Californian way of life : à fond la forme

Guillaume Dubeaux |

Depuis son installation en Californie il y a un an, Guillaume Dubeaux vit son rêve américain. Ce passionné de high-tech partage son quotidien technologique dans une série de chroniques estivales.

Outre Hollywood, la Californie du Sud est connue pour le culte du corps qui y règne. Je ne vous cache pas que je croyais au début que c’était un mythe. Mais un an plus tard, force est de reconnaître que le sport est prépondérant en « SoCal », comme on dit ici pour Southern California. Le sport fait même partie intégrante du lifestyle, et Apple a réussi à se faire une place de choix dans ce domaine.

Le nombre d’utilisateurs d’Apple Watch est impressionnant ici, notamment chez les jeunes. Sur tous les jeunes que je croise quotidiennement, au moins un sur trois porte une Apple Watch.

Apple Heart Study

Dernièrement, la Pomme a plus clairement orienté sa montre sur le segment du sport et de la santé. Elle a noué un partenariat avec l’école de médecine de l’université Stanford autour d’une étude sur l’état du cœur des Américains. Je n’ai malheureusement pas pu participer à l’Apple Heart Study (les inscriptions sont fermées depuis le mois dernier), mais je suis certain que ce genre d’étude permettra d’en apprendre plus sur des maladies parfois silencieuses comme la fibrillation atriale qui peuvent causer de sacrés dégâts.

Pour cette chronique, je mets ma casquette de post-doctorant à l’Université de Californie, San Diego (UCSD pour les intimes). Je ne travaille pas directement sur la santé humaine, mais je baigne dans le scientifique.

Petite parenthèse pour les Géo Trouvetou en herbe. Je recommande chaudement les applications Papers et Findings. La première est un gestionnaire de bibliographie et la seconde est un cahier de laboratoire numérique avec plein d’outils intégrés. Les deux sont multi-plateformes. Fin de la parenthèse.

Findings

En tant que scientifique, je trouve extrêmement intéressantes les démarches des GAFA sur la santé. Google veut « soigner » la vieillesse avec Calico — cela mériterait un article à part entière tant il y a matière à débattre. Amazon pourrait devenir livreur de produits pharmaceutiques sous ordonnance. Facebook a démarché des hôpitaux pour obtenir des données médicales anonymisées qu’il ferait ensuite correspondre avec ses membres dans le but de les conseiller médicalement. Et Apple dans tout ça ?

C’est certainement celle qui fait les choses les plus concrètes à l’heure actuelle. L’excellente application Santé permet d’enregistrer toutes ses activités ainsi que ses changements physiques mesurés par des apps tierces et des accessoires connectés.

Ce n’est pas tout. L’app Santé fonctionne avec ResearchKit, un framework open source permettant de créer des études cliniques. Par exemple, l’app mPower doit aider à mieux comprendre la maladie de Parkinson. Pour résumer, le patient peut suivre l’évolution de la maladie et en parallèle les chercheurs ont accès à une quantité énorme de data, ce qui n’aurait même pas pu être envisagé il y a quelques années.

mPower

En tant que chercheur, je peux vous dire que plus nous avons de data en notre possession et meilleures (robustes) seront nos conclusions. Cela permet donc aux recherches cliniques d’avancer bien plus rapidement que par le passé… Et de mieux comprendre certaines maladies car en ayant beaucoup de data, on évite aussi d’être biaisé !

En plus de ResearchKit, il y a CareKit, qui est orienté patient. L’idée derrière cet autre projet open source est de permettre la création d’applications aidant les gens à mieux comprendre leur maladie et mieux vivre avec.

Je trouve cette approche primordiale. Apple ne cherche pas uniquement à faire avancer la recherche, elle veut aussi améliorer le quotidien des malades sans tarder. Une des premières apps à avoir exploité CareKit est One Drop, qui sert à suivre le diabète moins péniblement.

Pour boucler la boucle, l’application Santé est sur le point de devenir une interface médecin-patient moderne, si tant est que vous vous fassiez soigner dans un établissement partenaire. Le nouveau service, actuellement en bêta aux États-Unis, s’appelle Health Records et pourrait bien simplifier considérablement le suivi médical.

Health Records

Qu’on se le dise, je ne souhaite pour rien au monde tomber malade, mais la possibilité d’avoir une meilleure transmission des diagnostics et des traitements via ce nouveau service me semble particulièrement bienvenue. Health Records est un dossier médical connecté qui est constamment à jour et toujours disponible dans votre poche ou à votre poignet.

Ces informations médicales accessibles et complètes sont importantes, en particulier aux États-Unis où le système de santé pousse vraiment à prévenir plutôt qu’à guérir. Si je ne suis personnellement pas à plaindre en matière de couverture santé, ce n’est malheureusement pas le cas de beaucoup de résidents américains.

Sans chercher à faire de la politique sur ce site, l’Obamacare essayait de donner un minimum à tout le monde mais le nouveau président est en train de le déconstruire. Certains États comme la Californie couvrent leurs fonctionnaires avec une assurance santé, mais ça ne représente qu’une très petite partie des Américains.

Il existe tout de même un service équivalent à la Couverture Maladie Universelle française appelé Medicaid. Cette protection ne concerne cependant que les très (très) faibles revenus et ne change rien pour les classes inférieures ou moyennes non couvertes.

Sans couverture santé, aller chez votre médecin généraliste vous coûtera 160 $ (environ 140 €). Autant vous dire qu’il ne faut pas se plaindre de la France. Car même avec une bonne couverture, nous sommes parfois amenés à avancer des frais assez importants, notamment pour les traitements dentaires.

Après un an aux USA, je sais que je reste pour bien d’autres raisons, mais j’en viens quand même à regretter le système de santé français. Ce contexte peut expliquer pourquoi les entreprises technologiques s’investissent dans le domaine de la santé, en plus de perspectives commerciales évidentes.

Mais même si Apple et d’autres accomplissent des progrès, je pense que la technologie n’y changera rien : c’est une affaire d’égalité entre les individus, un principe fondamental inscrit dans Déclaration universelle des droits de l’homme. Et de mon point de vue, cette égalité n’existe pas aux USA…

Les précédentes chroniques
avatar Sorabji | 

Quand je lis qu'une entreprise privée comme Facebook pourrait se voir communiquées "des données médicales anonymisées qu’il ferait ensuite correspondre avec ses membres dans le but de les conseiller médicalement", j'ai peur... (idem s'il s'agissait de Twitter, de Microsoft, d'Amazon... ou d'Apple). Le but d'une entreprise privée n'est pas l'intérêt général; c'est de faire du business. Confier (ou laisser confier) ses données les plus précieuses et personnelles (éventuel cancer, problèmes cardio-vasculaires, maladies génétiques, problèmes sexuels...) à ce genre de structures revient à se tirer une balle dans le pied.
L'intérêt général doit relever de l'Etat, en tout cas pas des GAFAM. Orwell ou Huxley l'ont remarquablement bien décrit.

avatar Guillaume Dubeaux | 

@Sorabji

Oui il est vrai que voir les GAFA s’intéresser autant à la santé pourrait questionner. Mais cela est beaucoup lié au système de santé inexistant aux USA. Il y a matière à « innover »...

Après la majorité des personnes que je connais utilise bien les services de Google sans se poser de question sur la confidentialité des données. C’est sûr que la santé est dans une autre catégorie mais je suis malheureusement certain que certaines personnes utiliseraient ce futur service de Facebook ?

avatar Sorabji | 

@webHAL1 :
Pour ce qui est d'Apple, j'ai moi-même tendance à leur faire plus confiance qu'à Google, dont le business model repose sur la vente des données privées et la publicité. Mais les révélations d'Edward Snowden ont montré qu'Apple collabore comme les autres avec les services de sécurité et de renseignement US (cf Patriot Act, et tout récemment, et donc peu connu, le CLOUD Act: très instructif... et inquiétant).

avatar Sorabji | 

@Guillaume Dubeaux :
Oups, j'ai inversé ma réponse avec celle pour @webHAL1 : désolé :-)

avatar webHAL1 | 

@Sorabji :
« Quand je lis qu'une entreprise privée comme Facebook pourrait se voir communiquées "des données médicales anonymisées qu’il ferait ensuite correspondre avec ses membres dans le but de les conseiller médicalement", j'ai peur... (idem s'il s'agissait de Twitter, de Microsoft, d'Amazon... ou d'Apple). »

Je suis tout à fait d'accord avec ça. Le côté "les conseiller médicalement" n'est pas rassurant du tout...

« Le but d'une entreprise privée n'est pas l'intérêt général; c'est de faire du business. Confier (ou laisser confier) ses données les plus précieuses et personnelles (éventuel cancer, problèmes cardio-vasculaires, maladies génétiques, problèmes sexuels...) à ce genre de structures revient à se tirer une balle dans le pied. »

Tout à fait. J'ai du mal à comprendre qu'on puisse vouloir laisser une entreprise privée gérer quelque chose d'aussi sensible, sachant qu'elle sera soumise à des impératifs totalement incompatibles avec la mission première du monde médical qui est/devrait être de soigner et non pas de faire de l'argent.

« L'intérêt général doit relever de l'Etat, en tout cas pas des GAFAM. Orwell ou Huxley l'ont remarquablement bien décrit. »

Ce qui est assez fou quand on lit certains commentaires ici, c'est que certains semblent prêts à faire confiance à Apple. On lit parfois que Google est le Diable, qu'il ne faut absolument pas leur faire confiance, mais le Pomme semble bénéficier de la part de certains d'une confiance inébranlable...

avatar Sorabji | 

@Guillaume Dubeaux @webHAL1 :
Effectivement, le système de santé américain peut expliquer que des sociétés privées se positionnent sur ce qui est considéré comme un marché. Le problème, c'est que Facebook et autres GAFAM ne se limitent pas aux USA et visent à s'implanter partout dans le monde (comme Coca Cola pour donner un autre exemple), dont la France où la protection sociale est basée sur une Sécurité Sociale pour tous, et n'est pas une marchandise.

avatar Sorabji | 

@webHAL1 :
Oups, j'ai inversé ma réponse avec celle pour @Guillaume Dubeaux : désolé :-)

avatar Nonome77 | 

On aurait pu débattre sur l’apport et le poids de la technologie que nous utilisons tous les jours, sujet hautement intéressant.
Mais non, certains en profitent pour venir y faire leur propagande politique stérile.
Tristesse de ce monde.

avatar alfatech | 

Moi je ne suis pas contre le carnet de santé en application.

avatar Le docteur | 

Les fonctions « fitness » de la Watch sont elles mêmes politiques.
Elles ne connaissent pas le biologique et ses rythmes (si ! le sommeil qui doit lui aussi devenir de plus en plus efficace) et fonctionnent en régime d’économie capitaliste : toujours plus, tout le temps, en ligne droite vers l’infini et au-delà.
L’hystérie de la croissance infinie appliqué au corps ?

avatar oliv30 | 

Une appli qui verrait que l'utilisateur dort trop enverrai un sms au controleur de la sécu pour qu'il le sorte du lit et le refoute au boulot
Bref j'en rêve

avatar Samigny | 

On conspue le système US et on accuse untel ou untel de précipiter la France vers le gouffre!!!

Et pourtant on consomme les produits des GAFA, on attend les produits des GAFA, on commente leur action en bourse, on les paye des sommes folles (en euros et surtout en données personnelles et privées)...

Nous, on a que des bouches pour causer et s’inventer une pseudo moralité.
(Perso je suis fier de notre système qui protège les plus fragiles).

Merci pour ce petit reportage qui (comme les précédents), nous vient du « cœur » du monde et nous informe sur ce que les vrais puissants de ce monde nous concoctent, notamment pour notre « santé ».

Allez, vivement mercredi pour précommander mon Apple Watch 4 ?: merci Apple et les USA.

Et j’oubliais: c’est quoi la future application pour sauver la Planète ?

avatar TontonBen | 

Article intéressant et très bien écrit, je tique un chouïa quand-même sur l'utilisation répétée du terme "data" quand un équivalent tout bête ("données") existe en français. Bonne continuation.

avatar Guillaume Dubeaux | 

@TontonBen

Désolé pour cette utilisation répétée. Mon côté scientifique qui parle anglais tous les jours ne doit pas y être étranger ?

Merci d’avoir lu la chronique ?

avatar nicolier | 

Très intéressante chronique ! Bien écrite et argumentée... quant aux commentaires politiques qui suivent, quelles que soient leurs orientations, ils me semblent inopportuns sur un site comme MacG. D’ailleurs je les zappe bien vite... car au bout de quelques 20 ou 30 commentaires l’emballement type café du commerce débarque et la débilité qui va avec !

Mais très bonne chronique... j’insiste !

avatar Steve Molle | 

On s'en tape que tu les zappes. Tu n'as pas besoin de le mentionner. L'article fait mention d'un système de santé qui est - que tu ne veuilles ou pas - un élément politique.

avatar Nonome77 | 

@Steve Molle

Ça te dit de revenir sur le sujet ? Le sujet est l’apport de la tech dans la santé. Pas que tu votes Melanchon.

avatar Steve Molle | 

Donc ne pas cautionner la politique macronarde est etre un votant de Mélenchon...wahou, logique post-ado pas très structurée

avatar Guillaume Dubeaux | 

@nicolier

Merci nicolier ?

avatar Nonome77 | 

Heureusement que la chronique est excellente ELLE. Car les commentaires politiques…

avatar leaggael | 

@Nonome77

Parfaitement d’accord !

avatar en ballade | 

Si j’ai bien compris, les USA dont l’espérance de vie est le plus bas des pays de l’OCDE, qui pousse à la malebouffe, n’est pas datable de soigner les plus indigents de ses citoyens ?

Sauvagerie institutionnelle ? Coca et mc do mais médecin a 140$ la consultation...????

avatar JOHN³ | 

Je suis infirmier, concrètement il faudra encore attendre 20 ans en France avant de voir apparaître votre carnet de santé au poignet ou dans votre poche. Et la médecine française est loiiiiiin de la médecine américaine.

De plus, Apple ne cible absolument pas les personnes âgées. Tout est fait pour la jeunesse, ceux qui peuvent s’acheter un iPhone X et qui savent l’utiliser.

avatar A884126 | 

@JOHN³

Certes mais la maladie de Parkinson citée dans l’article ne concerne pas vraiment les jeunes...

avatar cv21 | 

Merci pour la remarque.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR