AMD menace aussi Intel dans le monde des serveurs

Nicolas Furno |

Le retour spectaculaire d’AMD dans le monde des processeurs ne se limite pas aux ordinateurs de bureau. Pour ceux-là, les gammes Ryzen et Threadripper font déjà beaucoup de mal aux processeurs Intel, plus chers et moins puissants. À tel point qu’ils perturbent même la gamme Xeon d’Intel qu’Apple utilise dans l’iMac Pro et dans le Mac Pro :

Un serveur conçu autour d’un processeur AMD EPYC (image Cloudflare).

Cette bonne santé d’AMD se retrouve dans un autre domaine où Intel régnait sans partage depuis des années : le monde des serveurs. Même s’il y avait quelques tentatives avec des processeurs ARM et même si on peut retrouver d’autres architectures dans certains domaines, l’écrasante majorité des serveurs sur le marché tourne grâce à des serveurs conçus par Intel, souvent des Xeon adaptés à ce contexte. Mais AMD propose une concurrence frontale avec sa gamme EPYC, et le fondeur se fait de plus en plus une place.

Cloudflare est un géant du web, le plus gros fournisseur de services pour sites web qui est à la fois un CDN1, un outil pour contrer les attaques DDoS, un gestionnaire de noms de domaine et depuis peu un acteur dans la vague du « serverless » qui consiste, pour simplifier, à faire tourner des sites web et web apps sur un CDN. Tous ces services nécessitent énormément de puissance de calcul et l’entreprise américaine améliore tous les ans les serveurs déployés dans son immense réseau de 200 centres de données.

Après des années à utiliser des processeurs fournis par Intel, Cloudflare annonce avoir changé de crémerie pour sa dixième génération de serveurs. La « Gen X » repose sur un produit AMD, un EPYC 7642 qui dispose de 24 cœurs à 2,4 GHz. La neuvième génération de serveurs maison se construisait autour de deux Xeon Platinum 6162, pour un total de 24 cœurs également, mais cadencés à 1,9 GHz seulement. La fréquence en hausse n’est qu’un critère parmi d’autres toutefois, et AMD bat Intel sur tous les points et en particulier sur un critère essentiel pour l’entreprise : la consommation par cœur.

Grâce à sa gravure à 7 nm, contre 14 nm sur l’ancien processeur Xeon, le processeur AMD choisi par Cloudflare consomme moins tout en offrant une puissance supérieure. La puissance électrique maximale (TDP) requise par chaque cœur était de 6,25 W sur la neuvième génération de serveurs, elle sera de 4,69 W sur la nouvelle. Et ce gain ne se fait pas au détriment des performances, comme l’entreprise le montre dans une série de benchmarks.

L’une des mesures de performance publiées par Cloudflare, ici pour signer et vérifier les clés de chiffrement utilisées pour chiffrer les communications entre serveurs et navigateurs.

À part sur un ou deux tests où le processeur d’Intel a pris l’avantage (probablement lié à un bug), l’EPYC a fait mieux dans tous les tests qui comptent chez CloudFlare. C’est le cas pour toutes les opérations de cryptographie qui sont indispensables à l’heure des connexions sécurisées https, ainsi que pour la compression, un point clé quand on veut servir du contenu rapidement. Ces deux catégories nécessitent beaucoup de puissance de calcul et plus il y a de cœurs rapides dans un processeur, plus les opérations sont réalisées rapidement.

Le cache processeur joue aussi un grand rôle et les 256 Mo de cache L3 placés par AMD dans le modèle sélectionné par Cloudflare contribuent aussi à améliorer les performances réelles. Concrètement, la dixième génération de serveurs est capable de gérer 50 % de requêtes par seconde supplémentaires par rapport à la précédente, alors même que le nombre de cœurs est identique, et que la fréquence du processeur EPYC n’est supérieure que de 20 %.

L’une des différences avec le Xeon, c’est que le cache L3 est non seulement plus grand, mais aussi rassemblé en une seule unité. Pour atteindre 48 cœurs, il fallait deux processeurs chez Intel, et donc diviser la mémoire cache par deux. Cela introduisait des allers et retours supplémentaires entre le processeur et la mémoire vive et cette différence permet à AMD de gagner encore sur le plan des performances réelles.

Cloudflare n’est pas le seul acteur du domaine à faire appel à AMD. Les bons scores des processeurs EPYC ont été repérés par de nombreux hébergeurs dans le monde, y compris le numéro un mondial : Amazon en utilise en effet pour alimenter certaines instances EC2 (T3a et M5a). En France, on retrouve des processeurs AMD sur quelques serveurs dédiés chez OVH et chez Scaleway.

Intel reste l’acteur dominant et de très loin, y compris chez Cloudflare où les anciennes générations fonctionneront en parallèle des nouvelles. Mais qu’AMD puisse concurrencer aussi efficacement les processeurs Xeon est certainement un sujet d’inquiétude pour la firme de Santa Clara. Surtout quand les EPYC parviennent à offrir de meilleures performances tout en utilisant moins d’électricité, la consommation étant un enjeu de taille dans les data-centers, à la fois pour des raisons économiques et écologiques.


  1. Content Delivery Network, une série de serveurs disséminés sur toute la surface du globe pour apporter des contenus plus rapidement aux internautes.  ↩

avatar coink | 

Juste dommage que les CPU AMD aient parfois des bug inacceptables :(
https://arstechnica.com/gadgets/2019/10/how-a-months-old-amd-microcode-b...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR