Le Solu espère réinventer l’informatique personnelle

Nicolas Furno |

Le Solu n’est pas seulement un ordinateur de poche un peu étrange, c’est un projet bien plus ambitieux pour réinventer l’informatique personnelle, rien que ça. Au-delà du produit lui-même, que l’on peut précommander sur Kickstarter à partir de 369 € (plus 20 € de frais de port pour la France). En attendant l’arrivée du boîtier, prévue pour le mois de mai 2016, en quoi consiste le Solu ?

Le Solu, ici branché à un écran externe pour faire un ordinateur de bureau. Dans ce contexte, il sert aussi de trackpad. Cliquer pour agrandir

Pour commencer, le Solu est un boîtier carré de 10 cm de côté, entouré de bois et surmonté d’un écran tactile. Il dispose de tous les composants d’un smartphone et il peut d’ailleurs servir comme appareil mobile indépendant, avec son écran pour visualiser et interagir avec son interface spécifique. Mais ce n’est pas sa seule raison d’être : l’appareil dispose aussi d’un connecteur USB de Type-C qui sert autant à recharger sa batterie qu’à en faire un ordinateur de bureau.

Ici, le Solu fonctionne seul, avec son écran tactile et sa batterie intégrée. Il est capable de se connecter à internet en WiFi, mais nécessite un smartphone pour une connexion cellulaire. Cliquer pour agrandir

Une fois connecté à un écran (jusqu’à la 4K), le Solu peut en effet devenir un ordinateur personnel. Sa surface tactile sert alors de trackpad, on pourra relier un clavier en Bluetooth et travailler ainsi normalement. Pour cela, ses concepteurs n’ont pas repris un système d’exploitation existant, mais imaginé Solu OS, un tout nouveau système qui est largement responsable dans cette idée de repenser l’informatique.

Le Solu peut aussi servir de télécommande en mode media-center et même de manette de jeu. Cliquer pour agrandir

Solu OS innove sur plusieurs points et l’interface organique est peut-être l’élément le moins important. C’est néanmoins un point important, car ses concepteurs ont été très ambitieux : il n’y a plus de fenêtre, plus de barre de menus, ni de Dock. Tout est organisé par projet, sachant qu’un projet regroupe un ou plusieurs documents, et une ou plusieurs applications. L’interface, encore en développement, peut être aperçue dans la vidéo ci-dessous, ou alors dans cette vidéo qui reprend la conférence de présentation du projet.

De façon plus fondamentale, le Solu est un ordinateur connecté, un petit peu à la manière des Chromebook. Toutes vos données seront sur les serveurs mis en place par Solu et il faudra payer un abonnement (probablement autour de 20 € par mois) pour l’utiliser. Le boîtier contient malgré tout un espace de stockage de 32 Go pour un cache local qui doit assurer un fonctionnement, même sans connexion.

En contrepartie, on peut utiliser l’appareil sans limite, et sans rien avoir à payer en plus. Le stockage synchronisé en ligne est sans limite, toutes les fonctions sont gratuites et tous les logiciels, aussi, sont gratuits. Les développeurs seront payés par Solu en fonction de l’utilisation et les mises à jour seront installées automatiquement. Il n’y a même plus de notion de boutique d’applications : on utilise des fonctions et toutes les fonctions sont disponibles.

L’écran d’accueil de Solu OS : chaque bulle correspond à un projet, soit personnel, soit professionnel. Cliquer pour agrandir

Connecté, le Solu est aussi un appareil dédié à la collaboration. Des fonctions ont été intégrées pour faciliter le travail à plusieurs sur un même fichier, on peut aussi envoyer un document à quelqu’un sans se soucier de savoir s’il a la bonne application ou pas. Un module de discussion sera aussi de la partie pour faciliter les échanges et tous les changements effectués sur un projet seront visibles par toutes les personnes qui y ont accès.

Ici, on voit l’une des interfaces imaginées par les concepteurs de l’ordinateur : toutes ces bulles sont des fichiers ou des applications associées à un projet. Cliquer pour agrandir

Le Solu est incontestablement un projet très ambitieux. Quitte à l’être trop ? Le message marketing de ses concepteurs va justement dans ce sens : ce produit ne plaira pas à tout le monde, et c’est tant mieux. C’est certain que l’appareil et son système d’exploitation ne conviendront pas à tout le monde, mais si l’idée vous séduit, vous pouvez participer à son lancement.

Encore au stade du financement, le Solu est toutefois un projet sur le point d’être lancé. Les prototypes fonctionnent et l’entreprise n’attend que les premières commandes pour lancer la production. Vous pouvez ainsi acheter un exemplaire sur Kickstarter pour 369 € avec les frais de port vers la France. L’appareil n’arrivera pas avant le mois de mai 2016 toutefois, sauf si vous payez 749 € et vous l’aurez alors dès le mois de janvier.

Cliquer pour agrandir

À chaque fois, quelques mois d’abonnement sont offerts, mais il faudra ensuite donner une vingtaine d’euros chaque mois. Même si on devrait pouvoir utiliser le Solu sans sa connexion si on le souhaite. On gardera alors toutes les fonctions que l’on avait au moment de l’abonnement, mais on ne pourra pas accéder aux fichiers en ligne, ni bénéficier des mises à jour pour les applications, ni des fonctions de collaboration.

Source
merci powergeek
Tags
avatar patrick86 | 

L'idée d'organiser l'interface autour de "projets" ou "activités" me parait intéressante à creuser.
C'est un peu ce que je fais sur mon Mac, avec mes bureaux virtuels pour mes différentes activités et travaux.

Par contre, la dépendance au Cloud, très peu pour moi.

avatar HugoBoss | 

Pareil, le 100% cloud non merci.

Et le système d'abonnement, même chose !

C'est en partie pour ça que je suis passé de Photoshop à Affinity Photo...

avatar albert einstein | 

" Pareil, le 100% cloud non merci. "

Il faut lire les articles avant de commenter...

avatar HugoBoss | 

J'ai lu, merci... Aucune mise à jour possible si on n'utilise pas le cloud.

C'est comme si tu achetais un iPhone et on te dit que si tu n'active pas iCloud tu ne pourras mettre aucune appli à jour.

Si ça te convient...

avatar DarKOrange | 

@HugoBoss :
C'est clair si Apple annonçait la même chose ça hurlerait ici dès le première commentaire !

avatar albert einstein | 

Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire... moi aussi j'ai laissé tombé Lightroom pour DXO Pro lorsqu'il a fallu s'abonner et je suis resté à Office 2011.. Je ne souhaite pas être captif

Ce que je voulais dire c'est qu'on peut tout de même l'utiliser sans le Cloud c'est à dire hors connexion... comme Chrome Os.. donc pas 100 % cloud...
C'est comme un iphone sans réseau, on peut utiliser les applis..
C'est comme Apple Music... Je peux écouter la musique que je veux sans connexion..

Evidemment à un moment où un autre si on veut progresser il faut payer mais quoi de plus normal.. c'est déjà le cas pour les mises à jour des logiciels dont certains n'existent plus en boite.

avatar BeePotato | 

@ patrick86 : « L'idée d'organiser l'interface autour de "projets" ou "activités" me parait intéressante à creuser.
C'est un peu ce que je fais sur mon Mac, avec mes bureaux virtuels pour mes différentes activités et travaux. »

Ben c’est un peu le souci de leur truc : avec (par ordre chronologique) les dossiers, les commentaires sur les fichiers, les couleurs/étiquettes du Finder, les alias, les dossiers « intelligents » et enfin les tags améliorés, on a déjà depuis longtemps des outils permettant de s’organiser par projets.
Tout en autorisant de ne pas se limiter à ce type d’organisation.

Alors du coup, qu’apporte ce qui est montré ici, à part une mise en forme jolie de l’affichage d’un groupe de fichiers ? (Soit dit en passant : mise en forme jolie, mais pas pratique car négligeant les noms de fichiers — ce qui rend bien pour une démo où tous les fichiers ont un contenu très graphique qui permet de les identifier au premier coup d’œil, mais ne tient pas longtemps la route dans le monde réel.)

Le seul truc qui se distingue vraiment dans leur proposition, c’est cette approche de « licence globale » pour les applications. C’est une idée intrigante, dont on peut être curieux de voir ce que ça peut donner.

avatar patrick86 | 

@BeePotato :

Mais si j'ai bien compris, cette idée de fonctionnement par projet ne concerne pas que la gestion des fichiers, mais toute l'interface et les apps, non ?

Si c'est pas ça, effectivement on a déjà de quoi faire avec OS X (d'ailleurs un Handoff qui transfère tout ce qu'il y a sur un bureau virtuel d'un mac à l'autre serait top!).

avatar BeePotato | 

@ patrick86 : « Mais si j'ai bien compris, cette idée de fonctionnement par projet ne concerne pas que la gestion des fichiers, mais toute l'interface et les apps, non ? »

Ben je ne sais pas. En allant voir sur leur site, je n’ai rien trouvé indiquant comment cet aspect serait intégré dans les applications.
Et j’avoue n’avoir aucune idée de quelles modifications pourraient être faites dans les applis pour ça : à part des liens plus forts entre les divers fichiers du projet quand des bouts de l’un sont intégrés dans un autre, que pourrait-on changer ? Et cette approche-là n’est pas nouvelle. Elle a déjà été testée dans le Système 7 et dans Windows, sans passionner vraiment les foules.
On verra bien s’ils proposent quelque chose de neuf.

avatar patrick86 | 

@BeePotato :

D'accord.
A voir alors si ça peut vraiment apporter du mieux ou non…

avatar fredix | 

Leur OS est "juste" une surcouche à Android, voir les commentaires sur youtube. Par contre ils auraient forké android pour l'optimiser à leur système.
Donc il y a sans aucun doute du boulot mais ce n'est en aucun cas un OS de zéro.

avatar HooHoo | 

Mort né

avatar Lestat1886 | 

Je me suis arrêté de lire au cloud, ca avait attisé ma curiosité mais là ça l'a perdu définitivement

avatar baptiste8b | 

Ça a l'air sympa. Apres cette histoire de cloud est très utopique car on part du principe que tout le monde a une bonne connexion, et c'est loin, très loin d'être le cas. J'espere qu'on pourra vite tester ça a la fnac ou autre sa a l'air assez novateur

avatar iDanny | 

Encore un truc alsacien ?

(Solu binander ! :)

avatar Boris | 

Moi aussi le délire « cloud » me bloque direct.

Après, je ne suis pas expert, mais je trouve présomptueux d'affirmer « ça marchera jamais, personne n'en voudra, gnagnagna. »
Ils ont au moins le mérite d'essayer un truc.

avatar harisson | 

Une communication et quelques concepts "empruntés" à Apple et DinoSoft, un fork d'Android avec une UI un peu fumeuse mais intéressante, une communication commerciale "efficace" et un design hardware made in Finland, on met dans un mixer et on obtient Solu ^^

avatar ovea | 

C'est tout mignon et collaboratif mais je jour ou la location se termine que ze paaze-t'il ?

Le jour ou un gars inventera MLDonkey (…) et l'interface graphique ressemblera peut-être au BiduleCarré présenté ici

avatar oomu | 

"De façon plus fondamentale, le Solu est un ordinateur connecté, un petit peu à la manière des Chromebook."

hahaha... non sans façon..

"Toutes vos données seront sur les serveurs mis en place par Solu"

hahaha.. non, vraiment pas.

"et il faudra payer un abonnement (probablement autour de 20 € par mois)"

HAHAHAHAHA. Ja-mais chez moi.

"Le boîtier contient malgré tout un espace de stockage de 32 Go pour un cache local qui doit assurer un fonctionnement, même sans connexion."

bouarf.

avatar tbr | 

On pourra lui parler :
— "Dis, Solu !"

Ou même monter un disque dur en Tiroir à Redondance Externe (portnawak) :
— "SoluTRÉ

... Et s'il plante, il y aura la fonction RÉ... Solu qui donnera la Solu... tion.

Ces vannes m'ont vanné. Je sors.

avatar pfx | 

Ils tombent à pic ceux-là !
Maintenant qu'Apple m'a bien saoulé, j'ai peut-être enfin mon futur nouveau chouchou! ;)

avatar Binette1704 | 

Ma foi, pk pas c'est original et l'idée est intéressante. Le système organique me fait penser à un truc que j'avais imaginé il y a 2-3 ans de cela c'est exactement ce que je recherchais au niveau de l'image et de l'aspect du software...

Bref intéressant, après est ce que c'est assez puissant, et quid de la compatibilité avec Windows /Mac pour transférer nos données sans encombre ?

avatar Sic transit | 

"blabla Solu… blablabla innovant… blablabla interface organique… blablabla ABONNEMENT" → fin de lecture immédiate, fermeture du macbook et prise d'un bon café bien serré, au soleil sur le balcon, en lisant un journal en papier…

avatar Joe 92 | 

Intéressant, peut-être pas pour tout le monde évidemment. Mais quand on est utilisateur Mac depuis des années, on devrait se souvenir des choses qui, sur le papier, "ne peuvent pas marcher", que le risque est culturellement dans l'ADN d'Apple, que donc cet article a toute sa place sur le site. Je trouve que c'est une belle initiative qui mérite son parcours Kickstarter. Il manque peut-être la possibilité de se faire sa propre expérience utilisateur, mais franchement je trouve ça pas mal.

avatar iPop | 

C'est bien pensé mais c'est très difficile pour tout le monde de sortir de Windows ou du Mac, regardez l'iPad.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR