Les Chromebooks ont pris la relève des netbooks

La redaction |

Il semble que Google soit sur la bonne voie avec ses Chromebooks, ces portables sur Chrome OS vendus moins de 300 euros pour la plupart. Entre janvier et novembre 2013, un peu plus d’un ordinateur portable sur cinq (21%) vendu aux États-Unis était un Chromebook, selon une étude NPD. Celle-ci ne porte toutefois que sur les ventes réalisées en magasins « physiques », excluant les sites de ventes en ligne. Sont ainsi comptabilisées les ventes de 14,4 millions d'appareils de différents formats : PC de bureau, portables, tablettes iOS/Android/Windows et les Chromebooks.

HP Chromebook 14" - 329€

Des chiffres de ventes positifs par rapport aux années précédentes où ces petits PC étaient pratiquement invisibles. Ce succès s’explique en partie grâce à la popularité grandissante de ces ordinateurs dans le monde de l’éducation. En octobre dernier, l'un des vice-présidents de Google, Caesar Sengupta, se félicitait que plus de 5 000 écoles américaines utilisent des Chromebooks (lire aussi : Les Chromebooks plaisent de plus en plus aux étudiants).

HP Chromebook 11" - 279€

Un autre facteur qui peut expliquer ce succès est évidement celui des prix très agressifs pratiqués. Là où le tarif moyen d’un netbook sur Windows était de 359$, l'offre sous Chrome OS se vend en moyenne à 247$ (les plus chers sont à 299 euros en France). Même si l'on a pu voir certains Chromebook se promener dans le haut de gamme - tel le Pixel de Google avec écran 12,8" Retina vendu 1300$ - c’est bien sur l’entrée de gamme que la majorité des ventes se font et que l'offre des HP, Samsung et Acer se concentre.

Alors que le marché des ordinateurs a tendance à stagner ces derniers temps, voire à reculer, les netbook équipés du système d’exploitation de Google affichent une belle progression. En 2012, ils ne représentaient même pas 1% des ordinateurs et tablettes, toutes ventes confondues, alors qu’en 2013 ce pourcentage grimpe à 9,6%. Une progression énorme, surtout que la majorité des autres constructeurs reculent. En effet, Apple enregistre une baisse des ventes de ses iPad et MacBook sur la même période, à l’instar des PC Windows.

On relève aussi que 34% des ventes enregistrées sont le fait de produits sur iOS, Chrome OS et Android, c'est à dire des systèmes d'exploitation récents.

En bleu la période janvier/novembre 2012, en vert la même période en 2013. D'une année sur l'autre, les Chromebook sont apparus, les tablettes Android ont doublé leur présence et celles sur Windows gagnent (un peu) plus en visibilité.

Néanmoins, tout cela est à relativiser. La présence de Chrome OS semble encore anecdotique malgré ses bons chiffres de vente. Sur le web par exemple, la plupart des outils de mesures, comme Stat Counter, ne prennent même pas en compte les visites venant de Chromebook, et le peu de statistiques qui apparaissent montrent des chiffres en deçà des 0,3%. Ces statistiques sont pour le moins surprenantes, quand on sait que Chrome OS n’est pratiquement basé que sur les usages Internet. Peut-être que la forte présence en milieu éducatif - on ne va pas sur les même sites web - peut expliquer ce constat.

Google et ses partenaires constructeurs semblent bien décidés à pousser le plus possible les Chromebooks puisque l’on attend des nouveaux modèles pour l’année prochaine chez Dell, Asus, Toshiba, LG ou encore Samsung (lire aussi Asus parie sur les smartphones, les Chromebook et l'informatique vestimentaire & Acer met à jour son Chromebook avec Haswell).

Dernier enseignement de cette étude, Apple se classe à la troisième place derrière Lenovo et HP en premier sur les marques qui ont le plus vendu, grâce notamment au renfort des iPad.


Tags
avatar patrick86 | 

"objects connectés"

La question la plus évidente est : connectés à quoi ?

"il faut pouvoir contrôler la technologie, au lieu de la subir."

Il semblerait que le sadomasochisme soit à la mode.

avatar ericb2 | 

@Patrick86

Par objets connectés, je veux dire toute une panoplie d'objets connectés à un réseau (pas forcément public) qui vont arriver très prochainement, pour moucharder tout ce qui nous arrive. La liste est longue, et çà commence par la maison (tout surveiller depuis n'importe où : de la détection d'intrusion, de fumée et j'en passe à la bouffe du chien ...), mais on pourrait ajouter tous les capteurs style rfid inclus dans les fringues (avec association des références quand on paye avec sa CB enfin la totale quoi ...). On est simplement gouvernés par des inconscients et/ou tarés. que dire de plus ...

En ce qui concerne contrôler la technologie : une technologie dont le contrôle nous échappe, comme par exemple un iBidule, un smartphone qui possède un mode "prise de contrôle" à distance, c'est très grave.

On ne sait pas tout sur les machines qu'on achète, et comme en plus on ne fabrique plus tous ce qui touche au coeur de ces appareils, et bien on n'est pas sortis de l'auberge comme dirait l'autre. À titre d'exmple, une des rares (la seule ?) entreprises qui pourrait fabriquer un processeur européen, STMicroElectronics, se fait torpiller à la bourse par les HF.

En attendant, on se contentera d'Intel et on achète du "fermé".

Enfin, je ne sais pas où tu as vu du masochisme dans mes propos : (TRÈS) loin de moi l'idée d'utiliser ces m... à la mode, et je suis plutôt en mode sarcasme ...

avatar ericb2 | 

@Patrick86

Par objets connectés, je veux dire toute une panoplie d'objets connectés à un réseau (pas forcément public) qui vont arriver très prochainement, pour moucharder tout ce qui nous arrive. La liste est longue, et çà commence par la maison (tout surveiller depuis n'importe où : de la détection d'intrusion, de fumée et j'en passe à la bouffe du chien ...), mais on pourrait ajouter tous les capteurs style rfid inclus dans les fringues (avec association des références quand on paye avec sa CB enfin la totale quoi ...). On est simplement gouvernés par des inconscients et/ou tarés. que dire de plus ...

En ce qui concerne contrôler la technologie : une technologie dont le contrôle nous échappe, comme par exemple un iBidule, un smartphone qui possède un mode "prise de contrôle" à distance, c'est très grave.

On ne sait pas tout sur les machines qu'on achète, et comme en plus on ne fabrique plus tous ce qui touche au coeur de ces appareils, et bien on n'est pas sortis de l'auberge comme dirait l'autre. À titre d'exemple, une des rares (la seule ?) entreprises qui pourrait fabriquer un processeur européen, STMicroElectronics, se fait torpiller à la bourse par les HF.

En attendant, on se contentera d'Intel et on achète du "fermé".

Enfin, je ne sais pas où tu as vu du masochisme dans mes propos : (TRÈS) loin de moi l'idée d'utiliser ces m... à la mode, et je suis plutôt en mode sarcasme ...

avatar Lennart | 

Le coté "services proposés" pour pas cher, ne peut qu'intéresser le monde de l'éducation qui, en dehors d'écoles privées aux élèves "friqués", est toujours à la recherche de budgets.
Voir même certains artisans qui ont la un produit qui répond bien souvent à leurs besoins.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR