iMac Retina : prise en main du modèle à 4 GHz

Nicolas Furno |

Un deuxième iMac Retina est arrivé à la rédaction. Après le modèle d’entrée de gamme, que nous avons pris en main cette semaine (lire : Prise en main de l’iMac Retina 5K), c’est un modèle haut de gamme que nous pouvons commencer à tester maintenant. Derrière son écran Retina toujours aussi défini, un Core i7 avec quatre cœurs à 4 GHz (une première pour le tout-en-un d’Apple) et la carte graphique haut-de-gamme, la Radeon R9 M295X avec 4 Go de mémoire dédiée.

Les deux iMac Retina — Cliquer pour agrandir

Pour faciliter les comparaisons, nous n’avons changé que le processeur et la carte graphique et nous avons conservé les autres composants égaux par ailleurs. On reste ainsi sur les 8 Go de mémoire vive par défaut — Apple facture très cher la RAM supplémentaire de toute manière — et sur le Fusion Drive de 1 To. Rappelons que vous pouvez aussi, pour le même prix, choisir plutôt 256 Go de SSD.

En tout, cette configuration coûte 3099 € tout de même et la question qui se pose naturellement est de savoir si le surcoût par rapport à l’iMac Retina de base est mérité. Sans donner de conclusion définitive à ce sujet — il faudra attendre notre test complet pour cela —, voici quelques benchs rapides pour avoir une première idée sur les performances du processeur et de la carte graphique.

A droite l'affichage sur "Optimal Retina" (2560x1440) et à gauche sur "Plus d'espace" (3200x1800) — Cliquer pour agrandir

Processeur

Pour améliorer son iMac Retina, la première des deux options que l’on peut choisir concerne le processeur. Au lieu du modèle par défaut — un Core i5 quadricœur à 3,5 GHz —, on peut opter pour le plus puissant d'Intel pour certaines tâches à l’heure actuelle, rien de moins. Moyennant 250 € de plus, Apple peut installer un Core i7, également un quad-core, mais cette fois à 4 GHz et qui peut même monter à 4,4 GHz en cas de besoin. Autre avantage sur le Core i5 Quad, cet i7 gère l'Hyperthreading et peut faire fonctionner jusqu'à 8 coeurs au lieu de quatre maximum pour son cousin. Est-ce que cette débauche de puissance est nécessaire ?

Deux iMac Retina : le minimum pour travailler correctement !

Il est encore trop tôt pour répondre à cette question et on ne pourra de toute manière pas apporter de réponse définitive, tant cela dépend de votre utilisation et de vos besoins. Précisons d’emblée que ce processeur excelle pour les tâches intenses et brèves, en particulier pour celles qui se font avec un seul cœur. Cela tombe bien, ce sont les plus courantes : à moins de passer vos journées sur des photos ou des vidéos, ou à traiter de l’audio, vous utilisez probablement des logiciels qui sont pas optimisés, ou qui sont mal optimisés pour le multicore.

Dans ce cas, ce processeur est ce qui se fait de mieux aujourd’hui, mieux même que le plus puissant des Mac Pro (lire : L’iMac Retina sera plus rapide que le Mac Pro dans certains cas). Ça, c’est la théorie. En pratique, le Mac Pro reprend vite l’avantage, notamment sur la longueur : ces ordinateurs sont conçus pour fonctionner à plein régime longtemps, là où le tout-en-un d’Apple est plutôt fait pour donner beaucoup de puissance, mais peu de temps.

On reviendra plus longuement sur ces questions dans notre test, mais en attendant, on peut indiquer que le Core i7 est un processeur très impressionnant. Geekbench, logiciel de bench spécialisé dans le processeur, n’est pas le meilleur pour montrer l’écart entre les deux pourtant. Certes, en multi-core, le Core i7 creuse l’écart avec le Core i5, mais ce dernier se défend encore très bien d’après ces mesures.

L’iMac Retina avec le Core i7 (en rouge) est plus puissant avec un seul cœur, mais il marque surtout la différence quand tous les cœurs sont utilisés.

Cinebench mesure lui aussi la puissance du processeur et cette fois, l’écart se creuse plus. Quand on ajoute la génération précédente — celle qui est sortie à la fin de l’année 2013 et qui est toujours en vente —, on peut constater que l’iMac Retina d’entrée de gamme est au niveau du haut de gamme de l’année dernière en terme de puissance de calcul. Il est même légèrement en-dessous sur ce bench qui reste, rappelons-le, une mesure largement théorique.

À l’usage, le tout-en-un reste une machine très puissante, que vous choisissiez le Core i5 ou que vous optiez pour le Core i7. Pour les tâches courantes, vous ne devriez pas voir de différences significatives entre les deux options, mais il faudra attendre nos tests applicatifs pour en juger de manière plus définitive.

Après quelques heures passées avec l’iMac plus puissant et deux jours avec le modèle d’entrée de gamme, l’écart n’est en tout cas pas significatif en usage « de base » (navigation web, mail, rédaction d’articles…). Normal et heureusement, est-on tenté de dire.

Carte graphique

Sur son iMac Retina, Apple ne propose que deux cartes graphiques, deux modèles fournis par AMD et deux cartes de la même famille. Par défaut, on a une AMD Radeon R9 M290X qui a 2 Go de mémoire GDDR5 dédiée, une carte dans le haut de la gamme du constructeur, conçue pour les (gros) ordinateurs portables et basée sur un produit qui existait auparavant (HD 8970M) plutôt qu’un tout nouveau modèle. En option, facturée 250 €, on a une AMD Radeon R9 M295X avec deux fois plus de mémoire dédiée et qui est, malgré son nom de code très proche, beaucoup plus puissante que celle par défaut.

Comme nous l’indiquions dans notre prise en main, nous avons noté quelques ralentissements assez désagréables pendant l’utilisation de l’iMac d’entrée de gamme. N’ayant que ce modèle sous la main et constatant que les ralentissements s’atténuaient en réduisant la transparence d’OS X, on pensait alors que c’était simplement un problème logiciel. Face au modèle haut de gamme, notre bilan est moins assuré : pour le moment, nous n’avons jamais rencontré les problèmes présentés sur cette vidéo.

Encore une fois, il est trop tôt pour formuler un jugement définitif, mais peut-être que la carte de base est un peu faible pour assurer une fluidité d’interface parfaite. Du moins quand on change de mode d’affichage et qu’on choisit le mode qui ressemble à 3200 x 1800 pixels. Rappelons-le, avec les écrans Retina, Apple propose un mode optimal qui correspond à la définition des écrans standard, mais avec quatre fois plus de pixels. Si on le souhaite, on peut en afficher plus, mais ce mode-là nécessite plus de puissance de calcul… et cela se sent.

Si vous voulez utiliser ce mode, autant le dire clairement : prenez l’option et optez pour la carte la plus puissante. Avant même de parler de performances de jeu, avant même d’évoquer des benchs ou des chiffres ou quoi que ce soit, un constat s’est imposé pendant notre utilisation : l’iMac Retina est fluide avec cette configuration. Nous n’avons noté aucun ralentissement majeur, y compris avec Mission Control ou avec Coup d’œil.

Capture d'écran avec affichage sur "Plus d'espace" en 3200x1800 — Cliquer pour agrandir

Tout espoir n’est pas perdu pour la carte d’entrée de gamme et OS X Yosemite peut progresser. D’ailleurs, vous avez été nombreux à nous signaler des problèmes de ralentissement similaires avec vos Mac, y compris sans écrans Retina. Par ailleurs, nous avons essayé de réinitialiser la mémoire PRAM qui contrôle des paramètres de la carte graphique, et cette réinitialisation a amélioré les performances de manière significative… mais pas très longtemps.

Bref, Apple a une carte à jouer du côté du logiciel, mais le choix de cette carte graphique sur cet ordinateur vendu 2600 € reste une déception. Si vous pouvez vous le permettre, on vous recommande d’ajouter les 250 € nécessaires et d’opter pour la carte graphique en option, vous serez plus tranquille. Et on ne parle même pas de jouer, uniquement de profiter d’un écran sublime sans avoir à souffrir de ralentissements d’interface.

Si vous voulez jouer, justement, nous avons aussi mené quelques benchs spécifiques pour tester les capacités des cartes graphiques. Cinebench R11 montre ainsi un progrès assez net entre les deux modèles : alors que l’entrée de gamme plafonne en-dessous de 60 FPS au test OpenGL, l’iMac testé ici dépasse largement ce seuil. À titre de comparaison, on a ajouté au graphique l’iMac 27 pouces en configuration haut-de-gamme de base, c’est-à-dire sans option supplémentaire (Core i5 quad core à 3,4 GHz et NVIDIA GeForce GTX 775M vendu 1999 €).

L’iMac Retina le plus puissant (en jaune) marque nettement la différence avec ce test théorique qui mesure la capacité de la carte graphique.

La différence est moins nette en revanche avec Valley, l’outil qui simule au mieux l’utilisation d’une carte graphique que ferait un jeu. Nous faisons toujours les tests en 1080p et quels que soient les réglages utilisés, avec ou sans crénelage et avec beaucoup ou peu de détails, on a toujours eu de bonnes performances. Nous n’avons pas encore eu le temps de tester de vrais jeux, mais a priori, les deux Mac devraient tenir la route sur ce point, à condition de ne pas être trop gourmand sur la définition et le niveau de détails.

L’iMac Retina plus puissant (ici en vert) fait mieux, mais il ne creuse pas l’écart sur ces benchs. Les deux modèles devraient bien se débrouiller pour les jeux.

En attendant le test…

En attendant d'entrer plus avant dans les tests, voici notre conseil d’achat, « à chaud » : si vous voulez un iMac Retina et que vous voulez être tranquille, sans trop dépenser, prenez une seule option, celle de la carte graphique la plus puissante. Ne réfléchissez pas comme les années précédentes, en fonction de vos besoins de joueurs.

Les 14,7 millions de pixels de cette impressionnante machine ont besoin de beaucoup de puissance, et d’après ce que l’on a pu en juger jusque-là, seule la Radeon R9 M295X est capable de la fournir. À notre avis, le prix de l’iMac Retina ne commence pas vraiment à 2599 €, mais à 2849 € et c’est seulement à ce prix-là que l’on a une machine vraiment aboutie dès maintenant. L’option la plus raisonnable étant encore d’attendre : Apple mettra à jour OS X Yosemite et on peut espérer que ce sera l’occasion d’améliorer les performances de l’ordinateur avec la carte graphique par défaut.

En espérant qu’Apple améliore effectivement les choses, petit avant-goût du test avec un montage de keynotes pour mieux comprendre le principe des écrans Retina. On remonte jusqu’à l’iPhone 4 en compagnie de Steve Jobs et Phil Schiller…

Tags
avatar Mister_sam32 | 

Moi j'ai une question ?
HS mais bon....
Ces iMacs achetés sur le compte de la société ( je suppose ) sont t'ils revendus ou pas ?
Que faites vous des appareils achetés pour des tests ( Mac, iPhone, ipad, accessoires, etc.....)

Je trouve super ce que vous faites puisque ça me ( nous ) donne une idée du produit quand on ne pas en tester un

avatar pillouti | 

@Mister_sam32 :
J'imagine qu'ils renvoient les produits sous 14 jours et gardent ceux dont ils ont besoin.

avatar rondex8002 | 

@pillouti :
Et Apple les reprendrait après que tout le matos testé soit posé à même le sol, sur du gravier en trainant les machines par le cordon d'alimentation ?!

avatar Jean-René Boutin | 

Oui, bonne question!

avatar bugman | 

@Mister_sam32 :
Ils les laissent trainer dans la cour. Faut juste passer par dessus de la petite grille verte pour aller les récupérer. Par contre cela intéresse du monde, faut être rapide et éviter de se faire tirer dessus.

avatar dtb06 | 

Une 290X de bureau fait 2607 en 1080 qualité élevée sous Valley contre 1062 et 1162 pour les 290mX et 295mX...

avatar ddrmysti | 

"sauf si vous passez vos journées sur de la photo, vidéo ou musique, vous ne devriez utiliser qu'un seul coeur"

Je suis peut être réducteur, mais en général quand on achète un mac, surtout une configuration à ce prix là et pouvant développer cette puissance, ce n'est pas pour surfer sur le web ou faire de la bureautique. Pas besoin d'investir dans un quadcore à 4GHz si c'est pour utiliser des softs nécessitant un monocore à 1,4GHz...

"avec la carte de base, l'interface ram, il faut acheter la carte plus chère pour avoir une machine fluide"

En gros c'est ce que beaucoup de gens craignaient, la config de la machine est trop légère pour gérer un tel écran, et il va probablement falloir attendre la seconde itération de ce modèle pour avoir quelque chose de vraiment intéressant.

avatar enzo0511 | 

@ddrmysti :
C'est pour ça que ceux qui gueulent à propos du Mac Mini ne réalisent pas que la majorité du temps un quad cœur ne sert a rien

Sans compter que pour exploiter les multiples cœurs ou l'HT il faut aussi que les logiciels soient optimisés pour

avatar oomu | 

sauf que la plupart du temps un six coeur me sert

sans compte que l'ensemble des programmes que j'utilise sont optimisés pour bouffer tous les coeurs.

-

ne prônez pas un discours unique qui consisterait en "les gens ne font rien avec leurs ordis". Les gens font des choses, parfois avec un ordi, parfois sans.

Sincèrement, avec une machine à 2500-3000 euros, je n'imagine que des personnes avec l'intention d'en profiter pour leur travail et hobby
Plutôt que:
"orf, je voulais juste tetris à coté de ma page tumblr"
"toute la joie de mon coeur a été volée par un sinistre professeur, depuis je procrastine devant un imac retina flblblblb..."

(je laisse le cliché des mystérieux people blingbling aux aigris)

j'espère au minimum des personnes avec des étoiles plein les yeux se disant qu'ils vont faire et ci et ça et encore cela.

avatar ddrmysti | 

Il parlait du mac mini, une machine qui à la base n'est pas prévu pour des applications gourmande, et qui donc ne nécessitera qu'à peu d'occasion l'exploitation de 4 core et plus.

avatar misc | 

@ddrmysti
Chez certains les quartes coeurs des Macs mini servent, ce sont eux qui râlent de ne plus avoir cette option.

avatar oomu | 

d'accord.

mais cela m'étonne qu'on ne puisse pas imaginer de lui déléguer des calculs. Et même comme petit serveur cloud familial (blog, partage fichier, stream, etc) ça doit bien aider.

Bien des gens sont déçus de voir le mac mini régresser.

avatar jackhal | 

"qui n'est pas prévue pour des applications gourmandes" mais où as-tu vu ça ?
http://browser.primatelabs.com/mac-benchmarks
Si le Mini 2012 Quad Core n'était pas assez puissant pour faire tourner des applis un peu gourmandes, il en va de même pour les MacBook Pro j'imagine ?
Faut pas pousser non plus. Alors ok il n'a pas un super GPU mais pour le développement par exemple (d'applis qui ne sont pas intensivement graphiques, forcément) c'est très bien. Et pouvoir choisir un écran mate et en changer sans devoir aussi changer de disque dur, CPU, RAM etc. est un vrai plus. Dans mon cas un Mac Pro et loin d'être indispensable, l'iMac ne me convient pas à cause de l'écran (surtout qu'en 2009, mon premier iMac, l'écran était TRES réfléchissant), le Mini me convient parfaitement.

Quand j'ai plein de tabs ouvertes, un ou deux Windows qui tournent et Eclipse qui part dans une reconstruction de l'espace de travail, je ne regrette vraiment pas d'avoir pris l'option i7 + speed bump

avatar Jean-René Boutin | 

Tout à fait d'accord. Il ne faut pas cesser de rêver, ni rationaliser entièrement la technologie.
Il est vrai que tous les acheteurs ne passeront pas leur journée à travailler en multi-coeur à monter des vidéos lourdes, mais pas de quoi dire qu'ils auront fait un mauvais investissement si le coeur y est. Une machine puissante et attirante comme cet ordinateur, non seulement permet, mais incite à s'en servir pour faire quelque chose de plus grand.

avatar pickwick | 

Quand on achète un imac sur l'Applestore on a 15 jours pour le retourner chez Apple , non ?

avatar oomu | 

oui. La loi s'applique partout.

avatar Narugi17 | 

J'ai testé aujourd'hui en Apple Store le iMac 5K. C'est un bijou de technologie. C'est une véritable prouesse technique ce que vient de réaliser Apple. Un grand bravo à cette société qui ne cesse de nous surprendre !

avatar trolloloI | 

Dat troll!

Et windows qui gère simultanément 3 écrans 4k c'est quoi, 2035 avant l'heure ?

avatar patrick86 | 

"Et windows qui gère simultanément 3 écrans 4k c'est quoi, 2035 avant l'heure ?"

Que Windows puisse le gérer est une chose, avoir un PC qui suive en est une autre.

Un Mac Pro 2013 sous OS X peut aussi gérer 3 écrans 4K.

avatar Fumée | 

"Que Windows puisse le gérer est une chose, avoir un PC qui suive en est une autre."

Euh..... Je te monte un PC qui gère 3 écran 4K demain si tu veux, c'est loin d'être inaccessible...

avatar joneskind | 

@Fumée :

Ajoute un peu le prix de l'écran 5K pour voir si c'est toujours aussi accessible.

avatar patrick86 | 

"Euh..... Je te monte un PC qui gère 3 écran 4K demain si tu veux, c'est loin d'être inaccessible..."

Là n'était pas le fond de mon propos.

J'aurais aussi pu lui dire : ce que tu fait là s'apparente à répondre "un Windows" à la question "quelle est la marque de ton PC".

avatar philoo34 | 

@Fumée :

"Je te monte un PC qui gère 3 écran 4K demain si tu veux, c'est loin d'être inaccessible..."

Ton PC de la mort qui tue , j'aimerai voir si c'est nécessaire qu'on le pose sur une table en marbre de 5 m2 .
Et surtout connaître le prix de TA solution , qu'on rigole tous ensemble .

avatar philoo34 | 

@philoo34 :

Et surtout si il est obligatoire de mettre un casque antibruit de chantier pour s'en servir ...:-)

avatar joneskind | 

@trolloloI :

Avec quelle CG ?

Qu'est-ce qui te dit que l'iMac ne gère pas un écran 4K supplémentaire ?

Tu sais qu'un écran 5K gère pratiquement 2 fois plus de pixels qu'un écran 4K ? 1.77 fois plus pour être précis.

Bref, tu parles de software sans parler du hardware... Ça me paraît pas très pertinent si tu veux mon avis.

Autre chose ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR