Chroniques du SAV : l'iBook blanc

La redaction |


Vus de l'extérieur et parfois même de l'intérieur, les Mac sont souvent, sinon toujours, parfaits. D'ailleurs, même Apple le dit… Du moins ils semblent l'être, car il peut en aller tout autrement. "Mackie" fut technicien atelier chez un important revendeur Apple pendant 10 ans, de 2001 à 2011. Une situation privilégiée pour observer les machines d'Apple sous un autre angle, celui de leurs petits ou grands pépins et défauts. Voici la suite de ces chroniques estivales sur le "SAV du Mac". Aujourd'hui, l'iBook blanc.

Si les premiers iBook étaient colorés et apportaient une touche de bonne humeur au monde des portables, comme l'avait fait l'iMac avant eux pour les machines de bureau, il leur manquait le sérieux nécessaire pour séduire un plus large public. Mais comment faire sérieux tout en se démarquant de concurrents qui n’ont que des machines noires ou grises ? Eh bien, ce sera avec le blanc crème, une couleur qui deviendra vite la signature d’Apple à partir de mai 2001, date de sortie du "nouvel iBook".

Au premier abord, cette machine m’a plu : elle était bien plus compacte que sa devancière en forme de palourde. D'allure plus conventionnelle aussi, elle offrait un écran d’une définition supérieure (mais toujours avec cette diagonale de 12 pouces) et quatre types de lecteurs et/ou graveurs optiques. Le G3 qui l’animait passait de 466 MHz à 500 MHz, et surtout, ce portable grand public recevait enfin une connectique complète : 2xUSB, 1xFireWire, 1xEthernet, 1 modem 56k, une prise casque toujours capable de sortir un signal composite, un port mini-VGA pour la connexion d’un écran externe (hélas uniquement en mode recopie vidéo) et le nouvel adaptateur secteur enrouleur de câble en forme de yo-yo déjà utilisé avec les PowerBook Titanium par exemple.

Si extérieurement tout était merveilleux, ce n’était pas forcement le cas à l’intérieur… Cette machine fut ce qu’il y a eu de pire chez Apple en matière d’accessibilité pour la maintenance. Pour un simple changement de disque dur, ce n’est pas 5, 6 ou même 10 vis qu'il fallait retirer, mais pas moins d'une cinquantaine ! Le tout, sans abîmer les fragiles tôles de blindage électromagnétique et surtout sans oublier ces fichues vis au remontage ! Y avait-il un ingénieur assez masochiste chez Apple pour concevoir démontage aussi tordu ? Oui.

Pourquoi cette histoire avait bien commencé ? Le premier modèle ne rencontra que peu de pannes. En dehors de quelques classiques (disque dur), on tombait essentiellement sur des ennuis de connectique interne entre l’écran et la carte logique, il s’agissait des seules vraies interventions longues. Il en sera de même avec la génération suivante lancée en octobre et répondant au doux nom « d'iBook fin 2001 » en remplacement de cet « iBook double USB » puis du grand frère « iBook LCD 14 pouces » mis sur le marché en janvier 2002.

Tout allait donc pour le mieux, jusqu'à mai 2002 et la sortie des « iBook G3 16 Mo de VRAM » en 12 et 14 pouces avec leurs cartes graphiques « ATI Mobility Radeon ». Au départ, rien ne semblait vouloir changer le cours des choses par rapport aux premiers modèles, mais tout a basculé au bout de quelques mois.



Le nombre de changements de cartes logiques dépassait celui des premiers modèles, et ce alors que ces machines s'avéraient un grand succès commercial. La cote d'alerte n'était toutefois pas atteinte et on ne s'en alarmait pas plus avant. Jusqu'au moment où l'on a commencé à nous demander de glisser une « cale » autour de la puce vidéo à chaque intervention sur ces nouveaux iBook.

Une cale dans un ordinateur Apple… ? Quelque chose ne tournait pas rond et les retours continuaient d'affluer et d'augmenter. À force de fureter sur divers forums et en prenant les précautions d’usage face à ce que l’on pouvait y lire, il a rapidement été constaté qu’en exerçant une forte pression en bas à gauche du repose-poignets, la machine se remettait à fonctionner !

Le lien sera vite établi entre les demandes d’Apple de placer ces fameuses cales et cette épidémie : des iBook qui démarraient sans vidéo ou avec une vidéo déformée. La "blague" durera quand même un long moment, jusqu’en janvier 2004 avec la reconnaissance publique du problème par Apple. Ce sera un véritable raz de marée. La plupart des machines entraient en SAV pour ce problème et du fait des accès rendus difficiles par son design alambiqué, les délais de réparation n'en étaient que plus rallongés. Si seulement nous n’avions pas eu tant de « DOA » (Dead On Arrival – panne au déballage) et tant de retours répétés dans les semaines qui suivirent. Toujours et encore pour cette panne qui ne cessait de se reproduire.

Pour continuer dans la mauvaise plaisanterie d’Apple, le programme de réparation fut étendu en décembre 2004 à l’ensemble des iBook G3, y compris les premières générations, qui dans les faits, n’étaient que peu concernées.

Mais d’où venait ce défaut ? Pour Apple c’était tout simplement « une panne de composant particulière » (sic). Tout l’art d’expliquer qu’il y a bien un défaut, mais que l'on ne veut pas en dire l’origine. Dans la pratique, les soupçons se sont portés sur un problème de rigidité de la machine qui avait fini par créer une rupture de contact entre la puce vidéo et la carte logique. D'où cette histoire de cales cache-misère et de ces pressions sur la machine qui, bien exercées, la faisait à nouveau fonctionner correctement… jusqu'à la fois suivante.

Comment remédier à ce problème de manière définitive ? En changeant de machine pardi, mais surtout de conception. Cela donnera quelques années plus tard, en 2008, le premier MacBook Air sur lequel la carte logique était solidaire d’un châssis rigide. Une approche qui préfigurera les machines dites Unibody qui sortirent quelques mois après, et une technique maintenant devenue la norme chez Apple.



Sur le même sujet :
- Les autres chroniques du SAV
avatar @MathieuChabod | 
Les adaptateurs étaient vendu avec la machine à l'époque !
avatar Malcolmm | 
Super ces chroniques :)
avatar Superboy58 | 
Il me reste un vieil iBook G3 dans un coin j'avais mis Leopard il ramait comme pas possible ! Mais à l'époque sous Jaguar il était niquel !
avatar 842franck | 
J'ai encore mes Ibooks 12" G3 sous jaguar et 14" sous SL et tout roule comme au premier jour. Certes ça n'a rien à voir avec mon Imac 2011 mais pour la bureautique et le Net çà suffit et pourquoi les mettre au rebut ??
avatar 421 | 
Il y a 6 ans, j'ai acheté un ibook pour mon grand-père (79 ans aujourd'hui) sur le refurb' : écran de 14,1", processeur G4 à 1,42Ghz, 768Mo de Ram, DD de 100Go (la configuration donnée était 512Mo et 60Go) et un AppleCare (perso, toujours un Applecare, le temps d'amortir la machine). Depuis, le seul problème qu'il eu arriva quelques mois après l'échéance de la garantie, superdrive mort, pas grave, à l'époque, LaCie faisait une grosse brique en FW400, pratique pour chaîner avec le disque de sauvegarde. Aujourd'hui, il est arrivée au bout de son évolution logicielle puisque sous 10.4 "Tiger". Ne servant plus en usage mobile, il est toujours relié à un écran LCD 23", l'affichage est débridé grâce au formidable Screen Spanning Doctor (v0.3.3), un clavier et une souris d'époque (héritées du vénérable G4 bi-pro 500) et sert entre 3 à 4 heures par jour pour du traitement de texte, des mail et du web. Un jour, le plus tard possible j'espère, il tombera en panne et alors je n'assurerais plus le SAV. Un mac mini le remplacera avec j'espère la même fiabilité.
avatar GaelW-Mac | 
Petite correction : le yoyo à fait son apparition avec l'ibook G3 "palourde" ;)
avatar Neil_Diaz | 
@842franck iBook G3 sous Snow Leopard ? hum hum ...
avatar Vanton | 
Roh un produit Apple avec TROIS bandes de DEUX couleurs différentes sur la tranche ! Combien de malaises dans la salle ? :-) Faudra s'en rappeler le 12 septembre... Juste pour faire (encore plus) mon chieur, y a pas une erreur dans la date sur la capture du site Apple ? A en juger par les touches transparentes, l'iMac et le G4 titanium, j'ai du mal à croire que la capture date de 2005... Wikipedia me dit que le Blue Dalmatien de l'iMac n'a été commercialisé que durant le printemps 2001. J'ai connu Apple trop tard pour posséder un de ces iBook, mais mon ancienne école en a encore une flopée, qui sont très mal entretenus et à la limite de l'utilisable, même en consultation web. La palme revenant évidemment à de vieux G3 12" qui ont miraculeusement survécu dans cet environnement pourtant terrible. Les G4 s'en tirent un peu mieux. Mais l'article a l'air de s'attacher surtout aux G3. Ce qui est quand même assez incroyable avec ces machines, c'est que même 11 ans après leur sortie leur design est encore potable. Alors certes on est loin des standards Apple du moment, mais la concurrence est parfois encore loin de la qualité plastique de ces ancêtres là. Chapeau à Ive, quand même !
avatar mitt67 | 
Excellent! J'adore ces chroniques
avatar bugman | 
Sa taille était vraiment impressionnante pour l'époque. J'adorais mon G4.
avatar Eliot03 | 
iBook G4 12 pouces 1,33 Ghz et 1,25 Go de RAM sous Leopard tourne toujours nickel; seul hic la dalle LCD qui pallit...
avatar DrFatalis | 
J'ai toujours mon ibook dual usb qui marche fort bien sur un écran externe car... son écran ne fonctionne plus à cause d'un défaut de conception que je m'étonne de ne pas voir mentionné ici: la charnière mal ébavurée qui finissait par cisailler les câbles du retro-éclairage....
avatar macbookintel | 
Comme je regrette d'avoir vendu mon ibook 12p G4. C'était une super machine avec une bonne autonomie (2 films en divx pour l'époque, quasi 4 heures). Dire que c'est grâce à ce problème qu'ils ont fait l'unibody qui plait tant !
avatar albert einstein | 
Après un LCIII acheté en 1993, j'ai eu un iBook G3 (le tout premier)... il marche encore même si je ne m'en sers plus... J'ai connu seulement une panne... la carte vidéo dont les soudures ont lâché (pris en charge par Apple)... C'était une super machine que j'ai utilisée 6 ans avant d'acheter un Macbook que j'utilise toujours en plus de mon Macbook Pro. Le Macbook a connu beaucoup plus de problèmes (disque dur, coque qui se fend deux fois en 2 ans (pris en charge par Apple), ventilateur HS, adaptateur HS, Magsafe arraché...)
avatar Orphanis | 
IBook 12" G4 sous Panther : ma première machine Apple. Je n'ai jamais eu de soucis avec (à part la lenteur due à un disque dur 4200 tr/min). Ça fait drôle de découvrir le côté face des choses...
avatar Pierre H | 
C'est vrai que c'était une chouette machine. Mon frère avait explosé son premier salaire (ou presque) pour acheter le modèle 14", qui avait la même résolution mais des pixels plus gros. Il est toujours en service dans les mains de notre soeur. Il a survécu à du café, du soda, de l'eau, et avait même eu droit à un tatouage : un gars avec qui je bossais avait écrit un plan de travail sur un feuille posée sur l'iBook fermé… sauf qu'il avait écrit au feutre Marker et ça avait transpiré ! On avait passé des heures à le poncer puis à le lustrer pour retrouver le brillant. Il avait eu à l'autre panne classique des ces iBook : le fil du rétro-éclairage finissait par se faire cisailler par la charnière à force de l'ouvrir/fermer. Un bout de fil électrique et une soudure pas facile et il avait été réparé maison.
avatar Nesus | 
Il avait aussi tendance à changer de couleur et à gondoler avec le temps, mais ce fut une bonne machine. Pas parfaite, mais Apple comme tout le monde doit apprendre.
avatar Jackdu59 | 
@Neil_Diaz : toi aussi tu l'as vu...
avatar MachX | 
J'ai toujours en état de fonctionnement un G3 800 qu'Apple avait réparé sous garantie pour un problème de carte graphique. Je l'ai utilisé de nombreuses années avant d'acheter un macbook noir 13 pouces à 2 Ghz. Ce dernier fonctionne à merveille sous Lion avec 3GO de ram.
avatar Jiminy Panoz | 
"Il avait aussi tendance à changer de couleur" Au niveau du disque dur surtout... qui chauffait comme pas possible en été et qui pouvait facilement me brûler les poignets ^^" Mais la technique du dentifrice marche super bien pour récupérer la couleur d'origine. Et c'est vrai que c'était une horreur pour le démontage. 2 heures pour changer un disque dur, de mémoire, avec le tuto à côté, une vingtaine d'étapes. Remonté, ça braillait. :-( Effectivement, j'emploierais le terme de "masochiste" aussi. Le mien fonctionne encore, pas trop mal sous Tiger d'ailleurs (un des tous derniers modèles, le 14" G4 1.33ghz), mais le trackpad m'a lâché, tout comme pas mal de lettres du clavier (lettre effacée + arrondi du "doigt" gravé dedans).
avatar Florian Innocente | 
Juste pour faire (encore plus) mon chieur, y a pas une erreur dans la date sur la capture du site Apple ? A en juger par les touches transparentes, l'iMac et le G4 titanium, j'ai du mal à croire que la capture date de 2005... Wikipedia me dit que le Blue Dalmatien de l'iMac n'a été commercialisé que durant le printemps 2001. ***** Un peu long à expliquer mais je crois que j'ai fait cette capture il y a quelques annees via the internet wayback machine et la date est affichée via un compteur dynamique. Il affiche donc la date à laquelle j'avais reaffiché et récupéré cette page, pas la date d'origine. ******
avatar xavier25 | 
J'ai eu un ibook G3 en 2002, et j'ai du le faire réparer 3 fois (dont une fois à mes frais en angleterre, ça m'avait couté 120 euros...) à cause de ce fameux syndrome de la carte graphique. C'était mon premier mac, ça ne m'a pas découragé (j'ai eu des macbook, mini, imac et mba par la suite), mais le défaut était manifeste et je dois dire qu'à l'époque j'enrageais de ne plus pouvoir utiliser cet ordi à 2200 euros pièce (Le plus cher des macs que j'ai jamais acheté).
avatar hadrien.eu | 
J'en ai été victime de la cale ! Sur un iBook G4 12". En carton. Puis j'ai changé la nappe du disque dur, puis je l'ai déclaré officiellement mort.
avatar Mabeille | 
j'ai encore mon ibook 12" G4 1.33ghz d'ailleurs je vais le vendre.
avatar PierreBurgi | 
J'en ai eu un. J'étais scotché dessus dans ma mezzanine

Pages

CONNEXION UTILISATEUR