La première beta publique d'Affinity Photo est en ligne

Mickaël Bazoge |

Serif Labs a de la suite dans les idées. Après l’éditeur vectoriel Affinity Designer [1.1.2 – US – 49,99 € – OS X 10.7 – 107 Mo - Serif Labs], le studio lance aujourd’hui une première beta pour Affinity Photo, qui se présente comme un logiciel d’édition d’images. Construit autour des technologies d’OS X, l’application comprend la prise en charge du CMJN, de l’édition 16 bits par canal, des couleurs LAB, du format RAW, des profils ICC, ainsi que des fichiers PSD.

Cliquer pour agrandir

Les outils d’édition d’Affinity Photo sont non destructifs (on conserve toujours l’image originale). L’utilisateur trouvera dans cette beta les fonctions de base traditionnelles des logiciels de cet acabit, des filtres, des brosses, des effets de lumière… L’application semble viser tout autant les utilisateurs de Photoshop que de Pixelmator même si le logiciel est encore loin d’être abouti.

Cliquer pour agrandir

La beta publique est disponible gratuitement dès aujourd’hui. Le logiciel (localisé en français) pourra être installé sur des Mac dotés d’OS X 10.7.5 au minimum. La version finale sera elle proposée sur le Mac App Store au prix de 49,99 euros. Rappelons que Serif Labs a aussi un logiciel de mise en page en préparation : la suite Affinity devrait in fine se positionner comme une concurrente au Creative Cloud d’Adobe… sans le nuage ni l'abonnement qui va avec.

Pour aller plus loin :
avatar lewax | 

Ah ben on va tester ça. Si une alternative crédible à CC se profile, je suis preneur mais pour l'instant,Affinity designer n'est pas au niveau d'illustration. Mais c'est un début très prometteur.

avatar amiga500 | 

combien de temps avant qu'Adobe rachète tout ça pour mieux les étouffer ?

avatar xbill | 

Alors qu'il existe énormément de très bons logiciels 3D, il n'y a aucun concurrent sérieux à Photoshop.

Est-ce plus compliqué à réaliser ? Moins de débouché ?

avatar oomu | 

Court:

Tel Microsoft Office, il n'y a pas de place dans le Marché pour un deuxième Photoshop. Les consommateurs ne sont pas intéressés.

Long:

ce n'est pas tant le logiciel lui même qui est compliqué à réaliser, mais la somme délirante d'effets et filtres construits de base dans photoshop, son interface très malléable et la gigantesque industrie derrière lui (des millions de plugins, pinceaux, bibliothèques et autres qu'on vous présente prêt à l'emploi pour photoshop).

Le fait est, dans un monde où photoshop est "gratuit" (c'est à dire piraté sans vergogne ou son prix "caché" dans le prix des études par les grandes écoles), il n'y a presque pas de raisons (si ce n'est la beauté de l'ingénierie) de remplacer Photoshop.

C'est justement en rendant Adobe CC toujours + cher mais surtout son prix _INCONTOURNABLE_ (idéalement rendre impossible toute forme de piratage ou d'utilisation gratuite, en rendant son prix VISIBLE et vécu) qu'on ouvre la possibilité de développer de nouveaux outils graphique commerciaux.

De Pixelmator à Affinity, on voit bien que c'est l'essor de Adobe CC et sa tarification mensuelle qui offre une bouffée d'air frais: y a un trou dans la tarification qu'une entreprise peut enfin exploiter.

-
(gimp est ailleurs: son besoin vient du besoin de linux et d'un développement libre et ouvert, mais quand tout le monde ou presque peut avoir son photoshop, pourquoi venir investir en temps et en argent pour faire de Gimp un outil intégrable dans le workflow d'artistes professionnels ? sans cette motivation, il est impossible de pousser Gimp au delà de son usage bouche-trou sous Linux. De même pour Krita).

-
Il est donc à peu près certain que Adobe va tout faire pour tuer l'intérêt économique d'une concurrence qui devient sérieuse:

- rendre photoshop quasi gratuit dans des conditions tordues mais qui feront illusion pour la plupart des utilisateurs amateurs/semi-pro

- acheter la concurrence: si on impose l'idée qu'il faut un "nuage" pour vivre et avoir des clients, aucune entreprise ne pourra sérieusement se développer sans devoir fusionner avec Adobe ou un Microsoft.

-
a) Pourquoi Photoshop ?

Quoi qu'en en dise, et même si y a des bouts de photoshop qui montre qu'ils ont 20 ans d'âge (à se taper la tête contre les murs), Photoshop reste un très solide et bon outil:

- il a tout ce qu'il faut pour dessiner (on peut créer des palettes, des banques de pinceaux et outils prêt à l'emploi, adapter l'interface à son travail, etc: très productif)
- on peut l'intégrer à toutes sortes de projet. Par exemple, on peut peindre directement sur un objet 3D exporté depuis un modeleur, avec tous les outils et pinceaux de photoshop : très fonctionnel.
- il est d'origine spécialisé en la retouche photo, ce n'est pas une boutade: cela se voit du début à la fin. Quantité de fonctionnalités sont peut être cachées par des boites de dialogues pénibles mais elles marchent redoutablement bien.

Le point est: c'est un bon outil, il est complet, il est activement développé, abordable pour les professionnels et semi-pro, il en devient incontournable. Les gens ne semblent pas s'offusquer de passer par lui.

b) Photoshop est il l'alpha et l'omega du dessin et retouche photo ?

non.

Si dans votre esprit, un logiciel de dessin/photo est une seule chose et qu'elle ressemble forcément à un programme avec une boîte d'icône, une loupe et des filtres, alors oui, vous êtes forcé de croire que tout tourne autour de Photoshop

mais si on s'intéresse au dessin numérique, il y a quantité d'autres logiciels, d'autres approches, d'autres outil spécialisés et une vie sans Photoshop.

Mais on peut aussi mixer tous ces programmes.

avatar Hasgarn | 

Si je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fond comme la forme, il y a tout de même une demande d'autres logiciels de l'image. La quantité de gens qui poste ici en atteste un minimum.
On est quelques uns à avoir Pixelmator, à avoir d'autres solutions logiciels (Sketchbook), et l'initiative d'Affinity est quand même bien plébiscitée. Il y a demande et il n'y a qu'à voir les retours sur Designer.

Par contre, l'offre prouve que Photoshop n'a pas de concurrent à l'heure actuel, en tout cas aucun sur le créneau du pro.
C'est un problème, car tu parles toi même de trucs géniaux mais caché, et son côté touche à tout est autant un avantage qu'un problème. L'ergonomie de Photoshop est moyenne, mais on ne le voie pas parce que cette ergonomie est une norme. Et donc une limite. Un peu de concurrence, ça ne peut pas faire de mal.

........................

Tu cites aussi Krita comme un soft bouche trou. Alors, oui sa diffusion le limite à ça, mais c'est super dommage, surtout quand tu vois ce qu'un artiste chevronné peut faire avec :
http://www.davidrevoy.com/index.php

Le gars n'est pas un artiste non reconnu, il a un CV en béton et une reconnaissance de ses pairs. On est d'accord sur le fait qu'un outil ne fait le travail, c'est l'artiste qui le manie. Mais un bon outil contribue à l'aider, et Krita est un bon outil.

Alors un peu de pub pour un excellent logiciel :)

avatar oomu | 

mon propos est d'avantage que je comprends les gens qui se sentent bloqués à Photoshop

mais dans le même temps il est EXACT qu'on a pléthore d'excellents logiciels partout pour tous les usages (dont du vrai méga-pro fantasmatique de mecs super-virils qui se la touchent sur forum et gagnent plein de pépettes, pour être explicite et qu'on cesse de me sortir l'exemple du super-pro)

Ainsi, oui, il est exact que Krita marche bien. Je cite souvent des logiciels de _dessins_ comme de très sérieux outils de professionnels (pour gagner du vrai sous)

tout comme y a quantité de domaines en infographie où Adobe est presque inexistant ou mal adapté.

Bref, y a une réalité que Photoshop, et CC en général est une impressionnante boite à outil et qu'elle a du sens dans un workflow de professionnel

Mais en même temps, se croire prisonnier de lui et refuser d'y ajouter (ou remplacer) d'autres outils est une lubie, un fantasme. Y a d'excellents outils partout. Suffit de les utiliser.

-
concernant l'ergonomie de Photoshop

je n'ai jamais été choqué par Gimp (qui a une chouette approche avec sa barre de menu et ses palettes), et pour autant j'apprécie aussi la flexibilité de Photoshop et de pouvoir attacher les panneaux en icône ou listes ou onglets ou flottants.

Mais le soucis de PS c'est qu'on voit, subitement, au détour de la cordillère des an..heu d'un menu ou boite de dialogue un rappel VIOLENT que le logiciel a 25 ans d'âge (!). Je m'énerve comme un fou si tôt que je veux gérer des palettes de couleurs, ou changer/charger/modifier des banques de pinceaux. C'est subitement des fenêtres modales, bloquantes et j'en passe.

Le problème de PS c'est le manque de radicalisme d'Adobe de charcuter ce qui est vieux et chiant.

Y a aussi le problème des performances. Alors qu'un grand nombre d'algorithmes 2D sont très performants (s'exécutent rapidement, sur des documents de très grandes tailles, par exemple les outils de réparations), d'autres pans du logiciel sont ridiculement LENT (3D, éditions de textures/projections, l'interface qui liste les éléments du scènes et divers trucs)

Adobe a du mal à faire faire à son logiciel le grand écart.

En fait je rêve d'un PS à qui on aurait charcuté une part de tout ce qui est vieux et mal fagoté, pour rendre brillant et + accessible ce qui est la force du logiciel.

En quelque sorte, un Photoshop X, avec l'ultime assurance et volonté par Adobe de rajouter en version moderne, rapidement, ce qui a été charcuté.

Les gens ont hurlé à la mort, mais je considère encore que ce qu'Apple fit avec Final Cut X était une bonne chose.

Bien sur, on aurait moins hurlé à la mort si on pouvait avoir confiance dans la motivation d'Apple de faire des logiciels professionnels sur le LONG TERME (Adobe par exemple c'est 25 ans sans interruptions, je veux donc 50 ans d'assurance (!) ).

Un Aperture sur du long terme, avec régulièrement une violente rupture pour toujours le maintenir à l'état de l'art, j'aurais a-do-ré.

Bref, du coup,

Combien même aucun produit ne peut rivaliser sur le papier et en fonctionnalités avec un mastodonte de 25 ans et j'explique que cela a une importance pour des gens dont c'est le métier

je dis aussi que tous les autres logiciels même + léger, ont souvent de grandes qualités (fonctionnelles et performances), et qu'un professionnel peut y gagner à les ajouter à son mix d'outils.

-
Quand à Affinity Photo, il a zéro fonctions 3D, il a pas toute la tonne de filtres de bases de photoshop (rien à fiche: Filter Forge en a + ! ce genre d'argument n'a pas de fin) et pas tous les choix d'algorithmes pour les divers outils, mais ce qu'il a il le fait déjà bien avec de très bonnes performances (les calques d'effets sont efficaces)

Il a déjà bien + que Pixelmator , a déjà des fonctions vectorielles, de nombreux effets non destructifs, par calques et de bonnes performances.

Ca reste une beta et ça se voit. Mais c'est déjà intéressant.

On n'est pas obligé d'avoir une pensée binaire.

avatar oomu | 

ha aussi:

en réalité, quand je dis que les gens ne semblent pas avoir de soucis avec l'omniprésence de photoshop, en réalité je critique ces gens. C'est d'avantage une constatation amère. Le prix est suffisamment faible pour leur donner l'illusion que tout va bien, mais avec une telle mentalité on se prive de fouiner les innombrables beaux outils disponible ailleurs.

quand à ma qualification de "bouche trou" de gimp ou krita:

en réalité c'est une frustration que ces excellents produits ne soient pas transformés en de Merveilleux Outils parce qu'il n'y a pas d'investissement par l'industrie.

Disney et quelques autres avaient, fut un temps, investi dans gimp pour en faire un outil adapté à leur workflow de cinéma. Mais ces initiatives furent très rares, pas intégrées avec les développeurs officiels ou tellement bricolé que laissés à coté comme une "version alternative" du logiciel

résultat: le projet principal n'a pas absorbé ces fonctionnalités conçus par et pour des professionnels, n'a pas pu grandir malgré cela.

Pourtant, si il était arrivé à Gimp (ou Krita) ce qui est arrivé au w3C, Linux, Mozilla, Blender ou Wikipedia, quelque chose de merveilleux se serait produit : un outil communautaire sain évoluant selon les avancées et besoin de l'industrie mais accessible au plus grand nombre.

Une concurrence, jouant sur d'autres règles, que le seul commerce de licence ou d'abonnements. Donc une approche fondamentalement différente, donc intéressante (une "alternative" selon ses priorités et usages).

avatar Crunch Crunch | 

Marre d'Adobe et leur prix complètement fou de la CC !!!
Merci Affinity de tenter de proposer une solution raisonnable.

Tous les créatifs ne sont pas riche (70CHF/mois c'est fou !!!, pour la CC)

avatar Ducletho | 

C'est bien qu'il existe des alternatives à Adobe. Mais comme pour apple, il y a un prix à payer pour avoir le meilleur. CC est tout simplement ce qui se fait le mieux.

avatar occam | 

« CC est tout simplement ce qui se fait le mieux. »

Non.

avatar Ducletho | 

@occam :
Merci tu m'as convaincu. Excellent

avatar occam | 

Ce n'est que la réponse du berger à la bergère.

« That which can be asserted without evidence, can be dismissed without evidence.»
– Christopher Hitchens.

avatar oomu | 

bravo.

avatar oomu | 

y a mieux pour dessiner

mais comme boîte à outils et à tout faire en graphisme, y a pas mieux.

avatar oomu | 

"L’application semble viser tout autant les utilisateurs de Photoshop que de Pixelmator même si le logiciel est encore loin d’être abouti."

en quoi est il "encore loin d’être abouti" ? vous ne dites rien. Cela serait utile de nous résumer la situation.

avatar gwen | 

Déjà, Photoshop n'est plus incontournable, car ce logiciel gère enfin le CMJN ce qu'aucun autre logiciel ne savait faire jusqu'à présent (à part Painter, mais seulement en export).

Ensuite, il a des options impressionnantes qui ne sont pas dans le logiciel d'Adobe. La vidéo de présentation est bluffante. Néanmoins, s’il ne s'adresse pas à des amateurs, pour le maîtriser, il va falloir un bon apprentissage. MAIS... il pourrait être incontournable dans un futur assez proche.

Rappelez-vous X.Press, personne ne pensait qu’inDesign arriverait a concurrencer ce mastodonte. Aujourd'hui, Adobe est leader, mais cela peut changer.

Pour ma part, je suis toujours en version 5 et je ne passerai pas sur la version "cloud".

avatar Lonesome Boy | 

@gwen :
Pixelmator gère le CMJN. Mais on est d'accord que ce n'est pas un outil aussi orienté "pros" que PS

avatar joneskind | 

Je suis en train de tester cette Beta et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a l'air complet. Peut-être même un peu trop. Le truc qui me plait (mais qui n'est pas encore fonctionnel) c'est les macros (plus connus sous le nom de script dans photoshop). J'ai jamais trop bien compris pourquoi PixelMator n'en proposait pas encore. Après on est dans une beta et ça se voit. L'interface fait pas mal usine à gaz. Par contre, je trouve Affinity Photo beaucoup plus réactif sur ma machine que ne peut l'être PixelMator et c'est une bonne nouvelle. Je sens que je vais suivre tout ça de très près.

avatar oomu | 

qu'est ce qu'une usine à gaz ?

de ce que j'ai expérimenté, Affinity expose les outils les + urgents pour un travail d'éditions d'images, et on peut bouger les palettes, les rendre flottantes, masquer ou mettre sur le coté.

Cela semble être juste de la flexibilité.

avatar Hasgarn | 

Whow!

Les outils de déformation en fond déjà un must wanted ! Sans rire, c'est super costaud.
À surveiller de très très prêt.

Affinity est en train de me donner envie mais grave !!

avatar jmquidet | 

La version Bêta en test n'est pas, malheureusement, localisée en français...

avatar Yohmi | 

@jmquidet :
Traduite, même… parce que localisée… elle est localisée sur mon SSD pour l'instant, c'est déjà une bonne chose :P

avatar BeePotato | 

@ Yohmi : Merci pour cette remarque ! Je me sens moins seul. :-)

avatar oomu | 

jargon d'informaticiens angliciste: les "locales", l'ensemble de ce qui adapte un logiciel à une autre nationalité.

avatar BeePotato | 

@ oomu : « jargon d'informaticiens angliciste »

On sait très bien ce que ça veut dire en anglais, merci.
Mais ce n’est pas une raison pour se mettre à utiliser à tort un terme français qui n’a rien à voir, juste sous le prétexte qu’il ressemble orthographiquement au terme anglais. Ça donne l’occasion d’écrire des phrases totalement ridicule quand elles sont lues avec le vrai sens du terme « localiser ».

Alors qu’il suffit d’utiliser « traduire », qui décrit fort bien le travail réalisé dans 99% des cas (sérieusement, vous en connaissez beaucoup, des logiciels qui ont nécessité plus qu’une traduction pour leur adaptation à une autre langue ?). Pour le 1% restant, on peut parler d’une adaptation, si on veut vraiment souligne qu’il y a eu plus de travail que juste la traduction.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR