Alder Lake : Intel trace sa route pour rattraper Apple (1/2)

Antoine Collin |

Intel a lancé en grande pompe la douzième génération de processeurs « Core ». D’autres ont déjà publié des tests, mais nous allons plutôt comparer ces nouvelles puces Alder Lake aux puces M1 Pro et M1 Max. Pourquoi ? Parce que les voies choisies par Intel et Apple sont très différentes, sans que l’on puisse dire que l’une est nécessairement meilleure que l’autre.

Il faut commencer par un petit résumé sur les choix d’Intel. Pendant des années, la stratégie de la marque était simple et suivait le modèle tick-tock. Un tick était une sorte de processeur de transition : Intel prenait l’architecture précédente et l’améliorait en passant sur une nouvelle finesse de gravure. On gagnait donc de la fréquence (généralement, une gravure plus fine permet de moins consommer à fréquence identique, donc d’augmenter la fréquence à consommation proche) et de la mémoire cache (à taille physique identique, il est possible de mettre plus de transistors).

Le but du tick, en plus d’améliorer les performances, était de stabiliser le processus de gravure. Le tock, pour la génération suivante, gardait la finesse de gravure mais passait sur une nouvelle architecture. Le terme « nouveau » doit être bien compris : Intel (ou Apple) ne part pas de zéro à chaque fois, mais modifie assez de choses pour considérer qu’il s’agit d’un processeur différent. Dans ce cas de figure, les performances s’améliorent grâce à la présence de nouvelles unités (ou instructions) ou parce que l’efficacité — le nombre d’instructions exécutées par cycle — augmente. Cette stratégie a fonctionné parfaitement jusqu’en 20141.


avatar Tibimac | 

@fte

Je vois ce que tu veux dire mais sauf erreur de ma part si tu abaisse la fréquence d'un Alder Lake pour le passer de 5,2Ghz à 3,2Ghz alors son score vas baisser et si son IPC est plus bas que celui du M1 Pro/Max alors son ratio restera plus faible non ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR