Le Pro Display XDR n’est pas au niveau des moniteurs de référence pour les contrastes

Nicolas Furno |

En présentant son Pro Display XDR vendu à partir de 6 000 € sans pied, Apple l’a comparé aux moniteurs de référence utilisés dans l’industrie de l’image. Des écrans vendus plusieurs dizaines de milliers d’euros, et avec des compromis sur la définition de l’image ou encore le maintien dans le temps de la luminosité maximale. La firme de Cupertino promettait ainsi pour son propre écran de 32 pouces une qualité Retina avec une définition 6K, une luminosité constante de 1 000 nits, des couleurs P3 et 10 bits ou encore « un contraste incroyable de 1 000 000:1 ».

La luminosité du Pro Display XDR est gérée par 576 LED contrôlées individuellement, ce qui permet à Apple d’afficher un contraste aussi élevé avec une dalle LCD.

Sur le papier, cet écran surpasse les moniteurs de référence sur plusieurs points, avec un tarif divisé par cinq ou plus. Une bonne affaire donc, mais la comparaison directe entre le Pro Display XDR et des moniteurs de référence n’est pas tendre pour l’écran d’Apple au moins sur un point. L’entreprise avait promis un contraste parfait, digne des dalles OLED, ce qui devait permettre d’afficher des noirs profonds et des couleurs très lumineuses à côté.

Pour compenser les limites du LCD dans ce domaine, Apple a placé 576 LED bleues derrière la dalle de son écran. Chaque point lumineux est contrôlé individuellement, ce qui permet d’éteindre complètement l’éclairage derrière une zone qui affiche du noir, et d’éclairer au contraire les zones qui doivent l’être. L’idée existait déjà dans le monde des téléviseurs, mais le Pro Display XDR l’a améliorée avec un plus grand nombre de sources lumineuses.

Est-ce suffisant pour autant ? La photo de comparaison publiée sur Twitter par Juan Salvo, étalonneur pour la télévision et le cinéma, est cruelle pour l’écran d’Apple. À ses côtés, deux moniteurs de référence 4K vendus entre 35 000 et 45 000 $, la cible parfaite d’Apple pendant son keynote. Leur définition est plus faible, mais comme vous pouvez le constater aisément avec cette image très contrastée, leur rendu est bien meilleur que celui de l’écran pommé.

Le Pro Display XDR entouré par deux moniteurs de référence conçus par FSI.

Dans le détail, le moniteur tout à droite a un contraste parfait grâce à son utilisation de deux panneaux LCD superposés, en contrepartie d’une luminosité moyenne. Celui tout à gauche offre une luminosité exceptionnelle de 3 000 nits, deux fois plus que le Pro Display XDR, en contrepartie d’un petit effet halo. Mais rien à voir avec le rendu du produit d’Apple, où la luminosité « bave » tellement que les boules rouges sont reliées par du gris.

Comme le note ce professionnel, cet effet n’est visible que sur les images les plus contrastées comme sur cet exemple. Sur une vidéo tournée en extérieur, le phénomène disparaît totalement, mais qu’importe, cela disqualifie le Pro Display XDR pour concurrencer un moniteur de référence. Il serait incapable de gérer les couleurs sur une séquence comme celle-ci s’il n’avait que l’écran d’Apple sous la main.

Comment expliquer une telle contre-performance ? Le choix de placer 576 LED derrière la dalle est impressionnant sur le papier, mais c’est bien trop peu pour un écran 32 pouces et 6K. Le Pro Display XDR gère la luminosité sur la base d’une grille de 32 pixels de large sur 18 pixels de haut. C’est suffisant pour que les barres autour d’un film en 16/9 soient totalement noires, mais ce n’est pas une grille assez fine pour les cas extrêmes, comme celui présenté plus haut, ou comme sur cet autre exemple publié par Vitaly Ishkulov. Un simple trait blanc sur un fond noir souligne ce défaut de l’écran.

Un trait blanc affiché sur un fond noir permet de mettre en valeur l’effet de halo du Pro Display XDR. Comme le note par la suite l’auteur de la photo, l’écran d’un iMac est plus agréable dans cet exemple, puisque le noir autour du trait blanc est moins profond. Un comble…

Au quotidien, ce ne sera pas un problème gênant et le Pro Display XDR conserve de très bons arguments en sa faveur, sa colorimétrie est excellente tout comme sa luminosité maintenue en permanence par exemple. Mais contrairement à ce qu’Apple avait affirmé lors de sa présentation, il ne peut pas remplacer les moniteurs de référence, pas dans tous les cas du moins.


avatar BingoBob | 

C’est vrai que l’écran Apple n’est pas de l’Oled. D’ailleurs, rien à voir mais est-ce que certains d’entres-vous possédant une TV oled 4K sont déçus de la « qualité » en regardant des films ?

Venant d’une belle LCD Samsung, je suis passé à l’oled à Noël et je ne retrouve pas l’image normale d’un film. Une semaine de réglages plus tard, je trouve que la luminosité n’est pas assez forte, que les contrastes sont trop violents. Je m’y connais pas mal en photo de cinéma et je vois bien qu’un chef opérateur n’aurait pas pu faire ce choix de rendu.
Donc soit j’ai un problème avec ma TV soit l’oled n’est pas le format idéal pour regarder des films et on nous aurait menti ! 🤥

avatar axeljsannino | 

@BingoBob

C’est vraiment pas du tout la même expérience sur l’OLED d’où le traitement différent de l’image sur un blu ray 4K HDR par exemple qui nécessite une réadaptation pour se rapprocher du rendu initial du film en cinéma. D’ailleurs mes amis chef opérateur ne porte pas l’OLED dans leur cœur à cause de ça justement. Jugeant que l’expérience est souvent bien trop loin d’une expérience cinema. Personnellement je suis pas de cet avis ce sont juste deux expériences différentes et il y a du bon à en tirer dans les deux pour peu qu’on sache dompter la bête.

Le problème quand on a une TV OLED au début c’est qu’on a tendance à vouloir en tirer parti on sature énormément les noirs, on perds beaucoup d’informations ici et là, surtout sur une source qui n’est pas en HDR ou en Dolby Vision.

Peut être un indice d’où pourrait venir le problème, sur ma Sony j’ai constaté que certains HDMI prenait en charge la HDR et Dolby Vision d’autres non. Ça été un vrai casse tête sur The Morning Show, j’avais des zones sombres complètement délavé, qui tirait sur le gris, un gros manque de précision sur les zones d’ombres et un rendu global trop contrasté. Une fois cette histoire de HDR réglé et différent bidouillages dans la TV notamment au sujet de la plage dynamique HDMI j’ai pu retrouver une image très équilibré. Le rendu est moins hard, on a quelque chose de plus progressif et franchement très joli. Encore une fois il faut aussi s’y habitué l’OLED c’est autre chose et on en voit les bénéfices que sur certains supports étalonné pour.

avatar Levrai | 

6000 euros pour un écran bourré de blooming je dis bravo Apple pour cette merveille...
Samsung a une meilleur maîtrise pour les dalles avec ce nombre de zone.
Mon 55q9fn na aucun blooming de face

avatar pocketalex | 

merci d'être le fier représentant des nawakland, qui vient comparer sa pauvre TV de chez Darty avec un moniteur professionel, avec des arguments en carton

Va donc expliquer aux studios de production qui visiblement, à tes yeux, n'y connaissent rien puisqu'ils dépensent plus de 6000€ dans un écran alors qu'un TV au supermarché du coin fait tout aussi bien !

Il suffit, par ailleurs, de taper le nom de ta TV dans google pour tomber sur son test chez LesNumeriques, et de voir dans les points faibles "Blooming visible", mais à part ça ta TV FisherPrice c'est le TOP du matos pro ...

Sérieux, fini tes tomates et va au lit

avatar Levrai | 

Encore un crétin qui croit qu'il achète du matériel pro chez Apple...

avatar Krysten2001 | 

@Levrai

Il suffit de réfléchir non ?

avatar Hasgarn | 

Il y avait forcément un loup.
Tout ce que ça veut dire, c'est que le PRO XDR ne se trouvera jamais en bout de chaine. Ça ne veut pas dire qu'il ne trouvera pas sa place ailleurs dans la chaine.

avatar Sindanárië | 

Enfin bref, le pied et son emballage sont presque ce qu’il y’a de plus intéressant dans le machin 😬

avatar oomu | 

bon ben retour aux écrans à 35000euros...halala.. ma pov dame.

avatar Bigdidou | 

Du coup est-ce que ce moniteur vaut son prix et est-ce qu’il a du coup un sens et un public ?
A lire les réactions, ce public va pas être facile à trouver, non ?

avatar Theom | 

@macg

Il y a une coquille dans l'article qui provient probablement d'une erreur de traduction du tweet de Juan Salvo.

"Le Pro Display XDR gère la luminosité sur la base d’une grille de 32 pixels de large sur 18 pixels de haut."

En réalité comme la dalle est rétroéclairée par 576 led et que l'écran est en 16/9 c'est effectivement une grille de 32 par 18. Mais cela signifie que chaque zône éclairée par une led est un carré de 6016/32 = 188 pixel de coté. Ce qui explique mieux le grand problème de halo...

avatar Trebor | 

Thom
Vous êtes carrément impressionnant

avatar Osei Tutu | 

‹‹Celui tout à gauche offre une luminosité exceptionnelle de 3 000 nits, deux fois plus que le Pro Display XDR››
L'écran d'Apple étant à 1000 nits, cela nous donne plutôt TROIS fois plus !

avatar Trebor | 

Theom désolé pour ma faute de frappe

avatar legimly | 

ta tele tu doit la calibrer avec une sonde et LightSpace ZRO ou color HCFR par exemple, un projecteur c'est pareil, tu reconnaitra plus ta télé après

avatar outmen | 

Déculottée magistrale.

avatar Dev | 

Moi je suis sur mon écrans sharp led 320p 25fps, il concurrence tout le monde

avatar pascaldenis | 

Bonjour, c'est fou comme un test et 2 photos peuvent faire dire autant de mal... On est bien au 21 ème siècle !

avatar Orphanis | 

Je ne suis pas spécialiste en vidéo mais on peut en conclure qu’Apple a fait une bourde en concevant ce produit, je veux dire du point de vue du placement :

1- Il ne peut pas concurrencer les standards du marché pour lequel il se destine (les gens qui achète ce type de matériel les rentabilisent mais attende un produit qui répond en tout à leur besoin).

2- Il ne convient pas et d’un point de vue technique et d’un point du hardware à séduire d’autres professionnels de l’image comme les photographes.

3- Il est trop cher, bien trop cher, pour un usage non-professionnel. Ce ne sera donc pas le produit de personnes ayant acheté un MacBook Pro / Mac Pro et qui veulent avoir un écran au design harmonisé et offrant quelques éléments ergonomiques spécifiques (le fait de détecter l’orientation de l’écran et d’adapter l’affichage en fonction).

Au final, ils ont bien fait de l’envoyer à des Youtubeurs spécialisés dans les produits technologiques : ils ont les moyens d’acheter ces produits sans en avoir l’usage. Ça fait chic, ça fait hype et c’est ce que demande à voir leurs abonnés : du rêve technologique.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR