Disparition de Charles Geschke, cofondateur d'Adobe et co-créateur du PostScript

Mickaël Bazoge |
Charles Geschke.

Le monde de l'informatique a perdu un membre éminent et un pilier de sa communauté cette semaine : Charles « Chuck » Geschke, co-fondateur d'Adobe, est mort ce vendredi à l'âge de 81 ans, entouré de sa famille. Shantanu Narayen, le CEO de l'entreprise, déplore cette lourde perte pour l'industrie technologique « pour qui il a été guide et un héros pendant des décennies ».

C'est avec un collègue de chez Xerox, John Warnock, que Charles Geschke crée Adobe il y a 39 ans. Leur premier produit n'est autre que la technologie de description de page PostScript, qui révolutionne le secteur de la publication. C'est le PostScript qui a servi de base au PDF, devenu une norme ISO en 2008 et qui est devenu omniprésent.

« Chuck a poussé l'entreprise à innover sans relâche », écrit Narayen, « ce qui a abouti à plusieurs des inventions logicielles les plus innovantes, notamment le PDF, Acrobat, Illustrator, Première Pro et Photoshop ». Charles Geschke a été directeur général de l'entreprise de 1986 à 1994, puis le président de 1989 à 2000. De 1997 à 2017, il a été le président du conseil d'administration. Geschke est resté membre du board d'Adobe jusqu'en avril 2020.

La carrière de Charles Geschke a croisé à de nombreuses reprises celle d'Apple, bien évidemment. On se rappelle notamment de la passe d'armes en 2010 autour de Flash sur iPhone, dont Steve Jobs n'a jamais voulu (lire : Geschke : "Nous n'avons jamais abandonné Apple").

La vie personnelle de Geschke a été bouleversée en 1992 : il se fait kidnapper sur le parking d'Adobe et est retenu pendant quatre jours, puis est libéré grâce au versement d'une rançon de 650 000 $. Les deux ravisseurs ont été retrouvés puis condamnés à la perpétuité.


Source
Crédit image : Schmiebel, CC BY-SA 4.0
Tags
avatar occam | 

@marenostrum

"on connait pas l'inventeur de la roue déjà."

On ne le connaît pas pour deux excellentes raisons, dont chacune suffirait individuellement.

La première est due à l'ancienneté de cette invention, qui précède l'écriture (ou les écritures, au pluriel, ce qui pèse encore davantage).
Toute notion d'identité individuelle dans une tradition orale de langues qui ne se sont pas conservées et que l'écriture n'a pas préservée est à jamais perdue.

En Europe, la plus ancienne représentation d'un char à roues se trouve sur le gobelet caréné de Bronocice, en ce qui est aujourd'hui la Pologne. La datation radiocarbone calibrée d'un reste organique lui étant associé est de 3635 – 3370 avant notre ère, soit un âge moyen de 5500 ans.
https://en.wikipedia.org/wiki/Bronocice_pot
Or, nous nous trouvons face à la représentation d'un char à quatre roues déjà bien formé.
Les précurseurs ont selon toute probabilité dû avoir une longue histoire.

Les indicateurs préhistoriques en Mésopotamie et plus généralement au Moyen-Orient convergent vers un apparition de l'usage de la roue encore bien plus ancien qu'en Europe.
Les indicateurs ethno-archéologiques nous montrent des formes de précurseur de la roue conventionnelle probablement encore bien plus anciens. Pire, il est fort probable que de tels précurseurs ne seraient pas reconnaissables comme tels, hors contexte ; de toute façon ils n'auraient, comme toute matière organique, que d'infimes chances de nous parvenir.

Ce qui nous amène au deuxième point : la dispersion géographique nous indique comme extrêmement improbable l'invention unique, en un endroit unique, à un moment unique, de quelque chose qui ressemblerait à la roue. C'est la règle pour ce qu'il est convenu d'appeler des inventions émergentes.

Alors que Charles Geschke et John Warnock, à un moment précis, en un endroit précis... Dois-je poursuivre ?

avatar jazz678 | 

@occam

« Dois-je poursuivre ? »

Si vous avez du temps à perdre..
Avec lui c’est nourrir les cochons à la confiote

avatar occam | 

@jazz678

"Si vous avez du temps à perdre.."

Absolument pas.
Mais ma réponse ne s’adresse pas uniquement à l’OP.
Sinon, effectivement, ce serait selon toute probabilité peine perdue.

J’ai relevé la question parce qu’elle est du genre « massue de troglodyte », et qu’elle mérite une réponse substantielle qui la désamorce, une fois pour toutes.

Ce n’est pas parce qu’une question est lancée « à la con » qu’elle est en soi dénuée d’intérêt. Au contraire : ce genre de question mérite d’être décortiqué par le menu, car il illustre les procédés et les traits saillants d’un troll :
— la veulerie intellectuelle
— le beaufisme
— l’absence de curiosité
— l’incapacité de changer de perspective
— l’auto-suffisance circulaire : le « en veux-tu en voilà » de soi-même à soi-même, sans la moindre recherche d’élargissement de l’horizon.

Ce comportement est contagieux.
La première tendance de l’honnête homme serait de l’ignorer. Ce serait une erreur. Il faut le prendre au sérieux, en démêler les ficelles et les ressorts. Ainsi dévoilée, la mécanique n’est pas belle à voir. Mais il faut la regarder, car cette machine est aussi primitive que dangereuse.

avatar jazz678 | 

@occam

Vous décrivez les traits saillants du troll de combat. Celui-ci en présente d’autres qui ne m’évoquent que de la nausée.

Depuis des années que je fréquente ce lieu d’échange j’ai appris à trier.

Energy saving

En tout cas bon courage à vous

avatar YetOneOtherGit | 

@jazz678

"du troll de combat"

Je ne suis même pas certain que mare nostrum soit cela, juste un intellect très étrange et inquiétant 🥺

avatar jazz678 | 

@YetOneOtherGit

Vouloir cerner les personnages rattachés aux pseudo est assez périlleux.

Par définition c’est très nébuleux.

Ce qui me 🤢 le plus c’est la modération étonnamment conciliante et sélective à certains moments.

Mais bon liberté d’expression toussa....j’imagine

avatar marenostrum | 

on connait les pharaons qui datent avant la roue.
toute procédé technologique est jamais fini, pour ne pas dire que ça ne suffit pas une personne, ou une vie humaine le finir. la roue on l'améliore encore de nos jours et on va l'améliorer toujours. c'est jamais fini le truc.
le code qui a écrit ce gars pareil. on connait pas l'inventeur de l'écriture, pourquoi connaitre celui ci ? etc.

avatar raoolito | 

@YetOneOtherGit

au mieux il faut éviter de donner à manger aux trolls, spécialement en les appelant 3x devant son miroir…
vous pouvez les cacher aussi, c’est simple et ca fait du bien aux nerfs en general...

avatar petergab64 | 

Hum créateur de Photoshop, vous êtes certain ?

avatar YetOneOtherGit | 

@petergab64

“Hum créateur de Photoshop, vous êtes certain ?”

Le communiqué de presse est effectivement mal rédigé et laisse à croire que Photoshop est issue totalement d’Adobe.

Ce qui est évidemment faux.

“Chuck instilled a relentless drive for innovation in the company, resulting in some of the most transformative software inventions, including the ubiquitous PDF, Acrobat, Illustrator, Premiere Pro and Photoshop.”

avatar OuaisVoilaQuoi | 

Cela me rappelle la première fois où j'ai pu mettre la main sur un Mac (je crois que c'était un 128k) avec Adobe pagemaker, sur lequel j'ai débuté en PAO...

Souvenir ému ou j'ai tâté pour la première fois... les polices vectorielles ! A l'époque c'était une vraie révolution, parce que ces polices sont indépendantes de la résolution, et donc on peut les agrandir, les déformer, etc... à l'infini !

Et Apple et le Macintosh ont toujours été de grands pionniers et promoteurs du graphisme vectoriel, ainsi que du Postcript, bien avant les autres OS.

Apple et la PAO, une grande histoire d'amour... (certains diront "tourmentée", mais je ne veux me rappeler que de mon regard de grand gamin sur ces merveilles).

avatar occam | 

@OuaisVoilaQuoi

"Souvenir ému ou j'ai tâté pour la première fois... les polices vectorielles !"

C'est le moment de rappeler que le support d'Adobe pour ses polices vectorielles Type 1 (pur PostScript) est en phase terminale :
https://helpx.adobe.com/fonts/kb/postscript-type-1-fonts-end-of-support.html

Il faudra tout mettre à jour en OpenType ou, le cas échéant, TTF.
Pour « mettre à jour » lisez . racheter.

avatar jcp25 | 

@OuaisVoilaQuoi

PageMaker et ATM... Cela ne nous rajeuni pas !
Et ensuite XPress 2...
🐾🐾🐾🐈🐈🐈

avatar albert13 | 

@OuaisVoilaQuoi

Pareil qd j’ai utilisé pour la première fois ce logiciel d’Aldus 😉
et j’ai été vraiment triste qd Adobeeeee à racheter ou absorber comme tu veux Aldus et sauf erreur qd un jour un journaliste a interrogé un ou le dirigeant d’Adobe sur ce rachat il lui aurait répondu qqchose de ce genre :
« Voyez on donne de l’importance à ce rachat car on a conservé ds Adobeeee le A de Aldus »😂

avatar Sokö | 

@OuaisVoilaQuoi

"Souvenir ému ou j'ai tâté pour la première fois... les polices vectorielles"

Qui n’auraient pas existé sans les courbes de Bézier. Toute cette histoire est une chaîne où de nombreuses personnes ont apporté des maillons.

Je cite :
Les courbes de Bézier sont des courbes polynomiales paramétriques développées pour concevoir des pièces de carrosserie d'automobiles. Elles ont été conçues par Paul de Casteljau en 1959 pour Citroën et, indépendamment, par Pierre Bézier en 1962 pour Renault (les travaux de Paul de Casteljau étaient confidentiels, c'est le nom de Bézier qui est passé à la postérité). Elles ont de nombreuses applications dans la synthèse d'images et le rendu de polices de caractères. Elles ont donné naissance à de nombreux autres objets mathématiques.
Wikipedia

avatar DouceProp' | 

R.I.P.ps

avatar Boboss29 | 

Un grand homme à qui je dis merci.
Adobe est une des sociétés, si ce n'est la société, qui m'a le plus donné envie d'apprendre à utiliser un ordinateur. Ils ont révolutionné le monde actuel avec leurs technos.

Adobe n'est certes pas le créateur de Photoshop mais l'éditeur qui a su le commercialiser pour l'intégrer à sa gamme de produits, comme plusieurs autres logiciels. A l'instar d'un Apple, ils ont su repérer et racheter les bonnes technologies pour créer un écosystème efficace et cohérent.

Merci pour avoir été à l'origine de cette belle société qui n'a cesse de me faire rêver.

avatar occam | 

@Boboss29

"A l'instar d'un Apple"

À l’époque où les relations n’étaient plus au beau fixe entre Apple et Adobe, John Gruber s’est donné la peine de commenter une longue interview de Chuck Geschke :
https://daringfireball.net/2010/05/paczkowski_geschke

Il en releva les incongruités et les faux-semblants, mais il dut se rendre à l’évidence : Adobe et Apple avaient exactement le même comportement, la même conception de leurs intérêts, et la main tout aussi lourde pour les préserver et les faire avancer.

avatar albert13 | 

@Boboss29

« Merci pour avoir été à l'origine de cette belle société qui n'a cesse de me faire rêver. »

et pas merci à cette société de nous obliger à acheter des abonnements et non pas donner le choix d’acheter une licence perpétuelle ou abonnement
c’est fromage ou dessert
pas les deux 😡

avatar Uriah Heep | 

Le décès de «Chuck» n’a pas beaucoup ému les médias. Merci à MacG d’avoir relayé cette information. Cet homme le méritait.

avatar BeePotato | 

Je suis surpris que l’auteur de l’article n’ait même pas écrit « RIP » pour le co-inventeur de PostScript. 😉

avatar occam | 

@BeePotato

😂

avatar YetOneOtherGit | 

@BeePotato

Bien vu 😉👍

avatar TheUMan | 

Une page se tourne...

avatar occam | 

@TheUMan

On dit showpage.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR