Lacona : un Spotlight mâtiné de Siri

Anthony Nelzin-Santos |

Alfred, LaunchBar, QuickSilver, sans même parler de Spotlight : les utilisateurs d’OS X ne manquent pas de lanceurs. Le nouveau venu, Lacona, serait donc inutile ? Sans doute, à ceci près qu’il offre un bon aperçu de ce que pourrait donner un Spotlight dopé à coup de Siri.

Dans le cas du lancement dune application, la commande « open » est facultative.
Dans le cas du lancement d’une application, la commande « open » est facultative.

Comme n’importe quel autre lanceur, Lacona peut ouvrir une application ou jouer un morceau de musique. Mais comme les assistants virtuels, il « comprend » le langage naturel. Il est donc possible de lui « demander » de réaliser des opérations plus complexes sans multiplier les manipulations au clavier et à la souris, ou sans préparer des scripts et des actions en amont.

La création dun nouveau rendez-vous. Lacona détaille comment il « comprend » la phrase, ce qui permet de se faire très vite à son fonctionnement.
La création d’un nouveau rendez-vous. Lacona détaille comment il « comprend » la phrase, ce qui permet de se faire très vite à son fonctionnement.

Il est ainsi capable d’ouvrir une URL spécifique dans un autre navigateur que le navigateur par défaut (« ouvre macg.co dans Firefox »), ou d’ouvrir un fichier avec une application donnée (« ouvre lacona.txt dans MultiMarkdown Composer »). Il permet d’ajouter un rendez-vous sans ouvrir le calendrier (« programme un rendez-vous avec Christophe lundi de 10 à 11 h »), ou d’activer plusieurs fonctions du système sans toucher à une icône (« désactive le Wi-Fi et active le mode Ne pas déranger »).

Lacona noblige pas à épeler toutes les commandes : on peut simplement taper les premières lettres, confirmer la suggestion avec la touche ⇥ comme dans un Terminal, et ainsi de suite jusquà avoir fini de construire sa requête.
Lacona n’oblige pas à épeler toutes les commandes : on peut simplement taper les premières lettres, confirmer la suggestion avec la touche comme dans un Terminal, et ainsi de suite jusqu’à avoir fini de construire sa requête.

Il permet aussi de chercher sur le web (« cherche des photos de chats sur DuckDuckGo »), ou pourquoi pas de faire des emplettes (« cherche un iPhone sur Amazon et eBay »). On pourrait multiplier les exemples : il s’interface bien sûr avec iTunes, peut transmettre des messages et passer des coups de fil, convertir dans plusieurs unités et traduire dans plusieurs langues… Une API permettra même aux développeurs tiers d’étendre ses fonctions.

Ici, on voit bien que Lacona indique que lon peut ajouter dautres langues. Ces suggestions apparaissent pour toutes les commandes, évitant ainsi de devoir apprendre une syntaxe particulière ou mémoriser une liste de fonctions.
Ici, on voit bien que Lacona indique que l’on peut ajouter d’autres langues. Ces suggestions apparaissent pour toutes les commandes, évitant ainsi de devoir apprendre une syntaxe particulière ou mémoriser une liste de fonctions.

Reste que le développement de Lacona est loin d’être fini, même si une version bêta compatible avec OS X 10.11+ est déjà disponible. La version finale devrait être payante — lorsqu’il avait échoué à lever suffisamment de fonds sur Kickstarter au début de l’année, son développeur avait tablé sur un prix de 25 $. Dernière chose, et pas des moindres : pour le moment, et sans doute pour longtemps, Lacona ne fonctionne qu’en anglais…

Tags

CONNEXION UTILISATEUR