peuvent pas les inventer. Avec ma model S puis 3 en 4-5 ans, je dois pas etre au quart. Je sais pas comment ils vont faire.
Et Musk n’est pas hyper stable, mais c’est normal quand on connait le personnage, il a des bug quand tu interragis avec lui, son comportement, ses gestes, son elocution, introverti par moment, tout est lié a l’autisme, mais faut le choper au bon moment pour lui parler.
En revanche, le level 2 d’autopilot est plutot solide, le nombre de fois où ma tesla m’a ramené de napa sur San Francisco sans les mains jusqu’a mon arrivee en ville, chapeau.

avatar Nicolas Furno | 

@Giru

Son commentaire évoque le niveau actuel de l'Autopilot, peut-être qu'ils réussiront à passer au niveau 3 avec le FSD tel qu'il est actuellement testé. Mais la frontière entre 2 et 3 est mince, le plus difficile est de monter aux niveaux suivants et là, ils en sont encore loin de l'aveu de ce responsable.

avatar shaba | 

J’adore leur « entièrement autonome » suivi en petit de « ne rend pas autonome ». Même s’ils font sans doute référence à de futures mises à jour c’est un peu mensonger quand même…

avatar gwen | 

La vidéo est quand même impressionnante avec la modélisation de ce que perçoit le robot de conduite. 😳

avatar EricBM1 | 

@gwen

Moi ce qui me fait peur avec les tesla c’est que tout de passe par les caméras. Il n’y a pas de Lidar comme on trouve chez d’autres constructeurs. C’est flippant de baser tout uniquement sur des caméras

avatar gwen | 

@EricBM1

Justement c’est encore plus impressionnant. J’ai hâte de voir ce que va donner les prochaines générations avec justement des capteurs de volume. Bon ça reste gadgets pour le moment mais il faut bien commencer quelque part.

avatar ys320 | 

@EricBM1

Il y a quand même un radar. Mais Tesla ne mise pas sur le Lidar.

avatar EricBM1 | 

@ys320

Je te mets au défi de me trouver mention quelque part comme quoi ils utilisent un lidar. Tout ce qu’on trouve jusqu’à preuve du contraire c’est qu’ils n’utilisent que des caméras. Moi je trouve ça pas du tout rassurant

avatar Nicolas Furno | 

@ys320

Sauf erreur, le radar ne sert même plus pour la bêta du FSD et je crois qu'ils avaient même parlé de le supprimer sur les prochaines versions des voitures.

avatar EricBM1 | 

@nicolasf

Pas rassurant ça…

avatar Nicolas Furno | 

@EricBM1

Je ne sais pas, c’est un pari sur l’avenir qu’ils font et peut-être que ça paiera. Ce qui est vrai c’est qu’à l’heure actuelle, c’est beaucoup plus facile de reposer sur des radars et LiDAR.

Le pari de Tesla, c’est qu’on atteindra un jour leurs limites et il faudra alors se baser sur la vision, comme les humains le font. Du coup, ils préfèrent se concentrer uniquement sur cela, quitte à avancer moins vite au départ.

avatar elec | 

@nicolasf

Le problème de tesla c’est que la vision ne fonctionne pas dans le brouillard ni à travers la fumée, moins bien la nuit aussi même si on a les IR.
Je vois déjà comment les super systèmes niveau 1,5 de ma voiture sont pris en défaut dès que la caméra a le soleil « en pleine poire » et moi humain je ne suis parfois pas beaucoup plus à l’aise qu’elle !
(essayez de rouler face à l’ouest un jour de plein soleil, 1h environ avant le coucher de celui-ci…).

Comme souvent, le mieux me semble un mix des deux (vision ET radar/lidar) qui recoupent leurs informations.

avatar Nicolas Furno | 

@elec

C’est vrai qu’un mix des deux semble être la meilleure solution. Musk justifiait son choix pour des raisons économiques et pratiques, il disait que le LiDAR notamment apportait beaucoup de bruit inutile ou quelque chose dans cet esprit.

avatar House M.D. | 

@EricBM1

Il y a des radars de proximité (les mêmes qui servent à se garer) et un radar longue distance dans le pare-chocs avant (de mémoire avec une portée de 250m) en plus des 8 caméras 😉

avatar EricBM1 | 

@House M.D.

Sauf que l’auto pilote n’utilise plus du tout les radars. Ils parlent même de les supprimer pour les prochaines voitures

avatar House M.D. | 

@EricBM1

Je n’étais pas au courant tiens, je me renseignerai…

avatar romainB84 | 

@gwen

+1
J’avoue que c’est vraiment impressionnant !

avatar trambion | 

Le problème dans le décalage entre la réalité et le discours c’est que 1/ des gogos peuvent croire qu’ils ont une voiture plus autonome qu’elle ne l’est réellement (même si les clauses écrites en petit disent bien la réalité) 2/ on est à la limite de la tromperie commerciale. Et ce alors que ces superbes voitures n’ont pas besoin de ça pour être au dessus du lot sur de nombreux aspects.

avatar simnico971 | 

Tesla sont les plus avancés dans le domaine mais la conduite autonome est un projet extraordinairement complexe.

Les exploits de Google dans le domaine de l'IA pourraient leur permettre de faire de grandes avancées dans un avenir proche. Une affaire à suivre attentivement.

avatar davangelo | 

@simnico971
Pour avoir conduit pendant plusieurs semaines une tesla model 3 et une mercedes classe A, je préfère largement la classe A en matière d'aide à la conduite, beaucoup plus agréable à utiliser et on peut par exemple corriger un peu le cap avec le volant sans désactiver les aides à la conduite alors qu'avec la tesla le moindre petit mouvement manuel du volant et tout se désactive.
Pour enclencher les aides sur la mercedes c'est simple comme un bouton à pousser sur le volant alors que pour la tesla il faut tirer 2 fois sur le comodo.
Ce n'est qu'un aperçu des avantages de la mercedes par rapport à la tesla et encore je parle juste de la classe A pas de la classe S dernière version qui est juste hallucinante de technologie (et oui il y a une version électrique aussi).
Donc qu'une tesla face envie sur certains points oui peut-être mais il ne faut pas sous estimer les allemandes, elles sont loin d'avoir dit leur dernier mot !

avatar EricBM1 | 

@davangelo

Quoi ? T’es obligé de toucher le volant sur la Mercedes pour corriger la direction ? C’est foireux leur système. Sur un e-niro tu n’as pas besoin de le faire, sur une tesla encore moins. Pas facile pour les européens de se mettre aux voitures modernes on dirait

avatar davangelo | 

@EricBM1
Pas plus sur la mercedes que sur la Tesla, après c'est peut-être une mauvaise habitude de ma part ou un peu d'appréhension dans certaines situations.
Quoi qu'il en soit ça m'est arrivé suffisamment souvent sur la tesla pour que je râle en disant que ça me saoulait de devoir systématiquement réenclencher les aides.
Je me souviens aussi de différents endroits ou la tesla ne me laissait pas enclencher "l'auto pilot" ( certains tunnels et en ville) alors qu'avec la mercedes il n'y avait aucune restriction à ce niveau là.

Après je n'ai rien contre Tesla, j'aimerais même bien m'acheter une modèle Y dans quelques années mais pour le moment entre leur communication et la réalité il y a une belle différence et je ne trouve pas ça très respectueux du client.
On verra comment tout ça va évoluer (et la qualité de fabrication aussi...)

avatar Paquito06 | 

@davangelo

"Ce n'est qu'un aperçu des avantages de la mercedes par rapport à la tesla et encore je parle juste de la classe A pas de la classe S dernière version qui est juste hallucinante de technologie (et oui il y a une version électrique aussi)."

La classe S dont la tablette tourne sous android et qui ne permet pas de lancer un film? Celle qui est 3 a 4 fois plus onereuse qu’une model 3? Ah oui je vois.

avatar davangelo | 

@Paquito06
Je ne parle pas de regarder des films ou de jouer à des jeux mais d'aides à la conduite...
Et accessoirement on attend toujours CarPlay chez Tesla... 😉

avatar Paquito06 | 

@davangelo

"Je ne parle pas de regarder des films ou de jouer à des jeux mais d'aides à la conduite...
Et accessoirement on attend toujours CarPlay chez Tesla... 😉"

Je taquine je taquine 😅
J’ai pas mis les pieds dans la derniere S600 mais mon aide a la conduite sur model 3 me convient bien pour le moment. Et CarPlay serait un plus uniquement si le systeme etait pourri, mais en fait il offre bien plus que ce que car play offrirait!

avatar Nesus | 

Tiens c’est marrant, la dernière fois que j’ai écrit exactement ce que le responsable chez tesla a dit, je me suis fait agresser de tous côtés. Que je faisais du anti Musk primaire et que ma tesla était inexistante, parce que c’est obligé, j’en avais jamais touchée une.
Et oui, il y a un fossé entre le marketing de Musk et la réalité. Et oui, c’est très dommage que le marketing de Musk jette l’opprobre sur un système qui est bon et qui va sans aucun doute progresser.

avatar oomu | 

bref, ce n'est pas un auto-pilote au sens que le grand public le fantasme et il est important que les Etats insistent régulièrement sur cela.

Maintenant retournons polémiquer sur l'absence de nouvel iMac Dalmatien et Flower Power ! #CEstHonteux

avatar House M.D. | 

@oomu

Tout dépend dans quel sens on l’entend je dirais… parce que pour venir de l’aérien, au final un autopilot tel que celui vu dans un avion (et au final je pense que la comparaison est là), c’est bête et méchant, ça suit un cap, une pente ascendante ou descendante jusqu’à une altitude donnée, et quelques autres petites choses, mais s’il y a le moindre truc qui le titille, hop, il rend la main…

C’est juste un nom qui sonne comme « magique » chez le quidam, parce qu’il pense que l’autopilot d’un avion est un truc ultra-puissant qui peut remplacer l’humain quasi en permanence…

avatar YetOneOtherGit | 

Tesla a réussi à faire quelques choses que fort peu avait fait depuis Apple : créer une base de fan et de supporter.

avatar House M.D. | 

@YetOneOtherGit

Pas faux. En ayant une, j’avoue qu’il est facile de trop pencher du côté fan. Mais de là à se faire sauter dessus quand on met en évidence l’inverse chez certains… 😉

avatar Steve Molle | 

Je n'ai pas pris l'option sur notre véhicule...Nous attendons que le prix baisse ou mieux que l'option devienne offerte :)

avatar House M.D. | 

@Steve Molle

Mmmmm, bonne attente alors, parce que Tesla a toujours dit qu’ils prenaient plutôt le chemin inverse…

avatar Biking Dutch Man | 

Toutes les photos montrent une situation de conduite à plat par une belle journée ensoleillée. Je me réjouis de voir l’automobiliste reprendre la main la nuit en montagne et avec de la neige lorsqu’il/elle aura petit à petit perdu l’habitude de conduire régulièrement. Les pilotes d’avion ont un pilotage automatique mais des entraînements tous les 6 mois pour que leurs réflexes restent à jour. Les automobilistes non.

avatar kinon | 

@Biking Dutch Man
>Les pilotes d’avion ont un pilotage automatique mais des entraînements tous les 6 mois pour que leurs réflexes restent à jour

Mais en fait ce n'est sans doute pas suffisant. Les pilotes de long courriers passent 95% (au moins) des vols en pilote auto...
Il suffit de voir ce qui peut se se passer dans le cockpit lorsque le pilote auto se déconnecte suite à une perte d'information (Rio Paris par exemple). Suite à cette catastrophe il a fallu inclure des exercices de pilotage en haute altitude dans leurs formations régulières (ce qu'ils ne font jamais dans leur travail habituel car le PA est toujours en fonction dans ces conditions.)
Sauf cas particulier les pilotes commerciaux ne pilotent manuellement que dans les phases de décollage et d’atterrissage.

avatar Paquito06 | 

@kinon

Un pote ingé (conçoit des moteurs des Safran) m’a dit l’autre jour “qu’on sait faire” techniquement un decollage-atterrissage (donc un vol complet) en automatique sans intervention humaine a bord depuis 4-5 ans. Juste une question de temps avant que ca se generalise et soit adopté a bord des prochaines generations je presume, apres moulte certifications (qui ont pris un petit pet au casque recemment donc ca risque de repousser l’echeance).

avatar elec | 

@Paquito06

En fait pour un vol entièrement automatique il faut guidage de précision pour la partie finale (approche et atterrissage).

Ce guidage existe déjà, pour les temps pourris type brouillard, mais les appareillages (au sol) en question emettent des signaux très sensibles aux moindres perturbations électromagnétiques (d’où la demande de couper les appareils électroniques des passagers de l’avion dans ces phases) et doivent être recalibrés très régulièrement, à l’aide d’un avion spécialisé.
Tout ceci coûte très cher, raison pour laquelle ce n’est déployé que dans les grands aéroports (et encore, pas sur toutes leurs pistes).

avatar Paquito06 | 

@elec

Hmmm, merci 👌🏼

avatar House M.D. | 

@elec

Ça, et le fait que je pense que le public n’est pas encore prêt à faire confiance à un avion réellement sans pilote dans le cockpit 😉

avatar benallen | 

J’ai pris l’option fsd pour ma model 3 et je vous assure que c’est au moins une niveau 3. Elle double, change d’autoroute gere la pluie etc…
Il faut effectivement lui confirmer qu’elle a le droit de doubler à chaque fois mais c’est un pb de legislation et non de capacité du fsd.

avatar EricBM1 | 

@benallen

Je n’ai pas trouvé de mention d’auto pilote de niveau 3 sur le site de Tesla. Voilà un copier coller de ce que j’ai trouvé sur leur site : « l'Autopilot 2.0 ou 2.5 ».

2.5 c’est déjà mieux que les autres constructeurs. Mais avant d’aller au delà ça va prendre des années

avatar balou | 

Il cumule les deux impostures du siècle:
L'escrologie de la voiture électrique.
La voiture autonome.
Il me rappelle furieusement le Tapie des années 80.

avatar EricBM1 | 

@balou

Tu peux m’expliquer quelle est l’escroquerie de la voiture électrique ? Je ne vois pas

avatar House M.D. | 

@EricBM1

Pas difficile à deviner, encore un qui écoute un peu trop les lobbys pétroliers, que ce soit voulu ou subi…

avatar EricBM1 | 

@House M.D.

Oui, mais j’avais envie qu’il me balance les conneries des pétroliers qu’ils répète sans même savoir que ce sont ces lobbies qui lui ont mis ça dans la tête

avatar House M.D. | 

@EricBM1

😅 Désolé, je n’avais pas pensé à cette éventualité ^^"

avatar kinon | 

@House M.D.
Il y a pas mal d'arguments tout à fait raisonnables qui vont dans le sens d'une exagération des avantages et mise sous le tapis des inconvénients de la voiture électrique.
Sans parler d'escroquerie (quoi que...) rien que forcer la main des acheteurs avec des primes à l'achat tout en indiquant une interdiction et/ou arrêt de la fabrication des véhicules essence à court terme est une sorte de vente forcée institutionnelle sans aucune certitude d'avoir de quoi alimenter ces véhicules lorsque le parc sera important ni à quel prix (car la taxe sur l'essence perdue sera vite appliquée sur électricité faut pas rêver.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR