L'Espagne étend la garantie légale à trois ans, les produits Apple concernés

Stéphane Moussie |

Le gouvernement espagnol a approuvé cette semaine une réforme de la loi relative à la consommation qui étend la garantie légale des produits. À partir du 1er janvier 2022, la garantie des produits passera de deux à trois ans. De plus, les fabricants devront fournir des pièces détachées non plus pendant cinq ans, mais dix. Apple, comme les autres constructeurs, devra se plier à ces nouvelles règles.

Apple Store de Valence. Image Apple.

Les consommateurs pourront même choisir entre la réparation ou le remplacement de leur produit en cas de casse. Actuellement, la décision est laissée à la discrétion du fabricant. Cette réforme, guidée par des directives européennes, est présentée par le ministère de la Consommation comme « une étape supplémentaire dans la stratégie d'économie circulaire ». La garantie légale en France est de deux ans.

L'Espagne prépare en outre un indice de réparabilité similaire à celui déployé en France depuis le début de l'année pour quelques catégories de produits, dont les smartphones. La part de marché de l'iPhone en Espagne a toujours été plus basse que la moyenne européenne. Elle se situe actuellement autour de 16 % selon Kantar.

Avec cette garantie légale plus longue, on peut s'attendre à ce qu'Apple propose en Europe une assurance AppleCare+ au-delà de trois ans comme elle le fait depuis peu aux États-Unis.


avatar FrDakota | 
avatar FrDakota | 
avatar FrDakota | 

@Sgt. Pepper

Justement, dès le premier juillet la TVA s'appliquera à tous.

avatar FrDakota | 
avatar Sindanárië | 

@FrDakota

Eh bien 6 fois !
Parkinson ou impatience?

avatar David Finder | 

@Sindanárië

Y’a beaucoup de répétitions dans les commentaires aujourd’hui. Sûrement un bug.

avatar iVador | 

Je vais attendre que ça passe en France avant de renouvelle mon iPhone
Très bonne initiative

avatar raoolito | 

«  De plus, les fabricants devront fournir des pièces détachées non plus pendant cinq ans, mais dix »
je m’etonne que cela s’applique à tout et tous sans exceptions. autant lave linge ou vaisselle je peux concevoir, autant les smartphones… un smartphone de 2011 ios ou android et proche de la mort non ?

autre chose, et quid des achats par internet de materiels chinois vendus en vrac? je doute FORTEMENT que la loi change quelque chose au truc.

avatar zcomzorro | 

@raoolito

Exact

avatar KevinMalone | 

Alors ça, c'est vraiment trop classe ! Si Apple et le gouvernement français pouvaient accorder leurs violons dans ce sens au-delà des frontières espagnoles, ce serait génial !
Le fait de pouvoir bénéficier de pièces détachées pendant dix ans plutôt que cinq, c'est aussi un très bon point pour eux !

(En France, ce serait cool de bénéficier d'une loi conso sur un plus grand nombre d'années aussi, un peu comme chez certains pays européens qui proposent cinq ou six ans 😇)

avatar Dodo8 | 

@KevinMalone

Comme ça on paye encore plus cher l’iPhone qui est déjà suffisamment cher ???

Excellente idée.

avatar KevinMalone | 

@Dodo8

... Hein ?

avatar jb18v | 

(bug dans l'app, à supprimer)

avatar noisette | 

Dommage que ce ne soit pas concerté au niveau européen pour uniformiser la garantie vers la meilleure durée

avatar FrDakota | 

Désolé pour le spam je n'obtenais qu'une erreur en envoyant. Comment on supprime ?

avatar pacolapo | 

" Les consommateurs pourront même choisir entre la réparation ou le remplacement de leur produit en cas de casse "

Je comprend pas, vous parlez de la garantie légale, donc pour une panne ?

Pour de la casse, faut payer dans tous les cas, et entre un écran à 300 euros et un remplacement du téléphone à 600, je pense que les gens savent choisir ce qui leur correspond le mieux.

avatar Clément34000 | 

Dix ans ?! Mais qui gardera un téléphone pendant autant de temps. Même si il fonctionne techniquement, les applis et les mises à jour de sécurité auront passé leur chemin 😐

avatar Clément34000 | 

C’est beau tout ça

avatar Pobla Picossa | 

Je ne dirai qu’un mot : Ooooolé !

avatar YetOneOtherGit | 

Au delà de la mesure un rien populiste il serait intéressant d’avoir des éléments chiffrés sur la réalité du pb qu’elle compte adresser :

- quel taux de pannes hors garantie pour le matériel électronique haut de gamme aujourd’hui ?
- quelle évolution de ce taux à 3 ans, 4 ans, 5 ans …

Sans ces données objectives je reste relativement dubitatif sur les raisons d’être rationnelles de ce type de mesure hormis d’un point de vue un rien démagogique 😎

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
Cette extension de la garantie de conformité et de disponibilité des pieces détachées ne concernent pas que les produits électroniques.
Et des pannes de frigo, machine à laver, TV, etc après les 2 ans et aucune pièce détachée réellement dispo, c'est pas une situation si rare que ça. La réparabilité, sous garantie ou pas, a clairement été réduite et ce volontairement par intérêt financier, c'est pas un secret, et rien que cela cela va dans le bon sens.

Mais comme souvent, votre réaction est d'abord et avant sur le seul plan économique pour le vendeur.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Cette extension de la garantie de conformité et de disponibilité des pieces détachées ne concernent pas que les produits électroniques."

Je sais mais mais la communication est très axée sur les produits électroniques haut de gamme, qui sont pour moi en première approximation loin d’être ceux où il y a le plus de pb de fiabilité

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Mais comme souvent, votre réaction est d'abord et avant sur le seul plan économique pour le vendeur."

Là ce n’est pas le cas, pour le vendeur le plus gros impact c’est finalement sur la rentabilité des offres d’extension de garantie.

Si mon hypothèse de faible taux de défaillance sur cette période d’extension de garantie gratuite est juste, cela n’aura pas un grand impact financier.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"La réparabilité, sous garantie ou pas, a clairement été réduite et ce volontairement par intérêt financier, c'est pas un secret, et rien que cela cela va dans le bon sens."

Là encore je me demande à quel point ce n’est pas un faux pb monté en épingle:
- Quel taux de défaillance?
- Quel taux de réparation quand celle-ci est possible?

Je rajouterai que la transition des composants discrets aux CMS, de la disparition de la haute tension des tubes cathodiques, de la réduction des câblages, de la diminution drastique du nombre d’éléments constitutifs.. bref de bien des éléments faisant que nous ne sommes plus dans les années 70/80 en terme de reparabilité a aussi fortement contribué à la vertigineuse diminution des taux de pannes.

La proportion des défaillances de produits pouvant être adressée à faible coût à elle mécaniquement chutée drastiquement.

Bref même d’un point de vue purement consumériste je ne suis pas certain que l’on ne monte pas en épingle un pb absolument anecdotique.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

J'ai vraiment pas l'impression que la migration des équipements domestiques vers plus d'électroniques intégrées se soit traduit par une endurance des appareils meilleure qu'avant. Mais alors vraiment vraiment pas.

Vous affirmez que le taux de panne depuis l'intégration de microcomposants toujours plus intégrés dans les produits de grande consommation a fortement baisser. J'aimerais bien des sources un peu plus fondées sur l'observation que cela.

> La proportion des défaillances de produits pouvant être adressée à faible coût
> à elle mécaniquement chutée drastiquement.

Une autre façon de dire que les appareils qui peuvent être réparés quand ils tombent en panne a diminuer fortement.

Ce qui ne signifie nullement qu'ils tombent moins souvent en panne qu'avant, mais uniquement qu'ils sont moins réparables qu'avant. Et je ne pense vraiment pas que cela soit fortuit, je pense, et c'est corroboré par pas mal d'études depuis quelques temps déjà, que c'est le fruit d'une démarche volontaire pour réduire la durée de vie des appareils à la frontière entre le tolérable par le client et le plus rentable pour le producteur, c.a.d. le plus proche possible de la limite où le consommateur accepte de racheter l'appareil la plus part du temps auprès de la même marque.

> Bref même d’un point de vue purement consumériste je ne suis pas certain
> que l’on ne monte pas en épingle un pb absolument anecdotique.

N'importe qui qui a eu une machine à lavée, ou voiture dans les années 70-80 sait que ces machines ont eu une endurance et une réparabilité incomparables avec celles qu'on les produits équivalents de nos jours. Entre les engrenages en plastique volontairement fait pour que cela casse fatalement au bout de quelques années (mais pas avant la fin de garantie) et l'absence de pièce de rechanges, les voitures dont la partie électronique, comme l'ordinateur embarqué, qui ne sont plus dispo après seulement 10 ans de vie alors que le vehicule, sa partie mécanique, tient parfaitement encore. Cas que j'ai vécu. Une 307 sw en parfait état mais dont une décharge malheureuse de batterie a griller l'ordinateur de bord (pas celui de l'écran, hein, celui qui gère l'injection et tout le reste). Impossible de trouver un ordinateur de rechange. Voiture partie à la casse, alors que mécaniquement elle était parfaitement en état, scandaleux en terme éconlogique, mais également économique pour moi.

En tant que consommateur, je suis certain que le pb de non réparabilité et d'endurance plus faible qu'avant est un pb bien présent dans mon quotidien.

Que cela soit anecdotique pour des actionnaires d'entreprises je m'en contrefout.
Ils n'ont pas plus de bulletin de vote que n'importe quel autre citoyen. En fait, les actionnaires de boites comme Apple and co ont probablement moins de bulletin de vote que les citoyens d'Espagne ou de manière générale de l'UE.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR