Disk Drill 3 récupère plus de fichiers effacés et gère iOS/Android

Florian Innocente |

CleverFiles a revu Disk Drill. La version 3 de son utilitaire de récupération de fichiers élargit son champ d’action en travaillant mieux, en reconnaissant plus de types de fichiers et en prenant en charge Sierra ainsi que les appareils iOS et Android. Quelques-unes de ces fonctions — celles de maintenance et de nettoyage de son Mac essentiellement — sont gratuites, tandis que les plus pointues sont dans la version payante.

La fenêtre principale de Disk Drill, avec les volumes détectés et les actions possibles dans la rangée supérieure — Cliquer pour agrandir

Disk Drill sert en premier lieu à remettre la main sur des fichiers que l’on a supprimés ou qui ont été endommagés. Si l’on veut retrouver plutôt des images que des vidéos ou bien des documents, dans une certaine fourchette de tailles, ou qui auront été supprimés à un moment plus ou moins précis… le logiciels accepte cette succession de filtres.

Cliquer pour agrandir

Pour augmenter ses chances de récupération, on peut activer deux types de filets de sécurité : Recovery Vault ou Guaranteed Recovery. Le premier conserve les métadonnées des documents supprimés (mais si les fichiers en question sont écrasés par une réécriture de nouveaux documents, les chances seront minces voire nulles de les restaurer). Le second stocke carrément un double de ces fichiers (dans des limites de tailles et de durée de conservation définies par l’utilisateur).

Ces deux options sont utilisables gratuitement avec Disk Drill “Basic”. Dans cette même formule, il y a la recherche de doublons et la création d’une sauvegarde de son disque ou d’un volume externe bootable.

Pour profiter des fonctions de restauration plus poussées, ou pour ranimer une partition, il faut passer sur le version Pro (89 $ ou 39 $ en mise à jour). Cleverfiles dit aussi avoir modifié ses algorithmes afin de perfectionner ces recherches et restaurations, ainsi que les temps d’exécution.

De nouveaux formats de fichiers ont été ajoutés à la très longue liste de ceux que reconnaît le logiciel — epb (EP Budgeting files), .rt (Rich Text document), .mlv (Magic Lantern Video Wrapper File), .ipt (AutoDesk Inventor CAD), .aaf (Advanced Authoring Format multimedia file), .tib (Acronis True Image), .enex notes Evernote XML.

L’outil gère maintenant les systèmes de fichiers ExFAT de Microsoft (trouvé sur les clefs USB ou cartes SD) et l’EXT4 (Linux).

Recherche, prévisulatisation et restauration de fichiers de type image — Cliquer pour agrandir

La version Pro travaille également sur les appareils iOS et Android, cependant le logiciel n’a pas su, pour le moment, gérer notre iPhone sur iOS 10 (c’est prévu). Avec les différents services de sauvegarde dans le nuage il devient difficile de perdre un contenu sur son mobile. Toutefois, Disk Drill propose de récupérer des photos, notes, SMS, mémo vocaux ou encore des signets ou des événements de calendriers effacés accidentellement.

Autre point à relever, l’application est traduite en français, mais ici ou là les tournures sont parfois originales… La version gratuite basique est en téléchargement pour macOS 10.8.5 minimum (nous l’avons fait fonctionner sur Sierra).

Enfin, un conseil, si vous souhaitez désinstaller Disk Drill, utilisez l’option prévue à cet effet dans les préférences générales du logiciel. Elle fera complètement le ménage.

avatar patrick86 | 

" Avec les différents services de sauvegarde dans le nuage il devient difficile de perdre un contenu sur son mobile."

Oh, et pourtant, si, c'est assez "facile", notamment parce qu'iCloud ne sauvegarde pas tout.

--

Question récupération de données : une idée de l'efficacité par rapport à DataRescue ?

avatar françois bayrou | 

Avant de vouloir donner un vieux mac à un cousin, j'ai voulu faire le ménage, donc démontage du HD puis formattage ( suppression des partitions, puis création d'une nouvelle )
... Avant de réaliser que je n'avais pas backupé 40 Gb de iPhotos qui étaient dessus

Diskdrill m'a tout récupéré.
Le vrai souci, mais je pense qu'il n'y a pas de solution, c'est qu'il ne sait pas faire la différence entre une photo de iPhoto et une image issue du cache navigateur : pour lui c'est la même chose. : du coup je me suis retrouvé avec des milliers de pictos, de smileys, etc.

Du coup je me suis pondu un petit outil avec imagemagick et nodejs, pour lister et trier les images par taille, et les afficher en commencant par la plus grande, et un click pour dire "je garde / je ne garde pas". Une session par ci par là, quand j'avais le temps, et en quelques jours c'était torché.

Je n'ai pas l'impression qu'il manque grand chose mais comment le savoir ? je n'avais pas compté mes photos avant de faire cette #$*$% de boulette :)

avatar patrick86 | 

@françois bayrou :

"Le vrai souci, mais je pense qu'il n'y a pas de solution, c'est qu'il ne sait pas faire la différence entre une photo de iPhoto et une image issue du cache navigateur : pour lui c'est la même chose. : du coup je me suis retrouvé avec des milliers de pictos, de smileys, etc."

DataRescue fait de même. À partir du moment où la structure des données est détruite, ces logiciels ne peuvent faire mieux.

Les deux semblent assez semblables sur ce point alors.

avatar JP | 

Je suis intéressé par ton logiciel car j'ai un peu le même genre de problème
Possible d'en parler ici ou off line si tu préfères ?

avatar LoydD | 

Merci pour l'article !
Petite question : y a-t-il un risque d'utiliser DiskDrill sur un SDD ? Précisément concernant la baisse des performances et la durée de vie du SDD ?

Merci

avatar r e m y | 

je ne vois pas pourquoi... ce n'est pas de lire une fois l'intégralité des cellules composant leSSD qui va avoir un impact sur la durée de vie.

et puis ce type d'utilitaire c'est pas tous les jours qu'on y a recours. C'est la solution de la dernière chance en général...

non le probleme des SSD, c'est plutôt qu'avec le TRIM, les fichiers effacés le sont physiquement pour préparer les cellules de mémoire à recevoir de nouvelles infos. Du coup ces logiciels ne retrouvent rien... (c'est peut-être la raison de la fonction de duplication des fichiers effacés pour en garder une copie de secours)

avatar patrick86 | 

"Petite question : y a-t-il un risque d'utiliser DiskDrill sur un SDD ? Précisément concernant la baisse des performances et la durée de vie du SDD ?"

En récupération de données, aucun, puisqu'il ne fait que lire le support de stockage.

Si toutes les données sont dupliquées pour se prémunir d'une suppression accidentelle, oui, ça usera le SSD 2 fois plus vite.

avatar r e m y | 

@patrick
Je pense que seuls les fichiers supprimés sont dupliqués (pas tous les fichiers du disque), de plus pour dupliquer un fichier, on n'est pas obligé d'avoir une deuxième copie du fichier sur le disque. Il suffit de créer une deuxième référence de ce fichier dans le catalogue de fichier.
En supprimant le fichier original, OS X supprime la référence à ce fichier dans le catalogue, et comme il reste l'autre référence au fichier (créée par DiskDrill), le fichier reste en place sans être effacé du disque.

Pas d'usure supplémentaire du disque ou SSD

avatar patrick86 | 

@r e m y :

Exact, merci pour ce bon rappel 😉

avatar JP | 

J'ai utilisé avec succès
Mais maintenant qu'il est installé, il stock tout et mon DD fond à vue d'oeil
Et impossible de paramétrer pour liquider les sauvegardes !
Comment faire ?

CONNEXION UTILISATEUR