RGPD : comment Bruxelles et la CNIL précarisent le web

Christophe Laporte |

En voulant protéger les données personnelles des internautes, l'Union européenne et la CNIL remettent en cause le principal pan de l'économie du web. Si l'objectif est on ne peut plus louable, les moyens pour y arriver risquent de faire des victimes collatérales. Ces perdants du RGPD ne seront sûrement pas les multinationales publicitaires… On fait le tour de cette problématique qui affecte aussi directement MacGeneration.

L’Union européenne a toujours eu une passion pour les cookies. Cela a commencé en 2009 avec la directive 2009/136/CE incluse dans ce qui était appelé à l’époque le « Paquet Télécom ». Celle-ci visait à renforcer l’obligation d’information des internautes sur l'utilisation de leurs données personnelles (par le biais des cookies) et à réformer leur prise de consentement. Cette directive fut transposée dans le droit français en 2011, mais elle n’a eu des conséquences dans la vie des internautes qu’à partir de 2013, au moment où la CNIL a expliqué comment mettre ces nouvelles dispositions en application et a promis des contrôles réguliers.

Conséquence pour les internautes : l’apparition systématique d’un message informatif un rien lassant, qui aux yeux de certains polluaient autant l’espace que les bannières publicitaires. Mais c’était un premier pas vers une prise de conscience plus importante concernant les enjeux des données privées aussi bien de la part des internautes que des législateurs.

Les premiers bandeaux cookies

Avant d’aller plus loin dans ce rapide historique, je me permets d’insister sur le fait que c’est une excellente chose que les internautes puissent avoir le contrôle sur les données qu’ils diffusent volontairement ou non sur le réseau.

Dans l'enfer des cookies…

Mais le vrai big-bang a eu lieu avec le fameux règlement général sur la protection des données (RGPD) en 2018. Le RGPD poursuit au moins deux objectifs : le premier consiste à accroitre la protection des personnes concernées par un traitement de leurs données à caractère personnel. Le second, au moins aussi ambitieux que le premier, est de responsabiliser les acteurs de ce traitement. Hasard du calendrier, l'adoption de la loi adaptant le droit français au RGPD est intervenue quelques semaines après le scandale Cambridge Analytica.

Depuis sa mise en oeuvre, le RGPD a permis entre autres aux internautes de savoir précisément quelles données sont collectées par tel ou tel service, d’avoir accès à toutes les données personnelles que possèdent un service sur eux, ou encore de faire effacer rapidement leurs données.

Dans la vie de tous les jours, la mise en place du RGPD a eu une conséquence peut-être plus fâcheuse pour les internautes : l’apparition quasi constante d’une nouvelle fenêtre — bien plus grande que l'ancien bandeau dédié aux cookies — lors du chargement d’un nouveau site demandant en quelque sorte la politique à appliquer en matière de données personnelles. Cette fenêtre appelée CMP (pour Consent Management Platform ou en bon français Plateforme de gestion du consentement) est devenue le nouveau tue-l’amour du web.

Une CMP qu'on ne peut pas rater

Se voulant simples, elles sont en fait souvent complexes et accompagnées d’un verbiage aussi clair que n’importe quel contrat de licence utilisateur d’un produit informatique. Pire, elles sont bêtes. Vous refusez que l’on stocke la moindre chose sur vous et vous vous énervez que cette CMP s’affiche systématiquement ? C’est normal, on a le droit de ne rien savoir sur vous, donc le système tente sa chance à chaque fois, des fois que… Et puis, il y a aussi ce chevalier blanc de Safari qui, au nom de votre vie privée, se décide soudainement d’effacer quelques cookies, dont celui de la CMP, qui réapparaitra donc lors de votre prochain passage.

Pour en finir avec ce court historique, le 1er avril a marqué une nouvelle étape dans l’histoire du RGPD en France qui a mis le feu aux poudres, tout particulièrement pour les sites vivants de la publicité. Depuis le début du mois, il doit être aussi facile pour l'utilisateur de refuser les cookies que de les accepter. Cette obligation ne date pas d’hier à vrai dire, mais c’est à compter de cette date que la CNIL a annoncé son intention de s’attaquer au portefeuille des éditeurs récalcitrants.

Là où l’internaute avait souvent le choix dans la CMP entre donner son consentement ou le personnaliser, maintenant il peut — si le site est en conformité avec la loi — refuser en un clic tous les cookies, à l’exception de certains dispositifs sous conditions comme la mesure d’audience.

Les recommandations d'application du RGPD de la CNIL sont plus strictes que dans les autres pays européens à l'heure actuelle. Si vous naviguez sur des sites italien, allemand, espagnol, belge ou encore néerlandais, vous verrez qu'il n’y a pas (encore) de bouton « tout refuser » aussi en avant que le bouton « tout accepter ». Bien que plus strictes qu'ailleurs, les recommandations de la CNIL ne font que suivre la lettre et l'esprit du RGPD. Autrement dit, la France a pris de l'avance sur ses voisins.

L’application du RGPD quoi qu’il en coûte !

Que signifie concrètement le fait d’appuyer sur le bouton « Tout refuser » ? Dans l’état actuel des choses, l'industrie publicitaire ne sait pas travailler sans cookies. Il n’y a pas de véritable alternative à ce jour. Appuyez sur « Tout refuser », et vous aurez un site quasiment comme si vous aviez installé un bloqueur de publicité.

Cela revient de fait, pour le moment, à rendre inopérants les serveurs de publicité aussi bien pour des opérations de base, comme faire en sorte que vous ne voyiez pas en permanence la même pub (de manière à ce qu’elle soit le plus efficace possible, ce que l’on appelle le capping), que pour vous afficher des publicités de vélo parce que Google ou Facebook a bien compris que vous étiez intéressé par le sujet.

On peut très bien être contre la publicité — certains membres influents de l’équipe de développement de Safari ne s’en cachent pas —, mais il convient de réfléchir aux conséquences. En l'état, le nombre de refus augmente mécaniquement et de nombreux sites web vont connaitre une baisse importante de chiffre d’affaires.

Tim Cook a beau jeu de dire que la publicité numérique va continuer de prospérer. Les différents mécanismes mis en place pour bloquer le tracking dans Safari ont eu des conséquences importantes. Un utilisateur sous Chrome rapporte 60 % plus qu’un utilisateur sous Safari… Et dans le monde de la publicité mobile, le nouvel encadrement du suivi d’iOS 14.5 va faire encore baisser les rentrées publicitaires. Au passage, Apple fait quand même preuve d’un sacré cynisme. Alors que son nouveau système pénalise de nombreuses régies publicitaires, elle profite de l’occasion pour introduire un nouveau format d'annonces dans l’App Store. Nul doute que les régulateurs apprécieront cette étrange coïncidence.

Heureusement, les choses ne sont pas figées. Google a fait part de son intention de mettre fin à l’utilisation des cookies tiers dans son navigateur en 2022. Les technologies vont évoluer et il sera, j’imagine, possible à terme de proposer aux internautes des publicités à la fois pertinentes et plus respectueuses de la vie privée. Mais la France a mis le doigt dans un engrenage alors que personne n’est prêt… Pourquoi vouloir passer à la vitesse supérieure alors que l’on ne dispose pas d’autres outils technologiques qui permettent aux éditeurs de travailler et d’avoir des solutions compatibles RGPD tout en conservant un certain niveau de rentabilité ?

À qui profite vraiment la situation ?

C’est tout le problème de cette affaire… Cela pose des questions de fond qui ne sont sans doute pas assez mises en avant sur la place publique. L’Europe est en pointe en matière de protection des données. On l’a dit et on le répète, c’est une très bonne chose. Mais l’est-elle philosophiquement ou parce que le « crime » profite à des sociétés étrangères ? Serait-elle si agressive si Google et Facebook étaient des sociétés basées à Bruxelles, Munich ou Paris ?

La question en va de même d’ailleurs pour Apple. Pour Tim Cook, la question de la vie privée est quasiment inscrite dans les gènes d’Apple. Est-ce réellement le cas ? Ou est-ce une manière d’affaiblir des concurrents comme Facebook ou Google ? Rendre le web moins rentable ou plaisant n’est-il pas une façon pour Cupertino de renforcer son modèle applicatif et sa poule aux oeufs d’or qu’est l’App Store ? Faut-il oublier qu’Apple a essayé de se lancer sans succès sur le juteux marché publicitaire de la publicité mobile avant de se faire le chantre de la vie privée ?

iAd a été présenté par Steve Jobs en 2010. Image Apple / MacGeneration

Le rôle de Google est également questionnable. Comment se fait-il que le numéro 1 de la publicité sur internet traîne tant à s’adapter d’une manière ou d’une autre à la législation européenne ? Est-ce une volonté de pourrir la situation dans son bras de fer avec Bruxelles ? FloC, la solution en gestation de Google soi-disant plus respectueuse de la vie privée et qui fait polémique, n’est pas à l’heure actuelle compatible avec le RGPD.

Je lis souvent dans les commentaires des réactions du type « c’est bien fait pour ces publicitaires, ils l’ont bien cherché ». Mais d’expérience, il y a fort à parier que les entreprises qui parviennent à se tirer le mieux de ce mauvais pas, ce sont les Google et autres Facebook. Ce sont ces entreprises qui possèdent le plus de data sur les internautes, qui disposent des plateformes les plus puissantes (qui leur permettent de collecter ces data et de tracer les internautes sans cookies) et qui emploient à la fois les meilleurs développeurs et les meilleurs avocats.

Si l’ambition de la Commission européenne derrière ces décisions est de tenter d’affaiblir les GAFA, c’est sans doute un combat perdu d’avance… Quand Apple a commencé fin 2017 à s’attaquer de manière frontale aux traqueurs, quelle société a le plus pâti de ces changements ? Criteo, la société française spécialiste dans le domaine, ou Alphabet (Google), le champion de la publicité en ligne ? Une simple étude des cours de bourse permet d'avoir la réponse.

La courbe qui monte représente la progression de l'action Google ces cinq dernières années. En consultant celle en dessous de Criteo, on peut dater précisément le début des ennuis pour la société française.

L’encadrement du pistage dans iOS 14.5 pourrait aboutir au même résultat. Parti en guerre contre ce dispositif, Mark Zuckerberg a fait plus ou moins volte-face. Non, il n’a pas changé d’avis sur le fond de l’affaire, mais il pense finalement que la mise en place de ce mécanisme pourrait finalement rendre service à son groupe.

À la fin, ce sont les éditeurs de sites qui vont pâtir de tout cela et par extension ce sont aussi les internautes qui vont payer les pots cassés : ils ne seront sans doute pas ravis de voir le web se transformer chaque jour un peu plus en super péage. La transformation a déjà commencé : de plus en plus de médias comptent partiellement ou exclusivement sur les abonnements alors que le marché publicitaire devient toujours plus un terrain miné. Après le ras-le-bol de la pub, c'est le ras-le-bol des abonnements qui guette les internautes, et ça, un bloqueur de pub ne peut rien y faire.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, Google est clairement hors-la-loi, car il ne permet pas de refuser simplement la collecte de données !

Comment rétablir la confiance entre les internautes et les sites ?

Pendant des années, les internautes étaient dépendants des sites — en fait surtout des régies publicitaires — en matière de traitement des données personnelles. Ils n’avaient pas conscience de l’importance de leurs données et aucun outil pour les gérer.

On est arrivé à une situation diamétralement opposée. Même les outils de base pour permettre le bon fonctionnement de la publicité en ligne ne marchent pas dans le cadre du RGPD. La mise en place de ces nouveaux mécanismes est synonyme de perte de revenus pour les éditeurs, sans parler du coût d'installation et de maintenance qui n’est pas négligeable. Et si le RGPD a permis aux internautes de prendre conscience de l’importance de ces données, il a également instauré chez certains un sentiment de paranoïa, que les interfaces boiteuses des CMP n’ont fait que renforcer.

Alors que faire pour à la fois concilier une meilleure protection des données personnelles avec une publicité de qualité qui soit rentable pour les médias qui la diffusent ? Il y a deux idées que l’on aimerait mettre en avant.

- Pour une CMP unique et centralisée dans le navigateur

La mise en place de certains dispositifs liés au RGPD a couté à une petite société comme MacGeneration plusieurs dizaines de milliers d’euros, si l’on prend en compte le temps passé à :

  • appréhender le RGPD, comprendre les enjeux, se former, demander des conseils …
  • adapter nos applicatifs à la législation, s’assurer que les mécanismes mis en place fonctionnent comme ils doivent, tester les différentes CMP (dont beaucoup ont la particularité de mal fonctionner avec Safari), mettre en place de nouvelles procédures…

Au fil des mois, le RGPD est devenu en interne un sujet récurrent et surtout chronophage. Et des dizaines de milliers d’entreprises auraient sans doute gagné du temps et de l’argent si ce sujet avait été traité de manière plus centralisée.

Alors que Firefox et Safari consacrent une part importante de leurs préférences et réglages à la vie privée, pourquoi n’intègrent-ils pas une interface où chaque internaute pourrait gérer ses préférences en matière de vie privée une fois pour toutes ? Le tout dans une interface simple, claire et pédagogique ?

On pourrait très bien imaginer les réglages RGPD dans Confidentialité par exemple !

Lorsque l’utilisateur se connecterait à un site, il expliciterait ainsi clairement les informations qu’il est prêt ou non à divulguer au site. C’est moins de travail pour les éditeurs, et pour les internautes c’est la fin du clic clic à chaque fois qu’ils se rendent sur un nouveau site. Voilà ce qu’aurait dû faire Apple si elle avait voulu montrer qu’elle peut apporter des solutions dans ce domaine. Et sinon voilà ce que Bruxelles aurait dû imposer aux éditeurs de navigateurs web.

- Redonner à l’internaute le contrôle et l’usage de ses données

Depuis le début de cet article, nous n’avons de cesse d’expliquer que nos données ont une valeur. Jusqu’à présent, les Big Tech trouvaient un moyen de capturer vos données et de les exploiter en vous donnant accès à un service. Mais le deal tacite n’est pas juste. Ces plates-formes tirent de vos données une valeur bien plus importante que le service fourni.

Dès lors, pourquoi ne pas mettre un prix derrière celles-ci ? C’est l’idée soutenue depuis plusieurs années déjà par le think tank Generation Libre. Facebook est intéressé par vos données personnelles, alors vous décidez de « confier » les données dont vous autorisez l'exploitation et outre l’accès à ce service, Facebook vous paie. À l’inverse, vous ne voulez confier aucune donnée, c’est possible, mais dans ce cas, vous payez pour utiliser ce service…

Pour Génération Libre, la mise en place d’un tel mécanisme permettrait également de résoudre en partie le problème de la taxation des GAFA à l’échelle européenne. La vente des données serait assujettie à la TVA…

Des médias prêts à tout pour garder leurs cookies

Mais revenons maintenant à des choses plus terre à terre. Depuis le 1er avril, beaucoup de sites se sont mis en conformité avec les demandes de la CNIL. Certains ont expérimenté des approches « originales ». Sur ZDNet, pendant quelques jours, si vous cliquiez sur le bouton « Tout refuser », le site n’affichait plus les articles en entier et vous demandait de vous inscrire.

Plusieurs sites du groupe Webedia adoptent encore aujourd'hui une stratégie assez cavalière. Allociné vous demande de choisir entre une formule gratuite avec cookies et une formule sans cookies à 2 € par mois (avec de la publicité non ciblée !). Un message que l’internaute non averti aura bien du mal à appréhender. Même topo sur jeuxvideo.com.

Envie de cuisiner autre chose que des cookies ? Marmiton vous invitera aussi à vous abonner un mois pour trouver la recette de vos rêves. Pour beaucoup, c’est la goutte qui fait déborder le vase. Dans un secteur où les marges sont faibles et où les bloqueurs de publicité ont déjà fait pas mal de dégâts, cela met inévitablement des sites en position délicate.

Quel impact pour MacGeneration ?

À notre petit niveau, nous avons également pu mesurer les répercussions de ce changement. En fonction des sites, le taux de consentement a chuté en moyenne de 15 à 20 %. Dit autrement, le chiffre d’affaires généré par Google sur nos sites connait une baisse à deux chiffres à peu près du même ordre. On ne vous cache pas que c’est un rien démoralisant. Mais le web est fait de défis, et nous ferons tout pour les relever.

Chaque jour, on se rend compte de la bonne idée que nous avons eu de lancer notre abonnement le Club iGen. Elle permet de régler toutes ces affaires de vie privée (notre site ClubiGen.fr est dépourvu de publicité et de traqueurs) et de nous centrer sur ce qui compte le plus, à savoir proposer le meilleur contenu possible. Jusqu’à présent, cela nous a plutôt réussi puisque vous êtes plus de 6 700 à nous suivre et nous vous en remercions… Alors si vous aimez notre travail et que vous n’avez pas rejoint encore le Club, c’est le moment !

Malgré tout, nous restons dépendants de la publicité. Et surtout, nous avons toujours envie de proposer « gratuitement » une partie de notre contenu. Mais est-ce qu'à terme cette réglementation ne va pas contrecarrer cette envie ? Est-ce qu’inconsciemment on va faire bouger le curseur entre contenu gratuit et contenu payant ? On n’en sait rien à vrai dire… Mais si la monétisation d’un article baisse fortement, il nous faudra avoir une profonde réflexion sur notre offre.

Si nous avons décidé de publier ce billet, c’est parce que quelque part on a l’impression de vivre une énorme injustice. D’autre part, parce que c’est un sujet relativement tabou dans les médias. Encore une fois, il est plus aisé de taper sur les Big Tech que d’expliquer une situation où les tenants et les aboutissants sont nombreux. Bref, si on l’a fait, c’est aussi pour que vous soyez tous au courant du contexte global et que vous agissiez en connaissance de cause lorsque vous croisez une CMP, que ce soit sur l’un de nos sites ou ailleurs sur le web.

Parce que beaucoup nous le demandent, nous publierons prochainement un article expliquant les différents changements que nous avons effectués ces derniers mois en matière de RGPD. Le web, tel que nous l’avons connu, avec ses qualités et ses défauts, est en danger. Le tout gratuit est peut-être en train de disparaitre, pour le meilleur et pour le pire…


avatar 666 | 

@morpheusz63

Et sans méchanceté c’est du copier coller des articles 9to5mac et cie, avec quelques heures de retard.. regardez leur Twitter 😶
Au pire si ça devient tout payant ici, on ne perdra pas grand chose si ce n’est parfois certains longs articles bien détaillés

avatar vicento | 

@666

❇️ Même si c’était le cas, comptez le temps que ça prend de faire une sélection d’article, les traduire correctement (même avec l’aide de Deepl ça reste chronophage) les mettre en forme, les illustrer puis les publier. Tout cela prend énormément de temps et génère de la valeur. Il est normal que cela ai un prix.

avatar Florian Innocente | 

Certains sites — 9to5mac en fait partie — auront du contenu propre, parce qu'ils auront déniché un truc (et ils sont bons à ça), mais aussi parce que des éditeurs/fabricants les auront contactés directement (les acteurs de l'écosystème Apple sont quand même, dans leur ensemble d'origine US, et ils s'adresse d'abord à des sites US) ou parce que, décalage horaire aidant, ils auront reçu les CP avant les autres.

Il y a un rédacteur en particulier chez 9to5mac qui n'est pas mauvais pour faire de gros copier coller du contenu de communiqués de presse et publier dans la foulée. Il n'a pas à traduire, juste faire des C&C. Et je ne le lui reproche même pas, quand Pixelmator ou Parallels annoncent de futures mise à jour, il n'y a pas à en faire 3 pages.

Mais tu peux aussi traiter la même info qu'eux, différemment, en la recontextutalisant, en apportant d'autres choses. Parfois c'est possible, parfois non car il n'y a pas grand chose de plus à dire.

Mais il n'y a rien de surprenant à ça, le correspondant du Monde à Washington fait ses articles mais il s'appuie certainement aussi sur le contenu des médias US qui ont leurs entrées dans les allées du pouvoir. Et inversement pour le journaliste du NYT basé à Paris : il lira le Monde, Libz ou le Canard. De même que si tu regardes d'un peu plus près la signature des articles dans la presse française, beaucoup sont de l'AFP et pas de la publication elle-même.

avatar koko256 | 

"Dans l’état actuel des choses, l'industrie publicitaire ne sait pas travailler sans cookies. Il n’y a pas de véritable alternative à ce jour. Appuyer sur « Tout refuser », et vous aurez un site quasiment comme si vous aviez installé un bloqueur de publicité."
On y vient. L'industrie de la pub, plutôt que de bosser, préfère laisser des algorithmes faire des profils et choisir la pub à nous envoyer. À se demander comment faisait la presse écrite avant...
J'ai une proposition assez simple : que la régie publicitaire regarde le public du site et propose de la pub en conséquence. Y a-t-il besoin de profil sur macg ? Non. Des pub sur les gadgets électroniques et les produits Mac ou Android. Y a-t-il besoin de profil sur jeuxvideo.com ou millenium.gg ? Non de la pub pour des jeux PC, console (selon la page), des accessoires. Évidemment cela demande au éditeur du site de tagger la page console ou PC (surprise... il le font déjà les pages ont déjà des tags). Marmiton ? Des pubs pour des bouquins de cuisine, des produits de cuisine ?
Mais voilà, comme le site l'explique bien, les régies de pub s'en mettent plein les poches et ne faisant que de l'IT qui permet d'être très efficace, un passage à l'échelle mondiale simple, et d'écraser la concurrence.
Mon conseil aux site : arrêtez de nous engueuler (je ne vais plus sur mgg ou jvc suite à leur bannière ou rarement je vire la bannière à coup d'"inspecter l'élément"), regroupez-vous et faites pression pour qu'ils vous filent de la pub ciblée sur ce dont parle le site sans flicage (ou créez un régie, ce coup de pied dans le modèle Goggle est l'occasion de faire quelque chose, Google a détrôné Altavista en quelques mois après tout). Et ils peuvent aussi le faire à coup d'IA et de sondage sur l'impact des pubs. Et qu'ils généralisent les offres d'abonnement mais sans pub voire l'appel aux dons (comme Wikipedia). En tout cas je ne céderai pas et je me passerai des site avec suivi obligatoire sans possibilité d'abonnement.

avatar YetOneOtherGit | 

@koko256

#yakafokon 😉

avatar fkdev | 

@koko256

Je suis un d’accord.
La TV a vécu des années avec des pubs non ciblées. Le type de contenu devrait suffire.
Le problème d’internet ce n’est pas la gratuité mais le manque de déontologie.
Jamais les éditeurs, ni les annonceurs d’ailleurs, n’auraient dû accepter le ciblage.
L’idée de centraliser le RGPD dans le navigateur est bonne. D’ailleurs si on doit vivre avec le ciblage, pourquoi ne pas laisser au Browser la responsabilité de construire un profil anonyme, combiné avec un système de VPN pour cacher l’IP.

avatar koko256 | 

@fkdev

Oui. Je suis persuadé que si les autorités ne cèdent pas, les régies vont trouver une solution (Google cherche puisqu'il propose déjà quelque chose même si leur réputation nous pousse à la méfiance). Malheureusement, la solution sera probablement américaine. Il n'y a qu'à voir les réactions "c'est impossible" des commentaires des consultants IT.

avatar Lucas | 

@koko256

Très bonnes idées !

avatar Tech | 

« Pour pouvoir bénéficier du contenu d’un site comme allo ciné il faut accepter les cookies ou payer 2 euros »

Oui, j’utilise un VPN et j’accepte les cookies. Je ne serais pas envahi par la publicité et mes données seront en sécurité.

avatar bibi81 | 

Oui, j’utilise un VPN et j’accepte les cookies. Je ne serais pas envahi par la publicité et mes données seront en sécurité.

Bah non, le principe des cookies c'est de mettre l'information sur ton ordinateur, le VPN ne sert à rien dans ce cas !

avatar Brice21 | 

@Tech

"Oui, j’utilise un VPN et j’accepte les cookies. Je ne serais pas envahi par la publicité et mes données seront en sécurité."

Tu ferais mieux d’utiliser un adblocker ou un DNS qui bloque les publicités car ton VPN ne sert à rien.

avatar Kaserskin | 

Commencez par mettre un abonnement à prix décent (20€/an) et là vous n’aurez plus à pleurer sur le CA pub. 50€/an est indécent et complètement contre productif pour vous, vous seriez bien plus a l’abri financièrement avec votre 30-40.000 abo à 20€ que maintenant..

avatar morpheusz63 | 

@Kaserskin

Tu y vas un peu fort mais ta pas tord, j'espère que le prix apte étudier avant de le mettre en place. Maisc'est vrai que si le contenu ne suit pas avec l'abo cela fait cher pour 50€ par an.
Je l'ai cette abo, et franchement j'espère qu'il vont continuer à l'améliorer en contenu pour valoir les 50. Il y a peut être le business plan à revoir.
Un exemple l'affaire Shadow, pourquoi Macge n'a pas fait un podcast audio ou plusieurs articles pour faire intervenir tout les protagonistes de cette affaires?,tout ce qu'on a eu c'est des liens redirigeant vers d'autres articles, c'est grâce à lien d'un lecteur que j'ai pu me faire un avis généraliste..

avatar Lucas | 

@Kaserskin

Indécent ? Ou le minimum pour vivre dignement ? Il y a déjà un abonnement à 20€ pour les personnes aux faibles ressources (d’ailleurs merci beaucoup MacG !) en montrant qu’on est étudiant boursier ou chômeur, et pour les autres le prix de 50€ a dû être mûrement réfléchi pour à la fois permettre aux journalistes de survivre et aux lecteurs de l’accepter ! C’est moins de 5€ par mois, franchement faut faire un effort de compréhension et regarder plus loin que le bout de son nez !

avatar Kaserskin | 

@Lu Canneberges

Justement ils gagneraient largement plus avec un abo à 20€, qui pour les économistes en herbe s’approche de l’optimum de pareto pour avoir le meilleur rendement. Oui le contenu est top, c’est pas le problème. A une époque où l’on est assailli d’abonnements pour tout, 50€/an pour les articles premium d’un site web c’est trop je trouve, meme pour un actif. Là ils ont que les 6-7000 fans d’Apple, avec 20€ ils auraient des cercles bcp plus larges

avatar Vanton | 

@Kaserskin

Pas si certain… Le site avait une formule sans pub avant, qui était bien moins chère que l’abonnement actuel. Il faudraient retrouver le nombre d’abonnés (si tant est qu’ils l’aient communiqué un jour) mais il n’est pas exclu qu’il ait à peine été supérieur malgré le prix plus faible.

Les gens prêts à payer ne sont pas si nombreux que ça, à mon avis…

avatar quetzal | 

@Kaserskin

Tout à fait d’accord avec l’abonnement à 20€ par an. Je suis travailleur indépendant, donc jamais au chômage, et pourtant précaire et ne gagnant pas beaucoup plus que le salaire median, une fois les charges payés. Je ne suis pas assez technophile pour lire assez et payer un abonnement à 50€ sûr MacG. Mais à 20€ sans conditions de ressources, ce serait jouable, et je pense pour beaucoup aussi.

avatar Lucas | 

@Kaserskin

Alors peut-être un abonnement à 20€ pour avoir accès au site sans pub, et un supplément de 10 à 30€ pour les articles du Club, le podcast et d’autres exclusivités à inventer ?

avatar Jacti | 

@Lucas : même à 5 € par mois c'est beaucoup trop cher. Si je devais payer 5 €/mois pour chaque site que je consulte régulièrement, je serais ruiné (environ 1000 sites/mois donc 5 000 €/mois !). Je fais de la veille technologique très étendue. Le problème c'est l'introduction des marchands dans le temple. On savait que ça allait finir comme ça dès leur introduction dans Internet qui, au départ, a été fait pour des échanges entre chercheurs. J'utilisais, au début, intensivement les newsgroups qui ont quasiment disparus gangrénés par les alt.binaries. machinchose. C'étaient de vrais échanges sur les hiérarchies fr.comp ou comp, par exemple. Maintenant le plus grand n'importe quoi règne un peu partout car tout le monde se mêle de tout sans aucune réelle connaissance des sujets. Heureusement, les sites que je fréquente le plus sont des sites universitaires qui ne sont pas encombrés par la pub. De toute façon, j'utilise un bloqueur de publicité partout et je n'utilise pas les sites qui demandent à ce que je le dévérouille pour la moindre information.

avatar Derw | 

@Kaserskin

J’en doute. A mon avis, au gros doigt mouillé, avec un abo à 20€, MacG passerait de 7000 abonnés à 10 ou 12 000… ce qui financièrement serait un échec. Après, le seul moyen de vérifier cette assertion serait de le faire… Mais avant ça, il y a les études de marché (avec leurs erreurs) et je suppose que MacG a fait la sienne avant de choisir son abonnement. Après, peut-être qu’un abonnement non premium (juste pas de pub) à 20€ serait une bonne idée ?

avatar Christophe Laporte | 

@Derw

Avant le lancement du club macg, on avait une offre de soutien à moins de 20 €. On plafonnait à 1500 abonnés environ. Et je me souviens que certains trouvaient déjà l’offre à 17,99 € trop chère et attendaient avec impatience la promo à 10 €.

Quand on a lancé le club, on a décidé de retourner la logique. On propose une offre qui d’ailleurs n’est pas hyper chère par rapport à ce que font d’autres médias, mais on fait tout pour la rendre la plus intéréssante et attractive possible. C’est notre pari.

avatar John McClane | 

J’utilise le filtre « I don’t care about cookies » avec AdGuard, très pratique pour éviter les messages sur les cookies.
Et Hush pour les bannières RGPD.

avatar armandgz123 | 

@John McClane

Hush rend plusieurs sites inutilisables chez moi

avatar John McClane | 

@armandgz123

Ah ? Je n’ai jamais remarqué quoi que ce soit. Quels sites par exemple ?

avatar armandgz123 | 

@John McClane

Ça fait longtemps que je ne l’ai plus, de mémoire le site de Peugeot, compilato, le site de ma fac. Le site attendait que je clique sur la bannière qui était justement cachée par Hush, donc j’étais bloqué.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR