Windows ARM sur les Mac M1 ? La balle est dans le camp de Microsoft

Mickaël Bazoge |

Dans une interview au long cours pour ArsTechnica, Craig Federighi est revenu sur un des points noirs1 de la plateforme Apple Silicon : l'absence de prise en charge de Windows. C'est un des atouts des Mac Intel qui disparait ici avec les Mac dotés d'une puce M1.

Le vice-président à l'ingénierie logicielle explique que le framework de virtualisation de Big Sur M1 permet de faire fonctionner des machines virtuelles contenant des systèmes d'exploitation ARM dans Parallels ou VMWare (lire : Boot Camp ne sera pas disponible sur Mac ARM !).

Faire fonctionner Linux sur les Mac M1, c'est une bonne chose, mais évidemment l'éléphant dans le magasin de porcelaines, c'est Windows. Federighi indique que CrossOver peut être une solution pour certains logiciels Windows, et qu'on peut aussi se tourner vers des solutions pour accéder à Windows dans le nuage (avec Shadow, par exemple).

Ces alternatives ne sont cependant pas aussi fiables ou pratiques qu'avec une VM de Windows sur son Mac. Une pièce capitale du puzzle manque : la version ARM de Windows n'est toujours pas proposée sous forme de licence grand public par Microsoft, qui ne la délivre qu'aux constructeurs.

Nous avons les technologies de base pour faire fonctionner Windows ARM [sur Mac M1], qui prend bien sûr en charge les applications x86. Mais c'est une décision que Microsoft doit prendre, il leur revient de mettre sous licence cette technologie pour que les utilisateurs puissent s'en servir sur ces Mac. Les Mac en sont très certainement capables.

La balle est dans le camp de l'éditeur de Windows. Peut-être que la situation va évoluer une fois que Microsoft aura développé le support de l'émulation des apps x86 64 bits au sein de Windows ARM, qui ne prend actuellement en charge que les apps x86 32 bits et ARM 32 et 64 bits.

En attendant, il faudra faire avec les logiciels universels, avec Rosetta 2, et aussi avec la bibliothèque d'apps iOS (lire : Tout ce qu’il faut savoir à propos des apps iOS sur les Mac Apple Silicon). Ce qui ouvre déjà pas mal de perspectives.

Mais pour ceux qui ont besoin de faire rouler des apps Windows sur Mac, il y a toujours les machines sous Intel qui sont disponibles et qui vont bénéficier de plusieurs longues années de support. « D'un point de vue logiciel, nous n'avons pas créé une nouvelle branche de macOS. Il n'y a pas une version M1 de macOS et une version différente pour Intel. Ce sont littéralement les mêmes installeurs. C'est la même branche. C'est le même système d'exploitation que nous construisons toutes les nuits. C'est un projet unique, et ça va continuer à être ainsi ».

macOS est un OS universel qui fonctionne sur les deux architectures. « Si vous avez un Mac Intel aujourd'hui, ou si vous en avez déjà un, vous continuerez à recevoir des mises à jour gratuites pendant les prochaines années », rassure Federighi.


  1. Certains diront « le bon côté » 😙.  ↩︎

avatar YetOneOtherGit | 

@KimoMac

"Manquait plus que ta statistique au doigt mouillé sortie de ton chapeau 🙄"

Nope 😎

Et désolé de te confronter à cette douloureuse réalité : ton nombril n’est pas le centre du monde.

Affolant de constater la difficulté qu’ont certains à accepter que leurs goûts et dégoûts n’ont strictement aucune portée universelle.

avatar KimoMac | 

@YetOneOtherGit

« Nope 😎 »

Ok, on attend toujours la source de ta statistique 🙄

Si il y a bien un nombril qui se prend pour le centre du monde ici, il est en face de l’écran sur lequel tu regardes ce commentaire.

avatar YetOneOtherGit | 

@KimoMac

"J’ai été bien content de pouvoir doubler la RAM de mon MBP 2011 a l’époque, en payant le juste prix et en la remplaçant très simplement par moi-même, tout comme de troquer le disque dur de 256GB pour un SSD de 1To, ainsi que de remplacer la batterie qui montrait des signes de fatigue au bout de 3 ans, et qui m’a permis de donner une nouvelle vie à mon MBP plutôt que de contribuer à la pollution environnementale en devant racheter une nouvelle machine, comme bon nombre de mes collègues et connaissances."

Comme je l’ai écrit c’est parfaitement légitime.

Mais contrairement à ce que tu imagines c’est très marginal.

Tu peux ne pas me croire, pas de soucis 😎

Mais élargir ses horizons au delà de son nombril est souvent très enrichissant pour comprendre la complexité du monde 😉

avatar KimoMac | 

@YetOneOtherGit

Je préfère croire mon expérience et celle de mes connaissances plutôt que celle d’un quidam sur internet qui pense avoir la science infuse et se prend pour le nombril du monde tout en reprochant cette attitude à ses interlocuteurs.

Allez, assez perdu de temps avec toi à lire tes sornettes. Bon weekend. 👋

avatar YetOneOtherGit | 

@KimoMac

"Je préfère croire mon expérience et celle de mes connaissances "

Énorme erreur que d’extrapoler une vision du monde de ce qui gravîtes autour de son nombril, c’est un biais connue et identifié depuis des lustres qui est la source de bien des inepties.

Je laisse donc te vautrer avec délectation dans cette source monumentale d’erreurs de jugements. 🙄

Grand bien te fasses 😎

avatar KimoMac | 

@YetOneOtherGit

« Énorme erreur que d’extrapoler une vision du monde de ce qui gravîtes autour de son nombril, c’est un biais connue et identifié depuis des lustres qui est la source de bien des inepties.

Je laisse donc te vautrer avec délectation dans cette source monumentale d’erreurs de jugements. 🙄

Grand bien te fasses 😎 »

Et je te laisse te vautrer avec dédain dans cette litanie monumentale d’erreurs d’orthographe.

Plutôt que de perdre ton temps à donner des pseudo leçons de vie sur internet, achète-toi un Bescherelle.

Grand bien te fasse.

avatar YetOneOtherGit | 

@KimoMac

"Et je te laisse te vautrer avec dédain dans cette litanie monumentale d’erreurs d’orthographe.

Plutôt que de perdre ton temps à donner des pseudo leçons de vie sur internet, achète-toi un Bescherelle.
"

Quand on a plus en main que l’Argumentum ad personam sur la dysorthographie comme moyen d’action on touche le fond de la vacuité intellectuelle 🤢

C’est vraiment surprenant cette capacité à réfuter des biais largement connus, identifiés et documentés. 😱

avatar YetOneOtherGit | 

@KimoMac

"Garder cette possibilité et cette liberté est loin d’être anodin pour la majorité des gens, ne t’en déplaise."

Cela ne me déplaît pas, mais c’est simplement absolument faux même cela te surprend d’imaginer que ce quinte semble évident pour toi et très loin d’être largement partagé 😎

avatar morpheusz63 | 

@KimoMac

L'informatique à changer…Apple à ouvert une nouvelle voie dans la manière d'utiliser les solutions logiciels. Est-ce qu'on auras encore besoin de toucher les entrailles du matériels.. pour un gains de puissance. Mais tous cette puissance pour faire quoi, on arrive à peine à utilisir toute les capacité faute de bon dev

avatar supermars | 

@KimoMac

« Perso, la seule chose qui me retient de passer tout mon hardware chez Apple, c’est surtout le côté tout soudé/hors de prix/non évolutif. »

Soudé = plus fiable, solide et rapide
Hors de prix -> non, car matos plus durable donc, in fine, le coût par mois est similaire, voire moindre (expérience dixit)
Non évolutif : il suffit de bien prévoir ses besoins en RAM etc. Un peu surdimensionner au début mais permet de durer dans le temps.

À cela s’ajoute l’ergonomie et l’esthétique du macOS, la force de l’écosystème, une flopée de logiciels vraiment sympas, la qualité du SAV et la valeur résiduelle intéressante lors de la revente.

avatar en chanson | 

@supermars

Valeur résiduelle de la revente? Ça tu oublies pour tous les mac Intel

avatar supermars | 

@en chanson

La question portait sur les nouveaux macs me semble-t-il (en vrai, je ne sais plus).
Mais je pense que même les macs Intel auront une valeur résiduelle, certes amoindrie, toujours intéressante. Pendant quelques années encore, il y aura des parents qui sont dans le monde de la pomme pour équiper leurs collégiens d’enfants d’un mac d’occasion pas cher à quelques centaines d’euros.

avatar KimoMac | 

@supermars

« Soudé plus fiable »

Hahaha. Le jour où tu es hors garantie/AppleCare (say, la 4e année...) et que un des composant lâche, (par exemple le SSD) c’est toute la machine qui part à la poubelle.

« Hors de prix -> non »

Ben si.

Surpayer l’option RAM ou SSD par un facteur X3 ou X4 a l’achat, c’est hors de prix et ça fausse totalement ton calcul de rentabilité au pire de mauvaise foi, au mieux hasardeux.

« Non évolutif: un suffit de prévoir »

Super. Tout le monde n’a pas ta boule de Crystal pour savoir que dans 3 ans telle mise à jour système, tel format de fichier ou telle application réclamera des quantités de RAM ou un stockage supérieur, ou tout le monde n’a tout simplement pas les moyens d’acheter d’entrée de jeu le MBP full options et préfèrerait upgrade avec le temps...

Bref, arrêtez de vouloir justifier l’injustifiable. Ça fait fanboy

avatar supermars | 

@KimoMac

« Soudé plus fiable »

Hahaha. Le jour où tu es hors garantie/AppleCare (say, la 4e année...) et que un des composant lâche, (par exemple le SSD) c’est toute la machine qui part à la poubelle.

-> Bah, non, on peut changer tout un ensemble. Parfois c’est cher (mais on repart avec l’ordi tout neuf), parfois Apple reconnaît gracieusement le problème hors garantie et là, c’est tout bénéf.

« Hors de prix -> non »

Ben si.

Surpayer l’option RAM ou SSD par un facteur X3 ou X4 a l’achat, c’est hors de prix et ça fausse totalement ton calcul de rentabilité au pire de mauvaise foi, au mieux hasardeux.

-> Bah, la mauvaise foi, c’est de prendre un seul composant de la machine qui est cher et d’en tirer une conclusion générale sur la totalité de la machine.

« Non évolutif: un suffit de prévoir »

Super. Tout le monde n’a pas ta boule de Crystal pour savoir que dans 3 ans telle mise à jour système, tel format de fichier ou telle application réclamera des quantités de RAM ou un stockage supérieur, ou tout le monde n’a tout simplement pas les moyens d’acheter d’entrée de jeu le MBP full options et préfèrerait upgrade avec le temps...

-> Bah, il ne faut pas confondre le prix du ticket d’entrée et le coût d’exploitation. Si le coût du ticket d’entrée est trop élevé, régulièrement apple fait un crédit à 0%

Bref, arrêtez de vouloir justifier l’injustifiable. Ça fait fanboy

-> Bah, arrêtez de me « citer » en tronquant mes écrits afin de mieux les déformer, et de mal analyser les situations et les coûts d’exploitation. Ça fait tellement hater.

Merci pour cet échange mais j’ai peur que sa poursuite ne soit stérile et polluante pour sûr ce fil.
Je vais donc m’arrêter là en vous laissant à vos certitudes. Bonne journée.

avatar YetOneOtherGit | 

@altifab

"quel est l'interêt de Microsoft à permettre à Apple de passer confortablement le cap de cette rupture technologique si ce n'est qu'à torpiller Windows"

D’une part la possibilité de faire tourner des exécutables Windows sur Mac n’est en rien une condition pour passer tranquillement cette rupture technologique, c’est absolument anecdotique et marginal.

D’autres part nous sommes à des années lumières de voir un jour MacOS menacer la domination de Windows.

Ce genre de vision radicale est manichéenne est assez incroyable je trouve 😳😳

En fait il y a de très forte chance que ce pb n’en soit nullement un aussi bien pour Apple que pour MS : un pb marginal sans réelle interêt business qui sera adressé par des tiers tel parallels 😎

avatar SimR69 | 

Les architectures ARM sont-elles vraiment compatibles entre elles ?
Est-ce qu’un Windows ARM conçu pour fonctionner sur une machine Qualcomm peut aussi fonctionner sur une machine Apple Silicon ?

avatar byte_order | 

Nope.
Y'a pas de "standard" architecturale ARM.
Y'a un jeu d'instruction ARM, et parler de l'Apple Silicom comme une puce ARM est un abus de langage : seul la partie CPU est ARM64, les autres parties du SoC sont propriétaires, ou du moins n'ont aucune vocation à être conforme à quelque standard d'interopérabilité que ce soit vu que seul Apple a le contrôle sur leurs intégrations.

Côté Intel, l'architecture dite "Intel" c'est bien plus que la seule compatibilité CPU au jeu d'instruction x86_64, c'est tout un ensemble de standards industriels qui constitue ce que l'on appele communément un ordinateur "compatible PC".

Y'a pas d'ordinateur "compatible ARM". Et si un jour y'en a un, cela m'étonnerait fort que cela soit dû à Apple.

NVidia, par contre...

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Côté Intel, l'architecture dite "Intel" c'est bien plus que la seule compatibilité CPU au jeu d'instruction x86_64, c'est tout un ensemble de standards industriels qui constitue ce que l'on appele communément un ordinateur "compatible PC"."

Exactement d’ailleurs il est même possible de faire des machines reposant sur des processeurs Intel x64 ne répondant pas à cette architecture.

Pour l’anecdote les stations SGI Visual Workstation 320 et 540 ne pouvait faire tourner qu’une version spécifique de Windows NT 4.0 (avec un Hardware Abstraction Layer dédiée ) et aucunes autre version de windows passé ou futur bien qu’utilisant des processeurs Intel on ne peut plus classique : ce n’était pas des machines compatibles PC

avatar Frodon | 

@SimR69

Windows 10 ARM fonctionne sur Raspberry Pi 3 et 4 a SoC Broadcom (Cortex-A72 pour le Pi4).
A mon avis il peut fonctionner sur n’importe quel SoC ARM64.

avatar YetOneOtherGit | 

@Frodon

"A mon avis il peut fonctionner sur n’importe quel SoC ARM64."

Nope : il ne tournerait pas sans portage sur les Mac ARM nativement et encore faudrait-il qu’Apple donne les bonnes informations à MS.

Une machine ce n’est pas que le jeu d’instruction du processeur.

W10 ARM tourne sur Raspberry, au prix de quelques acrobaties, car MS à utiliser des approches très courantes dans la conception de ses tablettes ARM et c’est appuyé sur des produits de fournisseurs tiers très standard.

L’architecture des machines ARM d’Apple est propriétaire à de nombreux niveaux elle.

avatar Frodon | 

@YetOneOtherGit

Je ne parle pas pour une exécution en natif. Même sur Raspberry Pi il y a des incompatibilités (manque de pilotes). Et je ne doute pas que certains bidouilleurs arrivent à lancer Windows on ARM sur Mac M1 jailbreakés (pour faire sauter la sécurité du bootloader) un jour, comme certains ont réussi à faire tourner Android nativement sur iPhone jailbreaké.
Mais le résultat sera évidement imparfait, comme,il l’est sur à Raspberry Pi.

Mais ce ne serait pas un problème de la partie CPU, Windows ARM fonctionne sur tous SoC supportant les jeux d’instructions ARM v8, et le SoC d’Apple l’implémente de façon parfaitement complète.

Je parle en virtualisation, Windows ARM fonctionnera sans sourciller pour peu que les éditeurs développent leurs VM Tools (Parallels Tools, VMWare Tools) pour cet OS. D’ailleurs Parallels a laissé entendre qu’ils bossaient au support de Windows ARM sans attendre que Microsoft propose une licence.
Et c’est à mon avis ce que veux dire Craig Federighi quand il dit que la balle est dans le camp de Microsoft. Il n’est pas question de le faire tourner en natif, mais dans des machines virtuelles.

En même temps, en dehors des puristes qui veulent la totalité des cœurs et de la RAM, l’intérêt du dual boot de nos jours est beaucoup moins important qu’il fut un temps. Les moteurs de VMs aujourd’hui offrant des performances comparables au natif aussi bien niveau CPU que GPU avec support des dernières versions des frameworks GPU (Direct X 11 et 12 pour Windows).

avatar raoolito | 

@Frodon

«  En même temps, en dehors des puristes qui veulent la totalité des cœurs et de la RAM, l’intérêt du dual boot de nos jours est beaucoup moins important qu’il fut un temps. »

absolument d’accord ! J’ajoute aussi que l’interet d’un windowsARM peut etre débatu. Je ne vais pas dire que c’est la foret vierge mais on aura dors et deja plus d’app qui seront pretes dans 6mois pour macosARM que pour windows ARM apres plus d’un année..

avatar YetOneOtherGit | 

@SimR69

"Les architectures ARM sont-elles vraiment compatibles entre elles ?"

Une machine ce n’est pas qu’une ISA (Le jeu d’instruction) et le processeur.

MacOS ARM ne peut tourner que sur un système Apple même s’il y a de nombreuses autres systèmes supportant l’intégralité des instructions qui sont dans les executables pour MacOS

Pour prendre un exemple ancien, du temps où les Mac tournaient sur des CPU Motorola de la famille 68K, il y avait des pléthores de machines basées sur cette même famille de processeur et il n’était pas pour autant possible d’y faire tourner le système d’exploitation des Mac ainsi que les applications.

Les premières stations de travail Sun ou Silicon Graphics, les Atari ST et les Amiga ne pouvaient pas faire tourner des programmes dont pourtant pas une seule instruction de bas niveau n’était supportée par le processeur.

En bref : le CPU et son jeu d’instruction ne sont qu’une petite part de l’équation.

avatar pocketalex | 

@YetOneOtherGit

Oui et non

En l'état, un Atari ST était parfaitement incapable de faire tourner MacOS pour les raisons que vous évoquez

Mais... il suffisait une petite carte qui apporte ce qu'il faut niveau hard pour que la magie opère. Cette carte a existé, elle s'appelait la Spectre GTR et offrait même des performance supérieurs de 20% au MacPlus, ainsi qu'un écran plus grand (si on utilisait l'écran N&B d'Atari)

avatar YetOneOtherGit | 

@pocketalex

"Mais... il suffisait une petite carte qui apporte ce qu'il faut niveau hard pour que la magie opère. Cette carte a existé, elle s'appelait la Spectre GTR et offrait même des performance supérieurs de 20% au MacPlus, ainsi qu'un écran plus grand (si on utilisait l'écran N&B d'Atari)"

J’ai connu, mais cette remarquable bidouille ne change rien à mon propos.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR