Le Sénat se penche sur l'empreinte carbone du numérique et propose d'interdire les forfaits illimités

Sabrina Fekih |

Alors que le confinement a fait exploser les ventes d'appareils high-tech et la consommation d'internet, le Sénat a rendu ce mercredi un rapport de 70 pages sur l'empreinte environnementale du numérique.

Selon la mission en charge de la question, le numérique est un « angle mort des politiques environnementales et climatiques ». Pourtant le numérique est bel et bien énergivore. En 2018, l'industrie du numérique était à l’origine de 3,7 % des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde et de 4,2 % de la consommation mondiale d’énergie primaire. Cet impact environnemental est dû à la fabrication des équipements (terminaux, centres informatiques…) à hauteur de 44 % et à leur utilisation pour le reste.

Image : Sénat

Pour le président de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), « comme cette pollution ne se voit pas, nous sommes dans le ressort de l’impensé ». Toutefois, son empreinte est réelle et risque de s'intensifier dans les années à venir, prévient le Sénat.

D'ici 2040, si rien n'est fait, le numérique pourrait atteindre près de 7 % des émissions de gaz à effet de serre de la France, un niveau bien supérieur à celui actuellement émis par le transport aérien par exemple (4,7 %). Le Sénat s'inquiète également que l'empreinte des centres de données puisse exploser de 86 % d'ici à 2040.

Pour prévenir cela, le Sénat prévoit d'inciter l’installation de data centers en France et conditionner l’avantage fiscal sur la base des performances environnementales.

Émissions de gaz à effet de serre du numérique en scénario central. La hausse serait principalement portée par les terminaux. Image : Sénat

De manière générale, afin d'éviter le scénario du pire pour 2040, la mission sénatoriale a établi une feuille de route pour une transition numérique écologique comportant 25 propositions. Parmi ces propositions figurent une taxe carbone aux frontières de l'UE ou encore des sanctions plus fortes contre l'obsolescence programmée, notamment via un recours plus systématique au name and shame (dénoncer une entreprise fautive sur la place publique).

Du côté des sénateurs une volonté d'« interdire les forfaits mobiles avec un accès aux données illimité » s'est fait entendre. L'objectif serait de rendre « obligatoire une tarification proportionnelle au volume de données du forfait. » En d'autres termes cela signifierait une facture à la consommation, une façon de mettre en place une dynamique nouvelle, de type pollueur-payeur, qui conduirait à une modération naturelle des usages grâce à une dissuasion par le prix.

Cette proposition risque de faire polémique auprès des utilisateurs, en particulier auprès de ceux qui consomment le plus, car ils pourraient voir le montant de leur facture s'envoler. L'opérateur mobile virtuel Prixtel dispose depuis longtemps d'une offre ajustable s'inscrivant dans ce schéma : si vous consommez moins de 5 Go, vous payez 9,99 €/mois ; entre 5 et 15 Go, c'est 14,99 € ; et plus de 15 Go, c'est 19,99 €.

Pourquoi cette proposition ? Parce que selon l’étude commandée par la mission d’information, l'amélioration de l'efficacité énergétique des réseaux ne permettra pas d'absorber la hausse des usages : « la consommation d’énergie primaire des réseaux en France pourrait passer, en scénario central à 13,3 TWh en 2025, et 19,4 TWh en 2040, soit une hausse de 75 % ». Les émissions de gaz à effet de serre augmenteraient pour leur part de 34 %.

Enfin, les sénateurs proposent aussi une TVA à 5,5 % sur la réparation des smartphones ou l'achat d'un téléphone reconditionné pour encourager l'acquisition d'appareils de seconde main. Les résultats potentiels de cette initiative sont à prendre avec des pincettes quand on sait que l'arrivée de la 5G pourrait conduire les utilisateurs à changer d'appareil pour du neuf.

avatar Gwynpl@ine | 

@antoine76

J'ai du blé, alors ma vie est illimité, j'ai pas de blé j'ai la vie limité.

C'est juste histoire de pouvoir limiter l'accès aux connaissances des plus démunis, ou simplement les opérateurs qui font du lobbying sur les sénateurs pour faire grandir leurs revenus ?

J'ai l'impression que nos dirigeants nous prennent pour des cons, avec comme argument d'autorité l'écologie. Il y tellement plus à faire sur des points plus importants, mais faut vite remplir à nouveau les poches du capital.

avatar bambou55 | 

@Gwynpl@ine

Heu, c’est pas l’accès aux connaissances qui consomment les data, mais bel et bien les vidéos, YouTube, Netflix etc

avatar oomu | 

diantre, youtube et netflix ne sont pas des sources de richesses culturelles et de documentaires ?

hmmm, je pense qu'il est temps de vous moraliser de penser et regarder comme le Oomu (le oomu regarde les documentaires animaliers sur les plateformes, et des conférences universitaires sur les youtubés, mais le oomu est moral lui, il est responsable lui, il est bien, lui, il regarde du beau, du bon, du vrai, LUI)

méfions nous des logiques dans lesquels on s'embarque rapidement.

avatar oomu | 

en général, les politiques de "frapper le consommateur par le prix" n'affecte que les gueux, les sans dents, les gens de la vraie France qui ont une destinée humaine (pardon, j'utilise les termes officiels des politiciens) pas les OOMUS.

Les OOMUS, eux, pété de thunes de cadre sup qui a rien à foutre de financer une voiture ou une maison (de +) paiera d'avantage sans presque pas s'en rendre compte.

ha ben vi, faudrait pas que ça soit "douloureux" pour la classe qui fréquente le monde politique, a une capacité de nuisance (j'ai du temps, je bosse pas la nuit), etc etc. et pis je suis l'électorat gaucho-centro-de-droite-qui-a-un-projAY.

donc NaOn : ça ne marche pas.

-
avant de vous emballer sur ces questions absurdes et les politiciens, buvez du jus d'orange, intéressez vous à la technologie, aux initiatives et prenez du recul.

Penser en terme de congestion, de régulation des services ou de concentration des centres d'hébergement pour mieux mesurer leur consmmation, ça n'est pas grave, c'est même un intéressant défi.

Les politiciens y viendront plutôt que de faire de l'ultra-impopulaire en bridant d'un coup.

-
"nos dirigeants nous prenne pour des cons"

c'est un fait, ils sont formés et élus pour cela depuis toujours.

Nous élisons un politicien pour qu'il nous prenne pour un con (si on était pas con, on auarait pas besoin de lui, hé)

donc ça.. on s'en fout. c'est un truc acquis de base.

n'hésitez pas à militer, à les contacter, à emmerder le pouvoir politique, du matin au soir, du début jusqu'à la fin de chaque mandat, et le tour suivant encore, qu'importe la couleur du parti du jour.
Eux ils vous prennent pour un con
Et vous, vous les prenez pour des pourris

donc bon.. c'est de bonne guerre. et ils s'attendent à être contacté par des lobbys, des électeurs, etc.

avatar Gwynpl@ine | 

@oomu

Pour ta dernière partie, heureusement que j'ai un Mac efficace pour créer des tracts !

@bambou55

C'est vrai que pour un cours en ligne le flux est plus light, si le cours est nul ^_^

avatar CorbeilleNews | 

@antoine76

Les 25 ans en arrière, on ne les a jamais vraiment passés, en fait on est resté bloqué a il y a 40-50 ans en arrière : quand on croyait que la consommation serait possible sans fin !!!

Les mentalités n’évoluent pas et c’est bien cela qui est le plus inquiétant...

avatar tom's | 

Ça va être le retour des forfaits 2h d’appel et 3go de data pour 39,99 € ? 😝😝😝

avatar Tomtomrider | 

@tom's

Moi je m’en fiche j’attend mon cd AOL, pardon, orange, dans la boîte aux lettres

avatar tom's | 

@Tomtomrider

🤣

avatar gemrosh | 

Faut croire qu’au Sénat ils n’ont que ça à faire...

avatar Seb42 | 

@gemrosh

Parce que tu penses qu’il n’y a rien à faire. Il faut ouvrir les œillères.
Ce constat a été fait par sciences et vie il y a déjà un an, vous auriez dit la même chose.
L’énergie demandée par le numérique va exploser et l’IA sera une énorme partie.
Donc non il ne faut pas ne rien faire

avatar gemrosh | 

@Seb42

Dans ce cas là, pourquoi autoriser les fréquences 5G ?
On peut aller plus loin dans le débat plutôt que de s’arrêter uniquement sur la notion de DATA illimitée...

avatar Seb42 | 

@gemrosh

Oui entièrement d’accord, est ce que la 5G est plus ou moins energivore que la 4G (perso je ne me suis pas renseigné mais je vais le faire) alors c’est incompréhensible.
Mais la on parle du transit des données pour les data center si je ne me trompe, qui doit par rapport à l’alimentation des antennes relais être bien supérieur (a mon avis)

avatar bambou55 | 

@Seb42

La 5G est moins energivore que la 4G, la 4 moins que la 3 etc... par unité de data.
Mais comme la consommation grimpe de manière exponentielle, le gain réalisé est vite compensé...

avatar oomu | 

la 5G est moins "énergivore" que la 4G : elle utilise mieux les fréquences, elle profite d'avancée en logiciel et aussi des améliorations des électroniques.

MAIS ON S'EN FOUT !

Comprenez bien l'Humanité (votre propre Nature) : vous ne dites pas "ha c'est bien, on bouffe moins, pour pareil qu'hier, c'est cool"

vous dites (ok ok, les entrepreneurs, les ingénieurs, les Optimiseurs, etc du monde) "ha, grâce à ce gain, nous allons concevoir de nouveaux usages, grâce à l'amélioration des matériaux nous pouvons pousser vers de plus hautes températures et ainsi accélérer ENCORE PLUS que hier, avant hier, avant avant hier et avant avant avant hier "

avatar oomu | 

ce n'est pas de limite ou interdit qu'il faut faire alors.

Mais de la régulation des usages et gestion de la congestion du réseau, sans chercher à augmenter toujours plus les fréquences et puissance des alimentation des routeurs.

avatar Seb42 | 

@oomu

Je suis entièrement d’accord avec vous sur les 2 messages.
Mais vous vous contredisez car ok pour la regulations mais comment la faites vous dans limitations, on parle bien de la même chose que ce soit en nombre de data alloué par personne ou de qualité de service à offrir.
On parle bien de bridage, ou j’ai mal compris.

avatar fousfous | 

Et les data center ils sont alimentés au charbon en France?
Surtout avec des plus en plus d'entreprise comme Apple qui alimentent les data center avec des l'énergie propre cette mesure n'a pas vraiment de sens.

avatar Kimaero | 

@fousfous

En France non (il y a le nucléaire et c’est un autre débat), mais aux USA, en Chine, ou même beaucoup plus proche (en Allemagne par exemple)... oui, ton data-center risque d’être effectivement fourni en énergie fossile.

Et la plupart des services sont fournis par des data-centers à l’étranger.

Quant aux énergies « propres », utilisées par exemple chez Apple, il faut aussi prendre en compte l’énergie grise, c’est à dire ce qui est utilisé pour produire ton panneau solaire ou ton éolienne (minage des métaux rares, multiples transports, usinage, recyclage...).
Ce n’est malheureusement pas négligeable, et, paradoxalement, majoritairement fourni en énergies fossiles.

avatar bambou55 | 

@Kimaero

La seule énergie propre qui existe est celle qui n’est pas consommée

avatar oomu | 

exacte.

avatar Cactaceae | 

@bambou55

Donc l’Univers n’est pas propre 🤔

avatar Bigdidou | 

@Cactaceae

« Donc l’Univers n’est pas propre 🤔 »

Non, il parait qu’il est tellement plein d’entropie degueulasse.
J’irai jamais, ça fait pas envie.

avatar Link1993 | 

@Kimaero

T'as oublier de mentionner les rachats d'électricité verte en compensation... (produit là les pays scandinaves, rien que pour la blague et l'escroquerie... 😇)

avatar Khrys | 

@fousfous

Techniquement oui, à l'heure actuelle, il reste encore quatre centrales à charbon fonctionnelle en France.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR