La justice confirme qu'Amazon France ne doit commercialiser que des produits essentiels 🆕

Mickaël Bazoge |

Mise Ă  jour — Amazon a pris connaissance de l'issue de l'appel et reste « perplexe » face Ă  cette dĂ©cision. L'entreprise Ă©value les implications pour ses sites ainsi que pour ses collaborateurs, ses clients, et pour les TPE et PME françaises qui commercialisent leurs produits via Amazon. Les entrepĂŽts français resteront fermĂ©s jusqu'au 28 avril inclus.


Article original — Amazon France doit s'en tenir Ă  la vente de produits essentiels pendant l'Ă©valuation des risques que fait peser le coronavirus dans ses entrepĂŽts, a statuĂ© la cour d'appel de Versailles. Ce faisant, la cour confirme l'ordonnance du 14 avril du tribunal de Nanterre, un jugement qui a poussĂ© le gĂ©ant du commerce en ligne Ă  fermer ses centres de distribution français.

Image : Amazon

La cour d'appel exige donc la restriction de l'activité de ses entrepÎts aux marchandises essentielles des rubriques suivantes :

  • high-tech, informatique, bureau ;
  • tout pour les animaux (dans la rubrique maison, bricolage, animalerie) ;
  • santĂ© et soins du corps, « Homme », nutrition, parapharmacie (dans la rubrique beautĂ©, santĂ© et bien-ĂȘtre) ;
  • Épicerie, boissons et entretien.

Une liste finalement assez large : bon nombre de produits peuvent entrer dans ces catĂ©gories. Amazon France a 48 heures pour mettre en Ɠuvre cette mesure. Au-delĂ , pour chaque rĂ©ception, prĂ©paration et/ou expĂ©dition de produits non autorisĂ©s, et ce pendant une durĂ©e maximale d'un mois, une astreinte de 100 000 euros pourra ĂȘtre prononcĂ©e. C'est moins que le million d'euros dĂ©cidĂ© par le tribunal de Nanterre, mais il ne fait aucun doute qu'Amazon ne voudra pas tenter le diable.

Le jugement initial exige d'Amazon une évaluation des risques liés à l'épidémie. Le tribunal avait estimé que l'enseigne avait, « de façon évidente, méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés ». Malgré la mise en place dans les plateformes de mesures sanitaires (distribution de lingettes désinfectantes, gel hydroalcoolique, masques, distanciation sociale), les syndicats à l'origine de cette action en justice ont estimé qu'Amazon n'en avait pas fait assez.

Une partie des commandes passées en France sont traitées en Allemagne.

On suivra de prĂšs la rĂ©action d'Amazon France, sachant que la fermeture de ses sites de distribution pour en Ă©valuer la situation sanitaire ne l'empĂȘche pas de prendre les commandes de n'importe quel produit. Ce sont les entrepĂŽts europĂ©ens du groupe qui ont pris le relais (lire : Il est toujours possible de commander et de se faire livrer sur Amazon France).

avatar pagaupa | 

@ArtMacGedon

Bien vu! C’est pour ça que ceux qui commandent en Allemagne me font bien rire...

avatar Mobieus59 | 

Je sors d’un petit carrefour market Ă  cĂŽtĂ© de chez moi. Bah c’est simple je peux m’acheter un jeux Ps4, une imprimante, un DVD et des livres de poche alors qu’Amazon n’a pas le droit de vendre les mĂȘmes produits. C’est incomprĂ©hensible !!!!

avatar pagaupa | 

@Mobieus59

Peut-ĂȘtre que ton carrefour market protĂšge ses employĂ©s et respecte les rĂšgles sanitaires?

avatar tbr | 

Il suffit de savoir quels sont les instigateurs de la fermeture des entrepÎts Amazon en France, en tout cas certainement pas les défenseurs du travailleur et de sa santé, pour comprendre le pourquoi du comment. Ils sont le cancer généralisé de toute entreprise et ne défendent que leur idéologie de m***.

Tous les syndicats ne sont heureusement pas comme ça.

Et ces rigolos font comment pour juger de l’importance d’un colis : en regardant dedans ? Si je suis une boĂźte qui envoie ses produits par Amazon, je crĂšve ? Amazon leur fait un doigt en envoyant les commandes depuis les pays limitrophes et « ken » ces dĂ©biles qui n’entravent que dalle au business... parce qu’ils ne peuvent rien y faire.

avatar mateodu13 | 

« La justice confirme qu'Amazon France ne doit commercialiser que des produits essentiels »

Et qui va décider ce qui est essentiel ou non pour les consommateurs : les syndicats bolcheviques ? les juges bolcheviques ? Comme si les consommateurs étaient incapables de détériorer ce qui est essentiel pour eux. Surtout pour ceux qui télétravaillent en période de confinement. DerniÚre question : qui va indemniser les vendeurs qui utilisent la plateforme marketplace qui vont se retrouver lésés par cette décision ?

avatar Popal | 

J'achĂšte chez Cdiscount, ils payent leurs impĂŽts en France.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR