Les ventes de Mac jouent au yo-yo chez Gartner et IDC

Florian Innocente |

La mise en rayons de Mac aux États unis pour le trimestre de Noël a connu des fortunes opposées selon que l'on écoute IDC ou Gartner. Gartner a dégainé le premier son estimation trimestrielle des ventes de PC. Apple y est créditée d'une progression de 28,5% d'une année sur l'autre, dans un contexte de baisse de 7,5% pour le PC aux États-Unis. La part de marché trimestrielle de la Pomme est évaluée à 13,7%. IDC sort ses propres chiffres quelques heures plus tard, et c'est la soupe à la grimace pour Apple avec une baisse de 5,7% et une part de marché sur cette période de 9,3% (Toshiba partage le même sort avec deux courbes de progression opposées).

Le quinté des fabricants est identique chez les deux, mais la place d'Apple varie. Elle repasse troisième, derrière Dell et HP toujours premier chez Gartner. Elle redescend à la quatrième place derrière Lenovo, Dell et HP chez IDC.

Les estimations d'IDC de ventes de PC aux États unis pour le quatrième trimestre 2013

Les deux instituts comptabilisent les volumes de PC envoyés vers les canaux de vente, et chacun exclut les tablettes. Sur le même trimestre de 2012, leurs résultats étaient remarquablement similaires, à 1000 unités près et un différentiel de 0,2% dans les parts de marché. Il y a trois mois, les chiffres différaient déjà quelque peu, mais la tendance était à la baisse pour Apple, autant chez l'un que chez l'autre. Ce qui s'est d'ailleurs passablement vérifié lorsqu'Apple a annoncé des ventes mondiales moins bonnes que l'année précédente pour le Mac (elle ne détaille pas l'Amérique du Nord en particulier).

La même période auscultée par Gartner

La raison, sur ce trimestre, d'une telle différence d'appréciation est difficile à expliquer, car chacun a sa méthodologie. Robert van der Meulen, le responsable de la communication de Gartner, nous a répondu que les deux cabinets ne pouvaient avancer que des estimations puisqu'Apple ne fournit aucune indication sur la direction prise par ces ventes. Les méthodes de calcul étant ensuite assez différentes entre IDC et Gartner, les exploiter en se basant sur ces incertitudes produit des résultats qui, inévitablement, peuvent différer. La réponse viendra d'Apple lors de ses annonces de résultats le 27 janvier, à partir desquels on peut dégager les tendances de ventes par grandes zones géographiques.


Source
avatar ce78 | 

Et les ventes du nouvel écran Thunderbolt + USB 3 ? Ah il est pas encore en vente ? Ah et il est même pas conçu ? Eh beh...

avatar macouillelafripouille | 

C'est quoi ce commentaire ridicule??

avatar Quentin HAENSLER | 

C'est quel Apple store sur la photo ?

avatar MADPENGUIN | 

Franchement en lisant ça, à quoi servent ces instituts?!...Parce qu'une telle différence dans les résultats, il faut croire qui...

avatar lolodigital | 

A influencer le marché. Tout est affaire d'influence, car aujourd'hui tout est à faire avec la finance. Et la finance se nourrit de projections, et les analystes alimentent les projections, et les constructeurs alimentent les analystes.
Le pigeon paye en action.

avatar Paul78 | 

Ce sont des bras cassés... Je travaille avec ces deux instituts regulierement....ils n'y connaissent rien!

avatar Filou53 | 

Bref, comme d'hab avec ce genre d'instituts:
du vent, encore du vent...
et sans doute chèrement payé.

avatar Filou53 | 

Bref, comme d'hab avec ce genre d'instituts:
du vent, encore du vent...
et sans doute chèrement payé.

avatar macouillelafripouille | 

C'est toujours pareils. Des amateurs qui sortent des chiffres d'après des calculs ésotériques pour influencer les marchés. Ce ne sont que des spéculateurs qui servent de références à d'autres spéculateurs.

avatar Applesoft | 

Pour mon travail, je me suis déjà servi d'études de marché très coûteuses (plusieurs dizaines de milliers d'euros à chaque fois). J'en avais besoin pour justement convaincre le monde financier de mon travail et donc d'appuyer mon discours et mes analyses financières sur ce études "officielles".

Tout ce que j'en retiens, c'est que ces études étaient souvent faites au feeling avec des méthodes pas trop difficiles à cerner. Je connaissais la réalité du marché et beaucoup de ces chiffres étaient farfelus, du même style qu'une projection de croissance du FMI.

CONNEXION UTILISATEUR