Un cofondateur de Facebook appelle au démantèlement du réseau social

Mickaël Bazoge |

Le démantèlement de Facebook fait son chemin dans les esprits. Elizabeth Warren, candidate à la nomination démocrate pour la future élection présidentielle américaine, a la première annoncé qu’elle éparpillerait façon puzzle les mastodontes du numérique si elle était élue. Rebelote aujourd’hui, avec cette même proposition de démonter le réseau social, faite par une personne qu’on n’attendait pas dans ce débat.

Chris Hughes. Photo : USV, CC BY 2.0.

Chris Hughes est un des co-fondateurs de Facebook. Dans une tribune publiée dans le New York Times, il déplore le pouvoir « sans précédent » (et « non américain ») de Mark Zuckerberg qui lui confère une influence énorme dans le secteur de l’innovation et de la concurrence. Il estime également que le choix, la vie privée et l’attention des utilisateurs sont devenus « otages » du modèle publicitaire de Facebook.

Hughes pense aussi que le contrôle accru de Facebook — et donc de Mark Zuckerberg — sur l’expression de ses utilisateurs est un trop lourd fardeau pour un seul homme. Pour rééquilibrer les choses, celui qui a quitté Facebook en 2007 propose donc de mettre en place une régulation : « Mark n’aura peut-être jamais de boss, mais son pouvoir a besoin d’être contrôlé ». Il demande donc que le gouvernement américain « casse » le monopole de Facebook, en séparant le réseau social (de nouveau, puisqu’il s’agissait d’acquisitions) d’Instagram et de WhatsApp. Les deux apps redeviendraient donc indépendantes.

Les autorités devraient également réguler l’entreprise, par exemple par l’entremise d’une agence de supervision et la mise en place d’un système équivalent au RGPD européen. Redonnant ainsi le contrôle des données aux utilisateurs. Devant l’émoi provoqué outre-Atlantique par cette longue tribune, Facebook a réagi. Dans un communiqué à CNN, Nick Clegg le vice-président à la communication et aux affaires juridiques explique que le réseau social « accepte qu’avec le succès, vient la responsabilité ».

Mais « on ne renforce pas la responsabilité en appelant au démantèlement d’une entreprise américaine à succès ». Facebook appelle à la mise en place de « nouvelles règles pour internet » ; Mark Zuckerberg (qui sait pertinemment qu’une gouvernance mondiale mettra un temps infini à se mettre en place) rencontre des dirigeants partout dans le monde à cet effet.

Chris Hughes n’est pas le seul « ex » de Facebook à donner de la voix pour reprocher le comportement de l’entreprise. En mars 2018, Brian Acton, cofondateur de WhatsApp, avait invité à « supprimer Facebook » (lire : Facebook/WhatsApp, des fondateurs qui divergent sur le fond).

Tags
avatar ClownWorld 🤡 | 

N’importe quoi
Et j’ai pas Facebook

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

Et j’ai pas Facebook
Si, si. Et tu le le savais pas.

avatar anonx | 

L’ensemble des big data.. ☝?

Je ne cesse de le dire depuis X temps ?

avatar Jeckill13 | 

@anonx

Le big data ne se limite pas à Facebook ni même aux GAFA ...

avatar anonx | 

@Jeckill13

Oui et donc?

Je parle pas de GAFAM ou de NATU... je dis bien big data !

avatar Jeckill13 | 

« le choix, la vie privée et l’attention des utilisateurs sont devenus « otages » du modèle publicitaire de Facebook » c’est un peu abusé quand même. La « prise d’otage » est quand même facile à éviter ! Personne n’est obligé d’avoir un compte Facebook ni d’utiliser Facebook !

avatar pim | 

@Jeckill13

Si t’as pas Facebook t’as pas de vie !!!

(second degré)

avatar CorbeilleNews | 

@pim

Ce n'est pas l'inverse ?

Si tu as Facebook tu n'as pas de vie.

Quand on voit le temps passé par certains, cette phrase est tout à fait exacte ?

avatar pim | 

@CorbeilleNews

Ah, excellent !?

avatar mfams | 

@CorbeilleNews

Je connais des gens qui ont de belles vies enrichissantes tout en étant membres et d’autres ont des vies vraiment difficiles ...ils ne sont pourtant pas adeptes. On est pas si special de refuser fessebook.

avatar Lonsparks23 | 

@Jeckill13

Pas exactement, car comme on l’explique chaque fois, Facebook n’est pas que Facebook (Instagram et autre...) et même les non-utilisateurs ont tout de même un « Shadow compte » basé sur les IP de connexions et les trackers présents sur à peu prêt tous les sites sur les internets.

Il ne suffit pas de ne pas l’utiliser ou de ne pas avoir de compte. Facebook se fait une joie de tracker tout le monde peut importe notre avis...

avatar vincentn | 

@Jeckill13

Si toi tu n’es pas abonné à Facebook (ou Whatsaap, Instagram,…) certains de tes amis, ta famille, tes collègues le sont. Et ont forcément, un jour ou l’autre, donnés des informations, certains de tes liens d’affinités. Bref, tu es déjà dans le graphe et les données de Facebook, que tu le veuilles ou non.

Et si par le plus heureux des hasards, aucunes de tes connaissances n’est sur Facebook, toi, en tant qu’internaute, tu navigues sur des sites qui utilisent des outils, des cookies, des traqueurs, … de Facebook.
Bref, tu es déjà dans le graphe et les données de Facebook, que tu le veuilles ou non.

Et si par le plus heureux des hasards tu ne vas que sur des sites, des services n’utilisant rien venant de Facebook ou de ses filiales, tu as forcément été sur des sites qui ont revendus tes traces, métadonnées, données, etc. à des data brokers qui ont eux-mêmes revendus ces données à Facebook, l’un de leur client.
Bref, tu es déjà dans le graphe et les données de Facebook, que tu le veuilles ou non.

Nous sommes donc, que tu le veuilles ou pas, des « otages » du modèle Facebook.

PS: On peut remplacer Facebook par Google, c’est la même chose.

avatar marenostrum | 

j'ai pas de compte Facebook mais j'utilise Instagram et WhatsApp. bref ça revient au même, mais même sans ça, dans n'importe quel page internet Facebook a des liens. c'est pareil. si un proche a un compte la bas, pareil. donc tu peux pas t'échapper, même sans compte, on un effaçant le compte ou virer l'app.

avatar pat3 | 

@Jeckill13

L’ennui c’est que même sans utiliser ni avoir Facebook, on entre dans son radar. Suffit d’avoir un ami qui a offert son carnet d’adresse à Facebook…

avatar reborn | 

J’aime pas trop facebook mais c’est pas pour autant que j’adhère à ses propos. En tant qu’utilisateurs c’est nous les "patrons". Suffit de désinstaller l’application..

avatar DG33 | 

@reborn

Oh que non, « suffit pas », hélas. De nombreux articles l’expliquent.

avatar reborn | 

@DG33

Comment ils peuvent continuer à fonctionner sans utilisateurs ?

avatar Yves SG | 

Ce qui me surprend c’est qu’il y a 5 ans Facebook était donné comme hasbeen, et qu’aujourd’hui il semble bel et bien être toujours leader sur son marché...

avatar pim | 

@Yves SG

C’est sans doute ça le fond de l’affaire : tous ceux comme Chris Hugh qui ont vendu leurs actions Facebook il y a cinq ans sont tellement vénère de s’être plantés et d’avoir perdu des millions, qu’ils verraient d’un bon œil une attaque en règle de l’État contre Marc Zuckerberg. Oh, pas grand chose, juste lui couper les deux bras, les deux jambes, mais promis c’est lui qui reste le chef, on lui laisse sa tête de post ado constipé un peu perdu !

avatar marenostrum | 

c'était pas encore rentré en bourse à l'époque (2007). c'est l'époque de smartphone qui a tout changé. Facebook est devenu important.

avatar pim | 

@marenostrum

Effectivement, bonne analyse.

avatar naas | 

Woz est plus rigolo dans ses propos

avatar mfams | 

Oui, une vie incroyable si tu dis non à Facebook ou fessebook. ..., mais non finalement. Tous les jours, ils font presque tout sur le net, ces accrocs à l’iPhone, qui ne peuvent le laisser même pas 2 petites minutes. Impossible de ne pas y laisser ses miettes sur le chemin.

avatar Paquito06 | 

“Hughes pense aussi que le contrôle accru de Facebook — et donc de Mark Zuckerberg — sur l’expression de ses utilisateurs est un trop lourd fardeau pour un seul homme. “

Bien sur, FB est devenu trop gros et ingerable (too big to fail??). MZ ne controle plus rien, il est depassé par les evenements, les scandales a repetition le prouvent, c’est juste devenu un symbole le bonhomme. Hughes sait de quoi il parle, pour avoir une vision en interne de la firme, les controles et la manipulation des data ne sont pas ce qu’elles sont avec Google ou Apple, c’est un autre niveau. Pourtant, de brillants profiles rejoignent FB (Menlo Park) chaque jour et pensent pouvoir contribuer a un monde meilleur mais le meuble a ete mal construit. Un demantelement a du sens pour aplanir les choses.

avatar marenostrum | 

il est blond celui-la

Pages

CONNEXION UTILISATEUR