Prise en main de la Magic Mouse 2

Mickaël Bazoge |

La toute première version de la Magic Mouse date du mois d’octobre 2009. Elle succédait à la Mighty Mouse qui n’avait pas laissé un souvenir impérissable (les plus anciens se rappelleront de la fameuse bille qui s’encrassait). Au moment de sa sortie, la Magic Mouse a également provoqué la controverse.

Cliquer pour agrandir

Si Apple avait eu pitié de ses pauvres utilisateurs en abandonnant les deux boutons latéraux et la bille de scrolling, l’ergonomie de cette nouvelle souris a été décriée par certains : les gestes multi-touch tout droit inspirés de l’iPhone n’ont pas eu l’heur de plaire à tous.

Mais surtout, ce qui a frappé les esprits à l’époque a été l’alimentation du périphérique : deux bonnes vieilles piles AA à placer derrière une trappe, dans le ventre de la souris. Dans la foulée, Apple a lancé la commercialisation d’un chargeur de piles (35 € tout de même). Depuis, on accumule les piles rechargeables (elles se cachent partout à la rédaction), en pestant fréquemment contre leur autonomie toujours en berne — notamment pour la souris dont les allées et venues sur le bureau consomment plus que le clavier ou le trackpad.

Le contenu de la boîte (qui au passage abandonne complètement le plastique) : la souris, de la documentation, et un câble Lightning vers USB, le même que celui fourni avec l’iPhone — Cliquer pour agrandir

Fini la litanie des piles

Avec la Magic Mouse 2, le soulagement est de mise : exit les piles et leur gestion pénible (qui n’a jamais pesté le matin après avoir oublié de recharger les piles la nuit ?), place à la batterie lithium-ion ! Il est évidemment trop tôt pour dire l’autonomie de cette souris, mais Apple promet un mois d’utilisation sur une charge complète (2 heures).

Puisqu’on en parle, vidons l’abcès tout de suite. Apple aime à se présenter comme une entreprise qui a le soin du détail chevillé au corps — les ingénieurs du constructeur n’ont-t-ils pas passé un temps infini sur le bruit des patins de la souris (lire : Nouveaux Mac : « Suer sur les détails ») ? Mais si Apple aime « suer sur les détails », alors pourquoi avoir positionné le port Lightning de recharge sous la souris ? Qui, chez Apple, a bien pu se dire avec l’assentiment de tous, qu’il s’agissait là d’une bonne idée ? Parce que franchement, la recharge de la Magic Mouse 2 posée sur son dos provoque au choix l’hilarité ou un grand désarroi :

Cliquer pour agrandir

On nous rétorquera, avec raison, qu’OS X ne manquera pas de prévenir l’utilisateur lorsque la batterie commencera à marquer des signes de fatigue ; qu’il suffira alors de prendre ses précautions et de laisser brancher la souris une nuit histoire d’être tranquille pour un mois supplémentaire ; et qu’après tout, il en allait de même avec les piles : il ne fallait pas oublier de les recharger avant que la souris ne meure complètement.

Tout cela est vrai. Mais il n’en reste pas moins que posée sur le dos comme un chélonien qui gît sur sa carapace, la Magic Mouse 2 perd beaucoup de sa superbe. Heureusement, une minute de recharge permet de tenir une heure, de quoi dépanner. Contrairement aux Magic Keyboard et Magic Trackpad 2, n’espérez pas pouvoir utiliser la Magic Mouse 2 avec son fil de recharge à la patte : d’une, c’est totalement impraticable vu l’emplacement du port Lightning, et de deux OS X coupe toute connexion entre le Mac et la souris.

Magic Mouse 1 et Magic Mouse 2 : saurez-vous dire la différence ? Indice : il n’y en a (presque) pas, si ce n’est que la nouvelle version est légèrement plus grande et allongée… — Cliquer pour agrandir

La Magic Mouse 2 ne viendra pas réconcilier ceux qui n’appréciaient pas l’ergonomie du modèle précédent : l’expérience utilisateur est très très proche d’une génération à l’autre. Au contraire du Magic Trackpad 2 qui se montre bien différent de son prédécesseur (lire notre prise en main), Apple n’a pas intégré Force Touch sous la surface tactile de la nouvelle souris. Cela aurait eu du sens pour le clic forcé par exemple, mais au lieu de cela on continuera à cliquer de manière « traditionnelle », ce qui ne changera pas les habitudes.

… Évidemment, les différences sautent aux yeux quand on retourne les mulots : la trappe des piles a disparu et le logo Apple est noir — Cliquer pour agrandir

Du Bluetooth, sinon rien

L’appairage avec OS X se déroule de deux manières. La première est sans aucun doute la plus simple : après avoir poussé le petit bouton sous la souris, il suffit de brancher le câble Lightning au Mac pour que le jumelage soit effectif sans autre forme de procès. On est également invité à lancer les réglages du mulot, auquel cas c’est le panneau de préférences Bluetooth qui est proposé plutôt que celui, plus logique à notre sens, consacré à la souris.

Cliquer pour agrandir

L’autre option est de lancer les réglages Bluetooth et de laisser OS X repérer la souris dans les parages. Il suffit ensuite de cliquer sur le bouton Jumeler et l’affaire est dans le sac.

Malgré la présence d’une batterie en bonne et due forme, le panneau de préférences de la souris continue de donner le « niveau des piles » du périphérique — Cliquer pour agrandir

Rappelons qu’Apple exige OS X El Capitan pour que la souris puisse fonctionner comme il convient.

À acheter ou pas ?

Si vous n’aimiez pas la Magic Mouse, vous n’aimerez pas plus la Magic Mouse 2. Les deux souris sont similaires dans leur ergonomie et leur fonctionnement, et si vous trouviez difficile ou malaisé de manœuvrer avec la première génération de la souris, il y a fort à parier que rien ne changera avec cette deuxième mouture.

Pour les autres, la batterie intégrée permet de s’éviter la corvée des piles qui, sans être un calvaire, représentait souvent un irritant au quotidien, en particulier lorsque les piles en question commençaient à perdre de leur capacité. Quant à la recharge par le ventre, on s’en amusera entre collègues…

Reste maintenant le délicat problème du prix. À 89 €, la Magic Mouse 2 est sensiblement plus chère que le précédent modèle dont le dernier prix était de 79 € (en hausse de 10 € tout de même lors du rattrapage printanier entre l’euro et le dollar). Mais le câble Lightning fourni dans la boîte — le même que celui livré avec les produits iOS — vaut à lui seul 25 €. Autant dire qu’à 64 €, on fait presque une affaire !

avatar Hideyasu | 

@Rom 1 :
La précédente génération n'avait pas la possibilité de se charger par induction ? J'en étais persuadé.

avatar Dyspeps | 

Magic Mouse, Magic Trackpad... je vois surtout que l'acheteur du nouveau MacBook va bien s'amuser avec ce cable USB non compatible !

avatar tchit | 

Rien ne vaut une bonne vieille souris à boutons et + et scroll central.

avatar P'tit Suisse | 

Tiens, on dirait même la photo de l'auteur à poil avec l'extrait de Philip K. Dick ;-) Manquent plus que les collègues pour enfin sortir le calendrier érotique de soutien MacG.

http://www.comlive.net/Le-Toutoutou-De-Tatan,224973,40.ht

avatar Steveric | 

Bon, si non deux Magic Mouse 2 par utilisateur et plus de souci....et achat d'actions Apple...!
Ok, je connais la sortie...

avatar Cowboy Funcky | 

Je persiste : On dirait un mulot mort !!..

C'est Jhonathan Ive qui a validé ca ?

(Vous inquiétez pas je me soigne.)

avatar Cowboy Funcky | 

Ils sont fâchés avec la recharge par induction chez la pomme ?... C'était sympa les solutions de Mobee !

avatar bellague | 

Le coin des râleurs? Oui, c'est ici...

avatar Sydney Bristow | 

Moi j'aime bien la magic mouse, et les piles c'est pas un problème, toujours avoir des jeux de rechange chargés!

avatar Androshit | 

Et les cénobites tranquilles ! ^_^

avatar dito | 

Ce qui est "drôle" avec la sortie de nouveaux produits Mac, c'est qu'on se rend compte tout d'un coup, d'un seul, d'un inconvénient majeur de l'ancienne génération ; ici pour la souris, la recharge pénible des piles qui ont une autonomie faiblarde (tiens !) et où les piles se baladent une peu partout sur le bureau...
J'ai l'impression de lire parfois un publi-reportage plus qu'un article objectif.

J'utilise toujours la mighty mouse, et bizarrement, j'arrive à gérer mes recharges (avec un rechargeur non apple) sans problème logistique ;)
Un peu comme mon iphone quoi...

avatar ziggyspider | 

Et bien moi, je l'aime bien le mulot magic, d'ailleurs, c'est le seul que l'on caresse pour scroller !

avatar Yves SG | 

Je sais pas ce que vous utilisez comme piles, mais je dois recharger mes Sanyo 4 ou 5 fois par an maxi. C'est quand même pas la mort...

avatar JLG01 | 

Pas suffisant pour changer ma magic mouse, mais l'évolution était très attendue.

avatar ipaforalcus | 

Beaucoup n'ont rien compris aux façons de faire d'Apple, si vous voulez des orifices apparents pour vous faire gagner une minute ou des mini microonde pour satisfaire vos geekerie vous vous êtes clairement trompé de marque.

avatar Laurent S from Nancy | 

La recharge par induction ça sera pour la magic mouse 3 dans 5 ans :-)

avatar VanZoo | 

J'apprécie vraiment cette sourie. L'ergonomie me plaît et le multi-touche est très efficace !
Content d'en avoir finir avec les souries à molettes

avatar en ballade | 

Recharge sur le ventre et donc rayures sur la face visible...super!

avatar fepalcho | 

une farce à 90€ on a déjà dit tout ca pas besoin de déballe , c'est moche inutilisable pas écologique et en plus mal conçu : Flop

avatar Domsware | 

Le choix fait sens :
1/ avec un port sur le devant il n'y a aucun changement par rapport à une souris filaire : quel est le gain alors ?_
2/ toujours dans ce cas de figure l'utilisateur aurait laissé le câble branché tout en utilisant la souris
3/ cela permet de créer une "rupture" d'utilisation : la souris en charge et la souris en emploi
4/ ce mode de fonctionnement rappel celui du changement des piles : on retourne le mulot pour cela

Donc si l'objectif était que l'utilisateur n'utilise pas la souris en charge : c'est réussi.

avatar colin23 | 

@Domsware :
Beau raisonnement.

avatar Doctomac | 

Voilà à quoi aurait pu ressembler une Magic Mouse avec un port à l'avant.

http://www.imore.com/sites/imore.com/files/styles/larger/public/field/im...

On comprend le choix d'Apple d'avoir voulu garder le look and feel de la souris.

avatar jerome74 | 

"la Mighty Mouse qui n’avait pas laissé un souvenir impérissable (les plus anciens se rappelleront de la fameuse bille qui s’encrassait)."
Les plus anciens? Vous rigolez ou quoi? La Mighty Mouse est toujours au catalogue (et c'est toujours la seule souris filaire, vu l'emplacement du port lightning sur la Magic Mouse 2), à 59€ (!!), et la bille s'encrasse définitivement au bout de quelques jours seulement, sans possibilité de démontage pour la nettoyer...

avatar patrick86 | 

"et la bille s'encrasse définitivement au bout de quelques jours seulement"

Vous exagérez ou vous mangez votre hamburger en utilisant votre Mac, au choix.

" sans possibilité de démontage pour la nettoyer..."

Technique de la feuille de papier.

Et pour les plus bricoleurs, la Mighty Mouse se démonte. En fait c'est l'anneau en plastique collé qui est chiant. Le reste c'est facile.

avatar Hideyasu | 

Moi je l'aime bien cette souris, j'ai l'ancienne génération et elle convient à mes besoins à savoir navigation internet, bureautique etc.

Je trouve pas la position du cable gênante vu l'autonomie. Je préfère ca que l'avoir sur un côté arrondi. Après c'est pour l'instant hors budget ^^

Pages

CONNEXION UTILISATEUR